AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.82 /5 (sur 181 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Fairbanks, Alaska
Biographie :

Penelope Williamson est un écrivain. Elle a un baccalauréat en histoire, est titulaire d'une maîtrise en journalisme radio-télévision, et était dans le Corps des Marines des États-Unis pendant six ans, où elle a atteint le grade de capitaine.

Elle a publié son premier roman aux USA (Sur les ailes du désir), en 1989, sous le pseudonyme d'Elizabeth Lambert et depuis elle s'est imposée sous son propre nom comme l'un des grands auteurs de romans d'amour historiques.

Deux de ses romans ont été récompensés par le magazine américain Romantic Times : L'homme qui venait de nulle part et Au cœur de l'ouest.

Ses loisirs favoris sont la voile et le cheval, qui comblent son besoin d'aventure, ainsi que l'opéra, qui réveille sa muse romantique. Mais avant tout, elle aime lire et écrire, ainsi que parler de livres.

Ses deux derniers livres, Péchés de chair et Wages of Sin, paru aux USA en Mars 2003, ont été publiés sous le nom abrégé de Penn Williamson outre-atlantique.

Elle vit près de San Francisco avec son mari, deux chats et un cheval nommé Dr. Boyd.

+ Voir plus
Source : www.lesromantiques.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Penelope Williamson   (17)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
ssstella   22 août 2015
Au coeur de l'Ouest de Penelope Williamson
Nash fit un large sourire qui dévoila ses gencives veuves de leurs dents.

- Ça alors ! Je veux bien..., commença-t-il.

- ...être pendu, compléta Pogey ;

Les sourcils froncés par la perplexité, Gus se pencha vers la bouche béante du prospecteur.

- Que diable as-tu fait de tes dents, Nash ?

L'intéressé se hâta de dissimuler d'une main sa désastreuse absence de dentition.

- Hein ? Quoi ? Eh bien... c'est à dire...

Pogey le fit taire d'un coup de coude dans les côtes.

- Laisse-moi lui expliquer : avec ou sans dents, tu ne sais dire que des âneries. Nash et moi, on tapait le carton au saloon contre un type qui se prenait pour un champion. Au début, c'est vrai, il nous avait lessivés ; mais voilà qu'on est servis d'une quinte flush à cœur, il ne manquait qu'une carte. Alors, sans hésiter, on mise son râtelier - ça coûte cher cette saloperie, tu peux me croire ! Et là, la poisse noire, on tire un deux de trèfle ! Mais on les lui récupérera vite, ses dents, maintenant que...

Un coup de chapeau dans le ventre l'interrompit net.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Fifrildi   19 juillet 2018
Traîtrises de Penelope Williamson
- Tu… vous êtes une fille! s'exclama-t-il, abasourdi mais souriant.

- Ne dites rien à mon père.

- Mon Dieu, il ne le sait pas?
Commenter  J’apprécie          141
Biblio87   03 janvier 2014
Au coeur de l'Ouest de Penelope Williamson
Dans un silence accablé, ils contemplèrent le sombre tableau de la civilisation en marche qui s'apprêtait à balayer les traditions les plus sacrées.
Commenter  J’apprécie          80
MxlleAnaB   25 avril 2012
Au coeur de l'Ouest de Penelope Williamson
"Son baiser était trop avide, trop brutal. Il tenta de l'adoucir mais il la désirait, grands dieux ! il la désirait tant, il la désirait trop pour se dominer. Sa bouche chaude et moite avait un goût de paradis et d'enfer et de...Oui de consentement"
Commenter  J’apprécie          70
beamag87   06 juin 2015
La revanche des trois ours de Penelope Williamson
-Ces Blédinos sont trop sucrés, dit Papa Ours.

-Ces Croc-Miam font trop de bruit sous la dent, dit Maman Ours.

-Mais les Soufflettes sont juste bien, dit Petit Ours.

Et il en expédia une cuillerée dans l'œil droit de Papa Ours.
Commenter  J’apprécie          70
MxlleAnaB   25 avril 2012
Au coeur de l'Ouest de Penelope Williamson
"Elle étreignit Gus de toutes ses forces, pour qu'il ne la quitte pas. Or, c'était étrange, il semblait être dans ses bras, mais l'instant d'après il n'y était plus."
Commenter  J’apprécie          60
tgranduc   13 octobre 2012
Les enfants de la Lune de Penelope Williamson
En ce jour épique où l'homme, pour la première fois, posa le pied sur la lune, nous étions étalés, mon frère Torn et moi, sur le plancher de notre deux pièces au-dessus du magasin paternel à Newark, et nous nous grisions du sprctzcle extraordinaire que nus offrait notre vieille télévision en noir et blanc.

"Pour unhomme, un petit pas ; pour l'humanité, un bond de géant..."

Ces mots électrisants d'Armstrong résonnent encore dans ma mémoire. Le tapis usé sentait le tabac turc de notre père et la poudre de lavande dont se parfumait notre mère ; je ne peux pas séparer ces odeurs fortes de l'inoubliable bouffée d'orgueil qui faillit m'étouffer quand sa botte tâtonnante foula le sol lunaire.
Commenter  J’apprécie          40
missmolko1   07 avril 2016
Traîtrises de Penelope Williamson
Deux semaines seulement s'étaient écoulées depuis la Saint-Michel mais, déjà, les nuits d'octobre étaient glaciales. Toutefois, les journées demeuraient anormalement chaudes pour la saison et les gelées matinales ne résistaient pas longtemps à l'ardeur du soleil. La sécheresse sévissait et la lande avait pris la couleur des fougères mortes, un gris brunâtre. Il avait à peine plu durant l'été et pas une goutte de pluie n'était tombée au cours de l'automne. La moisson en avait souffert, le gibier était rare et la famine menaçait de sévir cet hiver. De nombreux pillages étaient à redouter.

Ils étaient monnaie courante dans ces régions, et ce quelle que soit l'abondance des récoltes. Après trois siècles de guerres perpétuelles entre l'Angleterre et l'Ecosse, ces attaques de pillards faisaient maintenant partie intégrante de leur vie. Jadis question de survie, elles constituaient aujourd'hui une habitude. La nuit, des clans franchissaient les collines escarpées, et traversaient les plaines marécageuses pour piller puis brûler les maisons. Bien entendu, ils repartaient avec le bétail, principalement des moutons et des chevaux. Le jour, ils se rencontraient dans les tavernes de Carlisle pour se défier aux cartes, aux dés ou aux courses de Langholm où les paris allaient bon train. Ainsi l'histoire avait-elle lentement légalisé, banalisé la guerre, le vol et le meurtre entre les deux pays.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Marcellina   10 mars 2019
L'homme qui venait de nulle part de Penelope Williamson
Chaque dimanche se ressemblait, chaque geste, chaque parole devait obéir au même rituel. C'était cela, la vie d'un Juste. Cette certitude que rien ne changerait, cette lenteur immuable du temps qui s'écoule toujours dans le même sens. Ce qui était serait toujours, sauf si la volonté de Dieu en décidait autrement.
Commenter  J’apprécie          30
sld09   03 septembre 2017
L'homme qui venait de nulle part de Penelope Williamson
"Vous n'auriez pas dû vous lever", dit-elle, soudain inquiète. Son regard s'arrêta sur le revolver posé sur la table de nuit. "Je n'ai pas envie d'avoir à vous soigner pour une autre poussée de fièvre."

Il sourit en continuant de jouer avec le tube en fer.

"Mais qu'est-ce que c'est donc ?" insista Rachel, incapable de retenir plus longtemps sa curiosité.

Il lui tendit l'objet pour qu'elle l'examine.

"Vous n'avez encore jamais vu d'harmonica ? Je l'ai gagné aux cartes."

Rachel n'avait aucune idée de ce que pouvait être un harmonica. Tout ce qu'elle espérait, c'est qu'il ne s'agissait pas d'un nouvel instrument de mort, comme son couteau ou les revolvers.



Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Petit Pays

Comment s'appelle le père de Gabriel ?

Martin
Mathieu
Michel
Mohammed

50 questions
1670 lecteurs ont répondu
Thème : Petit pays de Gaël FayeCréer un quiz sur cet auteur