AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Bibliographie de Radio France   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Audiovisuel public, retraites, Radio France... Les réformes de trop ? On en parle avec l'économiste Julia Cagé, notre invitée aujourd'hui. Pour cette spécialiste d'économie du développement, les citoyens, avec le mouvement des "gilets jaunes", ont ressenti la nécessité de descendre dans la rue pour se faire entendre car ils ne se sentaient plus représentés par les gouvernements, les partis d'opposition et les syndicats. Nous parlerons également de la réforme qui touche l'audiovisuel public, notamment Radio France. La Grande table Idées d'Olivia Gesbert – émission du 12 décembre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020 Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture

+ Lire la suite
Podcasts (23) Voir tous


Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Radio France
Ziliz   07 mars 2019
Radio France
■ Madagascar : un concours de lessive pour la 'Journée des Femmes' fait des vagues.



A l’occasion de la Journée des droits des femmes, le 8 mars prochain, la Commune urbaine d’Antananarivo a organisé ce week-end un concours de lessive. Si l’initiative a été applaudie par les concurrentes, elle a aussi provoqué un tollé sur la Toile, avec des internautes qualifiant la compétition de « machiste et rétrograde ». RFI s’est rendue au lavoir d’Amparibe, en plein cœur de la capitale, pour savoir ce qu’en pensent celles dont c'est le métier.



Toute la journée, elles frottent, rincent, essorent. Dans la capitale malgache, elles sont quelques milliers de lessiveuses à laver une centaine de pièces par jour pour 1,60 euro environ.



Holiniaina et Lalao sont lavandières depuis vingt ans. Ce fameux concours de lessive, toutes les deux en ont entendu parler. « D’après moi, si on célèbre les femmes le temps d’une journée, ce devrait être pour les rendre heureuses, un genre de fête où on leur propose une activité inhabituelle comme du reboisement. Mais pas du travail comme tous les jours, estime Holiniaina. Cependant, j’aurais été contente de participer au concours, parce qu’en rapidité, je sais que je ne suis pas mauvaise. »



« Si j’avais eu du temps, j’y serais allée aussi, assure Lalao. Ce concours, pour moi, ce n’est pas quelque chose de négatif : ça met en avant notre métier. De toute manière, les gens qui critiquent, ce ne sont pas eux qui la font, la lessive. Ils pensent que c’est un mauvais travail, mais c’est un travail qui nous nourrit. »



Pour elles donc, le concours n’a rien de scandaleux ; elles ne se sont senties ni rabaissées ni discriminées. Sur les réseaux sociaux, si certains ont qualifié l’initiative d’originale, beaucoup en revanche l’ont vertement critiquée.



Cette internaute se désole, par exemple, de l’association faite entre ce concours et la journée du 8 mars. « Je trouve ça vraiment, vraiment inadmissible, déplore-t-elle. Comme si ça voulait dire que nous, les femmes, tout ce qu’on sait faire, c’est la lessive ou la cuisine. Franchement, ils auraient pu proposer un autre type de concours. Je pense qu’on n’a jamais vu ça nulle part ailleurs. Il n’y a qu’à Madagascar qu’on peut proposer un concours de lessive pour célébrer les femmes. »



Choc générationnel ? Choc de classes sociales ? Un peu des deux sans doute. En attendant, les prix seront remis aux gagnantes ce vendredi 8 mars par Madame la maire de la capitale.



• article de RFI, 05/03/2019

>> http://www.rfi.fr/afrique/20190304-madagascar-concours-lessive-journee-femmes-vagues
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2617
Radio France
Ziliz   08 avril 2021
Radio France
■ Barbe Bleue : le féminicide dans la culture populaire

- par Elsa Mourgues - France Culture, 06/04/2021

-----

Vieux de plus de huit siècles, Barbe-Bleue n’en finit pas de terroriser ses lecteurs. Et pour cause : secret, punition, trahison, suspense, violence... Les éléments (presque) parfaits d’un conte pour enfants.

Mais ce qui se cache derrière cette sombre histoire de féminicides nous aide à comprendre comment la culture populaire représente la violence conjugale et l’initiation sexuelle des jeunes femmes.

-----

• Henri VIII, Gilles de Rais, source d'inspiration ?

"C’est un encouragement je trouve ce conte, dans une lecture contemporaine. C’est un encouragement à prendre notre destin en main."

Elisabeth Lemirre, autrice, spécialiste des contes

-----

Vous connaissez peut-être La Barbe bleue de Charles Perrault, écrivain à la cour de Louis XIV, connu pour ses contes merveilleux. Dans sa version, une jeune fille épouse un homme laid et riche. Alors qu’il s’absente et lui interdit d’ouvrir une pièce du château, elle enfreint la règle et découvre les corps pendus de ses précédentes épouses.

Une légende populaire y voit une inspiration royale. Car vers 1500, Henri VIII, roi d’Angleterre, a eu six épouses et en a tué deux, exécutées par décapitation. Une histoire vraie connue de Charles Perrault.

Autre origine souvent prêtée à Barbe Bleue : Gilles de Rais, baron du XVème siècle, pédocriminel et tueur d’enfants.

"Il tuait des enfants lors de pratiques magiques dans son château de Tiffauges. Mais ça n’a rien à voir et certainement Perrault ne s’est pas référé à Gilles de Rais. Mais c’est vrai que ça a beaucoup circulé."

Elisabeth Lemirre, autrice, spécialiste des contes

Cet amalgame entre ce baron et Barbe Bleue s’est construit au XIXe siècle dans l’Ouest de la France. Les actes du baron étaient tellement effroyables qu’ils se sont installés dans l’imaginaire populaire.

-----

• Des origines bien plus anciennes.

En réalité, les origines de Barbe Bleue sont beaucoup plus anciennes et ont une double référence :

- une chanson médiévale, La Maumariée ou La Mal mariée, qui retrace l’histoire d’une femme battue

- et surtout une référence à un ancien conte oral qui circulait au Moyen Âge : l’histoire d’un cheval blanc qui tue ses femmes, la dernière découvre les corps démembrés de ses sœurs dans une pièce qui lui est interdite.

On retrouve plusieurs similitudes entre les deux versions comme la clé tachée d’un sang ineffaçable, preuve de la transgression de la jeune épouse.

-----

"À l’époque de Perrault il y a beaucoup de lettrés qui s’inspirent de la matière orale pour écrire et publier des contes. Mais Perrault, ses versions à lui ont été les plus gardées et les mieux diffusées, soit par le colportage, soit par les images d’Épinal. Parce qu’il a su garder l’épine dorsale du conte, les formules fortes. Alors que les autres lettrés de son époque, du XVIIe siècle, ont dilué ça en les mettant à la mode de la cour ou des lettrés auxquels ils s’adressaient." Elisabeth Lemirre, autrice, spécialiste des contes

La réécriture de Charles Perrault s'est très largement diffusée, à tel point que les animaux des versions orales ont adopté petit à petit le physique de Barbe Bleue. La barbe noire aux reflets bleus comme un corbeau est perçue comme un dernier signe de son animalité.

-----

• Initiation sexuelle.

Traditionnellement, ces histoires étaient racontées lors de veillées auxquelles assistaient adultes et enfants. La publication de Perrault s’adresse aux adultes lettrés, à la cour, et aux jeunes filles.

"L'interprétation je crois qui est la plus admise est celle de l’initiation sexuelle des femmes. Il semble bien que la chambre interdite, dans laquelle on ne peut rentrer, c’est le corps de la femme, le corps de la femme que seul le mari qui en a la clé peut ouvrir. À l'époque, les femmes devaient leur initiation au seul mari." Elisabeth Lemirre, autrice, spécialiste des contes.

En désobéissant, en transgressant l’interdit et pour la version orale, en sauvant ses sœurs, la jeune épouse s’affranchit de l’autorité de son mari et prend son destin en main.



--------



>> https://www.franceculture.fr/litterature/barbe-bleue-le-feminicide-dans-la-culture-populaire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Radio France
Ziliz   24 avril 2021
Radio France
■ 'Je ne serais pas arrivée là si…' - avec Virginie Despentes

-----

Elle écrit des best-sellers au scalpel, traversés de fulgurances. Les filles qui ont lu son "King Kong théorie" l’ont immédiatement adopté comme la bible d’un féminisme décomplexé. Entretien avec l'écrivaine Virginie Despentes.

(...) Elle est assurément l’une des voix les plus puissantes du roman français. Cette fille au regard clair, tatouée et vraie gentille, est une écorchée douce.

-----

"Je ne serais pas arrivée là si..."

Si je n’avais pas arrêté de boire à 30 ans. L’alcool a probablement été l’une des défonces les plus intéressantes et les plus importantes de ma vie, mais je n’aurais pas pu écrire "King Kong théorie" et tous mes derniers livres si je n’avais pas arrêté.

(...)



-----



intégralité de l'itw sur

https://www.franceculture.fr/emissions/je-ne-serais-pas-arrivee-la-si-entretiens-avec-annick-cojean
Commenter  J’apprécie          80
Radio France
Ziliz   10 avril 2021
Radio France
■ En quoi Fifi Brindacier incarne-t-elle le féminispunk, libéré des effets de mode et du conformisme ?

Au micro de Marie Sorbier, l'autrice Christine Aventin revient sur ce personnage né dans les années 1940 et ses apports à la pensée féministe.

-----

Fifi Brindacier, la fille la plus forte du monde qui vit sans adultes, est née sous la plume de la Suédoise Astrid Lindgren dans les années 1940. C'est aujourd'hui l'autrice Christine Aventin qui s'empare du personnage comme avatar du féminispunk. Dans son essai 'FéminiSpunk' - Le monde est notre terrain de jeu' (Editions Zones, 2021), Christine Aventin alerte sur la manière dont certains termes peuvent devenir plus conformistes qu'anti-conformistes.

-----

• En quoi Fifi Brindacier incarne-t-elle un féminisme libéré des effets de mode ?

• Je voulais au départ écrire un livre sur le féminispunk, sans trahir notre histoire, sans donner des outils à l'ennemi, tout en invitant d'autres femmes qui ne sont pas de ces milieux à nous rejoindre. Fifi Brindacier est pour moi un avatar expérimental qui me permet de parler de nous en ayant l'air de parler d'elle. (Christine Aventin)

-----

• Fifi Brindacier est créée par l'autrice suédoise Astrid Lindgren en 1943, lorsque sa fille, souffrant d'une pneumonie, lui demande de lui raconter l'histoire d'un personnage dont elle invente le nom : Pippi Långstrump, qui se traduit en français par "Pippi longues chaussettes".

• Dès 1943, dans la trilogie des romans Fifi Brindacier d'Astrid Lindgren, tout est là : l'anti-autoritarisme, l'anti-racisme, l'antispécisme, l'anti-âgisme, une égalité des genres qui ne se nomme même pas ainsi parce qu'on soit fille ou garçon, on est juste un être humain avec ses audaces, ses forces, ses faiblesses et sa vie à mener. Dans le secteur très particulier de la littérature jeunesse destinée aux petites filles, c'est un coup de maîtresse qui ne s'est jamais reproduit. (Christine Aventin)

-----

• Hachette, l'éditeur français de Fifi Brindacier, a beaucoup édulcoré la charge subversive de ces romans. Par exemple, le personnage connu sous le nom du Grand Hector s'appelle en réalité, dans la version originale, le Grand Adolphe. Pourquoi cette volonté d'Hachette de nier la portée politique et féministe de ce texte de la littérature jeunesse ? En tant que Belge, Christine Aventin estime que les Français ne sont pas aussi perméables aux influences venues d'ailleurs que leurs voisins et qu'ils font plutôt preuve d'un certain orgueil culturel. Phénomène qui se caractérise pour les éditions Hachette comme une nécessité de faire rentrer le personnage de Fifi Brindacier dans les normes d'une culture cartésienne et d'une langue académique. Il s'agit non seulement de raboter le côté subversif du personnage, mais aussi d'apposer des critères esthétiques à l'apparence et à la manière de s'exprimer des personnages. Outre le Grand Adolphe devenu le Grand Hector puis Arthur le Costaud, d'autres détails ont été modifiés, comme par exemple le plat préféré de Fifi Brindacier. Dans la version originale, il s'agit de la crème à la rhubarbe, ce qu'Hachette a transformé en fraises à la crème.

• Pour cet éditeur qui représente quelque chose dans le territoire de la littérature jeunesse francophone, il y a comme une impossibilité de faire de la place à ce qui paraît bizarre. Même dans les goûts alimentaires de Fifi. (Christine Aventin)

-----

• Alors que les réunions non-mixtes provoquent aujourd'hui des débats houleux, Christine Aventin en donne avec la figure de Fifi Brindacier une justification festive, déployant le concept de "non-mixité festive". Le personnage créé par Astrid Lindgrenest féminispunk parce qu'elle occupe un territoire culturel disqualifiant, moins légitime et associé à moins de pouvoir financier et symbolique que d'autres domaines : la littérature jeunesse. Notamment à une époque où la littérature jeunesse est séparée en deux clans distincts, dont la bibliothèque rose, spécifiquement destinée aux jeunes filles.

• En occupant ce territoire, Astrid Lindgren commet un acte d'activisme féministe. Elle met son cocktail molotov dans le rayon le plus disqualifiant de la culture populaire : la littérature spécifiquement destinée aux petites filles. A priori, il n'y a aucune chance qu'un petit garçon lise les romans Fifi Brindacier à l'époque de leur parution. Tout dans le design, les couleurs, la collection, indique que c'est pour une petite fille. (Christine Aventin)

(...)



-----



'Affaire en cours' par Marie Sorbier, France Culture, 7 avril 2021

>> https://www.franceculture.fr/emissions/affaire-en-cours
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
Radio France
Ziliz   17 avril 2021
Radio France
■ 'Et si la Petite Sirène était en fait un homme ?' - Hélène Combis, France Culture, 09/07/2019.

-----

Une actrice noire qui prête sa voix à La Petite Sirène dans le prochain Disney, et certains crient au scandale ! Et si en plus ils apprenaient que la douce Ariel était peut-être née de l'imagination d'un Andersen sous le coup d'un chagrin d'amour pour... un homme ?

-----

"Je refuse qu'elle devienne noire. Elle doit rester blanche aux cheveux rouges !", "On va pas mettre un mannequin pour jouer dans le bossu de Notre-Dame point barre, ou encore une petite blonde pour jouer Pocahontas !"...

Des commentaires estampillés du hashtag #NotMyAriel déferlent sur les réseaux sociaux depuis l'annonce, par Disney, d'un remake live du film d'animation La Petite Sirène, où l'héroïne parlera à travers la voix de la jeune chanteuse noire Halle Bailey. Suite à l'indignation des militants antiracistes face aux propos tenus, d'aucuns tentaient de se justifier en invoquant les origines danoises - et donc forcément blanches - du conte d'Andersen.

L'occasion de revenir sur une interprétation possible de La Petite Sirène, qui ferait peut être hurler ces mêmes défenseurs autoproclamés du conte originel paru en 1837 : les correspondances d'Andersen et son rapport tourmenté à la sexualité peuvent en effet laisser penser que la jeune Ariel serait la personnification du conteur lui-même. Et le prince ? Il s'agirait du jeune Edvard Collin, fils du bienfaiteur d'Andersen, pour qui le conteur nourrissait des sentiments non-réciproques.

-----

• Perdre sa queue, sa famille et sa voix pour pouvoir être aimée du prince.

"Tu veux te débarrasser de ta queue de poisson, et la remplacer par deux de ces pièces avec lesquelles marchent les hommes, afin que le prince s’amourache de toi, t’épouse et te donne une âme immortelle", s'écrie la sorcière du conte d'Andersen en s'adressant à Ariel, avant de lui proposer de lui préparer un élixir :

> "Aussitôt ta queue se rétrécira et se partagera en ce que les hommes appellent deux belles jambes. (...) Mais souviens-toi, continua la sorcière, qu’une fois changée en être humain, jamais tu ne pourras redevenir sirène ! Jamais tu ne reverras le château de ton père. (...) il faut aussi que tu me payes ; et je ne demande pas peu de chose. Ta voix est la plus belle parmi celles du fond de la mer, tu penses avec elle enchanter le prince, mais c’est précisément ta voix que j’exige en payement."

Est-il besoin de s'appeler Bruno Bettelheim pour saisir la métaphore de la perte de la queue et de l'ancien monde (le palais du "peuple de la mer", sacrifié pour la découverte du "monde d’en haut et [d]es hommes qui l’habitent"), la difficulté du changement de nature ? Elle ne fait en tout cas aucun doute pour l'autrice, journaliste et docteure en anthropologie Agnès Giard, qui écrivait sur son blog "Les 400 Culs", en janvier 2013 :

> "Hans Christian Andersen était laid. Il était d’origine modeste. Il était homosexuel. Il était amoureux du fils de son bienfaiteur. Et le fils de son bienfaiteur, à qui il écrivait des lettres parfois traversées d’aveux, ne s’intéressait pas à lui… Faute de pouvoir vivre librement son homosexualité, Hans Christian Andersen se masturbait et se complaisait dans l’écriture de contes cruels, imprégnés de morale chrétienne."

-----

• Des lettres d'Andersen qui laissent peu de place au doute.

> "Je me languis de toi comme d'une belle fille de Calabre. Mes sentiments pour toi sont ceux d'une femme. Mais la féminité de ma nature et notre amour doivent demeurer un secret", écrivait Hans Christian Andersen à Edvard Collin en 1835, alors qu'il était âgé de 30 ans. C'est Edvard Collin lui-même, le fils de Jonas Collin, membre du comité directeur du Théâtre Royal et bienfaiteur d'Andersen, qui rapportait ces aveux amoureux dans ses propres Mémoires, parues après la mort d'Andersen. Et d'y préciser : "Je me trouvais dans l'impossibilité de répondre à cet amour, et cela a fait beaucoup souffrir Andersen."

Dans Le Dictionnaire historique des homosexuel.le.s célèbres, publié en 1997 et réédité en 2017, Michel Larivière rapporte ces éléments de correspondance et met aussi en exergue le "seul aveu - si discret qu'il passe inaperçu" d'Andersen, dans 'Le Conte de ma vie', autobiographie de l'écrivain danois :

> "Mon seul ami est l’un des fils de M. Collin, le futur conseiller Édouard Collin. Bien que mon cadet, il était plus mûr que moi et son esprit positif contrastait avec ma nervosité féminine. Je sentais en lui un ami très sûr qui agissait dans mon intérêt, même si je ne comprenais pas ses bonnes intentions."

Dans cet ouvrage, l'écrivain Michel Larivière souligne aussi qu'Andersen avait certainement témoigné de ses déboires sentimentaux dans un autre de ses textes : non pas un conte cette fois, mais un roman, 'O.T.', publié en 1836, année du mariage d'Edvard Collin avec Henriette Thyberg... quelques mois avant la parution de La Petite Sirène :

> "Il décrit l’intimité de deux étudiants qui entreprennent ensemble un long voyage. Un pauvre étudiant au caractère très féminin (lui-même) et son alter ego, le riche étudiant (Édouard), qui ne comprend pas que son camarade veuille lui témoigner plus que de l’amitié. Compte tenu du contexte puritain, l’écrivain ne pouvait aller plus loin dans la description d’un amour homosexuel refoulé parce que refusé."

Le philosophe François Flahault, auteur d'une thèse intitulée : "Fictions et spéculation sur les contes de tradition orale et les contes d'Andersen" (1985), se dit au courant de cette "interprétation qui court notamment dans les pays anglophones", mais affirme n'être "pas tellement convaincu" :

> "Andersen avait tendance à s’enticher de personnes d’un milieu social favorisé, que ce soit des femmes ou des hommes. Il s’est beaucoup intéressé à la sœur de ce jeune Collin, aussi. Ce genre d’intrigues était dans l’air à l’époque romantique : l’amour contrarié, le personnage qui aime désespérément quelqu’un qui lui échappe... on trouve ça dans "Les Travailleurs de la mer", de Victor Hugo, qui n’était pas du genre à avoir des amours contrariées ! Donc je ne suis pas sûr que la biographie soit une clé. Il avait certainement des côtés homosexuels, mais il était surtout un peu asexué ce brave Andersen et n’avait jamais touché ni homme, ni femme."

Concernant la lecture symbolique de La Petite Sirène, et la question de la nécessaire perte de la queue de poisson, François Flahault y voit une lecture chrétienne de renoncement : "Le sens global est totalement chrétien : ça veut dire 'Tu renonces au sexe et tu gagnes le ciel', c’est aussi simple que ça”." Mais un tel renoncement de la sexualité chez Andersen ne pourrait-il pas justement s'expliquer par une orientation refoulée ? "Pourquoi sa vie sexuelle était empêchée ? Mystère et boule de gomme. Donc il était d’autant plus porté à adhérer au message chrétien, qu’il ne risquait pas tellement de s’épanouir sexuellement. C’est resté un grand enfant toute sa vie… comme un curé en fait", répond François Flahault, qui reconnaît quand même que l’aventure personnelle d’Andersen a certainement donné à sa plume plus d’intensité émotionnelle, même s'il estime que l'intrigue de La Petite Sirène aurait vraisemblablement été semblable, "même si Andersen n’avait pas eu cette déception" :

> "La Petite Sirène" a un succès absolument mondial, et on ne peut pas l'expliquer uniquement par la biographie de l’auteur. Il faut qu’il y ait une résonance avec tout un chacun.

(...)



-----



pour l'intégralité :

https://www.franceculture.fr/litterature/et-si-la-petite-sirene-etait-en-fait-un-homme
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Radio France (2)Voir plus


Quiz Voir plus

Des titres colorés

De quelle couleur est la Dame qui rend visite à Oscar dans le roman d'Eric Emmanuel Schmitt ?

Bleue
Blanche
Rouge
Rose

12 questions
5424 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature étrangère , couleurCréer un quiz sur cet auteur