AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations de Pierre Vavasseur (43)


Piatka   13 décembre 2014
Tes yeux poussent la porte du monde de Pierre Vavasseur
Nous allons droit à la souffrance
nous nous taisons couverts de bruit
nous sommes en fuite du silence
nous avons le bonheur agacé
nous plongeons dans l'amour
aux flammes de papier

comme elle est étrange
cette envie de devenir

le désir
le désir vrai
est immobile
Commenter  J’apprécie          203
Piatka   06 décembre 2014
Tes yeux poussent la porte du monde de Pierre Vavasseur
T'aimer c'est ne jamais dire mon amour
mais rester guetteur dans l'éternelle course
tes yeux sont la fosse aux étoiles
je ne sais ce que l'ombre devrait nous apprendre
nous la croisons coeur nu
le ciel baisse comme une chanson douce
et sous nos pieds le sol
le sol de l'autre bout du monde
le sol sous nos pieds tendu comme une corde
Commenter  J’apprécie          200
Piatka   03 décembre 2014
Tes yeux poussent la porte du monde de Pierre Vavasseur
La douleur et la clarté vont ensemble
mélangées
et distinctes
ainsi que le sont les racines et la terre
Commenter  J’apprécie          200
araucaria   27 janvier 2018
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
Le désert des Tartares raconte ce qui est le plus difficile à décrire : l'attente. (...) Le désert des Tartares peut tout à fait s'envisager comme une métaphore du propre de l'homme et pose, en sous-main, des questions que la course à l'argent, pour les plus aisés, ou sa quête, pour les plus humbles, masque sans cesse. Alors, qui sont ces Tartares?
Le guide des 100 romans incontournables - Pierre Vavasseur
Commenter  J’apprécie          170
araucaria   28 décembre 2017
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
Si l'on considère la notion de beauté comme l'une des grandes clés de l'existence, "La mort à Venise" est sans doute le seul roman au monde à traquer la beauté du diable. Non pas celle, devenue commune, éblouissante d'une femme pour un homme, mais celle, scandaleuse, de la jeunesse confrontée au vieil âge. (...) La mort à Venise est l'un des romans les plus forts, court comme le temps qui nous dépasse, sur l'appel sans écho aux promesses du passé.
Thomas Mann - La mort à Venise (1912)
Commenter  J’apprécie          160
Piatka   05 décembre 2014
Tes yeux poussent la porte du monde de Pierre Vavasseur
Bâtir sur une faille
écrire court
convaincre que ce qui est bref
est appelé à moins souffrir
Commenter  J’apprécie          160
Piatka   04 décembre 2014
Tes yeux poussent la porte du monde de Pierre Vavasseur
Écoute
écoute
qu'est-ce que c'est

ce n'est rien
ce sont les jours qui se dévorent

écoute
j'entends
ce sont les hommes qui regrettent
Commenter  J’apprécie          152
araucaria   19 février 2018
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
Il faut rendre à Bazin ce qui lui revient, à savoir d'avoir creusé dans le dur, de s'être attaqué, avec un instinct quasi animal, à un sujet à la fois banal et surpuissant : la mère; et pas seulement : l'archétype de la mère méchante, l'anti-mère, pour qui l'amour est au mieux un encombrement, au pire une obscénité. (...) Selon toute apparence, un tel livre n'avait pas beaucoup d'atouts pour prétendre au succès. Or, il s'est passé tout le contraire. La société, les professeurs, en ont fait au grand jour une oeuvre incontournable.
Hervé Bazin - Vipère au poing
Commenter  J’apprécie          140
araucaria   21 mars 2018
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
Ce n'est pas avec ce premier roman, (...) que Michel Houellebecq est devenu un auteur mondialement reconnu. C'est pourtant à nos yeux, le plus réussi et le plus fort. (...) Avec ce roman, Houellebecq s'est imposé comme un enfant terriblement tranchant de Balzac. Son personnage est l'archétype du médiocre porté à toutes les violences verbales. (...) A travers cet effondrement, Extension du domaine de la lutte dessine le portrait d'une société et d'un système économique sans pitié.
Extension du domaine de la lutte - Michel Houellebecq
Commenter  J’apprécie          120
araucaria   18 mars 2018
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
A Paris, il y a l'Arc de Triomphe, les Champs-Elysées, la tour Eiffel, le Père-Lachaise, les photos de Robert Doisneau, l'image de Gavroche sur les barricades... et puis il y a Zazie. La délurée, la dégourdie, qui a fait des petits depuis : plus, il est vrai, chez les beurettes du 9-3 que dans le 16e arrondissement, mais tout de même. (...) Louis Malle, en 1960, sauta sur l'occasion de fricoter avec le politiquement incorrect en jouant à saute-mouton avec les multiples écarts de langage qui émaillent le roman. Malice et irrespect. (...)
Zazie dans le métro - Raymond Queneau
Commenter  J’apprécie          110
araucaria   16 février 2018
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
(Car) L'amant de Lady Chatterley, dont il s'agit ici de la version initiale - celle que préférait Lawrence -, est, de la première à la dernière ligne, imprégné des humeurs de la nature, terre, eau, soleil, toujours envisagés, en tout cas perçus, comme une enveloppe charnelle en soi. L'appel du désir, la puissance de la liaison entre les deux amants font le reste, ou le renouvellent. Lady Chatterley est le roman à ouvrir au printemps, du côté de midi, sur un banc du jardin du Luxembourg ou ailleurs. Il n'y a pas que Paris.
Commenter  J’apprécie          110
Piatka   12 décembre 2014
Tes yeux poussent la porte du monde de Pierre Vavasseur
Au plus profond de nous
chante une porte ouverte
Commenter  J’apprécie          110
araucaria   03 décembre 2017
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
Ce qui fait peur chez Proust? Deux épouvantails en forme de lieux communs. D'abord l'épaisseur de l'oeuvre, comme s'il était question de commencer à la page un de Du côté de chez Swann et finir à la page deux mille cinq cent du Temps retrouvé d'un trait, sans respirer. (...) Ensuite la longueur des phrases avec leurs digressions intérieures, leurs strates vécues par le lecteur potentiel comme de petits éboulis propres à perdre le fil.
A la recherche du temps perdu - Du côté de chez Swann, Marcel Proust
Commenter  J’apprécie          100
araucaria   04 novembre 2019
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
Comme tous les génies, car c'en était un, l'homme à la trompinette (...) a écrit plusieurs chefs-d'oeuvre et L'arrache-coeur, avec son titre admirable, en est bien l'un des plus modernes et des plus dévastateurs. Ce livre est une poussée de fièvre, à la fois totalement onirique, comme souvent chez Vian, et - souhaitons ardemment nous tromper - visionnaire.
Boris Vian - L'arrache-coeur
Commenter  J’apprécie          80
araucaria   11 février 2018
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
Premier ouvrage qu'elle fit paraître sous le nom de Colette, Le blé en herbe, a aussitôt été promis à la postérité. (...) Tout est aquarelle dans cette écriture qui s'attarde sur les paysages et sur les gens. Colette connaissait bien la région de Saint-Malo, où elle avait passé des vacances au début des années 1920. Elle en rend les couleurs et l'esprit en même temps qu'elle allume des foyers brûlants dans la fraîcheur du matin.
Le blé en herbe - Colette
Commenter  J’apprécie          40
araucaria   13 novembre 2017
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
Plus dépassé, tu meurs! Erreur. Place à la guerre des gangs version d'avant la Grande Guerre. Sans cités, sans grands ensembles, sans cages d'escalier ni armes à feu et sans même du verlan. (...) De toute façon, La guerre des boutons n'est pas un roman des villes et de leurs banlieues mais des campagnes. Et les deux Gibus sont des gamins intemporels et universels.
La guerre des boutons - Louis Pergaud
Commenter  J’apprécie          40
araucaria   06 juillet 2019
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
Le portrait de Dorian Gray est-il, via la plume d'Oscar, un message envoyé par Dieu à l'homme pour lui rappeler son humilité? Pour les athées, la supposition ne tient pas. Mais pour tout le monde, mécréant ou non, la partition de base est la même: il faut pouvoir, chaque matin, se regarder dans un miroir.
(Oscar Wilde - Le portrait de Dorian Gray)
Commenter  J’apprécie          30
araucaria   19 février 2018
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
Derrière Bardamu, on l'a compris, il y a l'auteur lui-même qui ne se contente pas d'agiter, dans un style syncopé, caravane infinie de brèves exclamations, petits dégoûts crachés et recrachés entre les lignes, un désespoir affirmé. (...) ... Céline, dont on sait qu'il avait lui-même succombé à la haine, est l'agitateur, le transfigurateur, de la condition de l'homme dans ce qu'elle a de plus furieusement inquiétant et fragile. Mais il y a l'écriture, aussi, le style, le foisonnement des formules, le langage labouré, retourné comme un chantier, quelque chose d'impressionnant dans le maudit. Et ce chaos, seul l'art littéraire peut le traduire.
Louis-Ferdinand Céline - Voyage au bout de la nuit
Commenter  J’apprécie          30
araucaria   27 janvier 2018
Le guide des 100 romans incontournables de Pierre Vavasseur
On en connaît tous, des Grand Meaulnes. Fichus comme des roseaux, un peu solitaires, (...), ils ont l'air de faire commerce avec un secret qui les encombre mais qu'ils ne dévoileront jamais parce qu'ils seraient aussitôt livrés à un ennui total. (...)
On dit qu'Alain-Fournier s'était inspiré d'une vraie Yvonne, nommée de Quiévrecourt; la description de la Sologne a fait le reste et le Grand Meaulnes est ainsi le roman des amours impossibles et des bonheurs bancals. C'est peut-être, aussi, un livre tendre et aigu à la fois sur le sentiment de solitude, le décalage qu'éprouvent certains êtres avec la vie. Le Grand Meaulnes n'est pas une victime, encore moins un jeune homme soumis, il est simplement envahi par ce que Baudelaire aurait nommé : le spleen. Et comme une douleur n'arrive jamais seule, l'amour n'est pas au rendez-vous. Fascinante injustice.
Commenter  J’apprécie          30
claraetlesmots   27 avril 2013
Deux enfants de Pierre Vavasseur
La beauté n'est pas un repère d'enfance. Et pour un gamin, la beauté masculine encore moins. Pourtant je le trouve beau tête nue. Il en est même plus droit. Plus haut. Plus fort, je ne sais pas.C'est tout de même une frêle chose, calcinée à contre-jour.
Commenter  J’apprécie          30



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Amélie Nothomb en titres

Hygiène de ...

l'endormi
l'assassin
l'anodin
l'ennemi

10 questions
519 lecteurs ont répondu
Thème : Amélie NothombCréer un quiz sur cet auteur