AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques de Peter Cawdron (16)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
Rétrograde
  27 octobre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
Dans un futur proche (la fin du 21 ème siècle?) une colonie sur Mars.

120 personnes, un chef de mission américain, ancien de l'armée, un module américain de 28 personnes, dont l'héroïne, Liz, micropaléobiologiste, un module chinois de 27 membres, un module russe de 29 membres, et un module eurasiatique (36 membres).



Liz s'est engagée pour une durée de dix ans dans cette colonie qui porte le nom d'Endeavour, du nom du navire de recherche britannique qui explora le Pacifique sud au XVIIIème siècle.

La planète Mars aborde son mouvement rétrograde (qui a donné le nom au livre), phénomène qui apparaît lorsque la Terre dépasse Mars dans sa course autour du Soleil, la planète rouge paraissant rebrousser chemin. C'est à ce moment que des nouvelles catastrophiques parviennent aux équipes sur Mars. Le feu nucléaire a détruit plusieurs villes dans plusieurs pays: USA, Russie, Europe..Plus de liaisons avec la Terre, on soupçonne les Etats-Unis d'avoir lancé le feu les premiers sur la Chine.



La tension entre les équipes monte, d'autant plus que les liaisons avec les pays d'origine sont interrompues.

Les colons se retrouvent isolés à plusieurs dizaines de millions de kilomètres de chez eux.

Liz va essayer de monter une opération survie, il s'agira dans un premier temps de récupérer la sonde de ravitaillement Prospekt.

Des surprises attendent nos colons martiens quant aux origines de la guerre et les dangers qui les attendent dans cette mission.



Le récit est bien mené, sans longueurs, les détails scientifiques et d'ingénierie sont très réalistes.

Ce livre offre une bonne vision de ce que pourrait être la vie de colons sur Mars. L'auteur insiste sur les dangers qui font partie du quotidien, par exemple les poussières qui représentent un véritable risque sanitaire, contenant des perchlorates, ce sont des bombes à retardement chimiques.

Toute l'organisation est détaillée; l'organisation hiérarchique de la colonie, la vie dans les modules, l'élevage (de lombrics, d'abeilles, de volailles) la répartition des tâches entre les modules, les impressions 3D.

Nous avons plein de précisions sur la géographie de Mars, l'utilisation de la robotique par la colonie, l'extraction des ressources sur place et les relations au sein de l'équipage dans un contexte d'isolement relatif.



L'auteur imagine des bases situées dans des grottes magmatiques naturelles qui auraient pour effet bénéfique de réduire les variations de température (Mars connaît des variations de température de 66 degrés entre le jour et la nuit à la surface).

C'est un récit très documenté qui s'apparente à " l'Odyssée de l'espace", "Seul sur Mars", et le dernier livre de l'écrivain portugais dos Santos "Signe de vie".

J'ai été touchée par cette histoire humaine qui met en lumière les différences réponses possibles face à une situation de crise, réponses qui peuvent varier en fonction de la nationalité, de la culture, du groupe. Tout ceci dans un environnement particulièrement hostile où la question de la survie se pose à chaque instant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Rétrograde
  07 novembre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
Action, intrigue, science, survie, sont les ingrédients principaux de "Rétrograde". Vous me direz, en SF c'est du déjà vu. Je vous répondrai oui "mais", c'est vrai que nous sur Mars, dans une station préparant une future colonie, c'est pas nouveau, le "mais" intervient sur le fait que pendant ce temps, sur Terre, une guerre nucléaire éclate et qu'en conséquence notre station martienne se retrouve livrée à elle-même, sans ravitaillement, puis surtout avec des suspicions et une perte de confiance entre les diverses nationalités représentées. La guerre nucléaire sur Terre, la guerre des nerfs sur Mars. Le récit scientifique va finalement pencher vers le thriller dans une ambiance oppressante.



J'ai lu sur le web que cela ressemblait trop ou même surfait sur la vague de "Seul sur Mars" d'Andy Weir (je trouve que nous sommes plus proches d'Arthemis d'Andy Weir également), bref je pense que la personne n'a pas lu le livre, c'est pas possible ou alors ne l'a pas compris, car mis à part que l'on soit sur Mars, le reste est totalement différent. De plus on lit aussi qu'il y a des incohérences ou des scènes un peu tirées par les cheveux, alors de ce côté c'est vrai que sur une scène ou deux les raccourcis sont un peu faciles, la fameuse course à la surface de Mars ou l'héroïne hôte sa combinaison spatiale pour courir plus vite, en même temps elle est plus libre de ses mouvements donc l'un dans l'autre rien de bien méchant. Et n'oublions pas que nous sommes dans une fiction.



J'ai adoré le caractère de l'héroïne et d'ailleurs tous les personnages sont bien travaillés, c'est tout de même agréable de ne pas avoir que des supers gentils ou des supers méchants dans un livre de ce genre. Visuellement c'est tout simplement "Mars" donc comme on nous la décrit, poussière ocre, tempêtes, irrespirable, les lieux en intérieur sont plutôt classiques, une base construite en sous terrain.



Ce que je retiendrai c'est surtout l'intrigue, originale, la révélation finale ainsi que l'héroïne. À lire si vous aimez le "Planet Opera" teinté de thriller.



Voir la chronique sur mon blog :
Lien : https://unbouquinsinonrien.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Rétrograde
  06 novembre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
Les opérations Masse Critique de Babelio ont une qualité que j’adore : me permettre de découvrir de nouveaux auteurs, de nouveaux univers…Bref, rien de tel qu’une quatrième de couverture alléchante, puis une plongée dans un nouveau monde et d’éprouver la satisfaction d’avoir eu de la chance, car oui, le livre qu’on vous a envoyé vous a plu !

Cela a été le cas pour ma part avec l’envoi de Rétrograde de Peter Cawdron. Encore merci à Babelio et aux Éditions Denoël pour ce livre fort sympathique.

Dépaysement garanti avec ce livre dont toute l’histoire va se dérouler sur Mars. Ici, point d’Alien ou de petits hommes verts. Nous suivons le quotidien d’une expédition scientifique internationale. Le quotidien de ces « colons » va cependant être bouleversé par une terrible nouvelle. Plusieurs grandes villes de la Terre viennent d’être détruites sous le feu nucléaire. Qui, quand, comment et surtout pourquoi ? A toutes ces questions et interrogations qui demeurent sans réponses, les réactions des différents protagonistes et habitants de la station ne se font pas attendre. Suspicion et colère apparaissent rapidement et les bonnes relations qui régnaient au sein de cette colonie semblent sur le point d’exploser.

L’histoire va ensuite prendre un tournant que je ne soupçonnais pas et que pour ma part j’ai bien apprécié.

J’ai beaucoup aimé la rigueur scientifique avec laquelle l’auteur nous décrit le quotidien de ces hommes et ces femmes qui mettent tout en œuvre pour explorer les différentes facettes de cette planète inhospitalière. On ne peut d’ailleurs s’empêcher de faire le lien avec le film Seul sur Mars, même si le scénario est bien diffèrent.

Les descriptions des paysages martiens sont aussi fort bien développées et m’ont vraiment permis de visualiser cet environnement.

Bref, une belle découverte pour ma part.





Challenge ABC 2018/2019

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Rétrograde
  30 septembre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
(lu en VO)



Sorte de Seul sur Mars mettant en scène un groupe international d’astronautes coupés de la Terre lorsqu’une guerre nucléaire éclate, le tout combiné avec d’autres tropes science-fictifs tout aussi clichés ou pompés ailleurs dont je ne peux pas forcément parler sans divulgacher, Retrograde est un roman mauvais quasiment de sa première à sa dernière ligne. Réflexion ? Zéro. Originalité ? Zéro (la volonté de surfer sur la vague générée par Andy Weir est évidente). Frisson ? Zéro. Solidité ? Zéro. Et donc intérêt = zéro !



Narration pauvre, tension dramatique systématiquement (ou quasiment) torpillée par du déballage d’infos, des digressions ou de l’introspection, sous-texte politique extrêmement balourd, manque de réalisme (un comble pour de la soi-disant Hard-SF !), manque de cohérence (l’auteur est pris à plusieurs reprises en flagrant délit d’auto-contradiction), twist à 60 % du bouquin combinant l’ultra-cliché avec le crétinisme le plus absolu dans la justification de la chose ou de sa découverte hautement improbable par les protagonistes, longueurs, et j’en passe, vous pouvez vous dispenser sans regret de cet achat.



Ce qui précède n'est qu'un résumé : retrouvez l'argumentaire complet sur mon blog.
Lien : https://lecultedapophis.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Rétrograde
  23 novembre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
Résumé :



Liz Anderson, micropaléontologie, vit une relation sentimentale avec un chirurgien chinois Jianyu après sa rupture avec le commandant en second Harrison.

La cohabitation laborieuse et sereine entre les différentes nationalités qui composent la mission scientifique Endavour, chargée de l'exploration de Mars, est soudainement remise en cause par les frappes nucléaires qui bouleversent l'équilibre diplomatique terrestre.

Très vite les liaisons sont coupées avec la planète Terre située à 56 millions de kilomètres, méfiances et antagonismes ressurgissent entre les russes, les chinois, les européens et les Américains, alors que certains tentent de générer un rassemblement entre les habitants de Mars.



Mon avis :



En 2014, la planète Mars revenait sur le devant de la scène avec le roman d'Andy Weir, adapté au cinéma par Ridley Scott l'année suivante, dans la préface du livre, signée par un Andrew Rader, ingénieur astronautique à Space X, un des deux prestataires privés de la NASA, on trouve aussi cité la trilogie de Kim Stanley Robinson ; ainsi que Arthur C Clarke et son célèbre « 2001 l'odyssée de l'espace » : « Retrograde » de l'australien Peter Cawdon, publié chez Denoël s'inspire de ces oeuvres prenant en chacune ce qu'elles ont de bon et de mauvais.



Le roman est assurément un représentant de la « hard science », genre de la science-fiction qui s'appuie sur l'état des connaissances scientifiques au moment où l'auteur écrit l'oeuvre.



« Aucune percée scientifique n'est requise pour explorer ou coloniser Mars - seulement un effort d'ingénierie et un dévouement généralisé à la réalisation de cet objectif »: la première partie du livre décrit principalement le fonctionnement de la base et s'appesantit énormément sur les détails techniques tel par exemple la description du scaphandre qu'endosse Liz Anderson avant de monter dans le véhicule de surface (appelé Rover).



Le conflit nucléaire, s'il fait l'objet de tensions entre les colons spatiaux et d'une intrigue, est en filigrane.

Le lecteur est littéralement noyé sous les informations qui traitent de pression, d'échanges gazeux, de polymère, de radiations et découvre les reliefs de Mars, une planète qui n'est pas « rouge » et le sous-sol pourrait héberger la vie de colons, grâce à de nombreux tunnels issus de l'activité volcanique passée. On se familiarise avec les différents personnages également.



Disons-le sincèrement ; on s'ennuie du quotidien décrit, même si l'ensemble reste abordable et compréhensible de par la vulgarisation émanant de la rédaction



L'appréciation que l'on a de ce roman change de façon véritablement perceptible dans la seconde moitié du récit.



On découvre que les « habitants » de Mars ont été ni plus ni moins que manipulés et vont devoir faire face à un ennemi, celui même qui a pu déclencher le conflit sur Terre.



Sans déflorer l'histoire, on reste dans la hard science, mais le combat qui se joue fait oublier la volonté de réalisme qui est toujours omniprésente.



On ne sait trop si Peter Crawdon a volontairement cherché à duper le lecteur en l'endormant au sein de la logique (froideur?) scientifique des personnages, dont la vie sur Mars sous entend une vigilance accrue, où si la construction est malencontreuse ; reste que ce qui découle du chapitre 8 et, ce jusqu'à l'épilogue final, est vraiment très très intéressant, outre l'aspect scientifique vient s'ajouter de la philosophie et de la métaphysique.

Dès lors, l'aspect sentimental, la psychologie de Liz Anderson prend toute son importance dans une seconde partie extrêmement sensible et ampli d'humanité qui contrebalance la première



Un très bon roman pour les amateurs du genre, un peu plus ardu pour les autres, mais qui recelé d'excellentes choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Rétrograde
  31 octobre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
En Résumé : J’avoue je ressors loin d’être convaincu par ma lecture de ce Rétrograde de Peter Cawdron dont je pense que je n’étais pas obligatoirement le lecteur cible. À l’exception d’un premier chapitre plutôt efficace, et d’un travail soigné et un minimum cohérent sur la façon de vivre sur Mars, le reste du livre a eu du mal à me convaincre et m’a même perdu avec LE twist qui m’a clairement déconnecté. J’ai ainsi trouvé héroïne plate, et laborieuse, pourtant présentée comme une pointe dans son secteur, mais qui parait avoir l’esprit d’une gossip girl avec des visions simplistes et binaire. Autour d’elle gravite des caricatures de personnages loin d’avoir réussi à me toucher. J’ai aussi trouvé que la construction ainsi que le rythme du récit manquait de soin, se perdant dans de nombreuses répétitions, des dialogues plats et parfois sans intérêt et une envie de trop détailler. C’est dommage car il y avait le potentiel pour faire plus dans le genre SF angoissante. Concernant les réflexions soulevées par ce livre je les ai trouvées simplistes et souvent capillotractées. J’ai ainsi franchement eu l’impression que l’auteur cherchait à construire son récit comme un film « pop-corn », ne cherchant pas obligatoirement la cohérence, mais plus l’effet « ouah ». Je me suis aussi retrouvé frustré par d’un côté l’envie d’être cohérent, soigné et limite Hard SF sur la façon de vivre sur Mars, et à côté de cela offrir des scènes qui accumulent les incohérences et les erreurs. Je vais arrêter là, le but n’est pas de descendre l’œuvre, je pense tout simplement que je n’étais pas le bon public pour ce roman. Si vous recherchez de la SF plus cinématographique, Hollywoodienne, qui cherche à surprendre sans que ce soit toujours cohérent vous pourriez accrocher.





Retrouvez la chronique complète sur le blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Rétrograde
  23 novembre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
Je tiens à remercier Babelio ainsi que les éditions Denoël pour l’envoi de ce livre dans le cadre d’une opération Masse Critique. Rétrograde de Peter Cawdron vient de paraître en traduction française et c’est pour moi l’occasion de renouer un peu avec la science-fiction, genre que j’ai beaucoup délaissé depuis quelques années.



Ce roman raconte comment les habitants d’une colonie martienne réagissent alors que la terre est en proie à une guerre nucléaire. Le titre traduit une particularité de l’orbite martienne dont je n’ai pas saisi toutes les subtilités… La mission Endeavour dont le nom véhicule l’idée d’effort et d’entreprise se compose de cent-vingt personnes répartis en quatre groupes correspondant aux quatre grandes agences spatiales : américains, russes, chinois, eurasiatiques…

L’entrée dans l’action est immédiate ; dès le premier chapitre, la camaraderie entre modules est mise à mal par l’annonce des frappes nucléaires sur les grandes villes terriennes puis par la coupure des liaisons avec la terre. Les ressentis de chacun prennent le dessus sur les nécessités d’œuvrer pour le bon fonctionnement de la colonie : incompréhension, chagrin face à la perte des proches, rivalités entre nations…

Puis, j’avoue m’être un peu ennuyée car il ne se passe pas grand-chose avant environ 130 pages consacrées aux états d’esprits réciproques des personnages, le temps cependant de se familiariser avec l’équipage et de ne plus devoir sans cesse revenir au « manifeste des membres clés », utilement placé en début de volume. Puis, il n’y a pas vraiment d’effet de suspense, les évènements s’enchainent assez laborieusement un peu comme dans 2001, l’Odyssée de l’espace… Le dénouement nous laisse un peu en attente, en pleine réflexion car « c’est le cheminement qui compte, pas la destination ».

J’ai cependant apprécié les descriptions de la planète Mars : celles et ceux qui ont lu Seul sur Mars d’Andy Weir et apprécié le film qui en a été tiré, réalisé par Ridley Scott avec Matt Damon s’y retrouveront sans doute (j’ai seulement vu le film, je l’avoue). Le fait que le personnage principal soit une femme, « micropaléobiologiste », est un plus auquel j’ai été favorablement sensible… Elle cumule à elle seule plusieurs points de vue, étant originaire d’une région touchée par les bombes, ayant une relation amoureuse avec un membre d’un autre module et se révélant au fil du récit capable de comprendre et d’appréhender efficacement les évènements et leurs conséquences.

L’écriture est fluide et facile à lire, même pour les passages plus techniques, mais sans qualité, originalité ou charme particuliers ; personnellement, j’ai été un peu déconcertée par les titres de chapitres dont je n’ai pas compris la logique, trop décousue selon moi et qui mêle des problématiques (« démons », « réponses », « vie et mort sur Mars »), des moments de la journées (« petit déjeuner »), des évènements (« glissements de terrains »), des lieux (« Chicago »), des groupes ou des personnages isolés…

À la fin du livre, une postface d’un spécialiste de l’espace et des notes de l’auteur donnent des précisions intéressantes sur le contexte d’écriture.



En conclusion, ce fut pour moi une lecture un peu laborieuse dans laquelle je n’ai pas réussi à me plonger, ce qui explique mon retard à publier cette chronique.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Rétrograde
  19 octobre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
Le pitch est alléchant : une colonie humaine sur Mars reçoit des informations annonçant de multiples bombardements nucléaires à travers la Terre avant d’être livrés à eux-mêmes. Doutes, rumeurs, repli sur soi… Voilà comment début le roman. Peter Cawdron a relevé un pari quasi impossible avec Rétrograde, celui d’écrire un roman de science-fiction précis et réaliste sur le plan scientifique et technique, en incluant des explications claires et précises des différentes composantes de l’existence humaine sur Mars, le tout dans un thriller haletant qui ne s’autorise aucune pause ni longueur. D’autant que l’action démarre dès le premier chapitre, l’auteur se refusant une introduction scientifique trop longue et préférant oser inclure les explications en pleine intrigue. Ainsi, au milieu d’actions intenses et ininterrompues, [...]



Pour lire la suite de cette critique, rendez-vous sur yuyine.be!
Lien : https://yuyine.be/review/boo..
Commenter  J’apprécie          53
Rétrograde
  18 novembre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
Je suis très partagée sur ce roman. J’aurais aimé vous dire que je l’ai adoré, mais ce n’est pas le cas. Trop d’éléments ont coincé pour moi, et je vais tenter de vous expliquer lesquels…

J’ai appris beaucoup sur l’installation et l’adaptation d’une colonie humaine sur Mars de manière pérenne, j’ai d’ailleurs retrouvé un certain nombre de notions abordées lors de la conférence sur le projet MELiSSA aux Utopiales (podcast de la conférence par ici). On sent que l’auteur a fait des recherches solides, sa colonie tient la route par rapport aux recherches actuelles sur la vie autonome dans l’espace, et c’est extrêmement intéressant. Vous l’aurez compris, l’univers mis en place par Peter Cawdron est le point fort de ce roman.

Le premier gros problème, de mon point de vue, est le personnage principal, qui est aussi la narratrice de l’histoire. Liz est une tête à claques superficielle. On se demande comment elle a pu être sélectionnée parmi les milliers de candidats pour intégrer les 120 membres de la colonie. Elle a déjà eu une histoire avec un des hommes américains pendant les sélections, et entretient une romance avec un des membres de l’équipe Chinoise au moment où se déroule l’intrigue. Que les « martiens » aient une vie amoureuse ne me dérange pas en soi. Mais ils sont censés avoir notamment une grande stabilité psychologique, et on a une espèce de Bridget Jones de l’espace, qui se laisse totalement influencer par ses sentiments dans ses actions et réactions. Ça ne la rend pas crédible comme scientifique et « élue » de la NASA pour intégrer le programme.

Deuxième problème, ou plutôt un gros manque je trouve. On a une colonie martienne internationale, avec quatre modules, un américain, un russe, un chinois et un eurasiatique. C’était une magnifique occasion de montrer les différentes façons d’aborder la colonisation de Mars, l’enfermement, la vie quotidienne de multiples points de vues culturels. Hors l’auteur ne nous présente « que » le point de vue américain, et encore, le point de vue d’une américaine, et pas la plus flatteuse pour l’image du pays. Il y avait tellement à faire autour des différences culturelles et de la construction d’une « nation martienne » à partir de cette mosaïque, une réflexion autour de la possibilité d’être humains de toutes nations à vivre ensemble. J’ai été très frustrée de ce point de vue.

Enfin, le troisième problème, je ne peux pas trop vous en parler, mais il concerne le twist qui apparaît au cours du roman. Cette révélation, je n’ai pas réussi a y adhérer. Du coup, j’ai eu du mal à prendre l’intrigue au sérieux. Peut-être est-ce un mécanisme de défense par rapport à des événements que je considère trop irréalistes, même pour de la science-fiction ? Je me rends compte que, petit à petit, je deviens plus exigeante sur le contenu des romans « adultes » de science-fiction, en accumulant les lectures. Même si je ne suis encore qu’une bébé lectrice dans le domaine^^

Il y a une chose qu’on ne peut pas enlever à Peter Cawdron, c’est les qualités très visuelles de son style. Son roman s’inscrit dans la mouvance de Seul sur Mars et autres Interstellar ou Gravity, des scénarios catastrophe dans l’espace. Avec ici l’originalité que la catastrophe originelle se situe sur Terre, sous la forme d’une guerre nucléaire. Tout dans l’écriture de l’auteur semble fait pour être vu plutôt que lu. Ça pourrait sans doute être un bon blockbuster, avec la présence (trop) discrète de toutes sortes de minorités (ethniques, sexuelles…) et des scènes d’action à couper le souffle. Mais le film manquerait pour moi d’âme et de réalisme, mis à part la vie quotidienne de la colonie qui est, comme je l’ai déjà dit, très bien documentée.

Je suis très déçue de cette lecture, et très frustrée surtout. Avec toutes les recherches faites par l’auteur en amont de l’écriture, j’aurais aimé tellement plus. Il y avait matière à faire un excellent roman de science-fiction, et les bonnes idées se sont trouvées diluées dans des incohérences et une vision des choses trop simpliste à mon goût, sans compter les états d’âmes de Liz, qui ont fini par m’insupporter.

J’ai reçu la version papier de ce livre dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Denoël. Merci à eux pour la confiance renouvelée.
Lien : https://leslecturesdesophieb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Rétrograde
  26 décembre 2019
Rétrograde de Peter Cawdron
Dans cette histoire, nous sommes embarqués avec Liz Anderson, une scientifique de haut niveau, sur Mars pour une mission de découverte d’au moins dix ans. Cette communauté scientifique est composée de nombreuses nationalités : des Russes, des Américains, des Chinois, des Européens, des Asiatiques. La station est organisée en quatre modules de vie (américain – eurasiatique – russe – chinois) et un espace central dédié à la culture de denrées alimentaires. Tous les membres de cette mission se connaissent bien car ils ont suivi leur entrainement ensemble et bien sûr ils doivent tous être solidaires face aux conditions de vie extrêmes sur Mars. Lors d’une soirée tout à fait conviviale, une nouvelle incroyable et effroyable tombe : une guerre nucléaire a été déclenchée sur Terre. De nombreuses grandes villes du monde sont détruites : New-York, Washington, Chicago, Paris, Tokyo, Moscou etc. Chacun réalise avec angoisse et douleur qu’ils ont perdu nombres de leurs proches. Dans un premier temps, chaque nationalité se retranche dans son module, soupçonnant les autres d’être les attaquants. Sauf quelques-uns dont Liz qui décident de faire le tour des modules pour parler avec les autres et essayer de comprendre ce qui se passe vraiment. Peu à peu, des incidents graves sur Mars se multiplient. Dans des conditions très difficiles, tous doivent se souder et se battre ensemble pour sauver leur vie et peut-être bien l’avenir de l’humanité.

J’ai été moyennement convaincue par cette aventure martienne. Un peu trop de discours « scientifiques » et de descriptions de Mars, au détriment de l’action et j’avoue m’être ennuyée par moment. Néanmoins certaines personnalités étaient intéressantes voire attachantes et certains aspects du récit m’ont tout de même bien plu. Voilà, pas le livre du siècle mais pour les amateurs de science-fiction.


Lien : https://mapassionleslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Rétrograde
  20 novembre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
Voici un roman de SF simple et efficace. J’avais pourtant quelques craintes de me retrouver noyée dans des termes techniques ou des explications complexes, ce qui n’est heureusement pas le cas.



Nous suivons Liz, une astronaute américaine parmi 120 autres colons en mission sur Mars. Lorsqu’une guerre nucléaire se déclare sur Terre, leur situation devient périlleuse à bien des égards, à commencer par la nécessité que des êtres de nations différentes s’entendent pour survivre à des milliers de kilomètres de leur Terre.



Il y a beaucoup d’imprécisions, de maladresses et d’erreurs dans ce roman, il ne faut pas le cacher. L’auteur surfe clairement sur des thèmes à la mode mille fois rabâchés, il creuse peu les tensions qui pourraient naître entre cultures différentes et balaie bien vite le sujet en identifiant un ennemi commun. Les clichés ont la vie dure et seule la naïveté étonnante de Liz (elle adopte par moment des comportements totalement aberrants, à lui donner des baffes) vient les contrebalancer. Il aurait été bien plus intéressant d’adopter un point de vue par module par exemple. D’autant qu’on nous déclare la station peuplée d’une centaine de personnes alors qu’on n’en croise qu’une poignée. Le twist est grossier et le traitement final tire sur de la psychologie moralisatrice de pacotille, mais parce qu’encore une fois, ça tient beaucoup au personnage de Liz et sa vision réductrice.



Pour autant, l’aspect thriller était plutôt bien construit. Pendant tout le milieu où on se demande ce qui va se passer pour la colonie et qu’est ce qui peut bien être à l’origine de leurs déboires, les pages se tournent très agréablement. On sent la tension monter petit à petit. Bref, un roman sans prétention à prendre comme un bon divertissement.


Lien : http://nourrituresentoutgenr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Rétrograde
  15 janvier 2020
Rétrograde de Peter Cawdron
Bien que plusieurs livres aient été écrits sur les gens piégés sur Mars (le plus récent étant " The Martian " d'Andy Weir), Cawdron a adopté une approche légèrement différente, en plaçant un important contingent de colons sur Mars, puis en faisant en sorte qu'un incident se produise sur Terre, ce qui signifie qu'ils sont seuls puisque la Terre est perdue pour eux. Comment survivent-ils sans leur soutien ? Il y a ensuite une autre histoire qui se passe sur la colonie de Mars qui crée ce livre étonnant que vous ne pouvez pas vous empêcher de lire.

Cawdron a écrit un livre étonnant ici, en entrant dans les détails incroyables sur la colonie de Mars, comment elle devrait être créée pour que les gens puissent réellement survivre, en utilisant la recherche réelle (il cite plusieurs sources dont la NASA), pour créer cette histoire qui est incroyablement réaliste, détaillée et authentique. En lisant cette histoire, vous obtenez une véritable éducation sur ce qui sera réellement nécessaire pour vivre sur Mars, comment une colonie fonctionnera, et ce dont ceux qui y vivent auront besoin pour survivre. En plus de cet incroyable thriller de science-fiction qu'il a écrit, il y a une sorte de documentaire détaillé intégré à l'histoire qui ne fait qu'ajouter à cette histoire exceptionnelle.

L'histoire est racontée du point de vue de l'un des colons américains, Liz, et comment, après qu'un incident majeur sur Terre ait coupé le contact avec la colonie, cela a un impact sur chacun des principaux acteurs. Il y a 4 modules principaux dans la colonie, le module chinois, le module américain, le module russe et un module eurasien qui est composé de Japonais, de Britanniques, d'Espagnols, d'Australiens et de quelques autres nationalités. A travers les yeux de Liz, nous pouvons voir comment les événements qui se sont produits sur Terre affectent chacun des autres colons, chacun des autres personnages du livre, qu'ils soient majeurs ou mineurs. C'est une façon très intelligente d'écrire l'histoire, permettant à un seul personnage de nous raconter l'histoire, mais en même temps, nous obtenons aussi les perspectives de plusieurs autres personnages, ainsi qu'une idée de la taille et de la population de la colonie, et un concept de ce que c'est que de vivre dans la colonie, pas seulement pour Liz et le contingent américain, mais aussi pour chacune des autres nationalités. C'est encore un autre exemple de l'exceptionnelle qualité d'écriture de Cawdron.

Il y a des personnages fascinants dans cette histoire, du commandant américain qui est un astronaute autodidacte, qui a appris tout seul en combattant comme soldat des Forces Spéciales. Son 2IC, Harrison, est bruyant, odieux, mais a un centre plus doux, si vous prenez le temps de le trouver. Le contingent chinois est d'une grande beauté, avec Doi, l'aînée des commandants, mise sur ses chemins, Jaiyun, la meilleure amie et l'amante de Liz. Les Russes ont quelques caractères standard, Vlad, très intelligent, aime boire, et il y a la belle Dr Anna, dont tout le monde tombe amoureux au premier regard. Bien sûr, elle est aussi l'une des personnes les plus intelligentes de la station.

C'est un regard approfondi sur la survie sur Mars, un thriller avec de multiples sous-intrigues qui se déroule après que les événements sur Terre aient eu lieu et bien sûr, c'est juste une histoire exceptionnelle de personnages de science-fiction.

Les interactions entre chacun des personnages sont intelligentes et granuleuses, réalistes, Cawdron a consacré beaucoup de temps et d'efforts à s'assurer que les conversations sur le front de la science-fiction sont exactes en demandant conseil à la NASA, il a fait ses recherches sur la construction d'une colonie sur Mars, à tel point que quelqu'un devrait l'engager pour faire partie d'un comité chargé de concevoir les plans de la prochaine base là-haut.

Et tout cela avant que les véritables rebondissements de l'histoire ne s'installent et que vous ne réalisiez que vous n'êtes pas encore entré dans la vraie histoire. Comme je l'ai dit, il y a beaucoup d'intrigues et de sous-intrigues pour en faire un thriller exceptionnel qui vous laissera assis à la fin en faisant " Huh " pendant que vous mettez tout cela en place.





Note : 9/10
Lien : https://culturevsnews.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Rétrograde
  12 novembre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
Les missions habitées pour Mars nous semblent être de la SF, mais c’est sans doute l’une des prochaines grandes étapes que l’Homme franchira. Les projets en ce sens sont d’ailleurs de plus en plus aboutis, précis et des expérimentations vont dans cette direction même si le défi est incroyable techniquement, physiologiquement, financièrement, etc.

Qu’importe toutes ces choses très terre à terre, nous sommes là dans un roman et donc tout est permis même si je trouve que d’emblée, le décors (la base, les modules), les compositions d’équipes, l’ambiance, tout sonne très juste sous la plume de Peter Cowdron. En tout cas, c’est bien ainsi que je m’imaginais les éléments même si c’est certainement bourré de clichés. L’immersion est donc plus rapide et c’est un atout pour des lecteurs occasionnels de récits que l’on pourrait rangés dans la catégorie Science-Fiction, même si là aussi, on ressent d’autres sous genres.



Il ne sera pas question de petits bonhommes verts, rouges ou mauves, nous ne sommes pas dans « X-Files ». Nous sommes dans le futur, mais relativement proche et ce qui va arriver aux colons restera avant toute chose une aventure humaine à des millions de km de chez eux, sans contact avec leurs semblables restés sur Terre où un conflit nucléaire est engagé. Leur environnement est assez hostile. Mars n’est pas un Eden. Les contraintes nombreuses et beaucoup pourraient avoir une issue fatale. Bref, de quoi frissonner un peu, mettre le lecteur sous tension comme les protagonistes. On vit avec eux, les détails sont assez précis pour que l’on puisse parfaitement intégrer leurs rangs le temps de notre lecture.



Possible que les lecteurs rodés du genre ne trouvent pas une grande originalité au scénario de base, mais les autres dont je fais partie s’en contentent assez bien.

Certes, j’ai bien noté quelques longueurs dans ce roman (certaines explications deviennent un brin fastidieuses), des petites incohérences qui pourraient être gênantes tout de même (état de santé de Liz et ses performances ensuite, des actions précipitées…), des clichés/ficelles assez gros(ses) même pour une non spécialiste du genre. Oui, j’en ai pris note et j’ai fait avec parce que je voulais juste passer un bon moment avec ce roman que j’oublierais certainement au profit d’autres plus novateurs, plus originaux, mieux mis en valeur. L’excellence n’est pas là cette fois, mais je ne crierais pas au scandale pour autant. C’était un voyage que je ne regrette pas.


Lien : https://espace-temps-libre.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Rétrograde
  08 novembre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
Initialement édité chez Houghton Mifflin Harcourt en 2016, Denöel propose depuis le 11 octobre 2018 la traduction française par Mathieu Prioux dans la collection Lunes d’Encre. J’ai appris durant l’écriture de cette chronique que Rétrograde était en fait le premier tome d’une duologie portant le nom de Mars Endeavour en VO et dont le deuxième titre est Reentry. Il ne reste donc plus qu’à espérer une traduction de la suite par Denoël. Dans la lignée de Seul sur Mars d’Andy Weir, Rétrograde propose un huis-clôt de hard Science martien aux bases scientifiques poussées.



Dans un futur très proche, et qui résonne avec les dernières actualités spatiales, l’humanité envoie sa première mission multiculturelle installer une colonie martienne en vu d’étudier la planète. Liz, jeune américaine et micropaléobiologiste fait partie du module américain et est une des rares femmes de la mission. On reverra la parité. En liaison constante avec la Terre, la colonie reçoit un message terrible : L’Humanité vient de se faire dézinguer par l’arme atomique. Qui est responsable ? Et surtout pourquoi ? C’est donc à travers les yeux de Liz que nous apprendrons les tenants et les aboutissants de cette coupure subite entre les deux planètes et surtout du danger que cela représente.



Petit par ses 290 pages, le roman n’en est pas moins riche et complexe puisque l’auteur explique patiemment chaque donnée scientifique sans pour autant être indigeste. C’est un point appréciable, proche de la vulgarisation, qui permet au lecteur qui n’est pas forcément ami avec la science de ne pas être perdu et de rendre le roman crédible. Assez proche de Le Volcryn par le huis-clôt, Rétrograde prend des raccourcis parfois facile qui font de temps en temps lever les yeux au ciel, mais l’auteur arrive à saisir son lecteur tout au long du livre et soulève différentes questions. Où commence l’humanité et où s’arrête t-elle ?



J’ai d’ailleurs plutôt bien aimé la césure qui se créait une fois la Terre séparée de sa colonie martienne. Chaque module est persuadé que c’est la faute de l’autre et certains deviennent même paranoïaque. Il y a alors une vraie tension qui se créait. Qui ment, qui dit vrai, le lecteur est totalement perdu lui aussi. La fin, bien que précipité, n’est pas décevante et donne la conclusion judicieusement à ces personnages qu’on a appris à aimer.



J’aurais plaisir à découvrir le tome suivant afin d’avoir peut-être certaines réponses à mes questions. C’est un livre que j’ai apprécié et qui mit de côté les facilités scénaristiques, tient la route. Il se lit tout seul et a le mérite de faire apprendre deux trois petites choses à son lecteur. Une petite balade sur la Rouge, c’est toujours appréciable !
Lien : https://museaurania.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Rétrograde
  30 octobre 2018
Rétrograde de Peter Cawdron
Le résumé m’a beaucoup plu, j’en attendais donc autant de l’histoire. Globalement on peut dire que je n’ai pas été séduit, mais c’est peut être que j’en attendais trop. Le livre n’est pas mauvais, il ne m’a juste pas touché.



Point positif, ça démarre vite. La catastrophe nucléaire sur terre est introduite très tôt dans le roman. On est donc dans le vif su sujet tout de suite. Jusque là tout va bien, on apprend à connaitre Liz, le personnage narrateur, ainsi que les personnes qui l’entourent et on a droit à un bref topo sur le fonctionnement de la colonie.



Puis vint le moment où la camaraderie se perd au profit du nationalisme quand les nouvelles de la guerre nucléaire arrivent sur Mars. J’ai trouvé ce passage bien trop long. Liz se balade dans chacun des quatre modules (Américain, Chinois, Russe et Eurasiatique) pour tenter de ressouder les liens entre les astronautes. On apprend certes des choses sur le mode de raisonnement de chaque module, on rencontre les différents protagonistes, mais c’était trop long pour moi. Sans compter les nombreuses digressions sur la vie de tel ou tel astronautes avant la mission. En revanche, savoir comment ils ont été choisi et entraîné pour cette mission m’a intéressé.



Il faut attendre le second tiers du livre pour avoir un peu d’action et de tension. Cette partie m’a intéressé et m’a happé. Je l’ai lue très vite jusqu’au moment où on entraperçoit la raison de tous leurs maux. À partir de là, l’intérêt que j’avais pour le livre m’a quitté petit à petit. Je n’ai pas adhéré au choix de l’auteur. Si jusque là cette Hard Science-fiction tenait la route, avec la révélation finale, ça s’écroule. Chacun est libre de penser si c’est plausible ou non, les scientifiques eux-même se penchent sur la question.



Je n’ai pas détesté le livre, j’ai été intéressé par sa thématique. Tantôt j’étais intrigué par les détails techniques, tantôt je trouvais que ça allait trop loin. L’auteur aurait pu alléger un petit peu les éléments scientifiques, mais ça ne serait plus de la Hard Science-fiction. On aime ou non. Ce qui m’a surtout déconcerté ce sont les longueurs du début puis l’explication finale.



Rétrograde plaira assurément aux fans d’explorations spatiales et tout ce qui s’y rapproche. Le roman a su susciter mon intérêt mais ne m’a pas totalement séduit.
Lien : https://lesinstantsvolesalav..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Rétrograde
  27 février 2019
Rétrograde de Peter Cawdron
Avec moins de 300 pages, et malgré un joli final, le livre est à des années-lumière des grandes sagas martiennes d’un Kim Stanley Robinson chroniquant la colonisation et la terraformation de la planète rouge [...] Lu avec plaisir, Retrogade reste un synopsis de série télé…
Lien : https://next.liberation.fr/c..
Commenter  J’apprécie          10


Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Peter Cawdron(1)Voir plus


Quiz Voir plus

Poèmes gruyère :))

(Le Corbeau et le Renard) - Maître Corbeau, sur un arbre ......... , Tenait en son bec un fromage. Maître Renard, par l'odeur alléché, Lui tint à peu près ce langage : Et bonjour, Monsieur du Corbeau. Que vous êtes ........ ! que vous me semblez ......... ! Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le ......... des hôtes de ces bois

élevé - beau - bien - roi
perché - joli - beau - phénix
feuillu - noir - joli - meilleur
sec - haut - loin - phénix

6 questions
48 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , poésieCréer un quiz sur cet auteur