AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.16 /5 (sur 25 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lourdes , 1940
Biographie :

Pierre Birnbaum est un historien et sociologue.

Il est professeur émérite de sociologie politique à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne et à l'Institut d'études politiques de Paris.

Membre de l’Institut universitaire de France, professeur invité à l’université de Columbia, il est spécialiste de l’histoire politique des Juifs en France, en particulier de l'Affaire Dreyfus.

Influencé par Raymond Aron, avec qui il a collaboré au début de sa carrière, il a ensuite essentiellement travaillé sur le fonctionnement de l’État français aux XIXe et XXe siècles, sur le statut des identités dans les systèmes politiques modernes ou sur l’histoire de l’antisémitisme.

Il est l'auteur des "Fous de la République" (1992), ouvrage sur l'entrée dans la fonction publique et l'adhésion aux valeurs républicaines de ceux qu'il appelle les "Juifs d'État".

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Un débat avec les historiens Limore Yagil et Pierre Birnbaum, le 25 février, au Théâtre Libre. Félicie, Maria, Fabien... C'est une famille de paysans haut-pyrénéens, une famille comme ces milliers de Français qui ont caché des enfants juifs et défié les lois iniques du régime de Vichy. Après avoir longtemps négligé le souvenir de cet épisode, l'historien Pierre Birnbaum y revient dans un livre très personnel. Comment penser, aujourd'hui, la concomitance de l'abjection de la Révolution nationale et de l'héroïsme anonyme du sauvetage ?

+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Tandarica   13 mars 2015
Destins juifs : De la révolution française à Carpentras (Sciences Humaines et Essais) de Pierre Birnbaum
On ne peut rêver meilleur symbole de la vigueur des idéaux républicains : un Juif d’État [René Cassin] tourné vers l’universalisme, entrant solennellement au Panthéon en même temps que l’abbé Grégoire, la figure de proue des lumières émancipatrices !
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   20 mars 2017
Léon Blum : Un portrait de Pierre Birnbaum
Stendhal comme Blum n’en deviennent pas moins de solides auditeurs au Conseil d’État, des fonctionnaires rigoureux dans leurs analyses juridiques qui n’entendent pas se détourner pour autant de l’objet de leur passion, la recherche éperdue du bonheur, de l’amour, mus par « l’avidité amoureuse, formée ou forcée par la lecture, alimentée par la rêverie [qui] dépendait de l’imagination seule  ». L’amour est la grande affaire de leur vie, l’amour attendu, recherché, conquis de haute lutte. Stendhal, le romantique, échoue pourtant à conquérir l’être aimé, ses maîtresses lui échappent et l’accomplissement de ses désirs demeure davantage de l’ordre de l’imagination. Léon Blum y parvient, lui, sans même respecter les fameuses étapes de la « cristallisation » prescrites par son « frère » Stendhal. À ses yeux, ce dernier « ne connut jamais l’impulsion dominatrice des sens dont la femme subit confusément l’empire et qui oblige l’homme à risquer  » !

Tout au long de sa vie, Blum fait figure de jeune homme décidé et entreprenant, il reste fidèle à l’adolescent rêveur qu’il a été, il conserve l’audace de Julien Sorel, le courage de Fabrice, les rêves de Lucien, préserve, mieux que Stendhal qui recule devant l’action, leur jeunesse, leur rêve de bonheur, leur optimisme jusqu’à en faire, dans les moments les plus tragiques, la règle essentielle de sa propre vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   20 mars 2017
Léon Blum : Un portrait de Pierre Birnbaum
Il a à peine vingt ans lorsqu’il fait paraître dans La Revue blanche, en septembre 1892, une longue dissertation sur le rêve et l’action dans la recherche du bonheur qui « donne à Fabrice del Dongo et à Julien Sorel cette fougue intérieure de passion 1 ». Dans la même veine, il publie peu après la nouvelle intitulée « Ceci et cela », récit des incertitudes amoureuses d’un jeune homme désemparé qui a « coutume de chercher dans Le Rouge et le Noir ces conseils précis d’action ; […] chaque soir Julien Sorel me faisait goûter la saveur [de la passion] jusqu’à l’ivresse. J’en étais arrivé à confondre peu à peu nos vies ; il était en moi la raison conseillère 2 ». Dès lors, le héros décide d’agir comme Julien, de saisir de la main sa propre Mme de Rénal avant que l’horloge ne sonne dix heures car autrement « Julien rougissait de moi » 3. Le jeune Blum qui se lance dans la carrière littéraire s’identifie corps et âme aux héros de Stendhal. Il s’engage dans la rédaction d’un livre tout entier consacré à l’écrivain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   20 mars 2017
Léon Blum : Un portrait de Pierre Birnbaum
À l’instar encore des héros de Stendhal, il ne s’en laisse pas compter, il règle les affrontements à coups d’épée. On comprend que Julien Sorel, Fabrice del Dongo et surtout Lucien Leuwen, qui passent d’un duel à l’autre, hantent son imagination. Tout comme Stendhal encore, et avec Lucien Leuwen, Blum exècre le « juste milieu », ces hiérarchies sociales qui écrasent les aptitudes, les ambitions individuelles ainsi que les passions : comme Stendhal, il dénonce cette morgue des puissants qui méprisent le peuple et pervertissent la jeunesse en l’incitant aux compromissions. Dans ce sens, Blum fait sien le « mépris de l’argent ou des affaires » de Stendhal et de ses héros Fabrice ou Lucien, leur culte de la Révolution française, moment privilégié de remise en question de l’ordre social, de libération des énergies, d’ouverture des destins individuels et leur jacobinisme.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   20 mars 2017
Léon Blum : Un portrait de Pierre Birnbaum
Comme le De l’Amour de Stendhal, Proust écrit, dans Jean Santeuil, première ébauche de la Recherche, de longues pages qui seront intitulées « Sur l’amour » tandis que Blum fait paraître, au même moment, en 1907, son livre scandale, Du mariage. Tous deux voient en Stendhal un professeur d’énergie, un chantre de la jeunesse, de l’individualisme, de la passion. Jean, le héros de Jean Santeuil, écrit Proust, « pensait toujours » à lui, le théoricien de l’égotisme, lorsqu’il courtisait Mme S. en jouissant « plus de son amour que de son amante », avec un plaisir « dont il avait vu la vivacité chez Julien Sorel, chez Fabrice del Dongo, dans le livre De l’amour » . Blum demeure le plus constant dans son admiration : contrairement à Proust, il admire le volontarisme des personnages stendhaliens qui ne cantonnent pas leurs désirs à leur seule imagination.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-49997

Avec quel autre musicien John Lennon créa-t-il "W.C.H."?

Paul McCarthney
Bob Dylan
il a fait ça tout seul

8 questions
3 lecteurs ont répondu
Thèmes : politique , chanson , repriseCréer un quiz sur cet auteur