AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.23/5 (sur 404 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Gan , le 25/01/1944
Biographie :

Paule Constant est une écrivaine française.

Elle a reçu le Prix Goncourt en 1998 pour "Confidence pour confidence". Elle a passé une grande partie de sa vie à l'étranger, notamment en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud.

En janvier 2013, elle est élue à l'Académie Goncourt au couvert de Robert Sabatier à l'unanimité.

Elle est l'auteur de nombreux romans dont "Propriété privée", "Un monde à l’usage des demoiselles", "White Spirit" (Grand prix du roman de l'Académie française), "Le Grand Ghâpal" (Prix Jackie Bouquin), "Confidence pour confidence" (Prix Goncourt)...

Elle a collaboré à des documentaires de télévision.

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Paule Constant   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

https://www.librairiedialogues.fr/livre/14694728-l-insomnie-tahar-ben-jelloun-gallimard Lors de la rencontre avec Tahar Ben Jelloun, du 1er mars 2019 à la librairie dialogues à Brest, l'auteur nous propose sa sélection de livres coups de c?ur ! En l'occurrence : - la poésie française du XXe siècle. - Deux s?urs de David Foenkinos (Gallimard) - Maîtres et esclaves de Paul Greveillac (Gallimard) - La vérité sort de la bouche du cheval de Meryem Alaoui (Gallimard) - La Maison Golden de Salman Rushdie (Actes Sud) - Nouvelles de William Faulkner (Gallimard, Pléiade) - Les Mille et une nuits - Don Quichotte de Cervantès - Mes Afriques de Paule Constant (Gallimard) Entretien mené par Laure-Anne Cappellesso. Réalisation : Ronan Loup. Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (115) Voir plus Ajouter une citation
Il n’est pas besoin de partir du réel pour aller vers le roman, le roman crée sa propre réalité.
Commenter  J’apprécie          352
Elle paradait dans son jardin, au milieu des dames qui mettaient tous leurs efforts à tenir leurs tasses tout en se saisissant d’un sablé de l’orphelinat et en gardant sur le genou la petite serviette à thé empesée.
Commenter  J’apprécie          270
Elle (Mme Tong) recyclait en chaussures les pneus usagés. La semelle était découpée dans la sculpture, la chambre à air plus fine servait à confectionner les bandes de dessus.
Commenter  J’apprécie          271
Les gens qui ne voyagent pas racontent et inventent pour explorer un univers qu’ils ne connaissent pas. Ils lui donnent un commencement, une fin et entre les deux tissent, chacun à sa façon, la toile du conte collectif.
Commenter  J’apprécie          240
L’Administrateur n’avait droit à des congés que tous les quatre ans. Mme Dubois revint à Yvetot 1460 comprimés de quinine plus tard, le teint gris, la sclérotique jaune, les lèvres mauves. La rose était fanée. Elle avait vingt-deux ans, une mauvaise fausse couche l’avait laissée sur le flanc.
Commenter  J’apprécie          220
En prêtant aux animaux des fonctions quasi humaines, elle ne faisait rien d’autre que de regagner l’univers magique où, enfant, elle était entrée de façon si familière avec les contes de fées.
Commenter  J’apprécie          220
L'ingratitude est une langue commune à tous les hommes.
Commenter  J’apprécie          230
Dans le bar, il restait quelques bouteilles d’apéritif et du cognac. Elle s’en servit un verre, le but d’un trait, c’était la première fois, elle vit un éclair rouge comme si Zorro l’avait frappée de son fouet entre les yeux et elle pleura les larmes de Michel Strogoff sous la lame chauffée à blanc.
Commenter  J’apprécie          210
Elle n’était là que pour et par lui, elle n’avait jamais quitté la France et quand il lui avait proposé de l’accompagner « au bout du monde », elle l’avait suivi sans une hésitation, comme s’il lui avait proposé un tour de valse sur une chanson d’Édith Piaf.
Commenter  J’apprécie          210
Mais elle qui aimait les bêtes, qui défendait jusqu’au dernier margouillat, qui secourait les animaux sauvages, elle dont je me souviens une civette aveugle dans les bras, comment avait-elle pu porter de la panthère, sublime animal en voie d’extinction ?
Commenter  J’apprécie          210

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Paule Constant (621)Voir plus

¤¤

{* *} .._..