AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.64 /5 (sur 33 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Roquecourbe , le 31/08/1936
Biographie :

Historien des religions.
A été professeur à Paris IV - Sorbonne de 1998 à 2004

Spécialiste de l'antiquité tardive et du christianisme ancien.

Pierre Maraval, Professeur émérite à l'université de Paris IV-Sorbonne, a édité Les Louanges de Constantin d'Eusèbe de Césarée (Cerf). Il a publié aux Belles Lettres L'Histoire secrète de Procope et Histoires, guerres et malheur du temps sous Justinien d'Agathias. Constantin est un personnage fondamental de l'histoire de la chrétienté : il est le premier empereur romain à se convertir au christianisme. Non seulement il marque la fin d'une ère de persécution des chrétiens, mais il aide l'Eglise chrétienne à prendre son essor. Son dernier ouvrage est une biographie de Théodose le Grand (2009).

Source : wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (4) Voir tous


Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Walktapus   21 août 2012
Le christianisme de Constantin à la conquête arabe de Pierre Maraval
Les raisons d'un choix

Les raisons qui ont fait adopter l'obligation de la continence cléricale sont diverses. Parmi les plus importantes, il y a d'abord la vision négative de la sexualité qui est alors celle de beaucoup de chrétiens : celle-ci est considérée comme toujours entachée de péché, même dans le mariage ; Sirice parle des clercs mariés qui se sont souillés « pour avoir cédé aux désirs de la chair ». Cette tendance sera encore accentuée par les thèses d'Augustin sur la concupiscence comme mode de transmission du péché originel. Autre raison liée à la précédente : l'idée vétéro-testamentaire d'une impureté rituelle provoquée par les relations sexuelles, qui interdit celles-ci à celui qui doit célébrer l'eucharistie, voire la recevoir. L'engouement pour la virginité qui accompagne le développement du mouvement monastique favorise aussi la préférence donnée à un clergé célibataire. Des raisons économiques ont aussi joué : les lois de Justinien manifestent la crainte que les fils de clercs détournent les biens ecclésiastiques et motivent ainsi l'interdiction d'ordonner évêques des gens mariés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SerialThrillers   23 septembre 2019
Madame Piffaut, la reine de l'arnaque de Pierre Maraval
La religion catholique est très pratique lorsque vous faites des bêtises, comme mentir: il suffit de se confesser et c'est réglé. Le confessionnal est comme une blanchisserie, vous y entrez souillé et vous en ressortez immaculé.
Commenter  J’apprécie          70
5Arabella   26 décembre 2019
Le christianisme des origines à Constantin de Pierre Maraval
Jésus n'a rien écrit, si ce n'est quelques mots dans la poussière : aucun document qui soit de sa main n'est, en effet, passé à la postérité. On n'a donc accès au Jésus de l'histoire comme au Jésus de la tradition que par des sources documentaires indirectes, par des témoignages.
Commenter  J’apprécie          60
SerialThrillers   24 septembre 2019
Madame Piffaut, la reine de l'arnaque de Pierre Maraval
Certains êtres ont un parfum indéfinissable qui attire vers eux leurs semblables.
Commenter  J’apprécie          70
5Arabella   20 juillet 2020
Le christianisme de Constantin à la conquête arabe de Pierre Maraval
A partir du IVe siècle, le changement d'attitude du pouvoir politique modifia radicalement les conditions de l'expansion chrétienne : le christianisme passa d'une situation dans laquelle il était hors-la-loi, et parfois persécuté, à une situation de liberté, puis de faveur, jusqu'à ce que son principal rival, le paganisme - ou plutôt ce que l'on met sous ce terme : les religions traditionnelles reçues dans l'Empire romain -, soient elles-mêmes mises hors-la-loi. Le christianisme va devenir religion d'Etat, l'Empire devenir officiellement chrétien.
Commenter  J’apprécie          50
SerialThrillers   26 septembre 2019
Madame Piffaut, la reine de l'arnaque de Pierre Maraval
L'affinité est juste une question de parfum. Avec certaines personnes j'ai su dégager la fragrance qu'ils appréciaient sans le savoir.
Commenter  J’apprécie          60
Henri-l-oiseleur   22 octobre 2015
Thèodose le Grand. Le pouvoir et la foi de Pierre Maraval
Même si le chrétien Théodose considère que les intérêts de l'état et ceux du christianisme sont liés, on ne peut dire qu'il y ait eu sous son règne proclamation d'une religion d'état, moins encore soumission de celui-ci à celle-là. (...) Lui-même a gardé d'excellentes relations avec de nombreux païens -Thémistios, Libanios, Symmaque, Pacatus et bien d 'autres. Aussi les païens contemporains l'ont-ils toujours hautement estimé et considéré comme l'empereur de tous les Romains, païens ou chrétiens. Libanios, dans les discours qu'il lui adresse, le considère visiblement comme tel.



p. 306
Commenter  J’apprécie          40
Henri-l-oiseleur   21 septembre 2019
La Véritable Histoire de Constantin de Pierre Maraval
Sa vision mystique avant la bataille.

Il commença à invoquer ce Dieu dans ses prières, le suppliant et l'implorant de lui dire qui il était et de tendre la main vers lui pour l'assister dans ses projets. Alors qu'il priait ainsi et le suppliait instamment, un signe divin très remarquable apparut à l'empereur... Vers le milieu du jour, alors que le soleil commençait à décliner, il dit qu'il vit de ses yeux, dans le ciel lui-même, au-dessus du soleil, un trophée en forme de croix fait de lumière, et un texte qui lui était attaché et qui disait : "Par celui-ci, sois vainqueur." A ce spectacle, la crainte le saisit, lui et tout le corps d'armée qui faisait route avec lui, et ... qui fut témoin du miracle. Il disait qu'il se demandait en lui-même ce qu'était cette apparition. Alors qu'il y réfléchissait et s'interrogeait longuement, la nuit survint. Pendant son sommeil, le Christ de Dieu lui apparut avec le signe qu'il avait vu dans le ciel ...

Eusèbe de Césarée, p. 55
Commenter  J’apprécie          30
Henri-l-oiseleur   29 décembre 2015
Les fils de Constantin de Pierre Maraval
(Après la mort de Constantin) Une série de massacres ("le grand massacre" l'appelle Libanios) avait précédé cette proclamation. Elle avait fait des coupes sombres (sic) dans la maison constantinienne, tout spécialement parmi les descendants de Théodora, la deuxième épouse de Constance Chlore. (...) Eusèbe omet volontairement d'en parler. Zosime rapporte que le premier qui aurait été tué était Jules Constance, le demi-frère de Constantin, suivi du César Dalmatius ; un peu plus tard furent mis à mort le père et le frère de celui-ci, Flavius Dalmatius et le roi Hannibalianus, ainsi que quatre autres neveux de l'empereur. D'autres proches de Constantin, quelques-uns de ses conseillers furent également tués : Eunape relate l'assassinat d'Ablabius ; Jérôme cite encore parmi les victimes le patrice Flavius Optatus et plusieurs notables. Etaient ainsi éliminés tous les rivaux dynastiques en puissance : on fit exception pour Gallus et Julien, fils de Jules Constance, le premier épargné parce qu'il était très malade, le second sauvé par sa jeunesse et par l'assistance de prêtres qui le cachèrent.



p. 24
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
benleb   21 janvier 2017
Justinien. Le rêve d'un empire chrétien universel de Pierre Maraval
Malalas détaille les progrès de l'émeute et de sa répression :



« « Plusieurs membres des deux factions furent tués, d'autres blessés. Les Bleus envahirent les sièges des Verts en chantant : "Brûle, brûle. Plus un Vert ici." Les Verts en réponse leur dire : "Venez, venez, tous, tous sur la Mésè." Ils allèrent dans les quartiers des Bleus, où ils lapidaient ceux qu'ils rencontraient en chantant : "Mettez le feu, mettez le feu, pas un Bleu en vue." Ils continuèrent le lendemain de se répandre dans ces quartiers et y volèrent des biens.



L'empereur ordonna d'arrêter les Verts et de les punir de divers supplices. Les Bleus cherchèrent refuge dans l'église de la Théotokos aux Blachernes, les Verts s'enfuyaient dans celle de Sainte-Euphémie à Chalcédoine. Le préfet les expulsa et en fit exécuter plusieurs. Leurs veuves et leurs mères commencèrent à en appeler à l'empereur dans les églises, pour qu'il accorde son indulgence aux Verts. Elles furent expulsées avec des bâtons et l'empereur ne se réconcilia pas avec les Verts avant Noël. » »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur



.. ..