AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.58 /5 (sur 42 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Toulouse , le 10/07/1919
Mort(e) à : Argenteuil , le 20/05/2009
Biographie :

Pierre Gamarra est un poète, dramaturge et romancier.

Pierre Gamarra a des origines basques et languedociennes. D'abord enseignant, puis journaliste, il est également l'auteur d'essais et de pièces de théâtre.

Son œuvre pour la jeunesse (récits, théâtre et poèmes) est fréquemment enseignée dans les écoles. Au lendemain de la libération de Toulouse, il participe avec un groupe d'anciens résistants à la création dans cette ville de la Librairie de la Renaissance.

En 1973, son roman Les Coqs de minuit est adapté pour la télévision par Edouard Logereau.

Pierre Gamarra a a reçu de nombreuses distinctions : Prix Hélène Vacaresco 1943, Prix du Conseil national de la Résistance 1944, Prix Charles Veillon 1948, Prix Jeunesse 1961. Il a obtenu le Grand Prix de la Société des gens de lettres pour Le Fleuve palimpseste en 1985.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Mon Cartable, Pierre Gamarra lu par Claude Fournier


Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
Pierre Gamarra
sagesse66   28 avril 2019
Pierre Gamarra
Je te souhaite un jour de velours,

D’ iris, de lis et de pervenches,

Un jour de feuilles et de branches,

Un jour et puis un autre jour,

Un jour de blés, un jour de vignes,

Un jour de figues, de muscats,

Un jour de raisins délicats,

Un jour de colombes, de cygnes.

Je te souhaite un jour de diamant,

De saphir et de porcelaine,

Un jour de lilas et de laine,

Un jour de soie, ô ma maman

Et puis un autre jour encore, léger,

Léger, un autre jour

Jusqu’à la fin de mon amour,

Une aurore et puis une aurore,

Car mon amour pour toi, ma mère,

Ne pourra se finir jamais

Comme le frisson des ramées,

Comme le ciel, comme la mer...
Commenter  J’apprécie          644
Pierre Gamarra
Piatka   01 décembre 2013
Pierre Gamarra
La romance de la tarte aux pommes



Fleur de farine et pommes douces,

il va neiger,

je pense aux arbres pleins de mousse

au vieux berger.

Graisse légère et sucre blanc,

des étincelles

sautent du feu rouge et tremblant

comme lèvres de demoiselle.

La neige va couvrir ce soir

les fronts des hommes,

on entend pleurer dans le noir

la tarte aux pommes.

Elle se dore au fond du four

gonflé d'arômes.

Je pense à l'hiver, au ciel lourd

et je pense à la tarte aux pommes.
Commenter  J’apprécie          340
Pierre Gamarra
milamirage   04 avril 2013
Pierre Gamarra
UN BONHOMME EN SUCRE, UN BONHOMME EN PLOMB



Un bonhomme en sucre, un bonhomme en plomb

se battaient sur un pont.

Ils tombèrent dans la rivière.

Et voici ce qu'il arriva :

l'un fondit et l'autre coula.

Réfléchissez un peu sur cette affaire-là.

Commenter  J’apprécie          250
Pierre Gamarra
genou   23 décembre 2017
Pierre Gamarra
(Bonnes Fêtes à tous)



Voici Noël



Voici la neige et la nuit bleue,

voici le givre en sucre fin,

voici la maison et le feu,

voici Noël vêtu de lin .



Les oiseaux se taisent, ce soir.

Les lilas ont fermé les yeux.

Les chênes tendent leurs bras noirs

vers les chemins mystérieux.



Voici les pauvres malheureux,

voici la plaine de la bise

dans les fentes et dans les creux,

voici les vergers sans cerises.



Un jour, renaîtront les grands lis,

le parfum des profondes roses,

et l’hirondelle, je suppose ,

reviendra frôler les iris.



Voici Noël, voici les vœux ,

voici les braises sous la cendre ,

voici les bottes de sept lieues

pour aller jusqu'à l’avril tendre.



Et voici le pas d’une mère

qui marche vers la cheminée

pour ranimer les braises claires,

et voici le chant d’une mère

qui berce un enfant nouveau-né.



Pierre Gamarra
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Pierre Gamarra
coco4649   25 février 2016
Pierre Gamarra
Inscriptions



Entre nous, les fleuves , les steppes,

les montagnes , les mers, les pôles,

entre nous, les eaux et les airs,

mais ta main sur mon épaule.



Une parcelle d'amitié

contient les visages du monde

et la terre et la mer profonde

et la courbe du ciel entier.
Commenter  J’apprécie          180
SZRAMOWO   31 mars 2016
Vasco Nuñez de Balboa : Découvreur de l'océan du sud de Pierre Gamarra
Pourtant, dès le lendemain du débarquement, une inquiétante surprise fut réservée aux visiteurs. Ils avaient campé sur la plage et les indiens leur avaient apporté du maïs et des fruits. La nuit soudaine, comme d'ordinaire, enveloppa le rivage, les champs, le village. Tout semblait calme et les sentinelles n'aperçurent ou n'entendirent rien de suspect. Pourtant, à l'aube, ce calme même parut inquiétant. Aucun bruit n'arrivait du village indien. Pas le moindre appel, pas le moindre cri d'animal. Bastidas prit quelques marins avec lui et s'avança vers les huttes indiennes. Elles étaient vides. Tous les villageois s'étaient enfuis, emportant la plupart de leurs outils, leurs filets de pêche et leurs provisions. En pleine nuit, dans un total silence, ils s'étaient enfoncés dans la jungle. C'était comme un suicide. Pourquoi cette fuite ? On ne le sut jamais. Avaient-ils eu peur des armes, des outils ? Les chevaux qu'on avait amenés à terre pour les faire paître, les avaient-ils effrayés ? On s'arrêta à cette explication. Au crépuscule, un étalon avait henni à plusieurs reprises et cette clameur d'amour dans la paix du soir avait dû paraitre infiniment inquiétante aux villageois. Ne sachant rien de ces visiteurs, de ces navires, de ces monstres à crinières, ils avaient choisi de s'en aller au loin et sans doute, de reconstruire leurs demeures dans une clairière invisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Nostradamus27   08 juillet 2018
Le Mystère de la Berlurette de Pierre Gamarra
- Silence! cria l'instituteur. Moi, ce que je peux dire, c'est que vous vous moquez tous de l'histoire et de la géographie. Des perles de ce genre, je pourrais vous en citer vingt autres. Est-ce que Léon Delpech n'a pas écrit qu'on allait pêcher les filets de hareng dans la mer du Nord? Pourquoi pas les maquereaux au vin blanc et les sardines à la tomate?
Commenter  J’apprécie          110
coco4649   31 juillet 2016
Salut, monsieur de la Fontaine de Pierre Gamarra
Le Moqueur moqué





Un escargot se croyant beau,

Se croyant gros, se moquait d’une coccinelle.

Elle était mince, elle était frêle !

Vraiment, avait-on jamais vu

un insecte aussi menu !

Vint à passer une hirondelle

Qui s’esbaudit du limaçon.

Quel brimborion,

s’écria-t-elle !

C’est le plus maigre du canton !

Vint à passer un caneton.

Cette hirondelle est minuscule,

Voyez sa taille ridicule !

Dit-il sur un ton méprisant.

Or, un faisan

aperçut le canard et secoua la tête :

Quelle est cette si minime bête

Au corps si drôlement bâti !

Un aigle qui planait leur jeta ces paroles :

Êtes-vous fous ? Êtes-vous folles ?

Qui se moque du précédent

sera moqué par le suivant.

Celui qui d’un autre se moque

À propos de son bec, à propos de sa coque,

De sa taille ou de son caquet,

Risque à son tour d’être moqué !

Commenter  J’apprécie          100
nelly76   19 juin 2017
Cantilène occitane de Pierre Gamarra
Le torero me tendit une cigarette.

--Vous connaissez Federico Garcia Lorca ? demandai-je.

Il hocha la tête et je me mis à réciter en espagnol--à l'époque, je les savais par coeur --des vers du "chant funèbre pour Ignacio Sanchez Mejias "

Le torero m'écoutait avec une extreme attention.Sa cigarette se consommait, immobile,au bout de sa main droite.



Le vent emporta les cotons

à cinq heures de l'après-midi.

Et l'oxyde sema cristal et nickel

à cinq heures de l'après-midi.

Luttent la colombe et le léopard

à cinq heures de l'après-midi.

Cloches d'arsenic et de fumée

à cinq heures de l'après-midi.

Au coin des rues,groupes de silence

à cinq heures de l'après-midi.

Quand vint la sueur de neige

à cinq heures de l'après-midi.

Quand la plaza se couvrit d'iode

à cinq heures de l'après-midi.

La mort mit ses oeufs dans la blessure.



Après les derniers vers--j'avais parlé à mi-voix--Il hocha la tête encore et fit un bref commentaire.

--C'est une belle chose.Et c'est la vérité.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Pierre Gamarra
coco4649   22 juillet 2020
Pierre Gamarra
Sur un visage de jeune fille *







Ton visage fut modelé **

par la lumière d’un oiseau,

par la promesse d’une abeille

dans les délices du matin.



                         Qui fera le compte des plaies ?

                         Le dernier nombre est infini.

                         Qui dira les cœurs et les cris

                         et les enfants réduits en poudre ?

Ton visage fut modelé

par le souvenir d’une voile,

par l’argent tremblant d’une étoile

dans les robes de l’océan.



                         Qui fera le compte des fouets,

                         qui fera le compte des cages ?

                         Qui dira les noms de l’outrage ?

                         Le dernier nombre est infini.

Ton visage fut modelé

par la romance d’un enfant,

par la patience d’un aïeul

dans les frissons de la rizière.



                         Qui dira les dieux déchirés,

                         qui dira les nuits du napalm,

                         qui dira les villages morts

                         sous les vautours du long supplice ?

Ton visage fut modelé

par des colombes inlassables,

par les doigts des eaux et des sables

dans les roseaux de la raison.



                         Qui dira l’aube souveraine,

                         qui dira les cœurs de demain ?

                         Tu t’avances vers l’infini.

                         Tu feras vivre l’impossible.



* Poème resté inédit, composé en juillet 1975 par Pierre Gamarra à Hanoï, au cours d’un voyage au Viet Nam, peu de temps après la capitulation du sud.



* * La disposition des strophes respecte le choix de l’auteur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..