AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.5 /5 (sur 312 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Guéret (Creuse) , 1941
Mort(e) à : Paris , le 27/02/2019
Biographie :

Pierrette Fleutiaux est un auteur contemporain, qui a obtenu le prix Femina 1990, pour Nous sommes éternels.

Fille d'une mère professeur de sciences naturelles et d'un père directeur de l'Ecole normale d'instituteurs, Pierrette Fleutiaux passe son enfance dans un petit village de la Creuse, à dévorer les livres de la bibliothèque parentale. Elle fait ses études à Limoges, Poitiers, Bordeaux, Londres. Agrégée d'anglais à La Sorbonne, elle est à la fois fascinée et troublée par Paris, qui lui cause un véritable 'choc' selon ses propres dires. Son départ pour New York est une délivrance : elle s'y installe avec sa famille et y élève son fils. Enseignante au Lycée français, elle est employée ponctuellement par l'ONU entre divers petits boulots. Sa rencontre avec Anne Philipe, son premier éditeur, est déterminante pour la romancière sur le plan personnel et professionnel. Ses nombreux voyages sont une mine d'or pour ses romans : son séjour à l'île de Pâques en 1997 inspire son roman 'L' expédition' (1999). Les éditions 'Actes Sud' publient 'Des phrases courtes, ma chérie' en 2001, ouvrage récompensé par de nombreux prix. Pierrette Fleutiaux, 'provinciale internationale', partage son temps entre Paris et Royan.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Maison de la poésie (4 juin 2019) - Texte et Lecture de Alban Lefranc, extrait du Dictionnaire des mots parfaits (dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet, éd. Thierry Marchaisse, parution mai 2019). Le Dictionnaire des mots parfaits : Pourquoi certains mots nous plaisent-ils tant ? S?adressant à notre sensibilité, à notre mémoire ou à notre intelligence du monde, ils nous semblent? parfaits. Bien sûr, parfait, aucun mot ne l?est ? ou alors tous le sont. Pourtant, chacun de nous transporte un lexique intime, composé de quelques vocables particulièrement aimés. Après ceux consacrés aux mots manquants et aux mots en trop, ce troisième dictionnaire iconoclaste invite une cinquantaine d?écrivains à partager leurs mots préférés. Il vient parachever une grande aventure collective où la littérature d?aujourd?hui nous ouvre ses ateliers secrets. Auteurs : Nathalie Azoulai, Dominique Barbéris, Marcel Bénabou, Jean-Marie Blas de Roblès, François Bordes, Lucile Bordes, Geneviève Brisac, Belinda Cannone, Béatrice Commengé, Pascal Commère, Seyhmus Dagtekin, Jacques Damade, François Debluë, Frédérique Deghelt, Jean-Michel Delacomptée, Jean-Philippe Domecq, Suzanne Doppelt, Max Dorra, Christian Doumet, Renaud Ego, Pierrette Fleutiaux, Hélène Frappat, Philippe Garnier, Simonetta Greggio, Jacques Jouet, Pierre Jourde, Cécile Ladjali, Marie-Hélène Lafon, Frank Lanot, Bertrand Leclair, Alban Lefranc, Sylvie Lemonnier, Arrigo Lessana, Alain Leygonie, Jean-Pierre Martin, Nicolas Mathieu, Jérôme Meizoz, Gilles Ortlieb, Véronique Ovaldé, Guillaume Poix, Didier Pourquery, Christophe Pradeau, Henri Raynal, Philippe Renonçay, Pascale Roze, Jean-Baptiste de Seynes, François Taillandier, Yoann Thommerel, Laurence Werner David, Julie Wolkenstein, Valérie Zenatti<
+ Lire la suite
Podcasts (10) Voir tous

Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
Josephine2   16 avril 2018
Destiny de Pierrette Fleutiaux
Page 178

« You saved my life », dit enfin Destiny.



Vous avez sauvé ma vie.



Anne va protester, mais, les yeux au loin, tranquillement, Destiny répète : « you saved my life ». Et Anne comprend qu’en effet il est question de vie et de mort, de mort et de vie, et que le respect lui impose de se taire. Un instant de silence, en hommage à ces choses mystérieuses qui les dépassent, elle Destiny, elle, Anne.



On entend les cris et rires des enfants, le soleil leur chauffe les bras, Victor au loin joue au ballon avec ses fils. La réalité revient autour d’elle.



Glory est toujours sur son cheval à ressort, à le secouer de ses petites mains. Anne lui adresse un petit sourire, Glory fait de même en retour. Et comme Destiny et elles ont quitté leurs manteaux et lainages, tant il fait chaud maintenant sur le banc, et que leurs bras nus sont côte à côte, elles observent ces bras, comparent leur couleur, vraiment blanche pour l’une, sombre et luisante pour l’autre.
Commenter  J’apprécie          150
LiliGalipette   30 mars 2013
Histoire du tableau de Pierrette Fleutiaux
« Je suis à l’ordinaire plutôt réservée, je n’aime pas parler qu’à bon escient et redoute toujours les situations où il faut exprimer des émotions. » (p. 35)
Commenter  J’apprécie          150
fbalestas   26 mai 2020
Histoire de la chauve-souris de Pierrette Fleutiaux
Plus tard, je me réveille. Mes membres me brûlent, mais c'est une sensation lointaine et atténuée, car en même temps il me semble tremper dans un bain de douceur. J'éprouve un sentiment de bien-être secret, de sécurité et de complicité, comme si j'étais dans un nid, à l'abri. Je suis enfoncée parmi d'autres corps qui soutiennent le mien et lui communiquent leur chaleur. L'idée passe comme un rêve qu'après mille dangers je suis enfin installée dans la grotte, au sein de la colonie, attachée à la voûte.
Commenter  J’apprécie          00
moussk12   31 mars 2018
Des phrases courtes, ma chérie de Pierrette Fleutiaux
Les pompiers sont arrivés, de très jeunes gens, extrêmement dévoués et efficaces. Mais : "Allez, papy, on va vous emmener à l'hôpital"; mon ami les a pris à part : "Nous sommes en état de faiblesse momentanée, ce n'est pas une raison pour nous traiter comme des déficients mentaux."

J'imagine sa voix posée, son autorité naturelle. Les gamins se sont excusés. Ce n'est pas "papy" qu'ils ont emmené à l'hôpital, mais M. Claude J.
Commenter  J’apprécie          110
Josephine2   16 avril 2018
Destiny de Pierrette Fleutiaux
Page 151-152

Il y a beaucoup de choses qu’Anne pourrait faire pour Destiny, beaucoup de choses qu’elle ne fait pas. Elle pourrait la prendre comme femme de ménage à la place de la jeune Roumaine qu’elle emploie quelques heures par semaine. Clandestine, elle ne pourrait être déclarée. La jeune Roumaine, elle, est européenne et a les papiers nécessaires. Il faudrait la congédier pour que Destiny puisse prendre sa place. Sa situation est bien meilleure que celle de Destiny, néanmoins précaire : elle attend que son jeune fils soit inscrit dans une classe spécialisée, qui accueille des enfants ne parlant pas encore le français, pour le faire venir. Elle ne se plaint jamais mais parfois Anne voit combien ses traits sont tirés, ses yeux inquiets. Elle ne voit son fils que de loin en loin, il habite chez la grand-mère en Roumaine. S’il part, la grand-mère sera seule.



Anne n’a pas proposé quelques heures de ménage à Destiny.



Son appartement lui paraît trop étroit pour la contenir. Pour contenir Destiny et son énorme cargaison de malheurs.



Il lui semble que si Destiny entrait dans son appartement, celui-ci, tel un bateau surchargé, pourrait sombrer. Elle voit littéralement Destiny posant le pied dans l’entrée et aussitôt les murs tanguer, le parquet s’incliner.



Elle craint de les trouver un jour devant sa porte, elle et toute sa famille : cinq personnes. Et d’avoir à les héberger, à les faire vivre. Cinq personnes.



Ce mot « fraternité » dans la devise nationale. Il l’intimide, l’embrouille. Elle ne le comprend pas. Ce mot est sans limite définie, c’est un gaz volatil qui peut se répandre indéfiniment dans l’espace, il donne le vertige, comme lorsqu’on se penche sur le bord de la nuit étoilée.



Anne aurait pu acheter un ordinateur à Destiny, un vélo, l’emmener en vacances ave elle. Elle aurait pu aller la voir en chacun de ses centres d’hébergement, mieux, elle aurait plu la prendre chez elle.



Chez elle, elle n’est pas seule. Il y a des enfants qui y ont leur chambre, leurs jouets, il y a un homme surtout. Anne ne peut imaginer Destiny de l’autre côté de la cloison de leur chambre.



Ses rêveries, dans la rue, en attendant le métro ou le bus, vont comme suit : elle gagne une très grosse somme au loto, elle lui achète un appartement, qui sera à elle quoi qu’il arrive, et voilà, elle est débarrassée d’un gros souci, elle a le cœur léger, c’est magique.



En réalité, elle ne joue pas au loto. Une ou deux fois, elle a acheté un billet en pensant à Destiny. Rien. Des rognures grisâtres pour les billets à gratter, ou un numéro aberrant pour les billets à numéros. Et une sourde colère. Voilà tout ce que le hasard consentait à Destiny : ces miettes de papier, ces chiffres idiots.



Devant la porte du bar-tabac, un mendiant. Pensant à Destiny toujours, elle ne donnera rien à ce mendiant inconnu, ce mendiant anonyme. Mieux vaut garder ses pièces pour Destiny. Donner à cet homme, c’est voler Destiny. Même raisonnement avec tous les mendiants.



Destiny : son excuse. Sa belle excuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Pierrette Fleutiaux
Jolap   07 avril 2017
Pierrette Fleutiaux
Phil est ainsi. L'ouragan passe près de lui, mais il n'entend qu'un froissement léger, et l'ouragan, ignoré, méprisé, devient ce froissement léger.
Commenter  J’apprécie          101
Kittiwake   30 juin 2016
Destiny de Pierrette Fleutiaux
Les migrants sont capables d’exploits qui relèvent du miracle. C’est dans le grand livre des migrants que se trouvent les miracles d’aujourd’hui.
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24   10 octobre 2013
Bonjour, Anne : Chronique d'une amitié de Pierrette Fleutiaux
On ne peut vivre sans les autres, ils font partie de ce qui rend votre paysage vivant, chaleureux parfois, et parfois irritant à vous briser les nerfs. (p. 171)
Commenter  J’apprécie          90
Bookaddict   12 mai 2013
Des phrases courtes, ma chérie de Pierrette Fleutiaux
Je suis une fille rebelle et je suis une fille soumise. J'ai confiance en moi parce qu'une mère a veillé sur moi, je n'ai aucune confiance en moi parce que je suis veillée par une mère. Je suis solide parce qu'elle tient à moi, je suis friable parce que je tiens à elle.
Commenter  J’apprécie          70
Rabanet   07 septembre 2009
Des phrases courtes, ma chérie de Pierrette Fleutiaux
On ne devine pas ce que c'est ce hissement perpétuel, chez ceux qui portent au coeur de leur chair une langue d'enfance qui est une langue méprisée. Chez certains, il a pour effet secondaire la violence. Chez ma mère, c'était l'épuisement.
Commenter  J’apprécie          70
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Connaissez-vous Pierrette Fleutiaux (1941-2019) ?

T'en souviens-t-il, je te racontais l’histoire ....?.....

La forteresse
La chauve-souris
Mon contentement
La plénitude

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : Pierrette FleutiauxCréer un quiz sur cet auteur
.. ..