AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.98 /5 (sur 100 notes)

Né(e) à : Moscou
Biographie :

Polina Panassenko est née à Moscou. Elle est auteure, traductrice et comédienne. Après des études à Sciences-Po Paris elle suit une formation en art dramatique à la Comédie de Saint-Étienne et à l'École-studio du Théâtre d’Art de Moscou (MKhAT).
En 2015, elle a publié "Polina Grigorievna", une enquête parue aux éditions Objet Livre.
"Tenir sa langue" est son premier roman.

Ajouter des informations
Bibliographie de Polina Panassenko   (1)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

VLEEL Acte II Rencontre littéraire avec 6 éditeurs qui présentent leur rentrée littéraire 2022


Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Catherine3193   29 septembre 2022
Tenir sa langue de Polina Panassenko
Sur le chemin de l'aéroport j'essaie d'imaginer l'appartement en mon absence. Ça doit être comme une forêt sous la neige, silencieuse, immobile, endormie. suspendue dans l'attente du printemps de notre retour.
Commenter  J’apprécie          50
Annette55   25 septembre 2022
Tenir sa langue de Polina Panassenko
«  Ça l’écorche ? Ça lui fait une saignée ? . Ou alors elle a peur que je me glisse dans sa langue de procureure . Le prénom comme cheval de Troie. Et une fois à l’intérieur, shlick. Un jaune d’œuf qui coule. Poc. Une fusée dans l’œil . Elle a peur que je la féconde , ouais . Elle a peur que je lui mette ma langue dans la sienne et de ce que ça ferait . Elle a peur de ses propres enfants en fait . Franchement si on se léchait les langues , ça serait tellement mieux . Un bon baisodrome de langues , ça serait tellement mieux » .
Commenter  J’apprécie          40
Catherine3193   27 septembre 2022
Tenir sa langue de Polina Panassenko
elle a dit que c'était si mauvais que ses oreilles se sont fanées et enroulées sur elles-mêmes en petits tuyaux.
Commenter  J’apprécie          10
valochemat   01 septembre 2022
Tenir sa langue de Polina Panassenko
Ma tante a le judaïsme clignotant. Chez elle "le peuple juif" oscille entre le "nous" et le "ils". Elles est juive sans l'être. On dirait que c'est au cas où. Au cas où quoi je ne sais pas mais si je pose une question sur le "nous", il faut y aller mollo sinon on a vite fait de rater l'embranchement et on se retrouve en plein "ils".
Commenter  J’apprécie          140
carlabvr   18 septembre 2022
Tenir sa langue de Polina Panassenko
On m'a dit C'est dingue ça, on n'entend rien du tout, non mais c'est vrai, c'est vrai, pas un pète de quelque chose. L'accent c'est quelque chose. Rien du tout c'est ce qu'il m'en reste. Ce sont les oreilles

des autres qui actent la rupture, s'étonnent qu'il ne soit plus là. Tu as un français impeccable. Impeccable. Une cuisine bien lavée. Pas de pelures coincées dans le trou de l'évier. Pas de taches sur la nappe. Même pas une miette accrochée à l'éponge. Mais si mon français est impeccable, le français de ma mère, il est quoi ? Et celui de mon père ?

L’accent c’est ma langue maternelle.
Commenter  J’apprécie          10
Polina Panassenko
valochemat   01 septembre 2022
Polina Panassenko
Un matin, l'annonce tombe. Polina, demain tu vas à la materneltchik. Quand ma mère ajoute tchik à la fin d'un mot, c'est qu'elle cherche à le radoucir. Si c'est un mot inconnu ça ne présage rien de bon. J'en ai déjà fait l'expérience à la polyclinique. On me parle d'un oukoltchik dans le paltchik et on me plante une seringue dans le bras. Je n'ai plus confiance. Ma mère m'explique à quel point cette materneltchik est nécessaire. Indispensable même. Sinon je n'apprendrai jamais le français. Qui a dit que je voulais l'apprendre? Je ne suis même pas tout à fait sûre d'être au clair sur ce que c'est. Il semblerait que si je dis Sava?, l'autre va comprendre que je demande comment il se porte. Et si je dis Sava! on comprendra que je vais bien. Je ne sais pas pourquoi. A Moscour, "sava" veut dire "hibou". Je ne sais pas pourquoi ici il faut dire "hibou" pour se donner des nouvelles.
Commenter  J’apprécie          60
Kittiwake   05 septembre 2022
Tenir sa langue de Polina Panassenko
Je marche vers le métro, je me dis : surtout ne ressasse pas. Je m'assois dans la ligne cinq. De Bobigny à Oberkampf, je ressasse. De Oberkampf à Croix de Chavaux, je ressasse encore plus. Est-ce que c'est dans mon intérêt ? Est-ce que c'est dans mon intérêt ? P é t a s s e.
Commenter  J’apprécie          70
lau2201   06 septembre 2022
Tenir sa langue de Polina Panassenko
Mon audience a lieu au tribunal de Bobigny. Convocation à 9 heures. Je n'y suis jamais allée, je pars en avance. En descendant dans le métro, je tape Comment parler à un juge ? dans la barre de recherche de mon téléphone. Après trois stations, je me demande s'il va vraiment falloir commencer chaque phrase par votre honneur, monsieur le président ou madame la juge. Je me demande si au tribunal ils font comme certains parents. Si on leur répond juste oui, ils disent oui qui? Tant que tu n'as pas dit oui madame la juge, ils t'ignorent.
Commenter  J’apprécie          40
Annelf   22 août 2022
Tenir sa langue de Polina Panassenko
Un son qui marche c’est un son qui produit quelque chose. Un son qui ne marche pas équivaut au silence. Tu fais le son mais l’autre fait comme si tu n’avais rien dit.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quiz sur l'écume des jours de Boris Vian

Comment s'appelle le philosophe du roman

Jean Sol Partre
Jean Pol Sartre
Sean Pol Jartre
Pean Sol Jartre

8 questions
2647 lecteurs ont répondu
Thème : L'Ecume des jours de Boris VianCréer un quiz sur cet auteur