AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 2.96 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Frontignan, Hérault , le 03/05/1906
Mort(e) à : Saint-Palais , le 07/08/2003
Biographie :

Pierre Vilar était un historien et hispaniste français, spécialiste de l'histoire de la Catalogne.

Fils d’instituteur, Pierre Vilar poursuit des études de géographie puis d’histoire. Il fréquente l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (1925-1929) où il choisit comme spécialité la géographie et a comme maître Albert Demangeon (1872-1940). Il est pensionnaire de l'École des Hautes Hispaniques de la Casa de Velázquez et réside à Barcelone de 1931 jusqu'en 1936 avec Gabrielle Berrogain avec qui il s'est marié en 1933.

En août 1939, il est mobilisé comme lieutenant de l’armée française. Fait prisonnier le 16 juin 1940, il reste en captivité dans différents camps d’officiers prisonniers (oflags) en Allemagne, Pologne et Autriche jusqu'en mai 1945.

Il devient directeur d'études à l’École Pratique des Hautes Études (1951) puis obtient la chaire d’histoire économique et sociale créée par Marc Bloch à la Sorbonne (1965). Il a été nommé, entre autres, docteur honoris causa des universités de Barcelone (1979) et Valence (1991).

En 1987, il a été distingué par le Congrés de Cultura Catalana et en 2000 il a reçu la Médaille d'Or de la Generalitat de Catalogne des mains de Jordi Pujol.

Atteint d'une cécité grandissante à compter de 1991, il doit cesser ses travaux et meurt à l’âge de 97 ans.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (2) Voir tous


Citations et extraits (6) Ajouter une citation
Jcequejelis   13 mai 2014
Histoire de l'Espagne de Pierre Vilar
... au début du XXe siècle, 10.000 familles possèdent 50 % du cadastre, 1 % des propriétaires 42 % de la fortune foncière. L'étendue maxima des domaines n'est pas énorme (Cadix : 30.000 ha pour dix possédants) ; on s'entend à considérer comme « latifundio » une propriété de plus de 250 ha. C'est qu'il ne s'agit pas toujours de mauvais terrains. Sur les vignobles de Jérez, 3 % des propriétaires possèdent 67 % de la fortune estimée. Des communes riches (Carmona, Ecija, Utrera, Sévilla) ont de 45 à 81 % de leurs terres en grands domaines. Or, même là, ceux-ci sont exploités extensivement. Friches, chasses, élevages de toros de combats, chênes-lièges, olivettes, blé en culture sèche : cette hiérarchie ne se calque pas sur les possibilités andalouses. Les Medinacelli ont longtemps consacré à la chasse 15.000 ha sur 16.000 de bons terrains, les ducs d'Albe loué 25 pesetas la fànéga des domaines reloués 60 par leurs fermiers généraux. Ainsi les capitaux ne s'accumulent ni ne s'investissent. un hectare irrigué rapporterait vingt fois plus que 1 ha en culture sèche ; mais il coûterait sept fois plus, et une grosse mise de fonds : l'intensification ne se produit pas - à cause du latifundio.



1732 - [Que-sais-je ? n° 273, p. 65]

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
issablaga   09 novembre 2013
La guerre d'Espagne, 1936-1939 de Pierre Vilar
Ajoutons que le recours aux troupes coloniales, aux colonnes italiennes, à l'aviation allemande, aux bombardements massifs des populations civiles, ont semé la peur, mais aussi la rage. Il est vrai que la longueur de la guerre, les privations, les pronostics sombres, ont progressivement miné l'esprit de résistance de la population. Mais beaucoup de combattants , même aux dernières heures, se refusèrent au découragement. A un officier français qui le traitait avec mépris, un officier républicain espagnol, en retraite sur la frontière des Pyrénées, se permit de dire : "Je vous souhaite de tenir autant que nous." J'ai beaucoup pensé à lui en juin 1940.
Commenter  J’apprécie          10
issablaga   09 novembre 2013
La guerre d'Espagne, 1936-1939 de Pierre Vilar
Ceux enfin qui, dans la classe ouvrière, osent penser 1917 -la révolution russe - ou 1918 - la révolution allemande- oublient qu'on n'est pas à la fin d'une grande guerre internationale, mais à la veille d'un autre conflit, dans une Europe inquiète, mais non fatiguée. L'Espagne, premier terrain d'une lutte armée, d'une guerre déjà "moderne" entre facisme et antifacisme, allait servir à la fois de laboratoire et de spectacle, de "représentation" de ce que les autres allaient vivre.
Commenter  J’apprécie          10
issablaga   09 novembre 2013
La guerre d'Espagne, 1936-1939 de Pierre Vilar
En 1936, les français ont pris parti, passionnément, pour l'un ou l'autre des camps espagnols. Puis l'indifférence est venue. Le français, en Espagne, n'est plus qu'un touriste. Il n'est pas mauvais de lui rappeler que, le 24 août 1944, parmi les éléments militaires qui arrivèrent les premiers à l'Hôtel de ville de Paris pour le libérer, des "half-tracks" s'appelaient Madrid, Teruel, Brunete, Guadalajara, Ebro, Guernica. Et l'un deux aussi, Don Quichotte !
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-50177

Dans quel pays se trouve le fleuve Mississippi?

au Canada
aux Etats-Unis d'Amérique
dans les deux

13 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : fleuve , mississippi , Géographie historique , villes américaines , littérature américaine , pièges , bande dessinéeCréer un quiz sur cet auteur