AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Né à ANTIBES, dans les Alpes-Maritimes, cet enseignant d'Éducation Physique, récompensé par les palmes académiques, a fait ses études supérieures à TOULOUSE puis a longtemps enseigné dans le centre de la France.
Revenu dans sa région natale, il a pu retrouver dans ses loisirs, ses premières passions de la mer, la montagne... et l'écriture.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Découvrez nos romans grands formats, nos poches et nos polars de ce début d'année: • Roger Poux, "Les Enfants peuvent tout entendre" (collection le chant des pays) • Frédérique-Sophie Braize, "Paysannes de montagne" (Souny Poche) • Pierre Brocchi, "Aucun répit" (collection Plumes noires) • Suzanne de Arriba, "Un Ange égaré sur la terre" (collection le chant des pays) • Nelly Buisson, "La Théière anglaise" (collection le chant des pays) • Yveline Gimbert, "Le Venin de la terre" (Souny Poche) • Brenda Lee O'Ryan, "La Gamine au débardeur rouge" (collection Plumes noires)

+ Lire la suite

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Beatrice258   09 août 2019
Oubli interdit de Pierre Brocchi
Toscane : 6 juin 1924.



Ottavio ratisse le sol ocre de la terre toscane…



Soudain, un coup de feu suivi de plusieurs autres…



Un pick-up avec des militaires, debout sur le plateau et une voiture bleu nuit qui suit.



Trois militaires habillés de noir sautent du plateau de la camionnette. Un quatrième, armé d'un curieux fusil, pousse Francesco dans le dos pour le faire descendre….



Il y a eu un drame et il le lit sur le visage ensanglanté de son fils…



Où sont ses petits-fils ? Il cherche à deviner dans le regard de Francesco ce qui a pu se passer…



Chemises sombres, pantalons bouffants gris-vert avec bandes sur le côté, béret à pompon ridicule, comme un bateau posé à l'envers sur le sommet du crâne, ce sont des fasci...



Dans les villages alentours, les paysans s'inquiètent de ces groupes de jeunes qui ont prêtés allégeance au Duce, contre le Roi.



Ottavio n'a dit que ce mot. Bâtard (bastardo) !



Il s'approche sans peur du jeune Chemise noire, mais un coup de crosse le fait rejoindre le corps de son fils. Et tout s'emballe. La grand-mère pousse un cri, se précipite et une balle la fauche en plein élan. Francesco et son père, n'ont guère le temps de se relever qu'à leur tour, ils sont abattus par le jeune fasciste qui vide rageusement son chargeur…



Le reste de la bande est tétanisée...Ne rien voir !



Ils n'ont même plus entendu les hurlements du petit enfant qui s'arrêtent soudain, et qu'ils voient rouler au pied de sa grand-mère, dans le fracas d'une dernière détonation.



- Viva il Duce !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pierre Brocchi
Beatrice258   09 août 2019
Pierre Brocchi
Toscane : 6 juin 1924.

Ottavio ratisse le sol ocre de la terre toscane…

Soudain, un coup de feu suivi de plusieurs autres…

Un pick-up avec des militaires, debout sur le plateau et une voiture bleu nuit qui suit.

Trois militaires habillés de noir sautent du plateau de la camionnette. Un quatrième, armé d'un curieux fusil, pousse Francesco dans le dos pour le faire descendre….

Il y a eu un drame et il le lit sur le visage ensanglanté de son fils…

Où sont ses petits-fils ? Il cherche à deviner dans le regard de Francesco ce qui a pu se passer…

Chemises sombres, pantalons bouffants gris-vert avec bandes sur le côté, béret à pompon ridicule, comme un bateau posé à l'envers sur le sommet du crâne, ce sont des fasci...

Dans les villages alentours, les paysans s'inquiètent de ces groupes de jeunes qui ont prêtés allégeance au Duce, contre le Roi.

Ottavio n'a dit que ce mot. Bâtard (bastardo) !

Il s'approche sans peur du jeune Chemise noire, mais un coup de crosse le fait rejoindre le corps de son fils. Et tout s'emballe. La grand-mère pousse un cri, se précipite et une balle la fauche en plein élan. Francesco et son père, n'ont guère le temps de se relever qu'à leur tour, ils sont abattus par le jeune fasciste qui vide rageusement son chargeur…

Le reste de la bande est tétanisée...Ne rien voir !

Ils n'ont même plus entendu les hurlements du petit enfant qui s'arrêtent soudain, et qu'ils voient rouler au pied de sa grand-mère, dans le fracas d'une dernière détonation.

- Viva il Duce !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Beatrice258   09 août 2019
Oubli interdit de Pierre Brocchi
Et à tous ceux qui ont séjourné dans le camp de concentration de Saint-Cyprien qui, comme le disait le ministre de l'Intérieur en 1939, n'est pas la même chose qu'un camp pénitentiaire et où se sont entassés, au milieu de baraques insalubres entourées de barbelés et posées sur du sable, jusqu'à 90.000 hommes réfugiés politiques, pour la plupart des Espagnols fuyant le régime franquiste.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   11 février 2020
Oubli interdit de Pierre Brocchi
Ce sont des membres de la MVSN, la milice nationale créée par Mussolini. Des Chemises noires. Ils sont tous jeunes, très jeunes. Deux d’entre eux se ressemblent étrangement. Des jumeaux, certainement. Ottavio, au milieu de la cour, les

regarde et attend, immobile. Il y a eu un drame et il le lit sur le visage

ensanglanté de son fils. Les jeunes gens crient, mais il ne les entend pas. Où sont ses petits-fils ? Il cherche à deviner dans le regard de Francesco ce qui a pu se passer. Son fils avance au

ralenti, lui tombe dans les bras en hurlant et s’effondre sur le sol. Son cri fait plier la cime des cyprès, poignards verts qui s’arrachent de la terre nourricière et lui plongent dans le cœur.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   11 février 2020
Oubli interdit de Pierre Brocchi
Le vieil homme ne craint pas ces bandits en herbe ni cet étrange fusil, tout en longueur, dont parlait son voisin, un survivant de la

dernière guerre. « Mauser. Fusil allemand. Il peut tirer plusieurs cartouches d’affilée. » C’était donc ces détonations inconnues qu’il a entendues. Ce jeune exalté a dû le voler à un combattant de cette saloperie de guerre. Ottavio le fixe. « C’est bien ce bâtard que j’ai croisé au marché ! ». Son regard plein de haine transperce les décorations en zinc et embrase le jeune fasciste à la tête de cette bande d’assassins. Le problème, c’est que c’est ce gamin qui tient le fusil.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   11 février 2020
Oubli interdit de Pierre Brocchi
Quand Daniel traite les gens de son âge de vieux, ça l’agace autant que l’énervait son père quand il parlait de gens moins âgés souvent plus flétris que lui. Elle a croisé son regard et ne l’a pas vu assez longtemps pour le détailler. L’essentiel est ailleurs et pour le moment, elle n’a manifestement aucune envie de se sortir du centre de toutes les consolations.

Le flic en larmes hausse à son tour les épaules. Il est réconforté par quelques cousins et ses potes, les condés.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   11 février 2020
Oubli interdit de Pierre Brocchi
Mal de tête, palpitations, malaises, douleurs musculaires, vertiges, nausées… deux pour cent de la population en souffrent. Une seule thérapie : trouver des « zones blanches », loin des antennes relais et autres émetteurs d’ondes. D’où son allergie aux téléphones portables. On appelle ces malades des électro-hypersensibles et on les surnomme les EHS. Cette église, aujourd’hui, c’est plutôt « zone noire ! »
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   11 février 2020
Oubli interdit de Pierre Brocchi
Daniel précise intérieurement, camp de concentration, appellation inventée à l’occasion par la France pour désigner ces lieux supposés accueillir quelques-uns des quatre cent cinquante mille réfugiés espagnols qui, fuyant le franquisme, avaient franchi la frontière. Les maigres éléments de l’histoire paternelle, il les connaît même s’il s’est toujours posé de nombreuses questions.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   11 février 2020
Oubli interdit de Pierre Brocchi
Éliane ignore toute forme de stress autre que politique. Max l’admire. Elle est au centre du monde qu’elle s’est construit et qu’elle gère sans état d’âme. Son regard retourne se poser sur la patine du cercueil et la couronne de

fleurs, traversée par une banderole. À notre père – Tes enfants bien-aimés. « Je t’en foutrais des enfants bien-aimés, moi ! »
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   11 février 2020
Oubli interdit de Pierre Brocchi
La douleur, très certainement, lui fait voir aujourd’hui les choses en noir. Après tout, c’est de circonstance ! Mais quand le cercueil arrive à son niveau, l’homme lève brusquement le bras, la main tendue et murmure quelques paroles

inintelligibles avant de poursuivre son geste comme pour relever une mèche rebelle qu’il n’a pas, ou plus, depuis longtemps.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Adaptations avec Ricardo Darín

De quelle nationalité est l'acteur Ricardo Darín ?

cubaine
italienne
hispano-argentine

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : adapté au cinéma , adaptation , cinema , littérature , littérature argentine , argentine , romans policiers et polars , amérique du sudCréer un quiz sur cet auteur

.. ..