AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1963
Biographie :

Pierre Alféri est un romancier, poète et essayiste français.

Il est le premier fils du philosophe Jacques Derrida et de la psychanalyste Marguerite Aucouturier.

Il a traduit pour divers éditeurs des livres de John Donne, Meyer Schapiro et Giorgio Agamben, des poètes anglais et américains ainsi que les Livres de Job et d’Isaïe.

Après des études à l’E.N.S. (1982-1987), il est agrégé de philosophie en 1986 et docteur ès lettres en 1988. En 1989, il est pensionnaire de la Villa Médicis.

Pierre Alferi est également vidéaste.

Fondateur avec Suzanne Doppelt de la revue Détail, et avec Olivier Cadiot de la Revue de littérature générale (1990 et 1996).

Travaux communs avec le plasticien Jacques Julien.

Disques et performances avec le musicien Rodolphe Burger (Kat Onoma).
Il a écrit des chansons à quelques artistes dont Jeanne Balibar, alors sa compagne.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Pierre Alferi Les allures naturelles éditions P.O.L : où Pierre Alferi lit deux pages de "Les allures naturelles" à la librairie La Terrasse de Gutenberg, à l'occasion de sa parution aux éditions P.O.L, le 5 octobre 1991. Librairie La Terrasse de Gutenberg, rue Emilio Castellar Paris 75012 Pierre Alferi avec Michelle Ferradou, Suzanne Doppelt et Carine Toly.

Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Anassete   22 mars 2012
Kiwi de Pierre Alféri
Dédié au repos des membres et d'au moins deux organes - le cœur et le cerveau -, le dimanche donne aussi congé au conteur invisible. La plupart des gens que côtoie Daniela les jours ouvrables sont couverts de récits. Ils traversent la semaine chargés d'anecdotes, de rumeurs et de scénarios. Ils ont en permanence dix histoire à répéter, dix nouvelles à annoncer, qui toutes, vu l'entrain qu'ils mettent à le faire, doivent les toucher de près. Comment font-ils pour affronter tous les sept jours de mutisme du petit barbichu implanté dans leur crâne, quand il n'a plus ni l'entreprise, ni les collègues, ni des journaux dignes de ce nom pour alimenter leur moulin à salive ?
Commenter  J’apprécie          40
hupomnemata   17 novembre 2014
Revue de littérature générale, numéro 2 de Pierre Alféri
Ayez du désespoir, cela fait vivre.



Comptez sur vos ennemis. Ils vous font meilleure publicité que vos amis.
Commenter  J’apprécie          51
Charybde2   03 juillet 2019
Hors sol de Pierre Alféri
SURVIE

La température moyenne est actuellement de 21° au niveau de la Corolle, avec des variations d’une amplitude de 11°.

Son augmentation annuelle n’est pas préoccupante. Elle reste moins rapide que celle de la température au sol, estimée par la Station Calicienne de Thermosurveillance entre 54° (le long de l’équateur) et 10° (aux pôles), soit 0,5° de plus que l’an passé.

Le taux d’oxygène, de 19 % en moyenne, reste acceptable. Les nacelles sont donc maintenues à 13 350 mètres jusqu’à nouvel ordre.

Grâce aux progrès bienvenus des incendies dans les ex-jungles amazonienne, africaine et thaïlandaise, le taux d’ozone est en augmentation. Le rayonnement ultraviolet est ainsi cantonné entre les indices 7 et 11. Outre le masque à oxygène, le port de lunettes et de gants reste recommandé dans la journée sur les coursives.



CARNET

On déplore le décès soudain et concomitant de douze personnes dans la nacelle 142, soit la totalité de son équipage. Les causes exactes de la mort, survenue pendant l’imprégnation collective, n’ont pas encore été déterminées.

L’Internasse A a pris en charge soixante-quatre candidats au surgel rémissif. La sinistrogyre en compte déjà soixante-dix-sept. Ces patients, souffrant de maladies incurables ou inconnues, seront confiés respectivement aux glacelles nors et sud. Le taux d’occupation de ces dernières avoisine les 80 %, mais les réserves d’azote liquide permettent d’envisager sereinement l’avenir proche.

Légère baisse du nombre de chutes accidentelles : trois cette semaine contre cinq la semaine dernière.



DU NEUF DANS LES NASSES

L’archelle 72 a le plaisir d’annoncer la naissance d’un lynx et de deux autruches. Les places étant comptées, les heureux parents seront prochainement jetés par-dessus bord.

La production de sauterelles, blattes volantes et autres insectes hyperprotéinés a dépassé les prévisions dans la nasserre 26. Le lâcher du surplus est prévu pour demain. L’équipage des nacelles voisines est invité à ne pas ouvrir les fenêtres pendant une semaine.

Marceline Fremdauer, soixante-douze ans, a de nouveau battu son record d’endurance en ski de fond de salon. La Gymnasse offre un bal.

Pénurie de jetons dans la Casinasse après des gains exceptionnels. Les imprimantes tournent à plein.

La Lupanasse signale la mort « quasi volontaire », en un week-end, de trois personnes par apectase et apoptose. Il s’agit respectivement d’un arrêt cardiaque, d’une congestion cérébrale et d’une autostrangulation.

Dans l’ensemble des nasses récréatives, le taux de perte passe à 6 % avec une chute de la Gymnasse et trois chutes – simultanées – de la Casinasse. Les suspects sont respectivement : un stimulant (type MDE) et un hallucinogène (type DOM).

L’internasse A a désormais cinq jours, et donc cinq nacelles, de retard, tandis que la B n’en a pour le moment que trois. Dans leur tour de la Terre annuel, le lieu prévu de leur croisement est donc décalé de deux nacelles vers le nord, et la date encore repoussée de deux jours. (En raison des impondérables du cabotage, il est recommandé de consulter la mise à jour quotidienne du planning.) (Dépêches, L’OffiCiel, janvier de l’an 40, archivé par Clémentine Ray, nacelle 240.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CDIMONNET61   15 janvier 2015
Béatrice Merkel de Pierre Alféri
Et dormir nouvelle de François Bégaudeau : Béatrice a perçu l'ironie de la reprise mot pour mot et le second sourire complice du couple, d'autant plus voyant que dissimulé.



Beate nouvelle de Stéphane Bouquet : Elle est assise sur les toilettes et lit les graffitis. C'est un de ses trucs pour échapper aux obligations de l'amitié. Elle prétend qu'elle est plus ou moins malade et se réfugie ici, la porte verrouillée.



Enchère nouvelle de Pierre Alferi : Daniela fait une caresse machinale, sous l'ourlet de la jupe, à sa cuisse marquée par un souvenir d'enfance cuisant.



Un hold-up nouvelle de Christine Montalbetti : C'est souvent dans le tissu des journées les plus ordinaires que survient l'accroc de l'évènement.



Déontologie nouvelle de Joy Sorman : Quand Béatrice Merkel reçoit un client potentiel qui lui présente des faux papiers, elle refuse d'ouvrir le compte ; elle n'appelle pas non plus la police, alors que c'est ce que lui demande son supérieur hiérarchique mais - "faut pas exagérer".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Pierre Alféri
OumG   13 septembre 2017
Pierre Alféri
En cas de transport tombée

la nuit boum ou sur le coup

de vingt heures pincement

vivement contempler le

tronc vert cravaté sur fond

bleu exécrable oui mais

qui vous en apprend de belles



petit écran
Commenter  J’apprécie          32
Charybde2   03 juillet 2019
Hors sol de Pierre Alféri
Tout est plus grand, dit-on, dans les souvenirs d’enfance. Je ne sais pas. J’ai passé la mienne dans un logement si exigu de la banlieue d’Utrecht que le plafond semblait à portée de main. À présent, quand je me tiens sur la coursive, dos à la baie vitrée qui éclaire mon rayon, le premier objet que je voie, si je ne compte pas le bec jaune du masque à oxygène, est à des kilomètres de distance en contrebas. Et il mérite à peine le nom d’objet : c’est un nuage – pour être exacte, un stratocumulus.

Contrairement à celle de ma mère, et celle de sa mère avant elle, mon existence ne va pas en se précisant. C’est un cône renversé, en équilibre sur sa pointe. Je ne souffre pas du vertige qui prend mon ami Hsou quand sa nacelle penche sous le vent. très tôt, j’ai ressenti un genre d’aspiration, une pesanteur inverse qui rejetait ma tête en arrière et soulevait mes talons. Sur Terre déjà le plein ciel aimantait mes yeux.

Piloter un avion de ligne aurait suffi à mon bonheur. Ce n’était plus depuis longtemps un métier réservé aux hommes. Hélas, depuis la conquête du génome, le daltonisme ne l’était plus non plus. Mes parents se sont crus malins de se faire bricoler les chromosomes pour renforcer l’immunité de leur progéniture. Résultat : ce que vous nommez « rouge » et « vert » ne sont pour moi que de subtiles nuances du gris, de loin ma couleur préférée. Incapable de distinguer entre eux les signaux lumineux, j’ai dû renoncer à voler.

Imaginez mon enthousiasme juvénile, il y a tout juste quarante ans, à l’annonce de la Sélection. Quand j’ai persuadé mes amis météorologues amateurs de tenter notre chance aux Jeux intercellules, je n’avais jamais eu autant foi en moi, en eux, en l’avenir. Cette foi nous a portés, nous a transportés jusqu’ici.

Pourtant, même partagée par la plupart des cinq mille autres lauréats, elle ne déplace pas les montagnes. Elle n’a pas pu, en l’occurrence, ébranler la montagne volante du Navire Amiral, quand une avarie l’a stoppé sur l’orbite géostationnaire. La foi que nous gardons malgré ce faux départ ne suffit pas à nous porter jusqu’à notre destination. Je me dis quelquefois que ce n’est pas plus mal. Sur Mars nous devrions, mes camarades et moi, changer complètement de hobby. L’atmosphère, qu’on dit ocre et terriblement poussiéreuse, visitée par de rares cirrus fantomatiques, ne s’y prête guère au déchiffrement délicat que nous pratiquons. (La nue, Blog d’Ursula Knobs, nacelle 127)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hupomnemata   17 novembre 2014
Revue de littérature générale, numéro 2 de Pierre Alféri
Le Kitsch national : croyance largement partagée en une religion assortie de "valeurs" auxquelles, en s'appuyant sur la récente restauration politique, il faidrait "revenir". Les plus grandes inventions formelles, héroïquement arrachées aux convenances et à la bienséance de la représentation littéraire, sont oubliées ou reniées au profit du conformisme figuratif. Le récit comme "histoire" linéaire est ainsi érigé en valeur fondamentale, mais aussi l'authenticité de la langue, le retour à une "simplicité" perdue (heureux les simple d'esprit), associés bien sûr à des descriptions terriennes et authentiques, garantes d'une "vraie" littérature. Genre particulièrement vivace, et sous diverses formes, en France mais aussi en Angleterre (la recherche de l'Englishness ou de la "francité" perdue...) Cf. Peter Ackroyd, La Mélodie d'Albion ; Richard Millet, Le sentiment de la langue.
Commenter  J’apprécie          11
Partemps   26 septembre 2020
Brefs de Pierre Alféri
pour souffrir le protocole

la panoplie de chasse à courre

les noms risibles

les règles qui compilent

des exceptions, des choix

arbitraires, le ton

le ton surtout esthète

de l’expert embusqué

et le public (ah le public)

qu’est-ce que tu aimes tant

dans les concours hippiques ?

les chevaux ? – les chevaux ?

non, le saut

le saut même, soudain

silence des sabots, apnée

membres en extension, conscience

extatique du temps

appel d’air

où peut se glisser la syncope

qui ne réveille plus

le poète alcoolique et la chute

miroite, fait de l’œil

dans le plan d’eau

le trot savant

de la bête captive

comme anticipation du vol

les yeux fixés dès la première

foulée après l’obstacle

sur le suivant

mais le dernier

me trouble toujours et la fin

me déçoit, le cheval

redevient cheval

rétrograde au pas

et le cavalier, cavalier :

je voudrais qu’ils bondissent

hors de ma vue, se désintègrent

en l’air – étrange idée

quand j’admirais

les coureurs africains de l’est

avec ou sans obstacles

les plongeuses, les perchistes

les sauteurs en longueur et hauteur

je n’ai jamais envisagé

le talon qui atteint le sol

l’entrée des mains tendues

doigts parallèles dans l’eau chlorée

la posture, catastrophe

frôlée, du corps quand il

se rétablit, la réception

(comme on l’appelle)

séparément du saut

elle compte

inscrite dès l’envol

pour beaucoup dans la note

et la tenue des barres

qu’ont effleurées les pattes arrière

comme en poésie le rejet

le membre amputé regreffé

plus tout à fait le même

fait partie de l’enjambement

car sans lui, tant qu’il n’a

pas touché terre, un seul

vers coupé court

n’enjambe rien

de sorte que

(conclut cet ami querelleur)

les derniers pas de ton cheval

ne démentent pas sa nature

de Pégase à mi-temps

au contraire ils prolongent

le dernier saut

l’atterrissage

final où l’élan dure

et fait courir l’homme harnaché

devant le parachute évoque

l’impact et le roulé-boulé

d’une pomme, la contingence

de ce qui touche le cœur :

le coup de frein in extremis

la coda, la pointe, l’envoi

n’ont ni défaut ni privilège

menaçant, une révérence

en forme de pirouette

relie l’instant d’ivresse

dans chacune des embardées

ou des rivières enjambées

à ce suspens indéfini

qu’elle imprima dans la mémoire,

la grâce au risque de l’arrêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SZRAMOWO   24 avril 2016
Kiwi de Pierre Alféri
La drague sur internet ou la mort : Daniela Trip hésite.

(...)

Dans son genre, une assez jolie jeune femme.

(...)

Redoute que les hommes n'aiment (...) que son derrière

(...)

omniopathe : cela fait plus malade que médecin

(...)

PAK : Parti Anti Kiwi

(...)

Est-il possible qu'une chose aussi absurde (...) existe ?

(...)

Le PAK n'est même pas unique en son genre, puisque l'existence d'un parti anti-lichi semble avérée (...) que des illuminés luttent par un biais aussi biaisé contre l'idéologie libérale, c'est leur affaire.
Commenter  J’apprécie          10
Partemps   26 septembre 2020
Brefs de Pierre Alféri
Lavée par la nuit la ville a

des airs de cour ensoleillée

déserte avec la rumeur

off de l’école —

aucun adulte ne me voit

-- un banc

une barre à entrée multiple

volets fermés, fenêtres closes

sauf au deuxième deux

bulles d’intimité

crevées par l’objectif —

une vieille mise en plis

un jeune épinglé

posent la condition

être c’est être

percé

à jour — un bruit d’obturateur

une pause

ils ont fermé ensemble

sur le premier temps du matin

les hublots d’un convoi

qui démarre.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Labyrinthe: C'est le Pérou et ce n'est pas le Pérou!

La Maison verte

Julio Cortazar
Gabriel Garcia Marquez
Augusto Roa Bastos
Mario Vargas Llosa

15 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , bande dessinée , cinema , poésieCréer un quiz sur cet auteur

.. ..