AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.95/5 (sur 46 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Belleville-sur-Meuse , le 17/08/1923
Mort(e) à : Caen , le 22/10/2009
Biographie :

Pierre Chaunu est un historien français, spécialiste de l'Amérique espagnole et de l’histoire sociale et religieuse de la France des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

Professeur au lycée de Bar-le-Duc (1947), il entre à l'École des Hautes Études Hispaniques en 1948 et séjourne jusqu'en 1951 à Madrid et à Séville. Il soutient sa thèse sur Séville et l'Atlantique en 1954.

Professeur au lycée de Vanves (1951-1956), chargé de cours à la faculté de Paris (1956), attaché de recherche au CNRS (1956-1959), Pierre Chaunu devient maître de conférences puis professeur (1962) à l'université de Caen. Il y fonde le Centre de Recherches d'Histoire quantitative en 1966.

Ensuite professeur d'histoire moderne à Paris IV-Sorbonne, Pierre Chaunu a été élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1982, au fauteuil de Maurice Baumont.

Il anima longtemps l'émission hebdomadaire Livre du Jour sur Radio Courtoisie. Il est également prédicateur laïque au temple de Courseulles (Église réformée de France).

L'homme, enfin, s'était converti du catholicisme au protestantisme : la démarche est suffisamment singulière pour être relevée. Elle témoigne d'un engagement particulier, qui fait de Chaunu une personnalité d'exception.
+ Voir plus
Source : Site personnel
Ajouter des informations
Bibliographie de Pierre Chaunu   (57)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Par Annette WIEVIORKA, directrice de recherche émérite au CNRS Tout historien, et même préhistorien, établit un lien avec "ses" morts dont il tente de restituer l'histoire, de la Lucy d'Yves Coppens aux morts qui sont ses contemporains. L'opération historiographique a souvent été décrite, de Jules Michelet à Michel de Certeau, comme opération de résurrection des morts et oeuvre de sépulture de ces morts qui hantent notre présent. Il y a aussi d'autres morts. Ceux des siens qui sont autant de dibbouk pour l'historien parce qu'ils ont orienté sa vie. Ce sont des morts fauchés avant d'avoir été au bout de leur vie, des morts scandaleuses. "Je suis le fils de la morte". Ce sont les premiers mots de l'essai d'égo-histoire de Pierre Chaunu. Ces morts nourrissent les récits familiaux, devenu un nouveau genre historique, de Jeanne et les siens de Michel Winock (2003)("La mort était chez nous comme chez elle") à mes Tombeaux (2023). Les morts de la Shoah occupent une place tout à la fois semblable et autre. C'est la tentative d'éradiquer un peuple, la disparition du monde yiddish dont ceux qui en furent victimes prirent conscience alors même que le génocide était mis en oeuvre. Ecrits des ghettos, archives des ghettos, rédaction de livres du souvenir, ces mémoriaux juifs de Pologne écrits collectivement pour décrire la vie d'avant, recherche des noms des morts, plaques, murs des noms, bases de données.... Toute une construction mémorielle. Vint ensuite le temps du "je"(qui n'est pas spécifique à cette histoire) , celui des descendants des victimes, deuxième, troisième génération, restituant l'histoire des leurs. Chaque année, plusieurs récits paraissent, oeuvres d'historiens ou d'écrivains, qui usent désormais des mêmes sources, témoignages et archives, causant un trouble dans les genres.

+ Lire la suite

Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
Au moyen-âge et aux origines, les réformes d'ordre ascétique, les créations d'ordres et les jaillissements hérétiques correspondent aux temps forts d'une conjoncture courte.
Commenter  J’apprécie          250
L'Ame du monde organise la matière et la met en forme.
Platon, le Timée.
Commenter  J’apprécie          220
Ce contact avec une administration de lisants-ecrivants multiplie, en effet,des intermédiaires ayant accès à l'écriture.
Commenter  J’apprécie          130
Délimiter un secteur religieux au sein du grand flux de l'histoire n'est pas tache aisée.
Commenter  J’apprécie          130
Le mouvement interne de fermeture (..) de la société espagnole a trop souvent échappé à l'attention. L'histoire littéraire, cependant, en a pris conscience : l'expulsion des Juifs intervient en 1492, la conversion de force des Musulmans de Grenade date des premières années du XVIe siècle. Le christianisme ouvert aux influences extérieures au Moyen Age, à l'époque des traducteurs de Tolède, fait place à un christianisme figé de plus en plus dans la formulation aristotélicienne d'une forme limite d'orthodoxie. La transformation essentielle est antérieure au règne de Charles Quint. Le processus d'expulsion du judaïsme dure un siècle et commence avec le grand massacre, le Matanza de 1391, s'achève sur l’Édit du 31 mars 1492, pris en écho au Portugal en 1497. Les conversions massives des Musulmans suivent dans un laps de temps de dix ans. Ces mutations signifient l'alignement tardif d'une chrétienté frontière un peu ambiguë sur les comportements majoritaires du reste de la Chrétienté, la Reconquête achevée, l'Espagne se constitue en terre de Chrétienté, entendez ou l'appartenance au groupe se confond avec l'appartenance à l’église.

1850 - [Regards sur l'histoire n° 19, p. 37]
Commenter  J’apprécie          100
Quel que puisse être le poids du milieu,, il est indissociable du poids de l'histoire, il est bien évident que le genre de vie qui s'est constitué là, au cœur de l’Espagne reconquérante, centré sur le blé, la vigne, le mouton à laine et accessoirement l'olivier, découle en partie de la nécessité de réaliser un peuplement rapide avec peu d'hommes... même sur les fertiles campiñas, de l'impossibilité de réunir jamais une masse humaine explosive de transformation, le surcroît étant toujours absorbé par la reconquête au Moyen Age, le sud à repeupler, puis l’Amérique, et le tercio de l’aventure impériale au XVIe.

1886 - [Regards sur l'histoire n° 19, p. 110]
Commenter  J’apprécie          100
... au tout début d'une recherche, sur la route de la spécificité ibérique - et a fortiori sur le chemin d'une bonne compréhension de l'Espagne de Charles Quint - ne jamais perdre vue la mutation reconquérante de l'Hispania cristana.
Tout commence au XIIIe siècle, tout rebondit à la fin du XVe. Relativement moins touchée que d'autres secteurs plus peuplés de la Chrétienté latine occidentale par la grande crise démographique du XIVe siècle, la Castille a besoin d'un siècle et demi pour digérer sa conquête.

1848 - [Regards sur l'histoire n° 19, p. 33]
Commenter  J’apprécie          80
Le lien qui existe entre les grandes pestes du XIVe siècle et l’hypersensibilisation au macabre est trop évident pour valoir une nouvelle démonstration en forme. Le bon climat démographique des XIIe -XIIIe siècle, l'allongement de la vie humaine et le recul alors de la surmortalité cyclique, aura rendu plus sensible la détérioration du second XIVe siècle. Le climat de 1348 est celui de l'épouvante. A Ovieto dont nous devons la résurrection, au cours de la grande peste, au talent de Mme Élisabeth Carpentier, et qui comptait 10 à 12.000 habitants... au paroxysme de juillet-août, la mortalité a atteint 500 décès par jour, ce qui impliquerait l'anéantissement total en 20-25 jours. Lors du paroxysme, faut-il le rappeler à titre de comparaison, de 1720 à Marseille, dont le souvenir a glacé, un siècle durant, l'Europe des Lumières, la mortalité s'est élevées à 1 % (mille pour cent mille), 1% sur un espace isolé ; la peste noire, c'est 5 % et pour des régions entières. Tel est le caractère inouï du cataclysme jamais égalé. La peste dans toutes les régions atteintes de plein fouet, comme ce fut le cas de la Flandre nombreuse et tout l'axe bourguignon fertile, ne s’arrête vraiment que quand la moitié du tissu humain est détruite.
Une société qui a traversé une telle apocalypse est profondément démantelée, les survivants et leurs descendants sont par la puissance de la transmission orale durablement marqués.

1878 - [Regards sur l'histoire n° 19, p. 69/70]
Commenter  J’apprécie          70
A l'époque romaine, la Castille était revêtue d'une chênaie très claire, coupée de « landes et genêts riches en plantes aromatiques ». Cette couverture végétale a, selon l'hypothèse la plus vraisemblable, traversé sans dommage la période romaine et la période wisigothique. Ce qui tend à prouver que l'Espagne centrale, contrairement à un préjugé tenace, était faiblement peuplée dans l'Antiquité. L’Espagne antique, à la différence de l’Espagne moderne, est une Espagne périphérique, de toute manière sans doute moins peuplée que l'on s'est plu à l'imaginer. Faible, voire plus faible peuplement encore pour la Vieille-Castille à l'époque musulmane, zone des raids de durs adversaires, elle est tout entière en « despoblado ».

1888 - [Regards sur l'histoire n° 19, p. 122].
Commenter  J’apprécie          72
L'utilisation des registres paroissiaux qui a transformé si profondément nos connaissances en démographie historique, en France, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne, si l'on excepte quelques exemples encore isolés, en Catalogne, autour de Valladolid, à Madrid, est à peine commencée. Mais, c'est surtout au niveau des dénombrements (censos) qu'éclate la supériorité espagnole. Faut-il rappeler l'ancienneté, la rigueur, le bon état de conservation, en moyenne des « fogatges », les dénombrements par feux de la Couronne d'Aragon et plus particulièrement du Principat catalan...

1880 - [Regards sur l'histoire n° 19, p. 78/79]
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Pierre Chaunu (142)Voir plus

Quiz Voir plus

Avez vous lu Le petit prince

Quelle est la profession du narrateur qui rencontre le petit prince dans le désert?

Journaliste
Aviateur
Berger
Taxidermiste

9 questions
8685 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..