AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.02 /5 (sur 54 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Horsham (Sussex) , le 04/08/1792
Mort(e) à : La Spezia (Italie) , le 08/07/1822
Biographie :

Percy Bysshe Shelley était le fils de Sir Timothy Shelley, second baronnet de Castle Goring, et d’Elizabeth Pilfold son épouse. Il fut élevé dans le Sussex et avait pour précepteur le Révérend Thomas Edwards d’Horsham.

Sans conteste l'un des plus grands écrivains romantiques britanniques. Si les anthologies reprennent surtout Ozymandias, Ode to the West Wind, To a Skylark, et The Masque of Anarchy, ses œuvres les plus importantes sont de longs poèmes visionnaires tels que Alastor, or The Spirit of Solitude, Adonaïs, Prometheus Unbound et son poème inachevé The Triumph of Life.

Sa vie, hors des conventions sociales, son idéalisme farouche et sa voix passionnée l’ont rendu à la fois célèbre et haï des ses contemporains qui voyaient en lui le diable. Mais les deux ou trois générations suivantes en firent leur idole, que ce soient les principaux poètes victoriens Robert Browning, Alfred Tennyson, Dante Gabriel Rossetti ou Algernon Charles Swinburne, ou plus tard Karl Marx, Henry Salt, William Butler Yeats et George Bernard Shaw .

Sa célébrité est aussi associée à celle de ses contemporains John Keats et Lord Byron qui comme lui moururent en pleine jeunesse, ainsi qu’à la femme qu’il épousa en secondes noces, la romancière Mary Shelley, auteur de Frankenstein, dont il préfaça l’édition de 1818.

L'été 1822 Shelley et son ami Williams construisent un petit voilier, l'Ariel, pour traverser le golfe de Livourne. Ils s'embarquent le 8 juillet accompagnés d'un jeune mousse, Charles Vivian. Le temps est lourd, la mer agitée. Après deux heures de navigation l'Ariel est submergé par la tempête. Au bout de dix jours, les trois corps seront rejetés sur la grève. Dans la veste de Shelley on retrouvera un petit volume d'Eschyle et un recueil de Keats. Les corps seront incinérés à la manière antique sur la plage de Viareggio en présence de Byron et de Leigh Hunt, l'ami de Keats. Les cendres du poète seront placées dans le cimetière protestant de Rome.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Percy Bysshe Shelley   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le Brasier Shelley : Film sonore (France Culture / Création on air). (Je ne détiens aucun droit sur cette création radiophonique. Si les créateurs souhaitent, pour quelque raison que ce soit, que je retire cette vidéo, je le ferai. Je les prie simplement de m'en informer au préalable, sans porter plainte auprès de YouTube : le dialogue est toujours une vertu.) Diffusion sur France Culture le 16 septembre 2018. Émission “Création on air”. Portrait de Percy Bysshe Shelley par Alfred Clint, en 1819. Photographie © Crédits : Céline Ters - Radio France. Trembler, luire un instant et disparaître. Un film sonore de Ludovic Chavarot et Céline Ters. Avec Gaspard Ulliel, Marianne Faithfull, Warren Ellis et Lola Peploe. Le 18 juillet 1822, le corps sans vie du poète Percy Bysshe Shelley fut retrouvé sur le rivage de Viareggio, en Italie, rongé par le sel et l'eau. Il avait 29 ans. L'intelligentsia anglaise se réjouit alors de la disparition du plus magnifique, mais du plus subversif de ses poètes. Chassé du Royaume-Uni pour ses écrits et ses mœurs, aussi sulfureux les uns que les autres et après avoir enlevé sa très consentante future jeune épouse Mary Shelley, qui sera l'auteure, à 18 ans, du fameux “Frankenstein”, Shelley s'embrase et noircit des pages jusqu'au vertige. À rebours de sa mort, sur le fil de l'eau et du feu, Shelley, révolutionnaire, libertaire, féministe, républicain, idéaliste, enleveur de femmes, athée... déroule ses mots comme de la poudre, en échos politiques, poétiques et incendiaires au-devant du sublime. « Ci-gît Un dont le nom fut écrit sur de l'eau Mais avant que s'élevât le souffle qui pourrait l'effacer, La Mort, en repentir de ce meurtre cruel, La Mort, hiver immortalisant, se jeta Par le travers du flot, et le torrent vierge du temps Déploya Un rouleau de cristal, blasonnant le nom... » Avec : Gaspard Ulliel : Percy Bysshe Shelley Lola Peploe : Mary Shelley Christophe Dilys : Percy Bysshe Shelley (voix anglaise) Warren Ellis : Docteur Polidori / Echos Jean-François Néollier : Narrateur / Sir Edward Trelawny Avec la participation exceptionnelle de Marianne Faithfull, et les voix de Tanguy Blum, Jérôme Ters, Leopold Tobisch et Céline Ters. Musique originale : Warren Ellis et Augustin Viard. Prise de son : Frédéric Changenet, Bernard Lagnel, Jean-Michel Cauquy, Eric Villenfin. Mixage et spatialisation : Frédéric Changenet. Producteur : Ludovic Chavarot. Réalisation : Céline Ters. “Le Brasier Shelley” est dédié à Marguerite Boussuge et Véronique Crespan. Remerciements à Marc Porée, Hélène Fleury, Alain Morvan, Sophie Musitelli et Lou Guibert. Liens bibliographiques : “Les derniers jours de Shelley et Byron” de Sir Edward Trelawny (éditions José Corti) “Percy Bysshe Shelley” de Richard Holmes (Fayard) “Que les étoiles contemplent mes larmes” de Mary Shelley (Éditions Finitude) “Poèmes” de Percy Bysshe Shelley, Robert Ellrodt (Imprimeries Nationales, La Salamandre) “Écrits de combat” de Percy Bysshe Shelley (L’insomniaque) “Ode au vent d'ouest, Adonaïs et autres poèmes” (Points) “Œuvres poétiques complètes de Shelley tome 1 et 2” de Percy Bysshe Shelley (Hachette BNF) Source : France Culture

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Percy Bysshe Shelley
Erik35   23 mars 2018
Percy Bysshe Shelley
«N'entends-tu pas ces douces paroles parmi

Ce chœur qui résonne dans les cieux ?

N'entends-tu pas ceux qui meurent

En s'éveillant dans un monde d'extase ?

Que l'amour, quand les membres sont entrelacés,

Le sommeil, quand la nuit de la vie est fendue,

La pensée qui s'accroche aux vagues frontières du monde

Et la musique quand un être cher chante,

C'est la mort ?»



Extrait de Rosalind et Helen,

v 1121-1129
Commenter  J’apprécie          370
Musardise_aka_CthulieLaMignonne   15 mars 2020
Oeuvres poétiques complètes, tome 3 de Percy Bysshe Shelley
J’ai rencontré un voyageur de retour d’une terre antique

Qui m'a dit : «Deux immenses jambes de pierre dépourvues de buste

Se dressent dans le désert. Près d’elles, sur le sable,

À moitié enfoui, gît un visage brisé dont le sourcil froncé,



La lèvre plissée et le rictus de froide autorité

Disent que son sculpteur sut lire les passions

Qui, gravées sur ces objets sans vie, survivent encore

À la main qui les imita et au cœur qui les nourrit.



Et sur le piédestal il y a ces mots :

"Mon nom est Ozymandias, Roi des Rois.

Voyez mon œuvre, ô puissants, et désespérez !"



À côté, rien ne demeure. Autour des ruines

De cette colossale épave, infinis et nus,

Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.»





Ozymandias (sonnet)







[I met a traveller from an antique land

Who said: "Two vast and trunkless legs of stone

Stand in the desert. Near them, on the sand,

Half sunk, a shattered visage lies, whose frown,



And wrinkled lip, and sneer of cold command,

Tell that its sculptor well those passions read,

Which yet survive, stamped on these lifeless things,

The hand that mocked them and the heart that fed,



And on the pedestal these words appear:

'My name is Ozymandias, king of kings:

Look on my works, Ye Mighty, and despair!'



Nothing beside remains. Round the decay

Of that colossal wreck, boundless and bare,

The lone and level sands stretch far away."]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
steka   02 décembre 2015
Ecrits de combat de Percy Bysshe Shelley
L'homme à l'âme vertueuse ne commande, ni n'obéit. Le pouvoir, comme une peste désolante souille tout ce qu'il touche; et l'obéissance, fléau de tout génie, toute vertu, toute liberté, des hommes fait des esclaves, et de l'organisme humain un automate, une machine.
Commenter  J’apprécie          180
steka   07 décembre 2015
Ecrits de combat de Percy Bysshe Shelley
L'amour se flétrit sous la contrainte; son essence même est la liberté. Il n'est compatible ni avec l'obéissance, ni avec la jalousie, ni la peur.
Commenter  J’apprécie          160
SZRAMOWO   04 février 2018
Prométhée délivré de Percy Bysshe Shelley
L'Homme, âme unique et harmonieuse faite d'âmes multiples

Dont la nature même est la loi, propre

Où toutes choses se confondent comme les fleuves dans la mer;

Dont les actes familiers sont embellis par l'amour;

En qui labeur, douleur, chagrin, dans le vert bosquet de la vie,

Se jouent comme des fauves apprivoisés, dont nul ne soupçonnait la douceur!



Sa volonté, avec toutes les passions basses, les joies mauvaises

Et les soucis égoïstes qui en sont les tremblants satellites,

Guide funeste, mais puissance souveraine

Est comme une nef aux ailes de tempête, dont l'amour

Tient le gouvernail, au milieu des vagues qui n'osent l'engloutir

Forçant les rivages les plus sauvages de la vie à reconnaître son empire.
Commenter  J’apprécie          130
ladymoonlight   09 août 2019
Poèmes : Edition bilingue français-anglais de Percy Bysshe Shelley
La lune



Et comme une femme mourante pâle et décharnée

Qui, d'un pas chancelant, drapée d'un voile vaporeux,

Sort de sa chambre, mue par les folles

Et faibles errances de son esprit déclinant,

La lune élève à l'orient obscur

Sa masse blanche et sans forme.

Es-tu pâle de lassitude

D'escalader le ciel et de contempler la terre,

D'errer sans compagnon

Parmi les étoiles nées diffėremment

Et de changer toujours, comme un oeil sans joie,

Qui ne voit nul objet digne de sa constance?
Commenter  J’apprécie          130
genou   19 juillet 2016
Prométhée délivré de Percy Bysshe Shelley
Esprit de la Terre



Mère, je suis devenu plus sage en grandissant, bien qu’un enfant

Ne puisse pas être sage comme toi, en ce jour ;

Et plus heureux aussi ; plus heureux et plus sage à la fois.

Tu sais que les crapauds, les serpents, les vers répugnants,

Et les bêtes vénéneuses et malines et les branches

Chargées de baies malades dans les bois, étaient toujours

Une gêne à mes pas à travers ce monde de verdure :
Commenter  J’apprécie          130
steka   26 septembre 2019
Défense de la poésie de Percy Bysshe Shelley
Ce qui nous manque, c'est la faculté créatrice pour imaginer ce que nous connaissons; ce qui nous manque, c'est l'impulsion généreuse à accomplir ce que nous imaginons; ce qui nous manque c'est la poésie de la vie ...
Commenter  J’apprécie          70
Luniver   06 août 2013
Trois libelles contre la déité créatrice et un article contre le Jacobin illuministe ; La nécessité de l'athéisme ; Article critique (the Brighton ... à Lord Ellenborough ; Réfutation du déisme de Percy Bysshe Shelley
L'athée est un monstre parmi les hommes. Des mobiles qui agissent d'une manière toute-puissante sur la conduite des autres, sont sans force sur lui. Son jugement personnel est son critérium du bien et du mal. Il ne craint d'autre juge que sa propre conscience ; il ne craint point d'aller en enfer, mais de perdre sa propre estime. Il n'est pas de ceux que l'on contient par des châtiments, car la mort est pour lui dépouillée de sa terreur, et quel que soit le dessein qui entre en son cœur, il n'aura aucun scrupule à l'exécuter.
Commenter  J’apprécie          60
Lestempsmodernes   23 mai 2013
Poèmes : Edition bilingue français-anglais de Percy Bysshe Shelley
« Le pouvoir, telle une ravageuse pestilence, pollue tout ce qu'il touche. »
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..