AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.8 /5 (sur 6186 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Le Havre , le 21/02/1903
Mort(e) à : Paris , le 25/10/1976
Biographie :

Raymond Queneau est un romancier, poète, dramaturge français.

Après son Bac, il monte à Paris pour suivre des études de philosophie à La Sorbonne. Il commence à s'intéresser aux langues (le sanscrit, l'arabe, l'hébreu) et à la littérature mais aussi à l'anthropologie, à la psychanalyse, aux mathématiques et aux religions.

En 1924 Raymond Queneau rejoint le groupe des Surréalistes, côtoyant d'abord des auteurs comme Philippe Soupault, Michel Leiris ou André Breton, puis après son service militaire effectué en 1925 en Algérie (dans les Zouaves), le poète Jacques Prévert, le peintre Yves Tanguy, l'historien du cinéma Georges Sadoul et Marcel Duhamel. Il obtient en 1926 une Licence ès lettres mention philosophie, épouse Janine Kahn en 1928. Il rompt avec Breton en 1929 et commence à écrire véritablement au début des années '30.

Pour gagner sa vie Raymond Queneau travaille successivement comme employé de banque, professeur de français et journaliste.

En 1933, il publie son premier livre, "Chiendent", transposition en sa savante langue "néo-française" à la fois classique et ludique du "Discours de la méthode", immédiatement récompensé du premier Prix des Deux-Magots. Il entre en 1938 au comité de lecture des éditions Gallimard, chargé en particulier du domaine anglo-saxon, avant d'être nommé directeur du comité de lecture de la Nouvelle Revue Française (Nrf) en 1941. "Exercices de style", court récit racontant 99 fois la même histoire, de 99 façons différentes, publié en 1947, est son premier grand succès public.

Figure du Saint-Germain des Prés des années '50, Raymond Queneau devient membre du Collège de Pataphysique, de la Société mathématique de France, de l'Académie Goncourt et fonde avec Boris Vian l'Académie de la Moule poilue.

En 1954 il prend chez Gallimard la direction de l'Encyclopédie de la Pléiade qu'il assurera jusqu'à la fin de sa vie. "Zazie dans le métro", sorti en janvier 1959 et adaptée au cinéma l'année suivante par Louis Malle, lui apporte la consécration.

Écrivain érudit à l'esprit encyclopédique, il est cofondateur du groupe littéraire Oulipo.

Raymond Queneau décède à l'âge de 73 ans, il est inhumé au cimetière de Juvisy-sur-Orge (91).
+ Voir plus
Source : www.republique-des-lettres.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Raymond Queneau   (87)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (57) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Il était une fois un petit café-restaurant, entre ville et campagne, refuge d'une poignée de drôles d'oiseaux que le monde moderne n'avait pas encore engloutis. « On boit un coup, on mange un morceau, on écoute des histoires. Toutes activités qui s'accommodent mal du va-vite. Chacun offre son grain de temps au sablier commun, et ça donne qu'on n'est pas obligé de se hâter pour faire les choses ou pour les dire. » Madoval, le patron, Mésange, sa fille, Comdinitch, Failagueule et les accoudés du zinc – braves de comptoir… « Pas des gueules de progrès », ces gens-là, mais de l'amitié, des rires, de l'humanité en partage et un certain talent pour cultiver la différence. Jean-Pierre Ancèle signe un premier roman tendre et perlé comme une gorgée de muscadet, aux accents de Raymond Queneau ou de Marcel Aymé.

+ Lire la suite
Podcasts (21) Voir tous


Citations et extraits (763) Voir plus Ajouter une citation
Lilligribouille   18 juillet 2012
Zazie dans le métro de Raymond Queneau
- Moi, déclara Zazie, je veux aller à l'école jusqu'à soixante-cinq ans. (...) Je veux être institutrice.

- Pourquoi que tu veux l'être, institutrice?

- Pour faire chier les mômes (...). Je serai vache comme tout avec eux. Je leur ferai lécher le parquet. Je leur ferai manger l'éponge du tableau noir. Je leur enfoncerai des compas dans le derrière. Je leur botterai les fesses.

- Tu sais, dit Gabriel avec calme, d'après ce que disent les journaux, c'est pas du tout dans ce sens là que s'oriente l'éducation moderne. C'est même tout le contraire. On va vers la douceur, la compréhension et la gentillesse. (...) D'ailleurs, dans vingt ans, y aura plus d'institutrices : elles seront remplacées par le cinéma, la tévé, l'électronique, des trucs comme ça.



- Alors, déclara-t-elle, je serai astronaute pour aller faire chier les Martiens.
Commenter  J’apprécie          761
Raymond Queneau
Jean-Daniel   10 mai 2021
Raymond Queneau
- Ça m'arrive souvent de ne penser à rien. C'est déjà mieux que de ne pas penser du tout.
Commenter  J’apprécie          770
rubishiram   10 octobre 2012
Zazie dans le métro de Raymond Queneau
La vie? " Un rien l'amène, un rien l'anime, un rien la mine, un rien l'emmène "

Commenter  J’apprécie          720
Raymond Queneau
palamede   09 mars 2017
Raymond Queneau
Un poème



Bien placés, bien choisis,

Quelques mots font une poésie

Les mots, il suffit qu'on les aime

Pour écrire un poème.

On sait pas toujours ce qu'on dit

Lorsque naît la poésie

Faut ensuite rechercher le thème

Pour intituler le poème

Mais d'autres fois, on pleure, on rit

En écrivant la poésie

Ça a toujours kèkchose d'extrême

Un poème
Commenter  J’apprécie          640
Woland   05 mai 2010
Zazie dans le métro de Raymond Queneau
[...] ... - Pour faire chier les mômes," répondit Zazie. "Ceux qu'auront mon âge, dans dix ans, dans vingt ans, dans cinquante ans, dans cent ans, dans mille ans, toujours des gosses à emmerder.



- Eh bien," dit Gabriel.



- "Je serai vache comme tout avec elles. Je leur ferai lécher le parquet. Je leur ferai manger l'éponge du tableau noir. Je leur enfoncerai des compas dans le derrière. Je leur botterai les fesses. Parce que je porterai des bottes. En hiver. Hautes comme ça (geste). Avec de grands éperons pour leur larder la chair du derche.



- Tu sais," dit Gabriel avec calme, "d'après ce que disent les journaux, c'est pas du tout dans ce sens-là que s'oriente l'éducation moderne. C'est même tout le contraire. On va vers la douceur, la compréhension, la gentillesse. N'est-ce pas, Marceline, qu'on dit ça dans le journal ?



- Oui", répondit doucement Marceline. "Mais toi, Zazie, est-ce qu'on t'a brutalisée, à l'école ?



- Il aurait pas fallu voir.



- D'ailleurs," dit Gabriel, "dans vingt ans, y aura plus d'institutrices : elles seront remplacées par le cinéma, la tévé, l'électronique, des trucs comme ça. C'était aussi écrit dans le journal l'autre jour. N'est-ce pas, Marceline ?



- Oui," répondit doucement Marceline.



Zazie envisagea cet avenir un instant.



- "Alors," déclara-t-elle, "je serai astronaute.



- Voilà," dit Gabriel approbativement. "Voilà, faut être de son temps.



- Oui," continua Zazie, "je serai astronaute pour aller faire chier les Martiens. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          571
ZetaZeta   23 mai 2010
Zazie dans le métro de Raymond Queneau
Debout, Gabriel médita puis prononça ces mots:

- L'être ou le néant, voilà le problème. Monter, descendre, aller, venir, tant fait l'homme qu'à la fin il disparaît. Un taxi l'emmène, un métro l'emporte, la tour n'y prend garde, ni le Panthéon. Paris n'est qu'un songe, Gabriel n'est qu'un rêve (charmant), Zazie le songe d'un rêve (ou d'un cauchemar) et toute cette histoire le songe d'un songe, le rêve d'un rêve, à peine plus qu'un délire tapé à la machine par un romancier idiot (oh! Pardon). Là-bas, plus loin – un peu plus loin – que la place de la République, les tombes s'entassent de Parisiens qui furent, qui montèrent, qui descendirent des escaliers, allèrent et vinrent dans les rues et tant firent qu'à la fin ils disparurent. Un forceps les amena, un corbillard les remporte et la tour se rouille et le Panthéon se fendille plus vite que les os des morts trop présents ne dissolvent dans l'humus de la ville tout imprégnée de soucis.
Commenter  J’apprécie          550
Raymond Queneau
palamede   14 mars 2017
Raymond Queneau
Ballade en proverbes du vieux temps



Il faut de tout pour faire un monde

Il faut des vieillards tremblotants

Il faut des milliards de secondes

Il faut chaque chose en son temps

En mars il y a le printemps

Il est un mois où l'on moissonne

Il est un jour au bout de l'an

L'hiver arrive après l'automne



La pierre qui roule est sans mousse

Béliers tondus gèlent au vent

Entre les pavés l'herbe pousse

Que voilà de désagréments

Chaque arbre vêt son linceul blanc

Le soleil se traîne tout jaune

C'est la neige après le beau temps

L'hiver arrive après l'automne



Quand on est vieux on n'est plus jeune

On finit par perdre ses dents

Après avoir mangé on jeûne

Personne n'est jamais content

On regrette ses jouets d'enfant

On râle après le téléphone

On pleure comme un caïman

L'hiver arrive après l'automne



ENVOI



Prince ! tout ça c'est le chiendent

C'est encore pis si tu raisonnes

La mort t'a toujours au tournant

L'hiver arrive après l'automne
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
Raymond Queneau
Piatka   12 octobre 2013
Raymond Queneau
Les mots il suffit qu’on les aime pour écrire un poème.
Commenter  J’apprécie          566
Raymond Queneau
MissSherlock   04 juin 2013
Raymond Queneau
Je suis inculte parce que je n'en pratique aucun, et insecte parce que je me méfie de toutes.
Commenter  J’apprécie          534
Raymond Queneau
Piatka   03 octobre 2013
Raymond Queneau
POUR UN ART POÉTIQUE



Prenez un mot prenez en deux

faites les cuir’ comme des oeufs

prenez un petit bout de sens

puis un grand morceau d’innocence

faites chauffer à petit feu

au petit feu de la technique

versez la sauce énigmatique

saupoudrez de quelques étoiles

poivrez et mettez les voiles

Où voulez vous donc en venir ?

A écrire Vraiment ? A écrire ?



Commenter  J’apprécie          450

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Zazie

A quel groupe appartenait Raymond Queneau ?

Celui des Naturalistes
Celui des Romantiques
Celui de l'OuLiPo
Celui des Existentialistes

12 questions
170 lecteurs ont répondu
Thème : Zazie dans le métro de Raymond QueneauCréer un quiz sur cet auteur