AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.44 /5 (sur 17 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Philippe Honoré a longtemps pratiqué le théâtre, en tant qu’auteur, metteur en scène, directeur.

Après avoir exercé plusieurs métiers, il fait sa première mise en scène en 1984 : "Gide 84", Prix de la meilleure adaptation au Festival d'Avignon.

Il a été en particulier pendant plusieurs années responsable de la Scène du Jura. Il a été directeur de théâtre des Scènes du Jura à Lons-le-Saunier et du Théâtre l’Onde à Vélizy-Villacoublay (Yvelines).

Son premier roman, "La Mère prodigue", est paru en 2001 aux éditions du Bord de l’eau et "L'obligation du sentiment" en 2008.

Il a aussi collaboré à la publication de recueils de rébus littéraires avec le magazine "Lire".

Ancien professeur de théâtre au conservatoire de Champigny-sur-Marne, il dirige la Librairie Honoré depuis septembre 2010.
+ Voir plus
Source : www.arlea.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (1)

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
chriskorchi   27 juin 2013
L'obligation du sentiment de Philippe Honoré
D'une voix voilée, presque imperceptible, l'adulte demande à l'enfant de lui donner la main et lui tend celle qu'il a fermée. Celui-ci n'hésite pas. Il ne veut pas jouer au froussard, il le fait. Très vite, il sent le contact glacé de la lame : son père cache un couteau. Les deux personnages sont maintenant liés par cette arme qu'ils tiennent à deux mains dans le désert d'une forêt d'automne.

- Tue-moi ! Dit l'homme ; tue-moi ! Il n'y a que ça à faire. Il n'y a que ça que tu puisses faire pour me prouver ton amour.

Puis il se tait. Toujours reliés l'un à l'autre, la main du père l'arme, la main du fils, ils restent ainsi quelques secndes ; chancellements de lumière, bruissements d'animaux minuscules.

L'enfant s'échappe tout à coup. Court, pleure. Il ne veut pas perdre son père, pas comme ça, pas déjà. Il court vers la maison. Il pense qu'il préférerait, lui, être égorgé par ce couteau plutôt que de se retrouver orphelin, sans cette quête d'amour impossible à ravir. Il court du plus vite qu'il peut, titube et tombe. Menton sur un tas de mousse et de branchages enchevêtrés. Il ferme les yeux. Il entend son père qui s'approche, qui lui crie encore :

Tue-moi ! Empêche-moi d'avancer vers toi. Sauve-toi. Ne pardonne jamais. Jusqu'à mon souvenir, tue-moi !

A chaque fois, Martin se réveille en sursaut, glacé. Il voit très distinctement son père devant lui, dans sa chambre d'enfant. Il revoit l'oreiller pressé contre sa tête qui l'attend dans l'effroie et l'impatience. Martin se lève, allume toutes les lumières et à travers les larmes il implore cet homme qu'il n'a cessé d'aimer : Tue-moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chriskorchi   27 juin 2013
L'obligation du sentiment de Philippe Honoré
Il avait toujours prévu qu'un jour, en disant une parole de trop, en faisant u geste inapproprié, il déclencherait la guerre, la désolation, le carnage, mais il n'avait pas prévu que ça prendrait cet aspect. L'amour d'un père, ne cesse-t-il de se répéter tandis qu'il a mal. L'amour d'un père. Il ne doit pas le décevoir. Que ça cesse, vite, implore-t-il secrètement ! Attendre que ça finisse, alors que toute sa vie il a rêvé que ça commence. Ce soir-là, Martin comprend qu'une attente succédera à une autre attente. Et la douleur, rien que de la douleur. Il n'a que ça à espérer. Et c'est déjà beaucoup pour lui, lui qui ne mérite pas de vivre
Commenter  J’apprécie          10
chriskorchi   27 juin 2013
L'obligation du sentiment de Philippe Honoré
Se délecter l'un de l'autre; chacun e proie à son propre effondrement, celui qu'elle voulu éviter, toute sa vie. Lui, la chute, elle, le retour à l'ennui, l'impassibilité, l'atrophie. Fini pour son cœur de battre, il va retrouver le rythme d'autrefois, celui de sa languide jeunesse. Jeanne se lève d'un coup, dernier sursaut avant le réendormissement prévu. Elle traverse le jardinet qui la sépare de la rue et marche, seule, lentement. Elle marche sas savoir où elle va. Absolument libre, absolument vide. Inanimée, indestructible, abjecte par défaut, Jeanne marche jusqu'au bout.
Commenter  J’apprécie          10
chriskorchi   27 juin 2013
L'obligation du sentiment de Philippe Honoré
Et s'il n'avait jamais voulu d'amis trop proches, c'était justement pour que personne ne s'aperçut que, sous son impressionnante carapace d'homme d'affaires, il n'y avait rien, rien que du sable ; même pas du sable : de la glaise, infiniment modelable. Et la peur qui l'étreint chaque nuit, et la peur qui le ronge dès qu'il se retrouve seul. L'insupportable folie du remord qui le submerge lorsqu'il est sans activité, livré à la vacance de la réflexion
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur