AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.9 /5 (sur 166 notes)

Nationalité : France
Biographie :

R. Roussel est un écrivain et poète dramatique français (Paris 20 janvier 1877 - Palerme 14 juillet 1933).

Ses premiers livres, La Doublure, La Vue, Impressions d'Afrique, ne rencontrent aucun succès. Tous ses autres livres, comme Locus Solus ou L'Étoile au front, seront perçus comme des œuvres déroutantes. En 1932, il fait paraître ses Nouvelles Impressions d'Afrique, suivies de 59 énigmatiques dessins à la plume d'Henri-Achille Zo.

Dans Comment j'ai écrit certains de mes livres (1935), Raymond Roussel explique les mécanismes de son écriture imaginaire, notamment basée sur l'homophonie. Son faible succès auprès de ses contemporains l'amena à publier à compte d'auteur, d'où le jeu de mots dans le titre de son ouvrage Impressions d'Afrique, à comprendre « impressions à fric », conformément aux mécanismes de construction/déconstruction du langage et du double sens employés dans ses ouvrages.
.Précurseur des surréalistes, admiré par André Breton, Jean Cocteau, Louis Aragon, Michel Leiris,Paul Éluard, ou Georges Perec, cet écrivain fut assez peu lu, compte tenu de la très grande complexité de ses ouvrages.

Raymond Roussel était un inventeur dans bien des domaines : dépôt d'un brevet sur l'utilisation du vide, formulation aux échecs de la méthode de mat dans le cas d'une finale Roi, fou et cavalier contre Roi seul, découverte d'un théorème mathématique, etc. Il a aussi été médaille d'or de tir au pistolet. Il est, d'autre part, l'oncle de Michel Ney.
Il se donna la mort à Palerme, où il séjournait, ruiné, malade, neurasthénique, toujours décrié par la critique et inconnu du grand public
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean Echenoz (quelques pages de) La Vue, de Raymond Roussel : où Jean Echenoz lit quelques pages de "La Vue", de Raymond Roussel le 5 juin 2009 au couvent des Recollets, à Paris, à l'occasion du festival "Paris en toutes lettres", à l'invitation de Frédéric Boyer, en compagnie de Florence Delay, Jacques Roubaud et Olivier Cadiot. "La Vue", de Raymond Roussel est publié aux éditions Pauvert "Quelquefois un reflet momentané s'allume Dans la vue enchâssée au fond du porte-plume Contre lequel mon oeil bien ouvert est collé À très peu de distance, à peine reculé ; La vue est mise dans une boule de verre Petite et cependant visible qui s'enserre Dans le haut, presque au bout du porte-plume blanc Où l'encre rouge a fait des taches, comme en sang. La vue est une très fine photographie Imperceptible, sans doute, si l'on se fie À la grosseur de son verre dont le morceau Est dépoli sur un des côtés, au verso ; Mais tout enfle quand l'oeil plus curieux s'approche Suffisamment pour qu'un cil par moments s'accroche. Je tiens le porte-plume assez horizontal Avec trois doigts par son armature en métal (...)"
+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
moravia   24 février 2016
Epaves de Raymond Roussel
Maître Ramare.

Permettez-moi, Monsieur le président, de poser des question au témoin. Votre fils, Madame, est sain de corps et d'esprit ?



Pascaline

Naturellement qu'il est sain, sauf qu'il a eu les oreillons à trois ans.



Maître Ramare.

Avant d'entrer en service chez M.François-Jules Cartier, vous ne lui aviez jamais connu de liaison amoureuse ?



Pascaline.

Qu'est-ce que vous dites ? Lui, amoureux !

Jamais, par exemple ! C'est un gars qui est bien trop solide !
Commenter  J’apprécie          130
coco4649   21 février 2018
Impressions d'Afrique de Raymond Roussel
 

 

 SES DEUX MAINS TRAVAILLAIENT AVEC UNE AGILITÉ

SANS PAREILLE, CROISANT, NOUANT, ENCHEVÊTRANT

DE TOUTES MANIÈRES LES LIGAMENTS DE RÊVE QUI

S’AMALGAMAIENT GRACIEUSEMENT
Commenter  J’apprécie          60
darkon31   22 décembre 2010
Impressions d'Afrique de Raymond Roussel
Plus près de moi, dans l’alignement du théâtre rouge, se dressait un large socle en bois sur lequel, debout et penché, Naïr, jeune nègre de vingt ans à peine, se livrait à un absorbant travail. À sa droite, deux piquets plantés chacun sur un angle du socle se trouvaient reliés à leur extrémité supérieure par une longue et souple ficelle, qui se courbait sous le poids de trois objets suspendus à la file et distinctement exposés comme des lots de tombola. Le premier article n’était autre qu’un chapeau melon dont la calotte noire portait ce mot : « PINCEEE » inscrit en majuscules blanchâtres ; puis venait un gant de Suède gris foncé tourné du côté de la paume et orné d’un « C » superficiellement tracé à la craie ; en dernier lieu se balançait une légère feuille de parchemin qui, chargée d’hiéroglyphes étranges, montrait comme en-tête un dessin assez grossier représentant cinq personnages volontairement ridiculisés par l’attitude générale et par l’exagération des traits.

(p. 2-3)
Commenter  J’apprécie          40
chartel   24 janvier 2009
Locus Solus de Raymond Roussel
Par une conséquence voulue de la combinaison atomique particulière qui l’engendrait, l’aimantation s’exerçait seulement du côté intérieurement assombri au début par le cylindre, dans le champ strict d’un impeccable tube imaginaire de longueur indéfinie, dont l’axe eût traversé le centre des deux rondelles et dont le diamètre eût égalé le leur.
Commenter  J’apprécie          50
delitterys   12 juillet 2012
La vue de Raymond Roussel
Quelquefois un reflet momentané s’allume

Dans la vue enchâssée au fond du porte-plume

Contre lequel mon œil bien ouvert est collé

A très peu de distance, à peine reculé

La vue est mise dans une boule de verre

Petite et cependant visible qui s’enserre

Dans le haut, presque au bout du porte-plume blanc

Où l’encre rouge a fait des taches, comme en sang.

La vue est une très fine photographie

Imperceptible, sans doute, si l’on se fie

A la grosseur de son verre dont le morceau

Est dépoli sur un des côtés, au verso ;

Mais tout enfle quand l’œil plus curieux s’approche

Suffisamment pour qu’un cil par moments s’accroche.
Commenter  J’apprécie          30
PUBLISHER   08 novembre 2009
La vue de Raymond Roussel
Plus haut, sur un balcon isolé, deux Anglaises

Aux faciès osseux, aux jupes écossaises,

Sont droites comme des i, comme des piquets ;

Elles sont promptes à faire tous leurs paquets

[...]

Les deux femmes ont tout sondé, tout visité,

Mais par désœuvrement pur, sans nécessité,

Sans soif d’apprendre, sans que leur esprit stérile

Ait cueilli quelque fait captivant entre mille ;

Leurs patients espoirs n’ont été ni déçus

Ni surpassés par les sites, les aperçus ;

Elles n’ont pas cherché de couleurs personnelles

Dans leurs impressions ni piteuses ni belles,

Et n’ont pas entassé de souvenirs puissants.
Commenter  J’apprécie          30
Duluoz   21 décembre 2014
Impressions d'Afrique de Raymond Roussel
Près de l'autel, vers la droite, verdissait un palmier gigantesque, dont l'admirable épanouissement attestait le grand âge; un écriteau, accroché au stipe, présentait cette phrase commémorative :< Restauration de l'empereur Talou IV sur le trône de ses pères >. Abrité par les palmes, de côté, un pieu fiché en terre portait un œuf mollet sur la plateforme carrée fournie par son sommet.
Commenter  J’apprécie          30
VACHARDTUAPIED   14 avril 2013
Locus Solus de Raymond Roussel
L’œuvre, installée sur la place publique de Tombouctou, reçut, en raison de son origine, une dénomination qui traduite en langage moderne donnerait ces mots : le Fédéral. Modelé avec un art charmant, l’enfant, nu, le dos de ses mains tourné à

plat vers le sol, avançait les bras comme pour faire

une offrande invisible, évoquant, au moyen de son

geste emblématique, le don de richesse et de félicité

promis par l’idée qu’il représentait
Commenter  J’apprécie          20
VACHARDTUAPIED   14 avril 2013
Locus Solus de Raymond Roussel
Le trône appartenait alors à une femme, la reine

Duhl-Séroul, qui, à peine âgée de vingt ans, n’avait

pas encore choisi d’époux.

Duhl-Séroul souffrait parfois de terribles crises

d’aménorrhée, d’où résultait une congestion qui,

atteignant le cerveau, provoquait des accès de folie

furieuse
Commenter  J’apprécie          20
brigetoun   20 septembre 2011
Comment j'ai écrit certains de mes livres de Raymond Roussel
Comment, disaient-ils,

Nous sentant des ailes

Quitter nos corps vils ?

Mourez, disaient-elles.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Enigme [5] (actualité brûlante)

En 1985, les éditions Bernard Barrault publiaient "37,2° le matin" de Philippe Djian. L'auteur y dénonçait avec clairvoyance (et 35 ans d'avance !) les méfaits du réchauffement climatique.

c'est vrai
c'est faux
et vous trouvez ça drôle ?
Depuis, Djian est mon auteur de SF préféré !

1 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , humourCréer un quiz sur cet auteur

.. ..