AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.72/5 (sur 132 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Chaville , le 2 août 1897
Mort(e) à : Paris , le 12 mars 1990
Biographie :

Avec ses amis André Breton et Louis Aragon, il participe à l'aventure Dada, qu'il considère comme une « table rase nécessaire » pour ensuite se tourner vers le surréalisme dont il est un des principaux fondateurs avec André Breton. Avec ce dernier, ils ont en effet écrit le recueil de poésie Les Champs magnétiques en 1919, selon le principe novateur de l'écriture automatique. Ce recueil de poésie peut être considéré comme une des premières oeuvres surréalistes, alors que le mouvement ne se lancera vraiment qu'en 1924 avec le premier Manifeste du surréalisme d'André Breton.

Il est cependant exclu du mouvement surréaliste en 1926, pour motif de « trop de littérature », alors que le mouvement surréaliste s'engage dans la cause communiste.

Il est resté fidèle à sa manière à l'écriture automatique.

Sa poésie est depuis le début très cosmopolite et ouverte aux mouvements d'avant-garde. Soupault fut aussi journaliste, critique, essayiste, producteur à la radio (en compagnie de Paul Gilson). Il est l'auteur de nombreux romans.

Il dirigea Radio Tunis de 1937 à 1940, date de son arrestation par les pro-vichystes. Il réussira à s'enfuir vers Alger.


+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Philippe Soupault   (58)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, un groupe de jeunes poètes, traumatisé par le conflit et animé par un fort désir de révolte, se lance dans l'exploration de nouveaux territoires de création. Parmi eux, André Breton et Philippe Soupault vont écrire, au début de l'année 1919, Les Champs magnétiques. Rédigé dans des conditions inédites et radicales, ce texte va bouleverser les conventions littéraires de l'époque et constituer un jalon important de l'histoire du surréalisme. Découvrez pourquoi avec Olivier Wagner, conservateur à la BnF et commissaire de l'exposition « L'Invention du surréalisme », présentée à la BnF du 19 mai au 14 août 2021. Du 19 mai au 14 août 2021 | François-Mitterrand En savoir plus sur l'exposition « L'Invention du surréalisme : des Champs magnétiques à Nadja » : https://c.bnf.fr/L7t

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (155) Voir plus Ajouter une citation
Philippe Soupault
Comme la nuit et comme le repos
comme l'aube et comme le silence
j'attends j'attends
et tu ne viendras pas
je marche dans la lumière
une lueur dans le jour
ton nom et ton regard
je cours dans la nuit
vers la solitude
vers l'infini
tu ne viendras plus
je t'attends je t'attends
come la nuit comme le repos comme l'aube
comme le remords

(" Poèmes et poésies")
Commenter  J’apprécie          350
Philippe Soupault
Claire comme l'eau
bleue comme l'air
visage du feu et de la terre
Je te salue lune lune bleue
fille du Nord et de la nuit
Commenter  J’apprécie          360
Marée Basse

Je songe à tous les vents
Simoun , sirocco et mousson
à vous phénomènes et typhons
tandis qu'ici tout craque
et que la chaleur épaisse comme la neige
se répand dans le silence
O Lune simplicité oracle
qu'un vent de crépuscule
réduit en lucioles
O lune tout t'abandonne
toi l'amie du silence ennemie des vents
plus est-ce toi qui mène les nuages
paitre
au-delà de la nuit
tout t'abandonne tout te fuit
obéissante moins aimée
mes yeux se ferme grâce à toi
et ta douceur se répand dans les veines de la terre
je songe à vous absents ivres ou dormeurs
vents de terre et de mer
vous qui apprenez qu'il faut vivre
avec des ailes
ou dormir sans scrupules
quand les oiseaux vos enfants
cueillent les étoiles de la vie et du sommeil
vents des continents
roses vous tremblez
vous qui préférez le supplice du crépuscule
Commenter  J’apprécie          250
Il s'en va. Car Charlot doit s'en aller, toujours. C'est chez lui une vocation. Rien ne peut le retenir, car il sait qu'au-delà, plus loin, quelque chose de nouveau l'attend. (p.18)
Commenter  J’apprécie          250
Les courants d’air passaient et repassaient, formant des dessins monotones et reposants.
Commenter  J’apprécie          240
Anniversaire


Je voudrais te donner
une couronne
constellée de toutes les étoiles
du firmament

Je voudrais te donner
Le chant des rossignols
De toute la terre

Je voudrais te donner
Les silences de l’hiver
Les sourires du printemps
La clarté de l’été
Les flammes de l’automne

Je voudrais te donner
Tout ce que je n’ai pas pu
Pas su
Te donner
Ma vie
Notre éternité
Commenter  J’apprécie          210
Monsieur Miroir marchand d'habits
est mort hier soir à Paris
Il fait nuit
Il fait noir
Il fait nuit noire à Paris
Commenter  J’apprécie          200
Sous les arbres mauves…


Sous les arbres mauves
une nuit mauvaise
j’allais contre le froid
tous ceux que la faim faisait doucement gémir
tous ceux qui laissaient tomber les bras
guettaient dans l’ombre
Ils étaient là près de moi
Leurs yeux trop grands étaient des menaces
J’avais honte de savoir marcher
et une lumière plus douce que la neige
me tirait
Tu ne me quittais pas
tu dormais
et ta vie était cette nuit
que je respirais
Je savais par mes yeux mes mains mes pas
que tout s’effaçait
qu’il n’ y avait plus que la terre
que la terre
et toi.
Commenter  J’apprécie          171
Bien-Aimée

la femme que j'aime ne sait pas tricoter
elle sait rêver rêver rêver
et ses rêves sont des nuages de laine
gonglés d'espérance multicolore
que convoque le crépuscule

Elle sait repasser à merveille
les merveilles rouges et bleues
tout ce qui est crépusculaire miraculeux
pour l'herbier des souvenirs
et les longues soirées d'hiver

La femme que j'aime sait aimer
ce qui est lourd comme la douleur
et dur comme le lendemain
inquiétant comme les jours de fête
quand tout est meilleur que le pire
Commenter  J’apprécie          160
Je mens

Ma chambre est meublée du souvenir des îles
Et la mer est tout prêt
Ou le métro
Un livre dit un mot
Ne me demande pas d’allumer
Vos voix sont des fleurs
Là-bas ou même ici
Vous êtes morts sans doute
Je n’entends plus
Mais quoi
Quelques fois nous marchons en parlant de la pluie ou du beau temps

Nous rions
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Philippe Soupault (460)Voir plus

Quiz Voir plus

Le faucon déniché de Jean-Côme Noguès

Comment se prénomme le jeune héros ?

Martin
Jacquou
Brichot
Guilhem

20 questions
807 lecteurs ont répondu
Thème : Le faucon déniché de Jean-Côme NoguèsCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..