AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.99 /5 (sur 302 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Toulouse , le 28/06/1944
Biographie :

Philippe Druillet est un dessinateur et scénariste de bande dessinée français.

Après son certificat d'étude, il devient photographe et rencontre vers 16-17 ans Jean Boullet (1921-1970). Ce dernier lui a appris les bases du dessin et de la peinture et lui a ouvert l'esprit sur l'esthétisme et la folie.

Son premier livre paraît en 1966 chez Losfeld. Intitulé "Le Mystère des abîmes", il met en scène son héros récurrent Lone Sloane sur le thème de la science-fiction.

En 1974, à la suite de désaccords avec la rédaction de Pilote, il quitte le journal et fonde, avec Giraud et Jean-Pierre Dionnet, le mensuel "Métal hurlant" et la maison d'édition Les Humanoïdes Associés. "La Nuit", un album publié en 1976, marque un tournant dans l'œuvre de Druillet. En 1980, Druillet produit "Salammbô", une trilogie inspirée par le roman homonyme de Gustave Flaubert. En 1986, il crée "Bleu l'Enfant de la Terre", série télévisée d'animation en treize épisodes, diffusée en 1990 sur Canal+.

En 1988, il obtient le Grand Prix d'Angoulême, pour l'ensemble de son œuvre. En 1996, il reçoit le Grand Prix national des Arts graphiques.
En 2002 Philippe Druillet sort une nouvelle série de dessins animés en 3D pour la télévision intitulée "Nosferatu". Il a en particulier réalisé les décors de la série télévisée "Les Rois maudits" (version 2005).

Outre ses activités d'auteur BD et d'illustrateur, il s'est aussi intéressé à l’opéra rock, la peinture, la sculpture, l'architecture et l’infographie.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Philippe Druillet   (57)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les apocalypses de François Avril et Philippe Druillet. À la Galerie Barbier, rue Choron à Paris, il y a aux murs une sorte de miracle : la rencontre entre le très apollinien François Avril avec le dionysiaque Philippe Druillet, la ligne claire, maîtrisée, limpide du compagnon de route d’Yves Chaland, et la lave incandescente du fondateur de Métal Hurlant. Une rencontre improbable, impossible et pourtant d’une grande évidence. ActuaBD.com les a rencontrés pendant ce moment unique. Le premier a 75 ans et a tout vécu : des débuts d’apprenti-photographe passionné de cinéma, une initiation à la bande dessinée et à la science-fiction chez le sulfureux Jean Boullet, le fondateur de la librairie Le Kiosque ; les débuts de la bande dessinée adulte, alors qu’il est complètement autodidacte, en 1966 chez Éric Losfeld, l’éditeur de Barbarella et des Surréalistes ; le Journal de Pilote où Goscinny regarde ses planches comme une poule regarderait un couteau mais qui l’engage néanmoins, enfin Métal Hurlant qu’il co-fonde avec Moebius, Dionnet et Farkas. Et puis après, les décors d’Opéra, le design de l’argenterie de Rothschild, le charac design de jeux vidéo, les décors des Rois Maudits et bien d’autres choses encore, dont la peinture. C’est un créateur-titan. Le second a 58 ans. Diplômé de l'École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art dont il sort major en 1984, il est tout jeune quand il rencontre Yves Chaland, le prince de la Ligne claire qui lui enseigne les rudiments de la bande dessinée. Il en produira peu, sa brillante carrière d’illustrateur le menant peu à peu vers la peinture en compagnie de son épouse Dominique Corbasson. Sa peinture est essentiellement urbaine, cérébrale, rythmique, puissante et tranquille. Il est l'un des dessinateurs les plus appréciés de sa génération. L’un et l’autre se réclament de la bande dessinée avec la même ferveur. Sur une suggestion de Dominique Corbasson, disparue entretemps, ils travaillent ensemble à la production de 42 œuvres communes présentées pour la première fois en février 2020 à la galerie Barbier à Paris : "Apocalypses". Un événement.

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
gill   07 juin 2014
Lone Sloane, tome 3 : Gail de Philippe Druillet
Héros van vogtien, manipulé par les joueurs tout puissants que sont les forces de la mort, Lone Sloane va plus loin que ses lointains cousins des Armureries d'Isher et du monde des non-A, en réduisant au néant ceux qui se sont permis de l'utiliser pour leurs propres fins.

Mais il lui faudra auparavant survivre à Sainte-Marie des Anges, le bagne de l'espace, y semer la révolte et détruire les princes ennemis, Iriam Merennen de Gaïl la planète géante et l'Impérator Shaan.

Il y a tout Druillet dans cette aventure de Sloane, jusqu'à la présence implicite de Lovecraft et de Böcklin.

(extrait de l'année 1978-1979 de la science-fiction et du fantastique)

Commenter  J’apprécie          114
colimasson   01 juillet 2014
La Nuit de Philippe Druillet
Quelques mots, pour mon époque qui est moche, et je suis gentil !

[…]

…à la médecine pourvoyeuse de la mort, la médecine des MECS, la médecine du FRIC, celle de CURIE et d’ailleurs. CANCER, mal terrible, plus terrible encore entre leurs mains car on en meurt, STATISTIQUEMENT ! c’est la formule. Oui ! Je vous accuse, bouchers stupides, CONS à la blouse blanche et au verbe haut, jongleurs de vies qui vous prenez pour Dieu, alors que l’on vous demande d’être des hommes et de nous traiter comme tels !

Commenter  J’apprécie          100
tex_242   11 décembre 2014
Delirium : Autoportrait de Philippe Druillet
Dans ma chambre du sixième étage de la rue d'Eylau, je construis un univers familier. Je suis un vrai petit gothique. En hommage à Edgar Poe, j'ai un corbeau empaillé cloué au mur, et une tête de mort trône sur une étagère. Je découvre A rebours de Huysmans, un livre au titre prémonitoire, qui semble avoir été écrit pour moi. Dans ma chambre de bonne, je fais comme Des Esseintes, je peins les carapaces de mes tortues en or, sur lesquelles je colle de faux diamants. Le problème, c'est que les torturent respirent par la carapace, et meurent au bout de huit jours. J'ai mis un peu de temps à comprendre. Je ne vis pas dans le même monde que les autres.
Commenter  J’apprécie          50
Bazart   24 février 2014
Delirium : Autoportrait de Philippe Druillet
j’ai écrit comme Druillet parle, il est entier et volcanique et ses mémoires ne pouvait pas ressembler à du Saint- Simon
Commenter  J’apprécie          60
47library   01 février 2014
Delirium : Autoportrait de Philippe Druillet
"N'oublie pas que le Maréchal était ton Parrain." C'était hélas vrai. Tous les enfants baptisés Philippe, à cette époque, étaient considérés comme des filleuls du Maréchal. Vu que mon premier "parrain" s'était fait descendre, il ne me restait plus que lui. Belle famille."
Commenter  J’apprécie          40
JeffreyLeePierre   10 décembre 2020
Salammbô, tome 2 : Carthage (BD) de Philippe Druillet
- C'est le voile de la déesse !

- Le voile de la déesse !

- J'ai été le chercher pour toi dans les profondeurs du sanctuaire ! Regarde, t'en souviens-tu ? La nuit tu m'apparaissais dans mes songes ; mais je ne devinais pas l'ordre muet de tes yeux ! Pour t'obéir, je descendais dans la caverne d'Hadrumete dans le royaume des ombres... Pardonne ! C'étaient comme des montagnes qui pesaient sur mes jours ; et pourtant, quelque chose m'entrainait ! Je tâchais de venir jusqu'à toi : sans les dieux, est-ce que jamais j'aurais osé ! ... Partons ! Il faut me suivre ! Ou si tu ne veux pas, je vais rester. Que m'importe... Noie mon âme dans le souffle de ton haleine ! Que mes lèvres s'écrasent à baiser tes mains !
Commenter  J’apprécie          30
colimasson   06 juillet 2014
La Nuit de Philippe Druillet
Un jour…moi aussi… je crèverai tripes au vent mais en attendant ombre shoote la mort je baise !!
Commenter  J’apprécie          50
Philippe Druillet
JeffreyLeePierre   15 juin 2020
Philippe Druillet
- Merci petit voleur tu m'as délivré du charme qui me retenait prisonnier ! Merci ! Merci !

- C'est bien peu de choses seigneur dragon !.....

- O que non ! Et comme j'ai très faim, pour te récompenser je vais te manger.
Commenter  J’apprécie          41
Monides   20 janvier 2016
Delirium : Autoportrait de Philippe Druillet
J'ai construit ma vie sur le travail. Échapper à sa condition et survivre par son travail. http://telescoop.tv/browse/399659/12/la-grande-librairie.html
Commenter  J’apprécie          40
colimasson   04 juillet 2014
La Nuit de Philippe Druillet
La Lune flippe, l’aube n’est plus loin !
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Soyons philosophes...

Qui a écrit: « Je pense, donc je suis » ?

Hobbes
Bacon
Leibniz
Descartes

15 questions
17 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..