AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.58/5 (sur 57 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Caroline du Nord
Biographie :

Phillip Lewis a fait ses études à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill.

Il a également étudié à Norman Adrian Wiggins School of Law où il a été rédacteur en chef de Campbell Law Review.

"Les Jours de silence" (The Barrowfields, 2017) est son premier roman.

Il vit actuellement à Charlotte.

son site : http://www.philliplewisauthor.com/
Twitter : https://twitter.com/ekhornbeck
Instagram : https://www.instagram.com/philliplewisbooks/

Ajouter des informations
Bibliographie de Phillip Lewis   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Il n'est en cette vie rien de plus extraordinaire ni de plus précieux qu'un enfant qui rit.
Commenter  J’apprécie          155
L’attitude de mon père envers la religion était complexe et rarement formulée en ma présence. De nombreux membres de sa famille étaient ce que l’on nommait des baptistes primitifs, et il ne serait pas injuste, selon les critères les plus raisonnables, de les déclarer d’une spiritualité excessive. Pris collectivement, ils se situaient entre le fondamentaliste et le fanatisme sur l’échelle de la religiosité, certains d’entre eux approchant d’une dévotion frénétique d’ordinaire réservée aux malades mentaux ou aux malades simulateurs qui exploitent la religion pour quelque profit personnel.
Commenter  J’apprécie          80
A la pensée de tout ce qui avait mal tourné, j'éprouvais une amertume mêlée de haine à cause de son absence dans ma vie, de mon incapacité à le comprendre et de son indifférence envers mon incapacité à le comprendre. (p161)
Commenter  J’apprécie          80
- Et pourquoi passes-tu autant de temps à écrire ?"
Je vis qu'il réfléchissait. Je lui avais posé une question dont il ignorait la réponse, mais qu'il avait passé sa vie à chercher.
"J'écris, dit-il, en me regardant dans les yeux, ce qu'il ne faisait presque jamais, parce que c'est l'une des seules choses qui me semblent réelles." Il réfléchit encore quelques instants avant d'ajouter. "A part la mort, c'est la seule façon d'arrêter le temps." Ce n'était pas une version simplifiée pour un enfant de dix ans. C'était sa vérité.
Commenter  J’apprécie          50
"Helton, tu savais que la petite Ola Hamilton est malade ?" ... "Mais non. Qu'est-ce qui s'est passé ?"
- Déjà, elle ne peut plus se lever. Il paraît qu'elle a de l'arthrose aiguë et les articulations enflammées. Il serait peut-être temps de lui envoyer la Brigade des baumes."
Tel était le nom donné au groupe de vieilles femmes pieuses qui fondaient sur les demeures des malades telle une meute de paons, chargées de nourriture, de pain et de plus de terrines qu'une personne ne pourrait avaler en l'espace d'une vie. Une faction dissidente, le Bataillon des psaumes, débarquerait plus tard si le patient semblait sur le point d'être rappelé à Dieu.
Commenter  J’apprécie          40
« Avant de brûler des livres, ouvrez-les au moins, et jugez par vous-mêmes. »
Commenter  J’apprécie          60
Un an et neuf mois plus tard, Mère, debout à la fenêtre de la cuisine, me regardait marcher jusqu'à la voiture. Celle-ci était chargée pour mon départ à l'université. Je gardai le dos tourné pour qu'elle ne me voie pas pleurer. A l'étage, Threnody, allongée sur son lit, la tête enfouie dans l'oreiller, refusait d'allumer la lumière ou d'ouvrir les rideaux. Elle ne voulut pas me dire au revoir. Je lui dis que je reviendrais souvent la voir et elle répondit "Non, c'est faux. Tu ne reviendras jamais....
Commenter  J’apprécie          40
A ma connaissance, il ne fit rien d'extraordinaire, à part travailler cinq jours par semaine et rester marié à ma grand-mère, Madeline, malgré d'innombrables hivers d'un froid glacial et une pauvreté chronique. Il n'accumula ni argent ni bien significatifs. A sa mort, il ne possédait rien qui ait de valeur réelle, excepté une ferme médiocre qui penchait sous le vent et un bout de terrain stérile acheté aux enchères cinq dollars l'acre.
Commenter  J’apprécie          40
Il est des idées qui ne se communique pas on ne peut quand faire l’expérience ces choses là je ne les ai pas toujours su mais je ne le savais pas. Ce sont des choses que j’ai apprises
Commenter  J’apprécie          30
Un jour calme de novembre après les obsèques, Père partit et ne revint pas.
L’année de son départ, l’été à Old Buckram avait été d’une sécheresse biblique. Les sources montagneuses s’étaient taries et les dalles noires qui couvraient le lit d’Abbadon Creek s’étaient changées en os, mais l’automne avait apporté une pluie abondante et régulière qui, jour après jour, refusait de cesser. De nouveau, Abbadon Creek sortait de son lit, débordant d’une eau froide et trouble, et une lourde nappe de brouillard pesait sur chaque coin des sombres collines. Le sommet des montagnes était caché par des nuages qui ne bougeaient plus.
Le jour en question : le 16 novembre 1985. Un samedi. Trempé de pluie, sombre, la nuit tombant tôt.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Phillip Lewis (80)Voir plus

Quiz Voir plus

Le livre de la jungle de Rudyard Kipling

Par qui Mowgli a t-il été adopté ?

Baloo l'ours
Bagheera la panthère noire
Raksha la louve
Shere Khan le tigre

38 questions
232 lecteurs ont répondu
Thème : Rudyard KiplingCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}