AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.56 /5 (sur 219 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 19/11/1969
Biographie :

Pauline Dreyfus est journaliste, écrivain. Elle est la petite-fille de l'écrivain journaliste Alfred Fabre-Luce et fille de l'avocat Tony Dreyfus
Elle est l'auteur d'une biographie de Robert Badinter.

Elle décroche le Prix des Deux Magots en "Immortel, enfin" en 2012.

Elle reçoit le prix Mémoire Albert-Cohen pour "Ces choses qui arrivent" en 2015.

Source : catalogue de la BNF
Ajouter des informations
Bibliographie de Pauline Dreyfus   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le Prix du livre Cheminot édition 2015 a été attribué le 5 septembre dernier à Pauline Dreyfus pour son roman "Ce sont des choses qui arrivent" (Paris : Grasset, 2014). Son prix lui a été officiellement remis le 19 septembre à Hendaye à l'occasion de la fête des CE et CCE SNCF.

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (111) Voir plus Ajouter une citation
alainmartinez   20 septembre 2017
Le déjeuner des barricades de Pauline Dreyfus
Il y a un vieux proverbe talmudique qui dit : « Ne pas dormir rend fatigué, ne pas rêver rend mort. » C’est seulement aujourd’hui que j’en ai compris le sens. Réfléchissez-y. Ne pas rêver rend mort.
Commenter  J’apprécie          230
Pauline Dreyfus
SZRAMOWO   26 avril 2016
Pauline Dreyfus
Son entrée à l'Académie française m'est apparue passionnante, non pas tant pour l'élection que pour le changement de statut qu'elle opère sur lui. Jusque-là, il était encore un paria des lettres et puis soudain, grâce à cette élection, il reprend goût à l'écriture. Ce n'est pas un hasard d'ailleurs si peu après il compose son plus beau livre : Venises. Entre le moment où il dépose sa candidature et son discours de réception, ce n'est plus le même homme et c'est ce qu'il m'intéressait de dépeindre." Elle ajoute : "D'autre part, le contexte dans lequel s'inscrit ce changement, celui de l'après-Mai 1968, est particulièrement intéressant car Morand, si moderne dans l'entre-deux-guerres, ne se reconnaît plus dans cette époque. Nous sommes donc loin des clichés habituels et un peu exaspérants de "l'homme pressé", cosmopolite, qui aime la vitesse, les voitures.
Commenter  J’apprécie          180
dechosal   21 novembre 2020
Paul Morand de Pauline Dreyfus
Hélène Morand a quatre-vingt-dix ans et, bien que (dit-on) la méchanceté conserve, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même (...). Son mari, admirable de dévouement, a déniché une jeune élève du conservatoire qui a accepté de venir deux fois par semaine lui faire la lecture. La jeune femme de vingt ans, Nathalie Baye, se souvient d’ Hélène, « minuscule, petite poupée de porcelaine, personnage de cire. Avec cela, remarquablement intelligente, très drôle, astucieuse ». Pas le moins du monde impressionnée car le nom de Paul Morand ne lui dit pas grand-chose, la jeune comédienne va passer deux années avenue Charles-Floquet. Moins bien payée que la femme de ménage, et confrontée à la fraîcheur initiale d’Hélène qui, malgré sa cécité, devine un mari frétillant à la vue d’une jeune fille, la lectrice finira par apprivoiser sa cliente, au point de parfois lâcher la lecture imposée par Morand pour bavarder de tout et de rien.
Commenter  J’apprécie          170
NCJ   03 janvier 2015
Ce sont des choses qui arrivent de Pauline Dreyfus
La préfecture de police est débordée. Chaque jour, les sacs de jute apportés par les facteurs vomissent leurs mille cinq cents enveloppes. Ecrites en pattes de mouche ou en élégantes lettres anglaises, signées « Une Aryenne indignée » ou « Des voisins inquiets », ces lettres anonymes dénoncent en vrac les francs-maçons, les trafiquants du marché noir et bien sûr les juifs.
Commenter  J’apprécie          130
alainmartinez   19 septembre 2017
Le déjeuner des barricades de Pauline Dreyfus
Au réfectoire, c’est l’heure du déjeuner pour le personnel. Les maîtres d’hôtel ont pris soin de nouer une serviette autour de leur cou pour épargner leur plastron immaculé, les femmes de chambre et les garçons d’étage ont enfin l’occasion de s’asseoir et de reposer leurs jambes gonflées par l’effort.
Commenter  J’apprécie          120
tynn   16 décembre 2014
Ce sont des choses qui arrivent de Pauline Dreyfus
Il n'y a pas de chagrin si grand qu'on puisse offenser les usages.
Commenter  J’apprécie          120
luocine   25 décembre 2014
Ce sont des choses qui arrivent de Pauline Dreyfus
De toute façon, la duchesse douairière de Sorrente n’a jamais aimé les enfants, non plus que les contacts physiques qui présidaient à leur arrivée. Sitôt après la naissance d’un fils , elle s’était estimée quitte avec son mari et avait définitivement condamné la porte de sa chambre. Elle s’était réfugiée dans la lecture et la médisance, deux activités qui accomplie avec sérieux, auraient suffi à emplir la journée de n’importe qui.
Commenter  J’apprécie          90
luocine   25 décembre 2014
Ce sont des choses qui arrivent de Pauline Dreyfus
Un jour que la cousine de son mari d’autant plus à cheval sur sa généalogie qu’aucun parti ne lui semblait à la hauteur de la sienne, lui avait lancé: « Mais au fond votre nom ne vaut rien! » . Élisabeth avait eu assez d’esprit pour lui répondre « Pas au bas d’un chèque. .. »
Commenter  J’apprécie          90
dechosal   21 novembre 2020
Paul Morand de Pauline Dreyfus
On évoque les femmes et les plaisirs de la vie. Nimier cause moteurs, chevaux, vitesse; avec Blondin hélas, impossible de causer voiture: il n’a pas le permis. « Vous avez essayé de tenir un volant et un verre en même temps ? » s’excusera-t-il au soir de sa vie.
Commenter  J’apprécie          90
alainmartinez   19 septembre 2017
Le déjeuner des barricades de Pauline Dreyfus
Il est de si méchante humeur qu’il houspille pour un rien le jeune marmiton qu’il avait giflé un peu plus tôt. Lequel finit, exaspéré, par dénouer son tablier et annoncer à la cantonade qu’il ne passera pas une minute de plus dans cette boîte de tortionnaires.

– Tu veux démissionner ? rétorque le chef de cuisine avec une ironie méchante. Très bien, mais je te rappelle que nous n’avons plus de directeur. Il n’y a plus personne pour l’accepter, ta démission.

Personne n’avait songé que l’autogestion rendait autant prisonnier que libre.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Ça va pas la tête ?! 😶 😲

T'as remarqué qu'avec l'âge, Raoul, le bistrotier, il commence à *** ?

mouiller le maillot
fuir de la cafetière

12 questions
68 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions , argot , niaiserie , Langage parlé , baba yaga , folie douceCréer un quiz sur cet auteur

.. ..