AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.31/5 (sur 16 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1956
Biographie :

Phil Casoar, de son vrai nom Philippe Guesdon, est historien, journaliste, dessinateur et écrivain français.

Début 1970 à Lille, il participe au lancement du "Clampin libéré", journal de "contre-information" de l'après-Mai 68 dont la parution s'arrête en décembre 1977. Dans les années 1980, il est journaliste à "Actuel". À la même période, il collabore à "Libération".

Avec Jean-Pierre Jeunet (1953), il tient pendant plusieurs années une rubrique sur le cinéma d'animation dans "Charlie Mensuel" sous le pseudonyme collectif "Rivoire et Carret".

Chroniqueur à "Fluide Glacial", il est aussi auteur de documentaires et éditeur des Œuvres autobiographiques d’Arthur Koestler (Laffont, collection Bouquins).

Il est scénariste et dessinateur de la BD "Les aventures épatantes et véridiques de Benoît Broutchoux" (1979) (avec Stéphane Callens).

Il a conçu l’album du "Fabuleux destin d’Amélie Poulain" et d’"Un long dimanche de fiançailles", "L’Album Goscinny" (2002, avec Jean-Pierre Mercier) et celui des "Héros de Budapest" (2006, avec Eszter Balazs).

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Phil Casoar   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Extrait de FR3 Lille 1oct 1993 qui parle de la BD sur Benoit Broutchoux , anarcho-syndicaliste.


Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Je ne lâche une image que quand je ne peux plus mettre de gags dedans ...
(René Goscinny)
Commenter  J’apprécie          210
28 raisons de lire l'oeuvre de René Goscinny, si toutefois bien sûr il en fallait plus d'une :
1) parce que c'est rigolo.
2) parce que c'est bien de lire alors autant que ce soit quelque chose écrit par Goscinny.
3) parce que c'est un plaisir ...
Commenter  J’apprécie          120
[Extraits du plaidoyer pour soi-même de Raoul Saccorotti, daté 30 août 1938] « "Dites-vous bien qu'il n'existe pas de déchéance pire que celle de se renier." (Titus, empereur philosophe)
[…]
Mais avant je vous déclare que je n'ai nullement l'intention de me faire élever sur le pavois, ni de vous exhorter à modérer la haine du délit. Je vous prie encore de bien vous rendre compte si je suis un cynique ou un fou puisque je ne manifeste aucune affliction ni aucun désespoir, en vous rappelant que saint Paul, bien justement a dit : Tribulations et angoisse sur toute âme d'homme qui fait le mal...
Mes déclarations feront de moi le jouet des hommes ; que m'importe ! Chacun ici comme ailleurs naît avec sa loi propre, inutile de chercher à s'y soustraire.
"Habenti parum
Egenti cuncta." [In : Alexandre Dumas, _Le Vicomte de Bragelonne_]
Loin de moi l'intention d'élargir l'horizon de la cause, mais il faut que je plaide pour quelque chose de plus haut que mon intérêt matériel. Aujourd'hui la morale, après avoir épanoui toutes ses fleurs et livré tous ses fruits, s'honore de ses grandes et fécondes idées d'égalité, de fraternité et de charité, dont on est si fier, tout ce qui constitue, enfin, le fond de notre civilisation.
Et pourquoi la logique des principes ne passerait-elle tout entière dans les faits ?
Sont-ils beaucoup, ceux qui réservent à leurs semblables privés de ressources et de douceurs un peu de cette fortune qu'ils ont réalisée (je dirais pour être indulgent) avec l'aide d'une chance effrontée ? Bien petit est en effet, le nombre de ceux qui ont balancé la force absorbante du plaisir par la force expansive de l'abnégation et de la charité, et bien grand reste le nombre de ceux qui par bassesse de leur nature considèrent comme une seule et unique grandeur, le triomphe de la force.
Jamais la famille humaine n'a été si divisée qu'aujourd'hui par les intérêts respectifs et non nationaux.
[…]
"La santé et la richesse ôtent aux
hommes l'expérience du mal, leur
inspire la dureté pour leurs
semblables ; et les gens déjà chargés
de leur propre misère sont ceux qui
entrent davantage par la compassion
dans celle d'autrui." (La Bruyère, Caractères)
Mon cœur qui n'a ni la dureté du silex duquel tout choc tire une étincelle, ni la douce résistance de l'éponge qui a la faculté d'absorber les larmes et de mollir sans se blesser dans les chocs des mésaventures ; mon cœur souffre cruellement à la vue de tous ces déshérités de la fortune et du bonheur, à la vue de toutes ces angoisses d'autant plus poignantes qu'elles sont souvent secrètes et des maux d'autant plus affreux qu'ils sont souvent recouverts de l'apparence de tous les biens.
[…]
Voici la cause de ma présence devant vous : "LA TERRIBLE MISERE ET LE LUXE." Toutes ces considérations bien incomplètes, je l'avoue, suffiront-elles à vous éclairer ? J'ose l'espérer ! Il me semble qu'en continuant à me justifier je vous fais l'injure de douter de la justice de votre jugement.
Je ne dirai plus que quelques mots avec l'espoir qu'ils soient présents à votre esprit au moment où vous délibérerez. Ne faites pas avec votre verdict, de cette affaire, un de ces drames obscurs que personne ne soupçonne, qui ravage un homme et qui sont les plus tragiques des drames parce que la mort seule les dénoue, sans que les hommes injustes et inintelligents aient compris. » (pp. 155-161)
Commenter  J’apprécie          30
Demain au marché des grandes villes
Toutes femmes , nous nous réunirons
Pour protester avec furie
Sur le prix du beurre en cette saison
Nous avons assez de souffrance
Sans augmenter le beurre et le lait
Car demain toutes les femme de France
Nous le ferons vendre au rabais
Refrain :
En avant, camarades
Les amis, tous debout!
Sans peur ni tapage
Nous voulons le beurre à 15 sous (bis).
Commenter  J’apprécie          50
5. « Donc Raoul recueillait des informations, que Luigi Cavallo synthétisait dans son mensuel _Pace e Libertà_. L'article intitulé "Comment est organisée la contrebande de matériaux stratégiques de l'autre côté du Rideau de fer" dévoilait notamment comment des tonnes et des tonnes de minerais précieux transitaient par l'Italie pour être expédiées illégalement vers l'Union soviétique et ses pays satellites
[…]
- Si mon mari [Luigi Cavallo] l'a présenté à Rocca, si Rocca utilisait Saccorotti, c'est qu'il faisait les choses comme il faut. Je crois que Saccorotti, il était bien dans son rôle d'informateur. Parce que mis à part la sympathie qu'on avait pour Saccorotti, Rocca ne l'aurait pas gardé pour faire ce travail s'il n'était pas capable d'apporter des informations. Car eux, ils étaient sérieux, parce qu'il y avait des risques. Ce n'était pas un jeu, le contre-espionnage. Peut-être que d'un côté Saccorotti était un homme qui avait fait des choses bizarres, ses cambriolages... C'était sa vie avant, quand il était plus jeune... Mais si Saccorotti a donné des renseignements comme sur la contrebande d'or, ça veut dire qu'il faisait un travail sérieux. En plus, je ne crois pas qu'il faisait ça pour s'enrichir.
- On le payait pour ses informations ?
- Mon mari, non. Si Rocca donnait un peu d'argent à Saccorotti, ça je peux pas vous le dire... Sur Rocca, personne ne trouve rien. Tout a disparu. Le chef du contre-espionnage industriel, c'est bizarre... Les archives italiennes ne sont pas fiables. Les historiens, pourquoi ils me cherchent ? […] Ici, ce sont les archives d'un journaliste. Mon mari, il a rencontré Rocca le matin de sa mort. Rocca était très fâché contre le ministre Taviani [ministre de l'Intérieur du gouvernement Moro]... Parce que personne ne veut voir que Taviani avait des accointances avec cette histoire d'espionnage des Soviétiques... » (pp. 546-547)
Commenter  J’apprécie          20
Les socialos se foutent du populo!
Commenter  J’apprécie          50
4. « Lisant la petite biographie de "R aul Saccomani" extraite de _Macerie a Portofino_ [par le romancier populaire italien Salvator Gotta qui cotoya personnellement Raoul Saccorotti] : "C'est ce qu'il a raconté à mon mari, qu'il devait passer des messages à travers les lignes... 'Che storia !' Je ne crois pas qu'Olga savait grand-chose, je ne pense pas qu'Olga savait pour les vols. C'est une histoire à la Rashômon, un film formidable où l'on peut voir la vérité sous plusieurs angles... Ce qui est étrange, c'est qu'après la guerre, il a mené une vie très tranquille. Personne autour de lui, à part cet homme, Cavallo... Raoul passait son temps à découper des articles, dans sa chambre, tranquille, calme, c'était un homme complètement différent, toujours bouclé dans cette pièce sombre, sous la lampe, avec ses timbres et ses coupures de presse... Che storia !"
[…]
L'escalier au fond de cour à droite dessert l'appartement où logeait la famille Eristoff, au premier étage. C'est donc là, derrière cette haute porte à double battant, peinte en marron foncé et encadrée de boiseries, que Raoul Saccorotti a passé les deux dernières décennies de son existence, après les années de prison, d'exil et de relégation, les tribulations, les errances et avatars de son existence aventurière, adopté par une famille d'aristocrates russes déchus et bohèmes qui vivaient modestement des royalties de leur vodka... » (pp. 508-509)
Commenter  J’apprécie          10
1. « Rue Thiers, encore, un soir, un retraité alerté par une vague odeur de brûlé, monte à son galetas. Surprise, un élégant inconnu est tranquillement assis sur une de ses malles. Le vieux monsieur s'apprête à ameuter le voisinage, mais le dandy s'explique :
- J'attends chaque soir ici ma petite amie qui habite tout prêt. Elle est mariée... Vous imaginez le scandale, la fureur du mari !
- Gredin va ! le gronde le retraité. Je comprends, mais pas de ça chez moi, s'il vous plaît !
Sans demander son reste, le prétendu soupirant s'esquive. Le lendemain, le propriétaire du grenier reçoit ce mot anonyme :
"L'amoureuse que j'attendais, c'était la bergère Watteau de vos porcelaines. Elles sont fort jolies, vos porcelaines. Des porcelaines comme ça, ce n'est pas fait pour demeurer dans des malles !" » (p. 23)
Commenter  J’apprécie          10
3. « Mario Gallud sera finalement expulsé vers la Belgique le 25 décembre 1938. Revenu clandestinement en France, il essaiera en vain de s'engager dans la Légion étrangère pendant la drôle de guerre.
Jugé en février 1939, Edmond Déturche écopera de sept mois de prison ferme et de 200 francs d'amende. Dans son village de Fillinges, le dernier stock de mitraillettes et de chargeurs dormait toujours dans sa cache...
Épilogue imprévu : ces armes destinées aux anars espagnols, au lieu de rouiller sous la paille, serviront à armer le maquis qu'Edmond Déturche, rebaptisé "Pétafois" dans la Résistance, organisera pendant l'Occupation sur le flanc du massif de Voirons. Le 18 août 1944, équipés des fameux pistolets-mitrailleurs Bergmann préservés, Edmond et ses maquisards iraient débusquer les derniers Allemands retranchés dans l'hôtel Pax à Annemasse.
Quant au destinataire initial des armes, José Asens, réfugié en France après la chute de la Catalogne, il sera arrêté et interrogé par la police française en décembre 1939, puis interné au camp du Vernet. Libéré en octobre 1941, Asens travailla ensuite comme manœuvre à l'édification du barrage de l'Aigle en Dordogne. […] Ainsi, comme Edmond Déturche, José Asens rejoignit un maquis et participa avec d'autres anarchistes espagnols au sein du bataillon Didier à la libération du Cantal. Après la guerre, il milita dans le mouvement libertaire espagnol en exil. » (p. 356)
Commenter  J’apprécie          00
Le soir du 18 février 1938, Saccorotti vaporisé, comme dissout en fumée, les policiers, sidérés, auraient pu croire que toute cette étrange affaire n’était qu’un songe, si sous leurs yeux ne s’était étalée la preuve matérielle du zèle inlassable du cambrioleur : l’effarant butin accumulé dans les combles de l’immeuble du 3 avenue Alsace-Lorraine. Le chef de la Sûreté par intérim, Léon Levrey, le commissaire central, M. Dubosc, M. Mazeaud, substitut du procureur, et les inspecteurs Benoît, Bessoud et Molly-Mitton, découvraient « l’Aiguille creuse » du Lupin grenoblois, la caverne où Saccorotti avait entassé à lui tout seul le butin de quarante voleurs.
Inénarrable bric-à-brac ! Peaux de léopard, vaisselle, meubles, ustensiles de cuivres, bronzes, vases, statues en plâtre, médailles, verrerie, cristaux, tapis, descentes de lit, tableaux, panoplies d’armes anciennes, garnitures de cheminée, roues de bicyclettes, boîtes de poudre de riz, cannes à pêche ; et des lustres, un lavabo, une armoire, un violoncelle, une mandoline, un métronome, des disques de phonographe, des appareils photo, des manomètres, cannes, parapluies, patins à glace, enfin assez de vêtements pour achalander une friperie... et même une défense d’éléphant, pour compléter cet inventaire saugrenu.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Phil Casoar (50)Voir plus

Quiz Voir plus

La 2ème Guerre Mondiale en romans

Irène Némirovsky a décrit la tragédie de juin 40 dans un inoubliable roman intitulé ...

L'étrange défaite
Suite française
L'exode

14 questions
50 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , guerre mondiale , roman historique , témoignage historiqueCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}