AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.74 /5 (sur 36 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , 1809
Mort(e) à : Mostaganem , 1859
Biographie :

BOREL PIERRE-JOSEPH D' HAUTERIVE dit PÉTRUS (1809-1859)

Chef de file de ceux que l'on désigne communément du nom de « petits romantiques français », boudé par le succès de son vivant, Pétrus Borel s'impose aujourd'hui comme l'un des écrivains les plus originaux du romantisme.

Il est le douzième des quatorze enfants d'une famille d'émigrés pauvres, réfugiée en Suisse après que le père eut combattu à Lyon, dans les rangs royalistes, les armées de la Convention. À quinze ans, Pierre Borel entre chez Garnaud pour y apprendre le métier d'architecte, puis chez Bourlat, et s'installe en 1829 à son propre compte ; mais son aversion pour la mode architecturale de l'époque, son amour pour le Moyen Âge, pour le mouvement et la couleur effarouchent la clientèle ; aussi s'abandonne-t-il de plus en plus à sa passion du dessin, qu'il étudie dans l'atelier d'Eugène Devéria, et des lettres. Période difficile, où il dort dans les caves des maisons qu'il construit et mange rarement à sa faim, mais qu'illuminent l'amour de l'art et l'immense désir d'imposer un talent qui s'épanouit dans l'atmosphère d'amitié et d'émulation du Petit Cénacle dont Pétrus Borel fut, sinon le chef, du moins l'âme. Ses relations amicales avec Victor Hugo le désignent tout naturellement comme l'un des grands organisateurs de la défense, au moment de la bataille d'Hernani.

Pétrus Borel, poète, traducteur et écrivain, est né à Lyon en 1809 et mort en Algérie en 1859.
Voici ce qu'en disait Baudelaire : "Il y a des noms qui deviennent proverbes et adjectifs. Quand un petit journal veut, en 1859, exprimer tout le dégoût et le mépris que lui inspire une poésie ou un roman d’un caractère sombre et outré, il lance le mot: Pétrus Borel! et tout est dit. Le jugement est prononcé, l’auteur est foudroyé. Pétrus Borel, ou Champavert le Lycanthrope, auteur de Rhapsodies, de Contes immoraux et de Madame Putiphar, fut une des étoiles du sombre ciel romantique. [...] Sans Pétrus Borel, il y aurait une lacune dans le Romantisme. [...] Pour moi, j'avoue sincèrement, quand même j'y sentirais un ridicule, que j'ai toujours eu quelque sympathie pour ce malheureux écrivain dont le génie manqué, plein d'ambition et de maladresse, n'a su produire que des ébauches minutieuses, des éclairs orageux, des figures dont quelque chose de trop bizarre... altère la naïve grandeur."
Petrus Borel appartient au groupe romantique du Petit Cénacle, et à cette mouvance qualifiée de "frénétique" à laquelle se rattachent aussi Ne
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Émission « Une vie, une Œuvre » diffusée sur France Culture le 19 décembre 2004. Avec : Sylvain Goudemare, Jean-Pierre Saïdah, Jean-Luc Steinmetz et Jacques Simonelli.


Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
LydiaB   24 avril 2013
Champavert : Contes immoraux de Pétrus Borel
Monde atroce ! il faut donc qu’une fille tue son fils, sinon elle perd son honneur !… Flava ! tu es une fille d’honneur, tu as massacré le tien !… tu es une vierge, Flava ! Horreur !… Ôte-toi de dessus de cette fosse, que je creuse la terre de mes ongles ; je veux revoir mon fils, je veux le revoir à mon heure dernière !

— Ne troublez pas sa tombe sacrée…

— Sacrée !… Je te dis que je veux revoir mon fils à mon heure dernière ! laisse-moi fouiller cette fosse !

La pluie tombait à flots, le tonnerre mugissait, et quand les éclairs jetaient leurs nappes de flammes sur la plaine, on distinguait Flava, échevelée ; sa robe blanche semblait un linceul, elle était couchée sous les touffes du houx. Champavert, à deux genoux sur terre, de ses ongles et de son poignard fouillait le sable. Tout à coup, il se redressa tenant au poing un squelette chargé de lambeaux : — Flava ! Flava ! criait-il, tiens, tiens, regarde donc ton fils ; tiens, voilà ce qu’est l’éternité !… Regarde !
Commenter  J’apprécie          296
coco4649   21 octobre 2018
Rhapsodies de Pétrus Borel
À Alphonse Brot, poète.

MA CROISÉE





Extrait 2



En extase, enivré, je n’ai plus rien d’humain.

Sur mon corps allégi mon âme se déborde,

Goutte à goutte en rosée ; et, semblable à la corde

D’un théorbe d’argent palpitant sous la main

D’un ange prosterné… sous mes pieds fuit la terre :

Je ne suis plus qu’un son ! un reflet ! un mystère !…



Peut-être vous riez tout bas de ce pouvoir

Si magique et puissant d’une voix sur mon âme ?

Le simple frôlement d’une robe de femme

Qui se hâte à lu nuit, suffit pour m’émouvoir.

Une main à bijoux, une gorge où ruissellent

Des perles, des joyaux, me charment, m’ensorcellent !



Ah ! s’il était un cœur ignorant et naïf

Qui n’ait pas ressenti ces philtres, ces ivresses ?

Qui, n’étant pas blasé par le vin, les maîtresses,

Trouve au soleil couchant, un plaisir assez vif…

Qu’il vienne ; je l’attends demain : à ma croisée

Bientôt il sentira sa jeune âme embrasée.



p.56-57
Commenter  J’apprécie          200
Pétrus Borel
michfred   03 août 2015
Pétrus Borel
Le Gniaffe 1841



Le gniaffe arrivé, le gniaffe maître, le gniaffe possédant un établissement est trop généralement répandu, et trop à la portée de tout le monde, pour que nous nous y appesantissions beaucoup. Ce n’est pas de cet enfant du siècle, bon lecteur, que nous avons à t’entretenir ; tu le connais de reste ce débitant vulgaire qui parle à la troisième personne, qui dit : « Monsieur veut-il ses bottes plus carrées ? Que souhaite madame ? Offrirai-je un siége à monsieur ?... » Nature servile et bâtarde, polie par son frottement aux honnêtes gens qu’elle chausse ; épine dorsale flexible et docile ; bouche assouplie, faite au mensonge et professant le mot flatteur !... Non, non, ce n’est pas là l’objet de notre choix ; ce n’est pas là notre héros, ce n’est pas là notre Ulysse… Notre Priam à nous, c’est le gniaffe au cœur noble, à l’âme élevée et ombrageuse, qui, en dépit de toutes les sirènes de la corruption, s’est maintenu dans l’indépendance la plus absolue et la plus primitive !



Celui-ci que désormais nous appellerons, pour le distinguer du gniaffe de commune espèce, gniaffe pur-sang ou angora, a la fierté de l’homme qui a la conscience d’une vie sans peur et d’une intelligence consommée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Pétrus Borel
Aurel82   23 janvier 2018
Pétrus Borel
L’Incendie du bazar



J’habite la montagne et j’aime à la vallée.

LE VICOMTE D’ARLINCOURT.



Ô toi, dont j’avais fait l’emplette

Pour danse au bois neige-noisette !

L’as-tu toujours, ma Jeanneton,

Ton jupon blanc, ton blanc jupon ?



Pour quelque muscadin, matière à comédie,

Ne va pas m’oublier dans ce coquet bazar,

Où tu trône au comptoir. Colombine hardie !

Perçant l’horizon gris d’un œil au vif regard,

Flamboyant vois mon cœur, d’amour vois l’incendie !

Et si tu l’as encore, écris-moi, Jeanneton,

Ton jupon blanc, ton blanc jupon.



Au feu ! au feu ! au feu ! la Vierge à perdre haleine

Court… le bazar rissole ! au feu ! au feu ! au feu !



N’est-ce pas Margoton, Cathin ou Madeleine ?… -

Non, c’est la demoiselle au gendarme Mathieu.

— Fleur d’un jour, du ciel noir à la lueur soudaine,

Fuis !… et si tu l’emporte, écris-moi, Jeanneton,

Ton jupon blanc, ton blanc jupon ?



Plus que feu, grand mangeur, crains l’ardeur déréglée

Du bourgeois camisard, du rustre porteur d’eau,

Du beau sapeur-pompier, à coiffe ciselée,

Gare au rapt ! une fille est un léger fardeau.

À Blois, vers ton Titi, clerc à l’âme isolée,

Vole !… et si tu l’emporte, écris-moi, Jeanneton,

Ton jupon blanc, ton blanc jupon.



Ô toi, dont j’avais fait l’emplette

Pour danse au bois neige-noisette !

L’as-tu sauvé, ma jeanneton,

Ton jupon blanc, ton blanc jupon !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
coco4649   23 octobre 2018
Rhapsodies de Pétrus Borel
ADROIT REFUS





Extrait 2



J’aime à bouleverser une bibliothèque,

Fouiller un chroniqueur qu’on a laissé moisir,

Déchiffrer un latin, quelque vieille ode grecque,

Essayer un rondeau, poindre un ange à loisir ;

Puis surtout, d’un festin l’enivrante magie,

L’impudeur effrontée assise en une orgie,

Où s’affaisse mon corps sous le poids du plaisir.



J’aime enfin chevaucher dans les bois, les campagnes,

Sur mon prompt alezan par une nuit d’été.

J’aime des cris de guerre éveillant les montagnes ;

J’aime enfin l’incendie, horrible volupté !

Écraser un tyran sous sa lourde oriflamme !

Au sang de l’étranger retremper une lame,

La lui briser au cœur, en criant liberté !



Ah ! ne m’accusez pas d’être froid, insensible,

D’avoir l’œil dédaigneux, le rire d’un méchant ;

D’avoir un cœur de bronze à tout inaccessible,

D’avoir l’âme fermée au plus tendre penchant.

Vous me devinez peu malgré votre science :

Croyez moins désormais à cette insouciance,

J’aime, et d’un amour vif ; j’en fais l’aveu touchant.



p.12/13

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Pétrus Borel
Aurel82   13 novembre 2018
Pétrus Borel
Odelette



Oh ! que n’ai-je vécu dans le beau moyen âge,

Age heureux du poète, âge du troubadour !

Quand tout ployait sous l’esclavage,

Lui seul n’avait que le servage

De sa lyre et de son amour.



Donc, sous son mantelet emportait sa richesse,

Sa lyre qui vibrait pour l’hospitalité ;

Et son estramaçon sans cesse

Demi-tiré pour sa maîtresse,

Brandissant pour sa liberté !
Commenter  J’apprécie          150
thereader83   17 mars 2018
Champavert : Contes immoraux de Pétrus Borel
Je ne crois pas qu'on puisse devenir riche à moins d'être féroce, un homme sensible n'amassera jamais.

Pour s'enrichir, il faut avoir une seule idée, une pensée fixe, dure, immuable, le désir de faire un gros tas d'or; et pour arriver à grossir ce tas d'or, il faut être usurier, escroc, inexorable extorqueur et meurtrier! maltraiter surtout les faibles et les petits ! Et, quand cette montagne d'or est faite, on peut monter dessus, et du haut du sommet, le sourire à la bouche, contempler la vallée de misérables qu'on a faits.
Commenter  J’apprécie          120
coco4649   24 octobre 2018
Rhapsodies de Pétrus Borel
RÊVERIES





Extrait 3



Autour de moi voyez la foule sourcilleuse

S’ameuter, du néant son haut cœur est marri. —

Dites de ce vieux chêne où va le tronc pourri ? —

Poudre grossir la glèbe. — Et vous, souche orgueilleuse !

Un ogre appelé Dieu vous garde un autre sort !

Moins de prétentions, allons, race servile,

Peut-être avant longtemps, votre tête de mort

Servira de jouet aux enfants par la ville !…

Peu vous importe, au fait, votre vil ossement ;

Qu’on le traîne au bourbier, qu’on le frappe et l’écorne…

Il renaîtra tout neuf, quand sonnera la corne

     Du jugement !

Commenter  J’apprécie          110
Pétrus Borel
Aurel82   15 mars 2018
Pétrus Borel
La Soif des Amours



Hélène ; je vous suis tout vendu.

AUGUSTUS MAC KEAT.



Viens, accours, fille jolie !

Viens, que j’oublie en ton sein

Le chagrin,

Qui, partout, dans cette vie,

Suit le pauvre pèlerin ;



Qu’un autre envieux de la gloire

Dans le tracas coule ses jours ;

Moi, toujours,

Riant de ce mot illusoire,

Je n’ai que la soif des amours !



Viens, accours, fille jolie !

Viens, que j’oublie en ton sein

Le chagrin,



Qui, partout, dans cette vie,

Suit le pauvre pèlerin.



Qu’un buveur, la tasse remplie,

Aux coteaux consacre ses jours ;

Moi, toujours,

Sans goût savourant l’ambroisie,

Je n’ai que la soif des amours !



Viens, accours, fille jolie !

Viens, que j’oublie en ton sein

Le chagrin,

Qui, partout, dans cette vie,

Suit le pauvre pèlerin.



Qu’un ladre accumulant sans cesse,

Sur ses trésors traîne ses jours ;

Moi, toujours,

Méprisant honneurs et richesse,

Je n’ai que la soif des amours !



Viens, accours, fille jolie !

Viens, que j’oublie en ton sein

Le chagrin,

Qui, partout, dans cette vie,

Suit le pauvre pèlerin.



Qu’un Anglais trace sur la tombe

Des vers sombres comme ses jours ;

Moi, toujours,

Sur des fleurs ma lyre retombe,

Je n’ai que la soif des amours !



Viens, accours, fille jolie !

Viens, que j’oublie en ton sein

Le chagrin,

Qui, partout, dans cette vie,

Suit le pauvre pèlerin.



Le temps éteindra sous ses ailes

Les feux ardents de mes beaux jours ;

Moi, toujours,

Je serai galant près des belles,

Je n’ai que la soif des amours !



Viens, accours, fille jolie !

Viens, que j’oublie en ton sein

Le chagrin,

Qui, partout, dans cette vie,

Suit le pauvre pèlerin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
coco4649   23 novembre 2015
Rhapsodies de Pétrus Borel
À ANDRE BOREL.

HYMNE AU SOLEIL



Pauvre bougre !

Jules Janin.





Là dans ce sentier creux, promenoir solitaire

De mon clandestin mal,

Je viens tout souffreteux, et je me couche à terre

Comme un brute animal.

Je viens couver ma faim, la tête sur la pierre,

Appeler le sommeil.

Pour étancher un peu ma brûlante paupière ;

Je viens user mon écot de soleil !



Là-bas dans la cité, l’avarice sordide

Des chefs sur tout champart :

Au mouton-peuple on vend le soleil et le vide ;

J’ai payé, j’ai ma part !



Mais sur tous, tous égaux devant toi, soleil juste,

Tu verses tes rayons,

Qui ne sont pas plus doux au front d’un sire auguste,

Qu’au sale front d’une gueuse en haillons.



p.49-50

Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur



.. ..