AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.61 /5 (sur 341 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Marcinelle, Belgique , le 14/03/1911
Mort(e) le : 10/12/1979
Biographie :

Peter Randa, de son vrai nom André Duquesne, est un écrivain français d'origine belge.

Il est également connu sous les noms de plume suivants : Jean-Jacques Alain, Urbain Farrel, Herbert Ghilen, Jules Hardouin, Jim Hendrix, Henri Lern, André Ollivier, H.T. Perkins, F.M. Roucayrol, Diego Suarez, Jehan Van Rhyn, Percy Williams.

Il sera tour à tour joueur professionnel, comédien, éditeur d’œuvres légères qui lui vaudront d’être poursuivi par le gouvernement suisse, puis propriétaire d’un cabaret à Genève pendant la guerre où il côtoie collaborateurs et résistants français.

En 1961, il s'installe avec sa famille dans le village de Sainte-Radégonde-des-Pommiers, près de Thouars, en Deux-Sèvres, où il vit jusqu'à son décès accidentel le 10 décembre 1979.

Bien que profondément ancré dans cette région du Poitou qu'il ne quitte guère, se consacrant uniquement à l'écriture (3 à 4 romans par an) et sa famille, il y situe nombre de ses romans policiers, il conservera cependant toute sa vie la nationalité belge.

De 1955, date de parution de son premier roman, "Solde à la Morgue" (n° 75 de la collection "Spécial-Police"), sous le pseudonyme de Peter Randa, à 1980, date de parution de son dernier roman policier "Cette fille dans ses pattes" (même collection, n° 1550), Peter Randa a publié près de 300 romans.

"Jusqu'au dernier" est adapté au cinéma en 1957, réalisé par Pierre Billon, avec Raymond Pellegrin et Jeanne Moreau.

Il a aussi écrit une trentaine de romans policiers, sentimentaux et d'espionnage, sous pseudonymes, chez un éditeur suisse (Perret-Gentil), une cinquantaine de romans érotiques au début des années 1970, ainsi qu'un roman policier en feuilleton dans France Soir : "Une poupée dans le Tour", en collaboration avec Ange Bastiani (1918-1977).

Son fils, Philippe Randa (1960), est écrivain et éditeur.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (102) Voir plus Ajouter une citation
domisylzen   01 novembre 2017
Venu de l'infini de Peter Randa
— Mon Dieu, que lui est-il arrivé ? Henri ?

     Péniblement, je me redresse, la tête lourde. Je vois mal. Dans une sorte de trouble. Je suis blessé. Mon genou vient de s'appuyer sur un objet allongé et rond comme un gros tuyau... et c'est dur.

     — Qu'est-ce qui t'est arrivé ?

     — Je ne sais pas.

     Ma mère me serre dans ses bras et ma tête s'appuie contre sa poitrine.

     — Tu vois bien, il n'a pas de mal. Si tu l'avais mieux surveillé...

     — Deux minutes, pour entrer dans la cuisine.

     — Avec les gosses, c'est déjà trop, surtout un gosse comme celui-ci.

     Furieux à mon tour, je donne un coup de pied au tube de fer et pousse un gémissement.

     — Ça me poursuivait.

     Mon père hausse les épaules, se penche et ramasse l'objet.

     — Jamais rien vu de semblable.

Commenter  J’apprécie          220
moravia   02 septembre 2018
En monnaie de bonze de Peter Randa
Dieudonné ! Je n'en reviens pas de découvrir sa photo en première page de mon canard. Je n'ai pratiquement jamais eu affaire à lui, mais je le voyais dans sa cage de verre chaque fois que j'allais à la banque.

Pas assez souvent à mon gré. Quand on vend des aspirateurs, le compte qu'on peut avoir se gonfle rarement. Un chèque par-ci par-là, généralement tout petit...dont on retire le montant presque tout de suite. Je pousse un soupir.

Un homme si respectable, Dieudonné. Du moins, c'est l'impression qu'il me faisait. Le visage rond, souriant, amène...l'œil légèrement ahuri. Des gestes pondérés et précis. Je me souviens de quelque chose à son sujet. Quoi ? Un truc important...Dubitatif, je repose mon journal. Un grand titre barre toute le première page.

UN CAISSIER DISPARAIT EN EMPORTANT 200 MILLIONS D'ANCIENS FRANCS.



(incipit).
Commenter  J’apprécie          140
moravia   10 août 2018
Tiercé dans l'ordre de Peter Randa
La compagne des mauvais jours. Je n'étais encore rien lorsque nous nous sommes mariés. Simple employé de banque. Dans la banque où elle travaillait également. Comme dactylo.

Quinze ans de ça. Non, dix-sept. Nous vivions dans un petit studio de la rue des Martyrs. Un studio pourvu d'une cuisine minuscule. Le beau temps ! Tous mes espoirs, toutes mes ambitions étaient encore des rêves. En se réalisant, les rêves perdent beaucoup de leurs charmes.
Commenter  J’apprécie          130
moravia   08 septembre 2018
En monnaie de bonze de Peter Randa
Des meubles rustiques d'un certain standing. Radio et télévision. Aux murs des tableaux. Pas des tableaux qui donnent envie de rigoler ou qui posent des problèmes. Des vrais, qui représentent quelque chose et qu'on ne peut accrocher que dans un seul sens.
Commenter  J’apprécie          135
moravia   05 septembre 2018
En monnaie de bonze de Peter Randa
Il y a trois mois, je l'ai aperçu en compagnie d'une nana baraquée en canot de sauvetage. Autant de roulis que de tangage.
Commenter  J’apprécie          130
moravia   11 mars 2019
La belle amour de Peter Randa
- Tu sais que tu es très jolie, habillée ainsi ?

- C'est ma robe qui te plaît ?

- Ce n'est jamais une robe qu'on a envie de serrer dans ses bras.
Commenter  J’apprécie          121
moravia   27 août 2018
Les Parques de Peter Randa
Une assez grande chambre arrangée en studio. Lit-divan recouvert d'un jeté de velours grenat. Dessus, des coussins et une très grosse poupée de tire-pipe.
Commenter  J’apprécie          110
moravia   28 août 2018
Les Parques de Peter Randa
Les meubles sont du même style que ceux de la chambre qu'on m'a réservée. Ici aussi, ils sont neufs...Sur une sellette un électrophone et une impressionnante rangée de quarante-cinq tours dans un support ad hoc tiré contre le mur.

Radio, bien entendu, et la télé. Sur le toit de la villa j'ai aperçu la double antenne qui permet de capter la seconde chaîne.
Commenter  J’apprécie          106
pictura   25 avril 2014
Les rescapés de demain de Peter Randa
Le professeur a une sorte d’hésitation et un sentiment de malaise. Il demande :

— Auriez-vous désiré un sommeil d’une plus longue durée ?

Philippe Sauval a une moue gouailleuse :

— Dame !… Un millénaire ou deux… Là au moins nous nous serions trouvés dans des circonstances exceptionnelles.
Commenter  J’apprécie          100
moravia   07 juin 2020
Coup de flambe au cœur de Peter Randa
- Toi et moi, on la boucle désormais...Pas d'autre solution...si on essayait de se dénoncer, ça deviendrait de la diffamation pure et simple. Plus moyen de prouver quoi que ce soit. Tu as cru décrocher la timbale mais c'est comme au tiercé. Tu n'avais que les deux premiers...Dans le fond, ça ne te coûte rien !...Tu pourras continuer ta petite vie peinarde...ça vaut mieux que le gnouf !

Péniblement, elle s'extrait de son fauteuil et fait deux pas puis soudain se casse en deux en se retenant au secrétaire.

- L e cœur, dit-elle d'une voix rauque... Il flanche... J'ai des pilules dans le tiroir du buffet...donnez-les-moi.

Me voilà saint Bernard. Je vais au buffet et j'ouvre le tiroir. Tout un fouillis, mais j'entends qu'on en ouvre un autre précipitamment et je me retourne :

- Ne bougez pas, Vallier.

La vache m'a possédé ! Redressée, le visage tendu, l’œil étincelant, elle me braque avec un petit browning. Un sourire sardonique retrousse ses lèvres.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Chronologie des événements dans Star Wars

La Bataille de Yavin 4 et la destruction de l'Etoile Noire ?

An - 4
An 1
An + 4

5 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : star warsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..