AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.95 /5 (sur 20 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Bad Wörishofen, Bavière , le 31/05/1945
Mort(e) à : Munich , le 10/06/1982
Biographie :

Rainer Werner Fassbinder est un réalisateur allemand.

Il est l’un des représentants majeurs du nouveau cinéma allemand des années 1960-1970. Il a été également acteur, auteur et metteur en scène de théâtre.

Il réalise en 1965, un premier court métrage (This Night) qui semble avoir été perdu. En 1966, il réalise "Le Clochard", un hommage au film d’Éric Rohmer, "Le Signe du lion" (1962) ; puis il finit par collaborer avec des troupes de théâtre expérimental. Après s'être essayé à l'écriture de pièces radiophoniques dans la grande tradition allemande (Hörspiel), il se fait connaître, lors de la saison théâtrale 1967-1968, à Munich pour ses mises en scène qui relisent de manière anticonformiste des textes classiques ou valorisent des œuvres contestataires.

En incluant ces diverses influences dans une démarche artistique singulière, Fassbinder entreprend son premier projet cinématographique avec sa troupe. Ainsi naissent, en 1969, "L'amour est plus froid que la mort" (Liebe ist kälter als der Tod) et "Le Bouc" (Katzelmacher).

À partir de 1972, ses films évoluent : ils deviennent plus professionnels, personnels et étoffés. Il est désormais acclamé par la critique à chaque festival de Berlin, mais reste ignoré par les jurys successifs jusqu'à son avant-dernier film, "Le Secret de Veronika Voss" (Die Sehnsucht der Veronika Voss), qui reçoit l’Ours d’or en 1982.

Dans les années 1970, il crée des personnages féminins mythiques qui comptent parmi les plus fascinants du cinéma d’après-guerre et dont les films éponymes sont passés à la postérité : Maria Braun ("Le Mariage de Maria Braun", 1979), Effi Briest (1974) et Lale Andersen ("Lili Marleen", 1981), toutes trois incarnées par Hanna Schygulla, mais aussi Lola (1981), jouée par Barbara Sukowa, ou encore Petra von Kant (1972), incarnée par Margit Carstensen.

En 1982, il s'attelle à l'adaptation du sulfureux roman de Jean Genet "Querelle", qui sera son film posthume puisqu'il meurt au cours du montage le 10 juin, d'une rupture d'anévrisme (certains affirment que sa mort provient en fait d'un mélange de cocaïne et de benzodiazépine et qu'il se serait suicidé).

Bien que marié de 1970 à 1972 à Ingrid Caven, pour qui il a écrit plusieurs chansons, il est bisexuel. Il fait tourner ses amants successifs dans nombre de ses films. De 1978 à 1982, il vit avec Juliane Lorenz, devenue depuis présidente de la fondation Rainer Werner Fassbinder.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (24) Voir plusAjouter une vidéo

Les Larmes amères de Petra von Kant
Affiche et photos de la pièce "Les Larmes amères de Petra von Kant" de Rainer Werner FASSBINDER, jouée au Théâtre National de Chaillot dans le cadre du Festival d'Automne de Paris.

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
blanchenoir   02 février 2014
La peur dévore l'âme de Rainer Werner Fassbinder
Emmi : J'étais aussi au parti. A vrai dire tout le monde était au parti. Ou presque. Mais malgré cela je me suis bien entendu avec Franticek. C'est comme ça qu'il s'appelait, mon mari : Fraticek. Mais bientôt il a été malade du foie. Il a toujours trop bu. Mais il était toujours gai. Toujours gai, il était. Et puis il est mort à cinquante ans. Et oui. Encore un ?
Commenter  J’apprécie          50
blanchenoir   31 janvier 2014
La peur dévore l'âme de Rainer Werner Fassbinder
Mme Karges : Imaginez-vous : la Kurowski est avec un étranger.

Mme Ellis : Quoi ?

Mme Karges : Oui. Un noir !

Mme Ellis : Un nègre ?

Mme Karges : C'est-à-dire, pas complètement noir. Mais il est quand même assez noir.

Mme Ellis : Mais elle n'est elle-même pas une vraie allemande. Kurowski, qui porte déjà un nom pareil ?

Mme Karges : Justement. Ce sont des mœurs je vous dis ! Qu'est-ce qu'elle peut bien lui vouloir à celui-là ?
Commenter  J’apprécie          43
Nuageuse   22 juin 2020
Gouttes d'eau sur pierres brûlantes de Rainer Werner Fassbinder
Mais ça n'a aucun intérêt de savoir qui a raison et qui a tort. Ça m'est parfaitement égal d'avoir raison.
Commenter  J’apprécie          40
Tandarica   17 mars 2015
Le Village en flammes d'après Lope de Vega de Rainer Werner Fassbinder
Nous les avons tués

Plein de témérité

Ils y ont laissé la peau

Mon ont pour commencer

Avalé leur chapeau

Marchons encore, marchons.

Rien ne tiendra debout

Perdre nous ne pouvons

Car le monde est à nous.

(Florès, page 17)
Commenter  J’apprécie          30
Tandarica   15 mars 2015
Le Village en flammes d'après Lope de Vega de Rainer Werner Fassbinder
Nous devions pourtant offrir un sacrifice à notre liberté, mon Dieu, maintenant, tu fais de nous des hors-la-loi, mon Dieu ! As-tu désappris à être équitable ?
Commenter  J’apprécie          30
blanchenoir   02 février 2014
La peur dévore l'âme de Rainer Werner Fassbinder
Salem prend deux billets de cent marks dans la poche de son pantalon. Ali apporter argent.

Emmi : Non !

Salem : Pourquoi non ? Ali toujours manger et boire. Toujours toi qui payes. Pas juste.

Emmi : Mais je le fais par plaisir - puisque je gagne assez. Et l'argent... l'argent brise n'importe quelle amitié.
Commenter  J’apprécie          20
blanchenoir   31 janvier 2014
La peur dévore l'âme de Rainer Werner Fassbinder
Le bonheur n'est pas toujours joyeux.
Commenter  J’apprécie          40
Lanto_Onirina   18 décembre 2013
Le bouc - Les larmes amères de Petra von Kant - Liberté à Brême de Rainer Werner Fassbinder
C’est pas tout rose. Question chances, etc. Si vous n’êtes pas dans la course, comme tous les autres, on vous laisse joliment tomber. Avec mon mari aussi, ça a été une de ces merdes. Celui-là, il m’a joliment tapé sur le système.
Commenter  J’apprécie          10
bdelhausse   25 octobre 2018
Le bouc - Les larmes amères de Petra von Kant - Liberté à Brême de Rainer Werner Fassbinder
La vie qu'on mène n'est supportable qu'avec une patrie. La patrie d'une femme, c'est l'homme. (p.101)
Commenter  J’apprécie          10
bdelhausse   25 octobre 2018
Le bouc - Les larmes amères de Petra von Kant - Liberté à Brême de Rainer Werner Fassbinder
Crois-moi, rien ne se mange aussi chaud qu'on ne le cuit, rien. (p.101)
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Rainer Werner Fassbinder (43)Voir plus


Quiz Voir plus

Pastiches poétiques

Eh bien ! C'en est donc fait, Seigneur, et le sénat / S'est enfin prononcé après tant de débats. / Rien n s'oppose plus à ce grand hyménée : / Je peux à vos destins joindre mes destinées.

Charles Baudelaire
Gérard de Nerval
Alfred de Musset
Victor Hugo
Alfred de Vigny
Alphonse de Lamartine
Nicolas Boileau
Jean de la Fontaine
Jean Racine
Pierre Corneille

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , theatre français , poésie française , pastiche , parodie , humourCréer un quiz sur cet auteur

.. ..