AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.66 /5 (sur 152 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , le 04/04/1948
Mort(e) à : Lyon , le 12/04/2014
Biographie :

Auteur de poèmes en prose, nouvelles, récits et textes courts d'autofiction, Pierre Autin-Grenier partage son temps entre sa ville natale et le Vaucluse où il habite.

Il fut employé de banque et d’assurance. Engagé politiquement, il a vécu les événements de mai 1968 sur les barricades. Ne supportant pas la hiérarchie, Pierre Autin-Grenier décide d’arrêter tout travail pour se consacrer à l’écriture.

Il publie en revues, chez des éditeurs de poésie (L’Arbre, Le Dé bleu). Après sa rencontre avec Jacque Réda, ses textes sont accueillis dans la Nouvelle Revue Française. De fil en aiguille, il publie chez Gallimard dans la collection "L’Arpenteur" que dirige Gérard Bourgadier.

Source : francopolis.net http://www.cadex-editions.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Interview à l'Escale du Livre 2010 de Bordeaux de l'auteur Pierre AUTIN-GRENIER pour son livre "C'est tous les jours comme ça", en librairie à partir du 16 avril 2010 (Editions Finitude)
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
Pierre Autin-Grenier
Piatka   27 septembre 2017
Pierre Autin-Grenier
Être libre, c'est ne pas avoir peur.
Commenter  J’apprécie          532
aleatoire   26 juillet 2011
Toute une vie bien ratée de Pierre Autin-Grenier
Tant de médiocrité et si peu de suicides
Commenter  J’apprécie          255
AgatheD   26 décembre 2016
Toute une vie bien ratée de Pierre Autin-Grenier
Réflexions, maximes, sentences et aphorismes c'est par kyrielles que je les aligne; d'une page l'autre j'en fais d'étourdissants chapelets de saucisses fumées. Rien ne m'échappe en somme, mais de toutes ces notes je ne fais rien non plus. Elles restent figées dans mon carnet comme des litrons renversés sur un hérisson à bouteilles. Inutiles.
Commenter  J’apprécie          130
MClo85   19 décembre 2011
Toute une vie bien ratée de Pierre Autin-Grenier
Les anges son souvent assez indulgents

Hier j'ai failli craquer. J'avais mal et il pleuvait. J'étais comme un escargot livide peinant sur son vélo dans la grimpée du Ventoux. J'avais beau penser à une assiette de tripes avec, autour, des petites patates toutes simples mouchetées de persil, rien n'y faisait. Ainsi l'existence, la plupart du temps, c'est un chapelet de balivernes aux doigts des innocents. Mais pendant la nuit j'ai entendu une petite voix qui me suppliait d'aller jusqu'au bout. Oui. Alors, au matin, j'ai appuyé très fort sur les pédales et la vie, clac ! d'un coup s'est remise sur le grand braquet. C'était miracle et s'était tant mieux!

C'est un ange, que je ne connais pas vraiment, mais qui vient comme ça, quand s'est trop escarpé (ou que je réclame pour mon âme sensible une crème adoucissante qui calme les démangeaisons), pousser la bicyclette par la selle et alors, malgré les pluies froides d'automne, le vent qui s'obstine, les douleurs et les blessures, machinalement ça avance à nouveau, à cinq à l'heure, pas plus, vers cet horizon indécis, là-bas derrière les rideaux de verdure où tout s'évanouit et tout recommence aussi ; enfin c'est ce que l'on dit. Je n'y suis jamais allé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
nadejda   16 février 2011
Toute une vie bien ratée de Pierre Autin-Grenier
Avec toutes les allumettes que j'ai grattées pour embraser des bouts de mégots ou inaugurer une cigarette fraîche roulée, je crois que des bergers cévenols ou bien de jeunes vachers lozériens un peu habiles de leur dix doigts pourraient sans peine, l'hiver à la veillée, confectionner des centaines de tour Eiffel modèles réduits qui feraient ensuite la fortune des magasins de curiosités de Saint Flour. Je crois même, s'ils voulaient bien unir leurs efforts, qu'ils pourraient réaliser une maquette grandeur nature de la tour Eiffel et l'installer alors à la Bourboule où des curistes bronchitiques et déplumés en auraient aussitôt le souffle coupé pour de vrai.
Commenter  J’apprécie          90
nadejda   16 février 2011
Toute une vie bien ratée de Pierre Autin-Grenier
Vraiment, le petit poète blanc aurait préféré être un grand nègre et cabrioler aux trois quarts nu de traboules en savanes dans l'intimité des zébus et la frayeur des éléphants, plutôt que d'être né de cet Occident moqueur et roturier qui compte et recompte ses privilèges dans l'arrière-salle d'une boutique depuis longtemps naufragée. Alors parfois, je lui dis comme ça : "Est-ce que tu aurais épousé un nègre ?... ---Oui, elle répond sans hésiter, si c'était toi."
Commenter  J’apprécie          90
artemisfowlette   08 novembre 2011
Toute une vie bien ratée de Pierre Autin-Grenier
Tant de choses nous échappent ! Il parait qu'on a trouvé des pingouins dans l'art paléolithique ! Planqués sous la falaise du cap Mourgiou, près de Cassis. Ils étaient là, peinards, depuis trente mille ans a dit un spécialiste, avant qu'Henri Cosquer n'aille les dénicher, mine de rien en faisant de la plongée sous-marine. Et moi qui depuis ce matin ne suis pas fichu de mettre la main sur mes lunettes sans doute égarées dans le désordre de mon gourbi !

Commenter  J’apprécie          80
Mero   29 mai 2013
Toute une vie bien ratée de Pierre Autin-Grenier
Elle n’a peur maintenant que du passé, c’est lui qui la brutalise le jour, la harcèle la nuit.
Commenter  J’apprécie          80
araucaria   29 octobre 2016
Toute une vie bien ratée de Pierre Autin-Grenier
Je passe mon temps à prendre des notes sur le petit carnet quadrillé gainé de cuir noir qui partout m'accompagne. Ca commence à faire une paye que je trimballe ce carnet avec moi, je ne saurais même plus compter les années; peut-être ne vaudrait-il mieux pas d'ailleurs. Toute la sainte journée je note des trucs bizarres là-dessus ou alors des pensées qui viennent zigzaguer à travers ma cervelle cabossée et que, dans l'instant, je trouve prodigieuses. Si je croise dans la rue un éléphant triste, je le note, si j'aperçois un touriste japonais trafiquant dans une pharmacie de Knokhe-le- Zoute, je le note aussi.
Commenter  J’apprécie          60
js   07 octobre 2011
Les radis bleus de Pierre Autin-Grenier
Dimanche 21 août.

Saint Christophe

Nous avancions à ventre ouvert, comme dans un rêve, et puis une vie soudain s’est brisée dans la rue et nous voici découvrant d’un coup l’atroce précarité des choses. Nous nous doutions bien que ces fruits oubliés lentement nous mèneraient vers l’automne, que nous les retrouverions en décembre, secs ; quand même nous restions tout imprégnés du sentiment de longévité des jours, nous n’accordions nul crédit aux cris des chouettes la nuit, chaque heure nous voyait changer de montre et jamais dimanche ne nous fit plier le genou. Aux terrasses complices des cafés nous buvions du vin de paille dans de longs verres à pied, le soir venu nous vendions du vent à la sauvette pour presque rien et, en dessous du pont resserré, pour nous toutes les rivières étaient en feu. Mais déjà certains de nos gestes prenaient des rides, des nuages dans le ciel passaient trop vite ; enfin un beau matin il nous fallut faire ressemeler nos ambitions.



Aujourd’hui pour éviter que tout chavire, jusqu’à l’aube nous serrons très fort la nuit dans nos bras — ô ! les beaux yeux !—, il n’empêche que chaque jour nouveau nous livre à d’incroyables intempéries, nous bouscule et tente de nous jeter par-dessus bord. De la cale à charbon où ils s’étaient jusqu’à présent cantonnés, les rats gris voraces et prolifiques se sont enhardis à pointer le museau et se conduisent maintenant partout comme en pays conquis. Nous soupçonnons d’autres bestioles, bien plus infectes et hypocrites encore, d’attendre dans la pénombre, lovées sous les cordages où à l’affût dans les soutes, prêtes à surgir et s’en donner à cœur joie au moindre faux pas. Il serait vain de vouloir recenser les tentatives d’intimidation de cette gent sournoise et cupide ou ses pressantes invites à céder la place.



Oui, voilà précisément l’état des lieux et l’âpre combat de mercenaires que nous menons, au milieu des désordres et des embûches de toutes sortes, depuis qu’une vie soudain s’est brisée dans la rue.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..