AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.58 /5 (sur 226 notes)

Nationalité : Suède
Né(e) à : Vâsterbotten , le 23/09/1934
Mort(e) à : Vaxholm , le 26/04/2020
Biographie :

Per Olov Enquist, qui signe souvent P.O. Enquist, est un écrivain, dramaturge, scénariste et journaliste suédois.

À 20 ans, il est champion de saut en hauteur et il écume les stades européens tout en étudiant la littérature à l'université d'Uppsala. Entre 1965 et 1976, il travaille ensuite comme éditorialiste dans le milieu de la presse et comme animateur à la télévision.

Il publie son premier roman, "L’œil de cristal", en 1961. Très vite, le roman documentaire devient sa forme de prédilection, il allie expériences vécues, souvenirs et témoignages.

Au début des années 1970, il vit un an à Berlin dans le cadre d'un échange universitaire de l'association de la DAAD. Il débarque comme journaliste à Munich, en 1972, pour couvrir les tragiques Jeux olympiques. Il est également professeur invité de l'université de Californie à Los Angeles en 1973. À partir de 1977, il se consacre entièrement à l'écriture.

Il publie sa première pièce de théâtre consacrée à August Strindberg, La nuit des Tribades et Chez nous en 1977 pour le Royal Dramatic Theater de Stockholm.

À la fin des années 1970, il va sombrer, sans rien comprendre à la dépression qui le condamne à un long silence au moment où il s'installe à Paris avec son épouse, qui travaille à l'ambassade du Danemark : entre 1986 et 1989, il vivra dans son appartement des Champs-Élysées un véritable calvaire. En 1990, il se retrouve au Danemark dans un troisième hôpital où l'on soigne les éthyliques. Cette ultime tentative va le conduire vers "une autre vie". Vers la guérison.

Per Olov Enquist est l'auteur d'une vingtaine de romans, nouvelles et pièces de théâtre. Son œuvre se situe quelque part "entre la fiction, le reportage, l'essai et l'autobiographie".

Il compte parmi les plus grands auteurs de la littérature scandinave contemporaine. Ses pièces ont été jouées sur les plus grandes scènes internationales, dont Broadway. Son œuvre est traduite dans le monde entier.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Per Olov Enquist   (18)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

2 octobre 2013 En 1770, alors que le jeune roi du Danemark, Christian VII, est atteint de folie, quelques nobles mènent à eux seuls les affaires du royaume. Contraint d'épouser l'héritière de la famille royale anglaise, le roi lui préfère une prostituée, aussitôt écartée par la Cour. Christian VII part alors à travers l'Europe pour retrouver sa chère disparue. Dans ce climat de confusion, les conseillers commettent l'erreur de convoquer au palais le docteur Struensee : instruit et progressiste, ce dernier obtient les faveurs de son roi, se rapproche de la reine délaissée et occupe une place que beaucoup lui disputent. En butte aux complots de toute sorte, le médecin signe de fait son arrêt de mort. Sous couvert d'un sujet historique, Per Olov Enquist met en scène les grands conflits d'idées du Siècle des lumières à travers des personnages emblématiques et intemporels.

+ Lire la suite

Citations et extraits (102) Voir plus Ajouter une citation
On n'a pas besoin de croire au bonheur fabuleux, seulement de comprendre qu'il existe toujours un autre choix que la mort. Et puis, il faut conserver ce qui était douloureux. Inutile de se défiler, d'oublier, comme nous l'avons fait, aussi Johannes que moi. Car, dans ce cas, que nous reste-t-il? Si on ne conserve rien, il ne reste rien. Et alors rien de tout ce qui était douloureux n'a de sens.
Commenter  J’apprécie          270
Quel est le moteur le plus puissant de la foi, si ce n'est celui du désir!
Commenter  J’apprécie          250
L'amour triomphe de tout. Tout en sachant que c'est faux, mais quand même, on a un petit pincement au coeur en lisant cela, oh, si ça pouvait être vrai, si seulement ça pouvait être vrai.
Commenter  J’apprécie          231
On espère toujours un miracle.
Si on n'espère pas, on n'est certainement pas un être humain. Et, au bout du compte, on est quand même bien une sorte d'humain, non?
Commenter  J’apprécie          190
« Il y a un dicton qui dit qu’en France on demande : Est-ce un homme instruit ? En Allemagne : Vient-il d’une bonne famille ? En Hollande : A combien s’élève sa fortune ? Mais, au Danemark, la question est : Quel est son titre ? »
Commenter  J’apprécie          180
Quand quelque chose se passe, et qu'on n'a pas encore compris que c'est irrémédiable, on devient comme sourd. On n'entend rien, et du coup on s'imagine que personne ne parle. On ne dispose que de cette oreille-là pour entendre et à laquelle se fier. Et alors on se retrouve tout seul, quelque que soit le nombre de voix qui crient et qui entourent la personne ne détresse.
Commenter  J’apprécie          160
Tout le monde a un petit poème dans son passé.
Commenter  J’apprécie          180
Trois soirs par semaine, ce parc fut tout particulièrement ouvert aux couples masqués. Le droit du peuple à se masquer avait été décrété, y compris dans les jardins publics et la nuit. En pratique, cela signifie le droit, moyennant un certain anonymat procuré par les masques, de copuler librement dehors.
Commenter  J’apprécie          160
Les oiseaux dormaient, engoncés en eux-mêmes et dans leurs rêves. Les oiseaux pouvaient-ils rêver?
Commenter  J’apprécie          170
(En parlant du futur roi Christian VII)
A l'âge de cinq ans, en effet, il avait assisté à une représentation par une troupe italienne de passage. La noble prestance des comédiens, leur stature et leurs costumes somptueux avaient fait sur lui une impression si forte qu'il en était à les concevoir comme des êtres supérieurs. Ils étaient divins. Et si lui, qu'on disait aussi être l'élu de Dieu, faisait des progrès, il allait pouvoir s'unir à ces dieux, devenir comédien, et être ainsi délivré du "tourment du pouvoir royal".
Commenter  J’apprécie          151

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Simone Veil Une jeunesse au temps de la Shoah

Comment s’appelle les parents de Simone ?

André Jacob et Denise Streinmetz
Yvonne Jacob et Antoine Veil
Yvonne Streinmetz et André Jacob
Jean Jacob et Isabelle Haussier

15 questions
615 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur