AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.9 /5 (sur 94 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Piper Vaughn a écrit sa première histoire d'amour à onze ans. Depuis lors, elle sait qu'elle deviendra écrivaine.
Elle a grandi à Chicago, dans un quartier multiethnique, et aime mettre des visages et des personnages de toutes les ethnies dans ses histoires.


Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Labibliophiliedalaine   05 avril 2020
Lucky moon, tome 2 : L'homme le plus chanceux au monde de Piper Vaughn
« Ce qu’il y avait entre eux était rare, imparfait, beau et effrayant à la fois. Il était difficile de dire ces choses à haute voix et de trouver les bons mots. Mais ce n’était pas grave. Parce que quand deux personnes se trouvaient, deux personnes qui étaient faites l’une pour l’autre, les mots n’avaient même plus d’importance. Ils savaient, et c’était tout. C’était la plus grande chance au monde. »
Commenter  J’apprécie          30
theowen   29 août 2016
Une petite chose de Piper Vaughn
J'ai aimé dès les premières pages, je découvre avec joie le personnage de Rue, un brin extraverti, pailleté, un individu plein de rêves qui décide d'assumer sa paternité au pied levé.



Puis il y a Erik, associable est faible comme terme pour décrire son rapport avec les autres, accroc aux boissons énergétiques, auteur sur le déclin, il est enclin aux crises de panique quand un changement survient.



Et les changements sont ce que vont vivre nos deux jeunes hommes !







Alice est le fruit d'une nuit alcoolisée, pourtant si petite et déjà si importante. Être père engendre certaines complications que Rue est prêt à gérer, non sans une petite pointe d'appréhension... J'ai dit « petite » ? Même pas peur !



Plus je plonge dans ce roman, plus je réalise que Rue et Erik sont aux antipodes l'un de l'autre.



Leur première rencontre est des plus cocasses provoquant une montée d'angoisse chez notre ermite.



Rue est au bord du désespoir et son voisin est dans le besoin d'argent. C'est donc le début d'une collaboration, j'ai hâte à ce moment précis de découvrir l'évolution de ce récit.



Rue est une vrai tornade colorée qui jongle entre toutes ses responsabilités, un vrai casse-tête pour les non-initiés.



Quand à Erik, sa première journée avec le bébé m'a projeté des années en arrière, soulevant avec nostalgie des souvenirs de parent.



De plus, la présence d'humour est vivifiant et déroutant. Les répliques sont souvent hilarantes, les références sont excellentes. C'est juste génial, agrémenté d'un récit vraiment attrayant, un brin déjanté et loufoque.



La description de la visite des garderies exécutée et décrite par Rue m'a fait exploser de rire, tellement c'est criant de vérité ! Tourné en dérision par les auteures.



Je me suis prise rapidement d'affection pour ces garçons :



-Erik au contact d'Alice, ce petit être fragile agit comme une thérapie bénéfique, le libère d'un poids et son côté inexpérimenté en rapport humain, sa personnalité change et s'adoucit. Il trouve le calme, son besoin de contrôle est moins présent, or un autre genre de besoin se développe, s'amplifie et explose.



-Rue est si spéciale, gentil, protecteur, il fait face avec superbe au destin qui s'est imposé à lui.



-Dusty, le meilleur ami et confident est toujours présent. Ils sont liés par une amitié sincère et forte qui résiste à toutes les épreuves.







Les changements opèrent pour Erik et Rue, l'excitation monte suavement de manière languide. Une exploration magnifique, douce, c'est l'aboutissement de l'éclosion d'une vie nouvelle en toute simplicité d'une famille farfelue, exceptionnelle et adorable.



Cette association de plumes est vraiment sublime et harmonieuse. Il en découle beaucoup de sensibilité, de bonheur pur et d'amour. Ce livre est fabuleusement enivrant, exaltant et d'une réalité précieuse, émouvante et fougueuse.



Toutefois, ne pas s'attendre à des bouleversements extraordinaires mais seulement à un apprentissage de la vie.



Un très agréable moment de lecture. Je lirai la suite des aventures de ce petit groupe avec plaisir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
levri   24 avril 2020
Loin de la glace, près du cœur: La saison des amours, T1 de Piper Vaughn
Il voulait – non, il avait besoin de – casser le stéréotype du grand sportif musclé complètement débile. La société reconnaissait rarement les montagnes de discipline et de dévouement qu’il fallait pour s’impliquer dans un sport au niveau professionnel. Tristan bossait d’arrache-pied pour garder un corps comme le sien et développer ses capacités pendant la saison régulière, et il poursuivait ces mêmes routines tout au long de la pause estivale. Il ne pouvait pas se relâcher juste parce qu’ils ne jouaient pas quotidiennement, et nombre de ses pairs se donnaient tout autant de mal que lui. Toutefois, les athlètes étaient si souvent ridiculisés, traités comme des brutes stupides et surpayées, qui ne méritaient pas leurs contrats ou leurs récompenses et incapables de penser à autre chose qu’à frapper le palet avec leur crosse ou à marquer des touchdowns.
Commenter  J’apprécie          10
levri   22 avril 2020
Loin de la glace, près du cœur: La saison des amours, T1 de Piper Vaughn
Non pas parce qu’il n’aimait pas faire la fête avec ses coéquipiers. C’étaient de chouettes gars. Ils formaient une famille, même, au bout de trois saisons. Mais comme Tristan était l’un des rares célibataires des Venom, ils s’attendaient à ce qu’il soit constamment en train de courir les jupons. Ils ne se rendaient pas compte qu’il ne s’intéressait pas aux femmes. Pas sexuellement, en tout cas. Il savait qu’il était gay depuis l’âge de treize ans – et il savait qu’il devait le cacher s’il voulait assurer son avenir dans le monde du hockey. Les choses s’amélioraient lentement, mais comme pouvait en témoigner la courte carrière de Michael Sam dans la NFL, il y avait une bonne raison pour expliquer le manque d’athlètes ouvertement gay dans le sport professionnel.
Commenter  J’apprécie          10
levri   24 avril 2020
Loin de la glace, près du cœur: La saison des amours, T1 de Piper Vaughn
En dehors des cours, il passait de longues heures – bien plus qu’il n’était bon pour la santé – à s’abandonner à ses rêveries obscènes entre un étudiant et son professeur guindé. Tristan s’interrogeait sur le goût du sperme du Pr Cruz, sur l’odeur qu’avait sa peau de près. Il imaginait cette voix basse et rauque lui donner des ordres. Putain. L’autre jour, il avait même trébuché et avait failli se casser le nez en s’écrasant face la première sur le tapis de course quand il avait laissé son esprit vagabonder, et que celui-ci avait dérivé tout droit vers son fantasme du Pr Cruz lui souriant et lui demandant des choses du genre « Tu veux t’étouffer avec ma bite ? » avant d’enfoncer ladite bite tout au fond de la gorge de Tristan.
Commenter  J’apprécie          10
levri   24 avril 2020
Loin de la glace, près du cœur: La saison des amours, T1 de Piper Vaughn
Il avait toujours été attiré par les hommes autoritaires. Il aimait les dominateurs actifs, et à en juger par ce qu’il avait vu du Pr Cruz, Tristan ne pouvait l’imaginer autrement qu’exigeant au lit. Bien sûr, le fait que le professeur ait le genre de corps qui remplissait les rêves cochons de Tristan ne faisait pas de mal non plus.



Et si ce dernier avait quitté le campus le mardi précédent et était rentré se masturber au rythme de son fantasme d’être baisé sans retenue sur le bureau du Pr Cruz, eh bien, personne d’autre n’avait besoin de le savoir. Et s’il l’avait refait le lendemain matin avant d’aller retrouver Ryu, ça ne regardait que lui et sa main droite.
Commenter  J’apprécie          10
levri   24 avril 2020
Loin de la glace, près du cœur: La saison des amours, T1 de Piper Vaughn
Le Pr Cruz avait assurément gagné le respect de Tristan par sa franchise. Et sa bravoure. Même s’il était de ceux qui passaient chaque week-end à arborer des drapeaux arc-en-ciel dans la rue, il ne devait pas être facile de partager cet aspect de sa vie personnelle, et de s’exposer ainsi potentiellement à la critique ou au fanatisme. Tristan admirait toujours le courage que cela demandait alors que lui ruminait sur sa place dans le monde du hockey et l’homophobie qui régnait encore dans ce sport, surtout au sein des divisions junior.



Personne ne s’était présenté devant la Ligue pour déclarer fièrement son homosexualité au monde entier.
Commenter  J’apprécie          10
LeslecturesdeMey   08 juin 2016
Une vraie chose (Une chose t. 2) de Piper Vaughn
Avant que j’aie pu maîtriser la moindre réponse cohérente, il était reparti, et je pus enfin entendre la voix de Rue dans mon oreille :



Dust ? Qu’y a-t-il ? Tu t’es perdu dans les bouchons ?



C’est qui, lui ? murmurai-je sans réfléchir.

L’admiration était évidente dans ma voix, même à mes propres oreilles. Rue éclata de rire.



Tu es là-bas depuis deux jours à peine et tu es déjà en train de mater du local ?



Au bout d’un moment, je me forçai à rire aussi.



Tu sais, je mate depuis le premier jour où je suis arrivé… Dites, les gars, je vous rappelle plus tard, d’accord ?
Commenter  J’apprécie          10
levri   24 avril 2020
Loin de la glace, près du cœur: La saison des amours, T1 de Piper Vaughn
Enfin, enfin, le Pr Cruz se pencha vers lui pour demander :



— Tu es prêt à y aller ?



— Seigneur, oui. Putain, je suis plus que prêt.



Le caleçon de Tristan était collant, trempé du liquide préséminal que son membre n’avait cessé d’émettre depuis qu’il avait senti la prise serrée des doigts sur son poignet.



Le professeur régla sa note pendant que Tristan attendait – ou plutôt, pendant que Tristan gigotait d’impatience. Lorsqu’ils sortirent dans l’humidité nocturne, il se retourna pour épingler Tristan d’un regard sombre et ardent.
Commenter  J’apprécie          10
Ninie067   11 octobre 2014
Une petite chose de Piper Vaughn
IL N’A pas l’air d’avoir tous ses légumes dans le même panier…



J’étais planté là, Alice à bout de bras, face au voisin dont les yeux ronds tels des soucoupes me dévisageaient activement comme si j’étais une sorte de forme de vie extra-terrestre légèrement intrigante. Je me dis que je devais moi-même être cinglé pour avoir ne fut-ce que pensé à demander ce que j’étais sur le point de demander, mais voyez-vous, j’étais arrivé au bout d’une très, très longue liste de possibilités, et le barjo dans son tee-shirt Yoda aurait tout aussi bien pu être mon dernier espoir. Maudit soit Dusty ; c’était de sa faute si j’arrivais à faire cette vanne dans ma tête et à la comprendre.



Quand j’avais ramené Alice à la maison, j’étais optimiste, plein d’espoir… horriblement naïf. Alice avait fait toute sa nuit, si on peut dire, si on pouvait qualifier de la sorte un total de trois heures de sommeil réparties sur la durée complète de celle-ci. Je savais que les cernes sous mes yeux ce tout premier matin étaient à l’opposé de sexy. Mais j’étais heureux, avec mon petit bébé d’amour, et j’étais alors certain de trouver l’endroit parfait et parfaitement bon marché où la laisser quand Dusty et moi avions cours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Triangles amoureux: on recherche le troisième point.

Carmen, Don José, ...

Almaviva
Catherine
Christian
Escamillo
Forcheville
Lancelot
Mathilde de La Mole
Santos Iturria

16 questions
70 lecteurs ont répondu
Thèmes : triangle amoureux , littérature , théâtre , opéra , cinemaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..