AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.55 /5 (sur 843 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon, Rhône , 1946
Biographie :

Pierre Péju : origine lyonnaise, famille de libraires, études de philosophie à la Sorbonne, Mai 68, collabore dès 1971 à divers journaux et revues, enseigne la philo durant douze ans dans des lycées parisiens, avant de venir vivre au Chevalon, près de Voreppe.

Il est actuellement professeur au lycée international Stendhal, à Grenoble, et directeur de programme au Collège international de Philosophie à Paris.

Il est l'auteur de récits, contes et nouvelles (comme "Premiers personnages du singulier"), d'un long roman de voyage ("La Part du sphinx"), mais il est surtout l'auteur de textes littéraires dans lesquels le travail d'écriture consiste à tresser notes autobiographiques et pensées rapides (comme "Vitesses pour traverser les jours" ou "La Vie courante" qui a obtenu en 1996 le prix Autres de Rhône-Alpes).
Pierre Péju est aussi l'auteur d'essais sur le conte, sur le récit et surtout sur le romantisme allemand.

Pierre Péju a écrit des pièces de théâtre "radiophonique" diffusées plusieurs fois sur France-Culture (dont "La Nuit", interprétée par Michaël Lonsdale) et plusieurs de ses nouvelles ont été adaptées pour la scène.

En 1998, Pierre Péju a publié aux éditions Gallimard "Naissances", puis en 2003 "La Petite Chartreuse" qui a obtenu le Prix du livre Inter et le Prix Rosine-Perrier. Depuis ont paru "Le Rire de l'ogre" ( Prix du roman Fnac) et "Coeur de pierre", "L'état du ciel" ou plus récemment "Reconnaissance".
+ Voir plus
Source : auteurs.arald.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Une journée de dédicaces, de rencontres et d'animations à l'occasion du festival Livres à vous, au Grand Angle à Voiron (Pays Voironnais). Avec comme invités d'honneur : Pierre Péju, Jo Witek et Rémi Courgeon !
Podcasts (3) Voir tous

Citations et extraits (272) Voir plus Ajouter une citation
Pierre Péju
fanfanouche24   20 juillet 2015
Pierre Péju
-Instants amoureux-



Respectons tous ceux qui ont gardé cette faculté de "tomber" amoureux; de tomber immobile et sur place, souffle coupé, appétit perdu, regard soudain lavé et vague. Personne ne sait : c'est leur secret. Ils ne vivent que dans une attente qui est aussi un état de douceur extrême. Ils vivent dans l'attente d'"instants" qui ne seront de "beaux instants" que parce qu'un lien , parfois ténu comme un cheveu, les reliera à l'être désiré.(p.72)
Commenter  J’apprécie          390
sagesse66   25 novembre 2018
La Petite Chartreuse de Pierre Péju
J'ai cherché partout le bonheur, mais je ne l'ai trouvé nulle part; sinon dans un petit coin, avec un petit livre ...
Commenter  J’apprécie          400
fanfanouche24   19 juillet 2015
La Vie courante de Pierre Péju
Maladie de l'écriture: espoir pathologique d'atteindre, même fugitivement, le noyau parlé de chaque moment vécu, puis l'amande amère de ce qui se tait dans toute parole. (p. 130)
Commenter  J’apprécie          340
Ladybirdy   02 novembre 2018
La Petite Chartreuse de Pierre Péju
Je me souviens de ce jour de grippe et de fièvre où seul, roulé dans une couverture, je lisais un conte dans lequel il neigeait à gros flocons. Fasciné par ces seuls mots : « il neigeait… », quand soudain, levant la tête du livre et comme alerté par un étrange silence, je découvrais que dehors, dans les rues de la ville, il neigeait magiquement aussi, que tout devenait blanc. Puissance du conte ! Transfiguration du monde par la neige et les mots.
Commenter  J’apprécie          300
fanfanouche24   20 juillet 2015
La Vie courante de Pierre Péju
Je savais, lecteur clandestin, que toute lecture commence par une effraction mais qu'au bout d'un moment le lecteur devient l'ami de ce qu'il a violé, que son audace ou sa persévérance lui donnent un droit mystérieux sur l'univers du livre, qu'il peut enfin, fantôme-voyeur, aimer ouvertement les pages qu'il hante, se les approprier, s'en souvenir, s'en nourrir, en revendiquer désormais, à la face du monde, la musique ou les images. (p. 114)
Commenter  J’apprécie          280
fanfanouche24   03 mai 2014
L'idiot de Shanghai et autres nouvelles de Pierre Péju
-L'idiot de Shangaï-

C'était non seulement cette infirmité soudaine qui me paralysait, mais aussi une sorte de honte. Longtemps, j'avais été un voyageur plutôt cultivé, ne cessant jamais de lire et d'écrire. Je sentais que j'étais devenu un de ces êtres incapables d'habiter pleinement le monde, faute d'en déchiffrer les signes les plus simples. (p.53)
Commenter  J’apprécie          260
sagesse66   19 novembre 2018
La Petite Chartreuse de Pierre Péju
Qui saura, dans un avenir pas très lointain, ce que représentaient, pour des gens comme moi, les libraires et les librairies ?

Ce que signifiait dans une ville, grande ou petite, la présence de ces lieux où l'on pouvait entrer dans l'espoir d'une révélation?

Qui se souviendrait de la façon paisible dont on pénétrait dans ces antres à l'odeur de papier et d'encre, de cette façon de pencher la tête pour déchiffrer un titre nouveau, puis un autre, des noms d'auteurs familiers ou inconnus, afin de glaner des indices et des signes vivants sur les couvertures claires ?

Qui se souviendra de cette façon de poser l'index au sommet de l'ouvrage pour le basculer en arrière, l'attirer à soi, l'ouvrir, le parcourir ? Lire le quatrième de couverture?

Debout, dans le bruit des pages tournées, découvrir les quelques mots qui paraissent s'adresser précisément à soi ?

L'inespéré noir et blanc, intime universel, Musique silencieuse...
Commenter  J’apprécie          250
LiliGalipette   10 janvier 2012
Naissances de Pierre Péju
« Fidèlement, timidement ou crânement, le père ne peut que se tenir sur le rivage de toute maternité, bras ballants, un peu maladroit. Patient et impatient. Inquiet et rassurant. Jusqu’au bout. » (Pierre Péju)
Commenter  J’apprécie          220
Ladybirdy   02 novembre 2018
La Petite Chartreuse de Pierre Péju
Vollard n’avait jamais conçu la littérature comme un apaisement, ni la lecture comme une consolation. Au contraire. Lire follement, comme il avait toujours lu, consistait plutôt à découvrir la blessure d’un autre. Blessure d’un type seul, désarroi d’une femme seule. Lire consistait à descendre en cette blessure, à la parcourir. Derrière les phrases, même les plus belles, les mieux maîtrisées, toujours entendre des cris.
Commenter  J’apprécie          210
joedi   06 juillet 2014
La Petite Chartreuse de Pierre Péju
Au rayon des sous-vêtements, elle marche un moment dans une écume de dentelle et de Nylon, se laisse caresser par les vagues très douces de couleurs roses, blanches, crème, rouges, noires. Elle froisse délicatement un soutien-gorge, saisit un slip au hasard et le serre jusqu'à ce qu'il tienne tout entier dans le creux de sa main, comme un oiseau de soie qu'on protège ou qu'on étouffe. Une pensée rapide pour tous ces ventres réels de femmes réelles qui un jour palpiteront derrière ces étoffes encore tellement neuves. Fesses, seins, cuisses, ventres seront bientôt voilés et dévoilés par ces sous-vêtements encore endormis et vierges sur leurs présentoirs. C'est ce genre d'impressions fugaces que Thérèse note dans le cahier à spirale.
Commenter  J’apprécie          190
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
35 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..