AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.83 /5 (sur 29 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : TURIN , 1979
Biographie :

Pietro Scarnera réside à Bologne, où il tra­vaille dans la communication et le journalisme.
Il a réalisé des bandes dessinées et des illustrations pour Effeta, Il filo del Discorso ou encore Ottagono.
En 2009, il a remporté la sélection Emilia Romagna pour jeunes auteurs du Festival Komi­kazen avec le projet Diario di un Addio. Publié en 2009 en Italie, Journal d’un Adieu est son premier livre.

Source : Editeur
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   22 novembre 2012
Journal d'un adieu de Pietro Scarnera
Je les ai vus fermer le cercueil, cimenter la niche. J'ai dû, mais peut-être aussi l'ai-je voulu, tout voir. Est-ce mal de dire que j'ai aussi éprouvé du soulagement ?
Commenter  J’apprécie          180
Aelinel   06 avril 2017
Une étoile tranquille : Portrait sentimental de Primo Levi de Pietro Scarnera
"Peut-être qu'on ne peut pas comprendre ce qui est arrivé, qu'on ne doit pas le comprendre parce que comprendre, c'est presque justifier. Mais si comprendre est impossible, savoir est nécessaire parce que ce qui est arrivé, peut se reproduire à nouveau." (P. 107)
Commenter  J’apprécie          150
Nastasia-B   03 avril 2012
Journal d'un adieu de Pietro Scarnera
Nous étions traumatisés, chacun trop occupé par sa propre douleur pour se soucier de celle des autres.
Commenter  J’apprécie          130
Aelinel   05 avril 2017
Une étoile tranquille : Portrait sentimental de Primo Levi de Pietro Scarnera
"Parler de ça en Allemagne, c'était de très mauvais goût. C'est pour ça que je le faisais chaque fois que je le pouvais pour voir la réaction de l'autre. Beaucoup de monde ne disait rien. C'étaient évidemment des Nazis. Les hommes de mon âgeétaient nazis dans 99% des cas. C'est naturel qu'en Allemagne on se taise, que les fascistes se taisent, en fin de compte, ça ne me dérange pas. Mais que dire du silence du monde civilisé, du silence des intellectuels, de notre propre silence devant nos enfants?" (P. 90-91)
Commenter  J’apprécie          110
alouett   05 avril 2012
Journal d'un adieu de Pietro Scarnera
C’était comme si l’idée que j’avais de mon père avait explosé en mille fragments le matin où son cœur s’est arrêté, créant ainsi un puzzle que je n’arrivais plus à recomposer
Commenter  J’apprécie          70
alouett   05 avril 2012
Journal d'un adieu de Pietro Scarnera
Avec le temps, j’avais appris à me défendre. J’avais conçu des méthodes pour éviter d’être atteint par les choses qui m’entouraient. Quand j’allais voir mon père à la clinique, par exemple, je me réfugiais dans les mots croisés. (…) C’était ma méthode pour éviter d’appartenir à cet endroit, aux choses que je voyais ici
Commenter  J’apprécie          50
alouett   05 avril 2012
Journal d'un adieu de Pietro Scarnera
Mais moi, je ne comprenais rien à la personne étendue sur ce lit. Peut-être que mon père, mon père tel que je m’en souvenais moi, était piégé quelque part et ne pouvait me répondre… ou peut-être était-il déjà autre part ? Peut-être que je l’avais perdu ce matin-là, quand son cœur s’était arrêté. Et pourtant, il n’y avait aucun doute que son corps était encore en vie, ses poumons respiraient encore, et son cœur battait à nouveau
Commenter  J’apprécie          30
alouett   05 avril 2012
Journal d'un adieu de Pietro Scarnera
Je me souviens que ma voix sonnait faux. Peut-être que je ne croyais pas vraiment qu’il puisse m’entendre. En fait, j’avais du mal à me dire que l’homme en face de moi était vraiment mon père. Pour moi, c’était une autre personne car mon père, je l’avais vu mourir
Commenter  J’apprécie          30
mustango   04 avril 2016
Une étoile tranquille : Portrait sentimental de Primo Levi de Pietro Scarnera
Accepte, s'il te plaît ces quatorze vers,

c'est ma façon bourrue de te dire chérie,

que je ne saurais, sans toi rester au monde
Commenter  J’apprécie          20
mistyblue   04 août 2017
Une étoile tranquille : Portrait sentimental de Primo Levi de Pietro Scarnera
- Dis... À ton avis, quel genre d'homme était Primo Levi ?

-Mm... Je l'imagine comme quelqu'un de doux et réservé... Ironique et curieux... Courageux. Mais aussi très fragile. C'est, peut-être, le titre d'une de des nouvelles qui le décrit le mieux : "Une étoile tranquille." De loin, il paraissait calme et équilibré. Un point de repère, à sa façon. Mais on sait bien qu'à l'intérieur les étoiles bouillonnent... Et que quand elles s'éteignent, elles le font avec fracas.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-50177

Dans quel pays se trouve le fleuve Mississippi?

au Canada
aux Etats-Unis d'Amérique
dans les deux

13 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : fleuve , mississippi , Géographie historique , villes américaines , littérature américaine , pièges , bande dessinéeCréer un quiz sur cet auteur