AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.89 /5 (sur 9 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Alma (Michigan) , le 07/08/1959
Biographie :


Peter Gizzi est un poète américain.
Il est l'auteur de plusieurs recueils de poésie, dont Songs Seuil (2011), Le Outernationale (2007), et Le cœur artificiel (1998)
Il vit dans le Massachusetts, et enseigne à L'université du Massachusetts à Amherst. Il a dirigé la revue et les éditions O'Blek de 1987 à 1993. En 1994, il a reçu le Prix du Jeune Lavan poètes de l' Académie des poètes américains. Il a également été en résidence à La Colonie MacDowell , La Fondation de littérature française à Royaumont,et le Centre International de Poésie Marseille. Il a reçu des bourses de la Fondation Howard, la Fondation pour les Arts contemporains de performance, et de la John Simon Guggenheim Memorial Foundation. Au printemps de 2011, il a occupé le poste de poète en résidence à la Faculté anglais de la University of Cambridge.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Peter Gizzi   (6)Voir plus

étiquettes
Podcast (1)


Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
coco4649   26 novembre 2022
Et maintenant le noir de Peter Gizzi
Lyrique







extrait 3



Maintenant le mot

qui tombe.

Maintenant d’autres pluies.

Maintenant des cyclones

bios et des graines.



La pâmoison mortelle

en force et

des couleurs

et le bruit

des corbeaux et

leur lustre platine

nourrissant le ciel.

Flammes et grandeur

hâlant les noms.



Donner un foyer

à l’horizon,

un horizon au mystère,

à miséricorde, à mémoire.

J’ai pensé que je

pourrais essayer

de passer

la porte.

La porte.

C’est sans

importance.

J’irai aussi longtemps

que j’irai et si

tu es là

pour moineauter.

Moineaute.





/ Traduit par Stéphane Bouquet
Commenter  J’apprécie          40
coco4649   26 novembre 2022
Et maintenant le noir de Peter Gizzi
Lyrique







extrait 1



Chaque jour je veux que vole mon cerf-volant



Donne le monde

au monde,

le temps au déluge,

donne la cendre aux jardins

et le grain aux arbres.

La nature superlative

dans les arbres

ne m’effraie pas.

Je suis transporté

et regarde s’ouvrir les pétales.



Donne la rousseur du sol

au soleil,

donne une sépulture

au ciel,

à la chanson.

Je ne suis pas du genre

à dédaigner la grive,

à diminuer le moineau.



Donne la flèche

aux amants,

la nuit à la lavande,

la lavande au sommeil,

pour ailer

pour aller

pour altérer

pour allumer

le quart de nuit,

l’aurore optique.



Donne de l’eau à la pierre,

de la pierre à l’écho.

Dans la mosaïque

les ailes de la colombe

sont faites de fragments

et de pierre.

Ainsi est le monde.







/ Traduit par Stéphane Bouquet
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   26 novembre 2022
Et maintenant le noir de Peter Gizzi
Lyrique







extrait 2



Si je l’ai vu

Je l’ai senti.

Si je l’ai senti

j’ai appris de lui.

Et quand la lune

ouvre l’horizon,

voilà que mardi s’en va.



La lune

la soie

le maïs

le rail.

J’ai senti cela et

un minuit

cela ne me lâcha plus.

Je gémissais.



Je vivais de lubies

et de soies et de choses.

Je rembourrais une chaise,

une poupée.

Je clignais des yeux

et pleurais et.







/ Traduit par Stéphane Bouquet
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   23 mai 2019
Archéophonies de Peter Gizzi
Quand les mots repartirent…

 

 

Quand les mots repartirent leurs fictions restèrent

Cumulo-nimbus et pluie, eaux lexicales raclant les caniveaux,

 sculptant un monde.

Le stylet vivra dans l’éclair.

Une lumière hardie de l’étain à qu’importe.

Désormais des observations discrètes produisent un son sans

 drame, du genre je suis une bulle,

faites de moi la mer. O, faites de moi la mer.
Commenter  J’apprécie          90
coco4649   24 mai 2019
Archéophonies de Peter Gizzi
Po-ly-pho-nie c’était…





Po-ly-pho-nie c’était

une musique pour moi

une effluve effrayante

qui me pénétrait éclairé

par ce parler

par cette musique

épaisse embryonnaire

née dans une bizarre

lumière nouvelle et plus sombre

que toutes celles

que j’avais connues

alors, la polyphonie

me parla



C’était une

langue

pour avaler le ciel

une langue

pour dire au revoir

debout

avec les autres

debout

dans la poussière…
Commenter  J’apprécie          80
coco4649   28 mai 2019
Archéophonies de Peter Gizzi
Jours pluvieux et lundis





Au-dessus de tout ceci et

au-dessous de tout cela



entre ce oui-ci

et ce oui-là



ce qui hante



entre la fille

et les flèches



le jadis

et le lointain



entre galaxie

et litière



me parlant à moi-même

pour l’instant



une chanson



p.43
Commenter  J’apprécie          60
coco4649   23 mai 2019
Archéophonies de Peter Gizzi
À l’instant des ondes adolescentes…





À l’instant des ondes adolescentes

crient à travers ton corps

pendant qu’on s’échange des sms.

C’est le moment où il faut que tu chantes

avec moi.

Je trace mon chemin dans une chambre obscure

cherchant d’autres structures à aimer.
Commenter  J’apprécie          60
coco4649   03 juin 2019
L'Externationale de Peter Gizzi
AU GRATTAGE





Extrait 2



Si l’arc aux tons bleus

dans la chance du vendeur



Si le temps lui-même faisant demi-tour

et déroulant sa corde



Comment se fait-il que cet après-midi

bien qu’immense soit aussi cristallin —



la perspective totale et lumineuse

Que ceci et cela commencent



Ô vent souviens-toi de la musique

Oiseau, ça suffit tes trilles
Commenter  J’apprécie          30
coco4649   25 mai 2019
Archéophonies de Peter Gizzi
Le soleil était un haillon d’or…





Le soleil était un haillon d’or cloué à l’échelle.

Et ici les soucis poussent jusqu’au bord des rives.

Les éphémères somnolent sur les eaux.

Alors comment la surface aveuglante et ses élocutions

 sous des piles de nuages,

et les nuages posés là près du lieu et du son.

Un truc. Ce truc et des paillettes de son.

Un détail transitif indicatif lutte contre le vide.

Tout l’après-midi une lumière silencieuse vert-dorée

sur l’herbe tachetée, bondissait.
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   28 mai 2019
Archéophonies de Peter Gizzi
Crépuscule civil





Extrait 4



Mais avant la lumière était sorcière,

instamatic et brillante, 6 degrés au-dessus

de l'horizon chaque jour.

Le soleil dans ce monde en chemin

démarrant de mon porche à l'ouest.

Il y a une chanson dans l'herbe

sur fond de gémissement du jet.

Tout s'évapore et pourrit,

non dans le silence mais dans la vie.





p.54
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quiz Harry Potter (difficile:1-7)

De quoi la famille Dursley a-t'elle le plus peur?

des voisins curieux
des hiboux
de Harry
de tout ce qui peut les faire paraître étranges

20 questions
6088 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur