AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.05 /5 (sur 349 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Dubuque, Iowa
Biographie :

Penelope Douglas est auteure de romances et enseignante.

Elle est titulaire d'une licence en administration publique à l'Université d'Iowa du Nord et d'un master en sciences de l'éducation à l'Université Loyola de La Nouvelle-Orléans.

Elle vit à Las Vegas avec son mari et sa fille.

page Facebook : https://fr-fr.facebook.com/PenelopeDouglasAuthor
son site : http://www.penelopedouglasauthor.com/
Twitter : https://twitter.com/PenDouglas/

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Découvrez le dénouement de la trilogie Dark de Penelope Douglas. Pour en savoir plus : https://www.harlequin.fr/livre/12535/eth/dark-obsession


Citations et extraits (89) Voir plus Ajouter une citation
Eppupuce   03 avril 2017
Dark romance de Penelope Douglas
Elle me déchirait, et ça m'était égal. Je voulais bien brûler, si c'était par elle.
Commenter  J’apprécie          80
Billygirl   03 mai 2018
Dark romance de Penelope Douglas
Il m'a toisée, comme s'il m'expliquait pourquoi il fallait que je mange mes légumes avant le dessert.
Commenter  J’apprécie          60
mini-pouce   11 avril 2017
Dark romance de Penelope Douglas
Elle me déchirait, et ça m'était égal. Je voulais bien brûler, si c'était par elle.
Commenter  J’apprécie          60
Eppupuce   03 avril 2017
Dark romance de Penelope Douglas
Le désir et la logique étaient installés sur chacune de mes épaules, équivalents modernes de l'ange et du démon : l'un me disait de suivre mon cœur, l'autre m'interdisait de céder.
Commenter  J’apprécie          50
tita_lautarescu   26 août 2016
Evanescence, tome 1 : Une haine brutale de Penelope Douglas
— J’aime les orages, ai-je commencé. Le tonnerre, la pluie torrentielle, les mares d’eau, les

chaussures mouillées. Lorsque les nuages se présentent, je suis remplie de cette attente vertigineuse.(...) — Tout est plus beau sous la pluie. Ne me demandez pas pourquoi. (...) — Mais c’est comme un autre champ de possibilités. Avant, je me sentais comme un superhéros, je

roulais à vélo sur des chemins dangereusement glissants, ou peut-être comme un athlète olympique

qui supporte de rudes épreuves pour se rendre à la ligne d’arrivée.

Mon sourire s’étendait en même temps que mes souvenirs. Des souvenirs de Jared et moi.

— Les jours ensoleillés, quand j’étais petite, je pouvais encore avoir ce frisson. Tu me donnais le

vertige à force d’attendre, tout comme un orage symphonique. Tu étais une tempête au soleil, le

tonnerre dans un ciel morne et sans nuages.

» Je me rappelle : j’engouffrais mon petit déjeuner en vitesse pour pouvoir aller frapper à ta porte.

On allait jouer toute la journée, et on revenait seulement pour manger et dormir. On jouait à cachecache,

tu me poussais sur la balançoire, on grimpait aux arbres. Le fait d’être ton acolyte me

redonnait l’impression d’être dans mon élément.

— Tu vois, ai-je poursuivi tout en le regardant, quand j’avais 10 ans, ma mère est morte. Elle avait

le cancer, et je l’ai perdue avant de vraiment la connaître. Mon monde me paraissait si incertain, et

j’avais peur. C’est toi qui as remis les choses en ordre. Avec toi, je suis devenue courageuse et libre.

On aurait dit que la partie de moi qui était morte avec ma mère revenait quand je te rencontrais, et je

n’avais plus mal. Rien ne me faisait mal si je savais que tu étais là, avec moi.

Des mares de larmes ont rempli mes yeux alors que la classe se penchait pour m’écouter.

— Puis, un jour, subitement, je t’ai perdu aussi. La blessure est revenue, et je me suis sentie malade

quand j’ai vu que tu me détestais. Mon orage a pris fin, et tu es devenu cruel. Il n’y avait pas

d’explication. Tu es parti, tout simplement. Et mon coeur s’est déchiré. Tu me manquais. Ma mère me

manquait.

— Ce qui était pire que de te perdre, c’est quand tu t’es mis à me blesser. Tes paroles et tes gestes

m’enlevaient le goût de venir à l’école. Ils me rendaient mal à l’aise chez moi.

J’ai dégluti, et le noeud s’est desserré dans ma poitrine.

— Tout ça me fait encore mal, mais je sais que rien n’est de ma faute. Je pourrais utiliser bien des

mots pour te décrire, mais le seul qui comprend « triste, en colère, malheureux et pitoyable », c’est «

lâche ». Dans un an, je serai partie, et tu seras devenu un moins que rien qui a atteint l’apogée de son

existence à l’école secondaire. (ch. 17)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ninie067   03 mars 2017
Dark romance de Penelope Douglas
Love the Way You Hate Me de Like A Storm résonnait tout autour de moi : les tunnels étaient équipés de haut-parleurs. Un cri a retenti. J’ai aussitôt tourné la tête ; c’était comme s’il progressait vers moi. Des murmures étouffés semblaient sortir des murs ; des grognements, des souffles flottaient autour de moi. Soudain, des hurlements et des acclamations ont explosé. J’ai fait glisser mon pied sur le sol et ma ballerine a tâté de la terre au lieu de la pierre présente à l’étage. A l’affût, je me suis concentrée sur tous les sons que je pouvais saisir. Les gémissements d’une femme ont traversé le tunnel, résonnant contre les murs, et je me suis humecté les lèvres. « Ils s’amusent autrement. » La main de Michael s’est de nouveau glissée dans la mienne, faisant fourmiller ma peau. — Alors, jusqu’où tu veux aller ? a-t-il demandé, la voix tendue, rauque.
Commenter  J’apprécie          30
Aveline   11 octobre 2020
Devil's Night, tome 3 : Kill Switch de Penelope Douglas
One pain at a time. So if something hurts, you can make it hurt less by adding more pain?
Commenter  J’apprécie          00
lacitadelledemeslectures   05 mai 2020
Dark romance de Penelope Douglas
NE RESTE PAS SEUL AVEC ELLE.

Ma propre règle. La seule à laquelle je m'étais promis de toujours obeïr, et voilà que je l'avais enfreinte.Dès le premier jour.

Les bras croisés, je regardais défiler les chiffres sur la paroi de l'ascenceur.

Personne d'autre la connaissait.

Pas comme je la connaissais, du moin. Je savais à quel point elle était douée.

Erika Fane jouait à la perfection ses différents rôles. Fille obéïssante et altruiste pour sa mère, petite amie charmante et agréable pour mon frère, élève brillante et reine de beauté de notre petite communauté. Tout le monde l'adorait.

Elle pensait qu'elle n'était rien pour moi, insignifiante et invisible. Elle voulait à tout prix que j'ouvre les yeux, que je la voie enfin; elle ne se rendait pas compte que c'était déjà le cas. Je n'ignorais rien de la garce sournoise dissimulée sous son parfait vernis, et j'étais incapble d'oublier.
Commenter  J’apprécie          20
Missnefer13500   30 avril 2018
Dark romance de Penelope Douglas
mauvaise actions et mauvaise graine, qu'importe que la maison se délite du moment qu'elle est jolie
Commenter  J’apprécie          40
Marlene_lmedml   07 mars 2018
Love & hate de Penelope Douglas
Vous voyez, quand j’avais dix ans, ma mère est morte. Le cancer l’a emportée avant que j’ai réellement le temps de la connaitre. Mon monde ne m’apportait plus aucune sécurité et j’étais toujours effrayée.



La personne qui a remis les choses en ordre, c’est toi.



Avec toi, j’ai connu le courage et la liberté. C’était comme si le morceau de moi qui était mort avec ma mère revenait à la vie quand tu étais à mes côtés. Et je n’avais plus mal. Rien ne me faisait mal parce que je savais que je t’avais avec moi.



Et puis un jour, tout d’un coup, je t’ai perdu toi aussi.



La douleur est revenue et ça me rendait malade de te voir me haïr. Ma pluie torrentielle s’est arrêtée et tu as commencé à devenir cruel. Il n’y eut aucune explication. Tu n’étais juste plus là et mon cœur me fut arraché. Tu me manquais. Ma mère me manquait. Mais ce qui fut pire que te perdre, c’est lorsque tu as commencé à me blesser. Tes mots et tes gestes m’ont fait détester vernir au lycée. Je n’étais même plus à l’aise dans ma propre maison.



Aujourd’hui, j’ai encore mal. Mais je sais que rien de tout cela n’est de ma faute.



Il y a beaucoup de mots que je pourrais utiliser pour te décrire mais le seul qui inclut triste, en colère, misérable et pitoyable, c’est « lâche ». Dans un an, je serai partie et tu ne seras rien de plus qu’un fiasco que je me trimbalais au lycée.



Tu étais ma tempête, mon ciel nuageux, mon arbre sous l’averse. J’aimais toutes ces choses et je t’aimais. Mais maintenant ? Maintenant tu n’es qu’une putain de sécheresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le carcan d'une rose

Quel âge à Perrine, au début du livre?

12 ans
16 ans
17 ans
14 ans

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : amours impossibles , amour , romanceCréer un quiz sur cet auteur

.. ..