AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.98 /5 (sur 300 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1966
Biographie :

Philippe Cavalier est un écrivain français.

Ancien élève de l'École pratique des hautes études en sciences religieuses, il est diplômé de l'Institut national des langues et civilisations orientales.

Passionné pour l'histoire, les croyances religieuses, et les pratiques ésotériques qu'elles comportent parfois, c'est sur les sorciers et les magiciens dans la littérature qu'il rédige sa thèse à la Sorbonne.

Il s’attelle dès sa première aventure littéraire à la rédaction d'un thriller fantastico-historique : "Les Ogres du Gange" (2005), le premier tome d'une saga en quatre volumes, "Le siècle des chimères", avec un héros vaillant, emprunté, manquant d'expérience et tellement humain, le lieutenant David Tewp.

On lui doit également "Le Marquis d’Orgèves" (2011), un récit de cape et d’épée et "Une promenade magique dans Paris" (2010), escapade dans la capitale en douze étapes.

Son roman "Hobboes" (2012), mêle thriller, fantastique et regard social.
+ Voir plus
Source : www.theyrani.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
La chronique de Gérard Collard - le marquis d'Orgèves.mov Gérard Collard vous avez parlé la saison dernière des différents tomes du héros "Le marquis d'Orgèves" de Philippe Cavalier aux éditions Anne Carrière. La maison d'édition a eu la bonne idée de sortir l'intégrale de la série en un seul livre. Une idée de cadeau à l'approche de Noël... Regardez... La présentation du livre "Le marquis d'Orgèves" par l'éditeur : "On a colporté mille légendes à mon propos et l'on m'a dit pire que le diable. J'ai menti et volé bien souvent, c'est vrai. Et je ne compte plus les femmes dont j'ai brisé le coeur. Dans les batailles, je n'ai jamais baissé ma garde et beaucoup ont vu en moi le dernier justicier du royaume de France. Mais voyez plutôt par vous-même comment, au temps des libertins, des philosophes et des révolutionnaires, vécut, combattit et aima Gauthier, marquis d'Orgèves". Trahisons, complots, séductions, amitiés, batailles épiques et voyages au long cours... Découvrez le plus turbulent des héros de cape et d'épée, dans cette fresque enivrante, où Histoire et romanesque dessinent un XVIIIe siècle féroce et sensuel ! Des vallons d'Ecosse aux déserts d'Afrique orientale, des jardins de Versailles aux forêts d'Amérique, Gauthier relève insolemment tous les défis. Vif comme d'Artagnan, désinvolte comme Fanfan, galant comme Casanova, le marquis d'Orgèves est une comète dont le panache n'a pas fini de miroiter au firmament des fines lames. Vous pouvez commander "Le marquis d'Orgèves" sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
Citations et extraits (106) Voir plus Ajouter une citation
ssstella   03 septembre 2018
Hobboes de Philippe Cavalier
Les événements du 11 septembre 2001 avaient changé en profondeur bien des habitudes aux Etats-Unis. Vingt ans ou presque après les attentats, plus personne ne s'énervait à l'idée de piétiner une heure dans les files de contrôle aux aéroports ou de faire vérifier son sac avant de pénétrer dans un grand magasin. Comparées aux innombrables problèmes qu'affrontait le pays, ces petites contrariétés de la vie quotidienne semblaient sans importance. Moins connues, car ne concernant qu'une faible partie de la population, d'autres altérations avaient pourtant pris effet. L'une d'elles, à Wall Street, concernait la répartition des employés dans les étages des buildings. Si l'élévation spatiale reflétait autrefois fidèlement les hiérarchies - en clair, plus vous occupiez une position élevée dans l'organigramme d'une banque ou d'une société d'assurance, plus votre poste de travail se trouvait à proximité du sommet -, il en alla tout autrement après que les vols AA11 et UA175 se furent encastrés dans les tours du World Trade Center. Depuis lors, on tenait les étages en suspicion, au point de déménager les bureaux des dirigeants et des salariés les plus rentables au plus près des sorties de secours et autres tunnels d'évacuation. C'était ainsi que, depuis quinze ans à New York, les employés des services généraux et des ressources humaines - valets à petit salaire de moins de cinquante mille dollars par an - s'étaient retrouvés occuper les anciens plateaux aristocratiques des étages supérieurs. Tandis qu'ils jouissaient naguère de vues sublimes sur l'Hudson ou l'East River, les traders surdoués et les gros pontes des conseils d'administration étaient désormais souvent logés dans les sous-sols.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
ssstella   23 août 2018
Hobboes de Philippe Cavalier
Banes froissa le quotidien. Comme il s'apprêtait à le jeter dans le caniveau, Gerald le retint :

"Faites pas ça ! Faut pas gaspiller ! C'est précieux, le papier journal tout propre ! "

Déchirant soigneusement les feuilles, le petit homme au nez en trompette montra au professeur comment placer des pages à même la peau sous son pull pour couper le vent et le froid. "C'est une des trois seules vraies utilités des canards, ajouta Gerald. Faire isolation sous les fringues..."

Constatant immédiatement l'efficacité de cette pratique, Banes eut assez de curiosité pour s'enquérir des deux autres fonctions.

"Ben, servir d'allume-feu et emballer le poisson, pardi !

- Vous oubliez informer, quand même, non ?

Gerald pouffa. "Vous croyez à ça, vous ? C'est vraiment un truc "d'abonné" de croire que la presse est là pour instruire le peuple ! Moi, je vais vous dire : elle est là pour le faire tenir tranquille, et c'est tout ! Brouiller définitivement le peu d'esprit des couillons avec des trucs sans importance, genre sport et potins, et faire croire aux légèrement moins couillons qu'ils font partie de l'élite sous prétexte qu'on les entretient un peu des grandes affaires du monde. Mais c'est rien que du vent, tout ça. Les journaux appartiennent à des banques ou à des consortiums industriels. Vous croyez vraiment que les conseils d'administration vont laisser les reporters travailler au risque de nuire aux intérêts des actionnaires ? De la blague, oui ! D'ailleurs, j'ai toujours dit qu'il suffisait de prendre le mot "information" dans sa forme brute pour comprendre ce que ça voulait vraiment dire.

- Je ne comprends pas...

- "Informer", littéralement, c'est rendre informe, non ? Eh bien c'est justement ce que font les journalistes, d'après moi. Ils sont payés pour rendre "informe" ce qui justement devrait avoir une "forme". Vous me suivez ?"

Banes acquiesça vaguement, sans être convaincu le moins du monde par cette démonstration hasardeuse. Sur sa lancée, Gerald continua :

"Dans le même registre, vous savez pourquoi le gouvernement laisse tant de pauvres dans la rue, m'sieur ?

- Parce qu'il n'y a pas assez d'argent pour les accueillir dans des centres sociaux. C'est la crise..."

Gerald éclata de rire. "La crise, c'est aussi un mensonge des journaux, m'sieur ! J'y croirai quand les traders et les banquiers de Wall Streeet se jetteront du haut de leurs tours ! Non, vous avez tout faux. L'argent, le gouvernement en a bien assez pour ses prote-avions, ses missiles de croisière, ses satellites et tout le tremblement ! Alors, vous savez pas, hein ?

- Non.

- Ben moi, je vais vous le dire, la vraie raison ! Le gouvernement, démocrate ou républicain, notez bien, de toute façon c'est pareil... le gouvernement laisse des millions de gens crever dehors pour faire peur au reste de la population ! c'est du contrôle social, que ça s'appelle !

- Vous voulez dire que c'est une manière d'effrayer ceux qui ne sont pas encore tombés dans la pauvreté ?

- Tout juste ! On laisse les miséreux déambuler dans les villes parce que c'est comme un message lancé par les autorités. Ça veut dire : "Regardez un peu ce qui vous attend si vous ne filez pas droit ! Il y a des millions de braves gens qui dorment dehors, un de plus un de moins, ça ne fera pas de différence. On n'aura aucune pitié pour vous si vous sortez des clous ! Payez vos impôts, travaillez, consommez, baissez la tête, soyez contents et surtout pensez pas !" Voilà pourquoi ils font pas grand-chose pour remédier à la misère, les types aux commandes. Vous captez ?

- Oui, oui... convint Raphaël pour la forme.

- À la fois victimes et épouvantails du capitalisme ! poursuivit le vagabond. C'est comme ça qu'on est, nous autres. Comme des pendus pour l'exemple accrochés à leur gibet en plein milieu de la place du village, voyez ? C'est le même principe ! J'ai saisi ça parce qu'on réfléchit mieux quand on est dans le besoin que quand on a tout ce qu'il faut, conclut Gerald. On voit les choses que le commun voit pas et on comprend des trucs que les "abonnés" veulent surtout pas comprendre..."

Malgré leur caractère loufoque et assurément paranoïaque, les remarques du vagabond ne semblaient pas si stupides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Oliv   01 juin 2020
Les neuf noms du soleil de Philippe Cavalier
Dans le monde des hommes qui n'est ni jour ni nuit mais où clartés et ténèbres alternent et se pourchassent, tu ne dois pas demeurer oisif. Tu dois mériter ta pitance. Sois laboureur ou artisan ; prêtre ou bien guerrier. Peu importe ton état, s'il te permet de gagner ton pain par toi-même sans que tu aies à le mendier ou à le voler. Ne souille pas ton corps en touchant un cadavre, qui est la pourriture la plus ignoble qui soit. Ne fais pas de mal aux animaux, sauf aux grenouilles, aux serpents et aux rats que tu dois tuer chaque fois qu'il t'est possible car ce sont-là créatures du dieu mauvais. Prends pour épouse une consanguine : mère, sœur, fille ou cousine. La pureté de ton lignage en dépend. Ne mène pas une vie de nomade ou de brigand – ce qui est la même chose. Enfin et surtout : ne mens jamais à ton Empereur. Sers-Le avec autant de zèle que de sincérité. Ainsi les Dévas, fidèles d'Ahriman, te fuiront, car rien ne leur est plus odieux que toutes ces actions vertueuses que je viens d'énumérer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Oliv   26 mai 2020
Les neuf noms du soleil de Philippe Cavalier
Sardes n'était désormais plus très loin et il semblait qu'à chaque pas s'effaçait un peu d'Occident tandis que l'Orient s'affirmait. Autrefois simples colonies ou clérouquies de cités de Grèce continentale, les villes de la côte ionienne constituaient le point d'équilibre entre les civilisations hellène et perse. Enjeux aussi bien que frontières, tampons autant qu'écluses à la frange de ces deux mondes, elles variaient les rôles au gré du jeu des puissances, des aléas des guerres et des intrigues des ambitieux. La diplomatie y était une pratique plus considérée que la philosophie, et savoir comment renaître de ses cendres plus encore qu'un art : une mystique... Objets de bien des marchandages et de bien des convoitises, les villes du rivage devaient chaque jour lutter pour se souvenir qu'elles étaient grecques.
Commenter  J’apprécie          70
BazaR   25 janvier 2020
Les neuf noms du soleil de Philippe Cavalier
Restaient seulement à traîner dans les rues quelques hilotes, des serfs sans plus de droit que les bœufs ou les ânes des champs... Avec la peau de leurs mains devenue dure comme de la corne à force de tenir les outils ; avec leurs pieds nus encroûtés de terre capables de courir sans douleur sur les pierres coupantes ; avec leurs yeux plus perçants que ceux des corbeaux à sans arrêt guetter tout ce qui pourrait faire fondre sur eux la colère de leurs maîtres, ils étaient ceux sans lesquels Sparte n'aurait pu vivre. Méprisés pourtant, tenus dans l'ignorance, ils n'avaient pas plus d'importance que des insectes au sein de cette cité caserne où le courage du citoyen-guerrier était seul honoré.
Commenter  J’apprécie          180
BazaR   27 janvier 2020
Les neuf noms du soleil de Philippe Cavalier
— Dis-moi, Socrate, moi je crois que la Terre est ronde. Qu'en penses-tu ?

— Je ne suis jamais monté assez haut pour vérifier cette idée-là et donc, je n'en sais rien ! grogna Socrate. Cela ne m'intéresse d'ailleurs pas. Ce que les autres nomment "cosmos" ou "forces célestes", de quoi est fait l'univers ou qui se trouve à son origine, je ne m'en préoccupe point. Ma curiosité s'attache seulement à ce que disent ou font les hommes. Sur les autres sujets, je n'ai pas d'avis et ne me préoccupe pas d'en avoir ! Consulte les pythagoriciens ! Ces illuminés ont des idées sur tout !
Commenter  J’apprécie          182
Oliv   23 mai 2020
Les neuf noms du soleil de Philippe Cavalier
Il n'était pas de ces paysans bornés qui ne savent du monde que les limites de leurs prés. Il avait voyagé. Et pas seulement pour faire la guerre. Jeune, il avait vu Rhodes et son Colosse dominant le port ; il avait vu aussi Argos la belle et foulé parfois de son pas lourd les ruelles de Corinthe. Son seul regret était de n'avoir jamais franchi les eaux de l'Hellespont pour, par-delà les provinces incertaines d'Ionie, de Phrygie et de Cilicie, entrer chez les Perses, descendre leurs vallées et leurs fleuves jusqu'à leurs capitales fabuleuses de Babylone et de Persépolis... Mais autant espérer un jour se rendre sur la Lune ! De Grecs parvenus là-bas, il n'y avait jamais eu que des prisonniers, des traîtres et des exilés. Rien que de la mauvaise engeance. Aucun homme libre d'Occident, disait-on, n'avait jamais pu voir les jardins suspendus du Roi des rois ou sa salle du trône aux mille colonnes et revenir pour s'en vanter...
Commenter  J’apprécie          60
BazaR   12 février 2020
Les neuf noms du soleil de Philippe Cavalier
— Les coutumes sont les coutumes ! affirma Métrios. Il convient de les conserver et non de les violer ou d'en discuter le bien-fondé car c'est ainsi qu'une cité perdure. C'est une vérité qu'on ne connaît donc pas chez toi, à Athènes ?

— Les coutumes changent chaque jour, à Athènes, lâcha Xénophon en souriant. Pas moyen d'y rien fixer ! Ce qui la veille était tenu pour assuré est jugé faux et ridicule le lendemain ! A l'inverse, on peut trouver soudain du charme et de l'intérêt à ce qui était pourtant copieusement dénigré la saison précédente...

— Tant d'indécision ! regretta Métrios. Vous devez vous en trouver bien malheureux ! Je vous plains.

— Il est admis que les Athéniens trouvent leur équilibre dans le déséquilibre ! Ainsi sommes-nous faits !
Commenter  J’apprécie          170
BazaR   23 janvier 2020
Les neuf noms du soleil de Philippe Cavalier
— A ce que j'en sais, on distingue les haruspices, les goètes, les molubdokopoï et les...

— Les molu... quoi ? interrompit Xénophon.

— Molubdokopoï, reprit maître Astyochos.

— Je n'ai jamais entendu ce mot-là !

— Tu me demandes de t'apprendre les noms de ceux qui pratiquent la magie. Ne fais pas l'étonné si tu découvres du vocabulaire !
Commenter  J’apprécie          171
BazaR   22 janvier 2020
Les neuf noms du soleil de Philippe Cavalier
Ainsi qu'il est de coutume dans toutes les contrées, nos femmes ornaient autrefois de broches leurs parures. Sur l'épaule, le buste ou la hanche, elles donnaient des plis savants à leurs habits grâce à ces épingles. Un jour, une guerre se déclara entre Athènes et l'île d'Égine. Le sort des armes ne nous fut pas favorable et, après une grande bataille, un seul de nos hommes fut en mesure de regagner la côte. Il revint ici annoncer aux femmes la mort de leurs maris, pères frères ou amants. Incapables de concevoir qu'un tel drame ait pu se produire, elles crurent qu'il mentait. De colère elles arrachèrent les broches agrémentant leurs robes et en lardèrent de coups le malheureux qui en périt. C'est ainsi que les bijoux munis d'aiguilles furent pour longtemps proscrits aux Athéniennes.
Commenter  J’apprécie          150
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..