AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.82 /5 (sur 11 notes)

Né(e) : 1957
Biographie :

Philippe Barthelet, né en 1957, est un écrivain français.

Le « roman de la langue » qu’il a commencé avec L’Étrangleur de perroquets se poursuit avec Baraliptons (2007) et L'Olifant (2008).
Producteur et chroniqueur radiophonique à France Culture (1985-2006), Philippe Barthelet collabore à plusieurs publications, dont Valeurs actuelles (chronique hebdomadaire « L’esprit des mots ») ou Espoir, la revue de la fondation Charles de Gaulle, dont il est membre de la convention. Il a aussi collaboré[précision nécessaire] aux revues Contrelittérature et Symbole.

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Philippe Barthelet
Un portrait de Philippe Barthelet - le voyage d'Allemagne - édition Gallimard - collection le sentiment géographique
Podcasts (1)


Citations et extraits (9) Ajouter une citation
nadejda   03 décembre 2010
Entretiens avec Gustave Thibon de Philippe Barthelet
L'homme a tellement dominé la nature qu'elle lui obéit passivement, comme une esclave --- mais elle ne lui confie plus ses secrets, comme ferait une amante. L'esclave muette. Comme le remarque Klages : "Les arbres murmurent, mais ils ne parlent qu'à ceux qui ont senti le mystère de la nature." Aux autres ils ne disent rien, au propre comme au figuré. Ni les arbres, ni les dieux. Ni, c'est à craindre, Dieu --- tout court.
Commenter  J’apprécie          70
nadejda   03 décembre 2010
Entretiens avec Gustave Thibon de Philippe Barthelet
C'est la marque distinctive de la grande poésie, non seulement de nous émouvoir la première fois, mais de nous émouvoir toujours davantage à mesure qu'on la relit. L'habitude crée ici un nouvel étonnement. C'est le propre des très grandes oeuvres.

Simone Weil définissait ainsi les véritables chefs-d'oeuvre : "Un tableau tel qu'on puisse le mettre dans la cellule d'un condamné à l'isolement perpétuel, sans que ce soit une atrocité, au contraire..." Il en va de même pour la poésie. Chaque nouvelle lecture nous apporte un nouvel éclairage : de nouveaux événements, de nouvelles expériences font qu'en relisant on se parle vraiment à soi-même.

Commenter  J’apprécie          40
nadejda   03 décembre 2010
Entretiens avec Gustave Thibon de Philippe Barthelet
Or la poésie dans son essence est le contraire de l'abstraction : c'est le concret par excellence, l'échange direct, l'émotion -- et au-delà d'elle peut-être une certaine connaissance obscure -- immédiatement suscitées. "Le meilleur de l'homme, c'est ce qui fait tressaillir l'homme", disait Goethe. C'est le meilleur de l'art aussi...
Commenter  J’apprécie          40
nadejda   03 décembre 2010
Entretiens avec Gustave Thibon de Philippe Barthelet
Au fond, le génie n'est rien qu'un souffle, qui passe...

.....Si la poésie n'est pas cette évocation du monde qui demeure au-delà -- et au travers -- du monde qui passe, l'affleurement du monde réel dans le monde des apparences, elle ne mérite plus son nom : elle est alors badinage, travail de bon ouvrier, voire travail d'orfèvre, mais non poésie. Car la poésie vient de plus loin que l'homme : en cela le poète s'apparente au prophète.
Commenter  J’apprécie          30
Sepo   21 avril 2014
Roger Nimier : Antoine Blondin, Jacques Laurent et l'esprit Hussard de Philippe Barthelet
"Pierre-Guillaume de Roux: Vous évoquez dans Le Vent Paraclet la classe de philosophie de Maurice de Gandillac au lycée pasteur à Neuilly, et si vous parlez de votre professeur, qui vous a beaucoup marqué, vous ajoutez que "c'était l'un des élèves qui accaparait la vedette". Cet élève s'appelait Roger Nimier...



Michel Tournier: Roger Nimier était à côté de moi. C'était un gros garçon qui ne faisait que manger - ce qui était à l'époque une préoccupation majeure, nous crevions de faim, on distribuait des biscuits vitaminés dans les écoles... Nimier donc mangeait sans cesse: si l'on soulevait son pupitre, on découvrait un véritable garde-manger. Il était plus jeune que nous, nous avions dix-sept ans quand il en avait quize ou seize, mais c'était un monstre de précocité. Son intelligence et sa mémoire étaient hors norme, il avait tout dépassé. On se sentait avec lui un peu en décalage... Vous savez, il il nous considérait à peu près comme des débiles mentaux, ce de son point de vue était entièrement justifié... Sa terrible précocité annonçait peut-être la brièveté de sa carrière et de sa vie (...)"



p.55
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nadejda   03 décembre 2010
Entretiens avec Gustave Thibon de Philippe Barthelet
La vie est terriblement brève, hélas, et surtout terriblement désynchronisée : nous voudrions dire à certains êtres, bien après qu'ils ont disparu, à quel point nous les comprenons maintenant, beaucoup mieux que nous n'avons pu le faire de leur vivant.
Commenter  J’apprécie          30
Pchabannes   08 janvier 2009
Entretiens avec Gustave Thibon de Philippe Barthelet
De la poésie



Du poète on connait la distinction latine entre le vates et le poeta, entre l’inspiré et le faiseur de vers. ‘’Le poète est à la fois l’un et l’autre, mais si le faiseur de vers en lui prédomine sur l’inspiré…Si la poésie n’est pas évocation du monde qui demeure au-delà-et au travers du monde qui passe, l’affleurement du monde réel dans le monde des apparences…’’
Commenter  J’apprécie          10
Pchabannes   08 janvier 2009
Entretiens avec Gustave Thibon de Philippe Barthelet
De la technique et du gain de temps



Au total nos moyens de forcer le temps se retournent contre nous. D’autant que la multiplication des possibilités de fausses distractions que nous offre la technique fait pulluler les chronophagies.’’
Commenter  J’apprécie          10
Pchabannes   08 janvier 2009
Entretiens avec Gustave Thibon de Philippe Barthelet
Les médias, l’information



‘’Quelqu’un dont le sort est d’être informé de tout, et condamné ainsi à ne rien comprendre.’’ Des imbéciles par G Bernanos
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Philippe Barthelet (21)Voir plus


Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur