AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.94 /5 (sur 53 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 07/02/1956
Biographie :

Philippe Pelletier est un enseignant-chercheur, géographe libertaire français spécialiste du Japon, où il a résidé et travaillé pendant sept ans.

Il est docteur en géographie depuis 1983, après une thèse intitulée Un paysage traditionnel confronté à la Haute-Croissance : impacts et recherche d'équilibre dans le Bassin de Nara (Japon) (soutenue à l'Université de Saint-Étienne).

Il enseigne ensuite à l'Université Lyon II, ainsi qu'à l'Institut d'études politiques de Lyon (Sciencespo Lyon).

Il fut membre du Centre de recherches sur le Japon contemporain (à l'EHESS de Paris) avant d'intégrer l'Institut d'Asie orientale (à Lyon). Il est membre de l'UMR 5600 Environnement, Ville, Société. En 1994, il a dirigé l'élaboration du tome 5 de la Géographie universelle avec le RECLUS.

Il se lance dans le militantisme en 1976 lors de la grève contre la réforme du second cycle en participant à un mouvement d'action syndicale proche de la CFDT et du PSU. En 1981, il créé à Saint-Étienne la radio associative, Radio Dio. Il s'engage dans le groupe Nestor-Makhno de la Fédération anarchiste à Saint-Étienne.

De 1990 à 1993, il s’investit dans le Collectif libertaire Les Mauvais Jours finiront. Il est mandaté au secrétariat des relations internationales de la FA de 1992 à 1994.

Philippe Pelletier est l'auteur de plusieurs contributions, dans des revues ou des colloques scientifiques ainsi que dans Le Monde libertaire.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Philippe Pelletier   (35)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Bookycooky   23 février 2019
Les îles Gotô, voyage au bout de la Japonésie de Philippe Pelletier
L'abondance des déchets coréens est effarante et préoccupante. Il paraît....qu'il y a, à ce propos, des échanges entre les deux pays grâce auxquels des volontaires coréens viennent donner un coup de main aux Japonais du littoral, quand ceux-ci nettoient les plages, régulièrement paraît-il également.

p.83
Commenter  J’apprécie          220
lafilledepassage   16 mars 2018
La fascination du Japon : Idées reçues sur l'archipel japonais de Philippe Pelletier
De l’intérieur ou vu de l’extérieur, le Japon transcende le clivage Orient-Occident. Il incarne la postmodernité, il la dépasse même, tant les post-modernes occidentaux, à la traîne, sont encore nombrilistes dans leurs référents philosophiques.
Commenter  J’apprécie          50
picaflor   20 août 2012
La fascination du Japon : Idées reçues sur l'archipel japonais de Philippe Pelletier
L'une des premières choses que font des Japonais se rencontrant pour la première fois, c'est d'échanger leurs cartes de visite. Ce geste, qui frappe beaucoup les étrangers, n'est pas autre chose qu'une pratique mutuelle d'étiquetage (professionnel, social...) permettant le bon fonctionnement de l'étiquette (niveau de politesse, de langage, d'intimité...). Malheur à la personne qui n'a pas son meishi (mot à mot la "pointe de son nom", c'est à dire sa carte de visite) : il ou elle se met aussitôt hors du champ, indiscernable, pas dans le coup.
Commenter  J’apprécie          40
lafilledepassage   18 mars 2018
La fascination du Japon : Idées reçues sur l'archipel japonais de Philippe Pelletier
L’insertion économique du Japon dans le monde est acquise depuis longtemps. Son insertion politique n’est pas forcément à la hauteur de cette puissance, mais il n’est pas sûr que son actuel alignement et son engagement militaire pro-américain accrus s’opèrent en faveur de la paix, de la sienne ou de celle du monde. En partant du constat que leur culture s’est diffusé partout dans le monde, des mangas aux sushis en passant par le judo ou le karaoke, les Japonais peuvent saisir que leur propre culture contient des éléments d’universalité. En les déclinant à l’intérieur de l’archipel, comme à l’extérieur, ils les propulseront comme ingrédients de l’humanité. Il ne manque pas, dans leur propre histoire, leur propre socio-culture, d’avancées de démocratie directe et de libertés pour qu’ils se passent de recettes toutes faites. Le Japon a connu la leçon de l’ultranationalisme, il peut donner l’exemple d’un nouveau cosmopolitisme.
Commenter  J’apprécie          20
lafilledepassage   27 mars 2018
La fascination du Japon : Idées reçues sur l'archipel japonais de Philippe Pelletier
A force d’être récurrente, l’évocation de la crise japonaise masque autre chose que la réalité nippone: la peur de soi-même pour l’Occident. Le Japon constitue un miroir de cette angoisse du futur à la fois immédiat et lointain. Ce n’est pas tant le Japon lui-même qui effraie, mais ce qu’il annonce. Le modèle disparait, le vide semble s’installer, que ne colmateront pas aisément les appétits de l’hyper-puissance américaine. Le Japon n’est même plus un repoussoir – le livre d’Amélie Nothomb [Stupeurs et tremblements] n’en est que le feu follet crépusculaire et les turbines du Pentagone se chargent de nous concocter un autre ennemi relevant du choc des civilisations – ni même le bouc émissaire qu’il avait pu incarner lors du « péril jaune » des guerres coloniales ou pendant la déferlante des produits « made in Japan ».



Commenter  J’apprécie          20
Jean-Daniel   22 mars 2021
L'Invention du Japon de Philippe Pelletier
Le sens du beau au Japon fascine les Occidentaux depuis le XVIe siècle suivi par le japonisme de la Belle époque ou le néo-japonisme actuel : le souci de la perfection, le détail, la précision, le raffinement, la sophistication, l’originalité soudaine ou la simplicité apparente, un certain sens du désordre derrière l’ordre apparent. Il touche tous les domaines, que ce soit la peinture, la littérature, le théâtre, le cinéma, l’architecture, le jardinage, l’artisanat ou l’habillement.

Un tel intérêt résulte de la rencontre de dynamiques séparées, à la fois originales et plurielles, tant à l’intérieur du Japon qu’au sein du non-Japon (Chine et Occident essentiellement, voire Inde). Le mouvement est également réciproque, notamment dans son mimétisme. Le whisky japonais est ainsi l’un des meilleurs au monde, désormais, les interprètes japonais de musique classique sont célèbres. Les meilleurs judoka ne sont plus japonais depuis quelques décennies, les auteurs occidentaux de BD s’inspirent tant et plus des manga.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Jean-Daniel   22 mars 2021
L'Invention du Japon de Philippe Pelletier
Le succès de l’esthétisme japonais hors du Japon s’explique largement par une hybridité mutuelle, souvent discrète. Tel est le cas de l’une des estampes les plus appréciées en dehors du Japon : « L’Intérieur de la vague au large de Kanagawa » (Kanagawa-oki nami-ura, 1831), celle où l’on aperçoit le mont Fuji en arrière-plan, derrière une vague immense avec, au premier plan, une barque de pêcheurs.

Son auteur, Katsushika Hokusai (1760-1849), grand amateur et connaisseur de la peinture européenne, recourt en effet à une perspective européenne, qui est inhabituelle au Japon, et à l’usage d’un bleu introduit par les Néerlandais en 1829, connu sous le nom de « bleu de Berlin ».
Commenter  J’apprécie          00
Jean-Daniel   22 mars 2021
L'Invention du Japon de Philippe Pelletier
Foin d’exotisme car si le Japon ne nous apparaît pas collectivement aussi familier que les gratte-ciels de New York, les déserts de l’Arizona ou les rues de San Francisco, que nous connaissons sans avoir mis les pieds aux États-Unis tant nous sommes abreuvés d’images américaines, la culture japonaise parsème aussi notre quotidien. Nous savons en décliner les substantifs : jûdô, karate, geisha, tatami, ikebana, bonsai pour les plus anciens, mousmée (musume) tombé en désuétude pour les très anciens, manga, sudoku, sushi, tamagotchi, animê, cosplays, otaku et autres pokemon pour les plus récents, avec les toujours éternels samurai ou kimono, ou le go pour les spécialistes.
Commenter  J’apprécie          00
loup0   21 mai 2019
La Fascination du Japon de Philippe Pelletier
En japonais, Nihon ou Nippon : « racine (origine) du soleil ». Le nom de Japon a été introduit en Europe en 1513 par le récit du diplomate portugais Tomé Pirès. Il est probablement issu du malais Japun, qui lui-même provient d’une déformation cantonaise du chinois mandarin Zipanguo, lequel avait déjà donné Cipango chez Marco Polo au début du XIVe siècle.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Philippe Pelletier (91)Voir plus


Quiz Voir plus

la bibliothécaire

1. Que fait Guillaume jusqu'à 2 heures du matin?

il regarde une veille dame
il dort
il lit un livre

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : La Bibliothécaire de GuduleCréer un quiz sur cet auteur