AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.63 /5 (sur 4 notes)

Biographie :

En 1919, Reginald F. Johnston devint le tuteur de P'u-yi, le dernier empereur de la dynastie Ch'ing. Ses Mémoires offrent une vision très intéressante de la vie de cour à l'intérieur de la Cité interdite.

Reginal Johnston, né le 13 octobre 1874 à Édimbourg et mort le 6 mars 1938 dans la même ville, fut un diplomate et précepteur de l'empereur Puyi. Il fut plus tard le dernier gouverneur de la concession anglaise de Weihaiwei.

Ajouter des informations
Bibliographie de Reginald Fleming Johnston   (3)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Woland   04 septembre 2009
Au coeur de la cité interdite - LXIX de Reginald Fleming Johnston
[...] ... Je transmis cette importante observation [la nouvelle de la myopie de l'empereur] au père [de l'empereur], aux fonctionnaires de la Maison et aux précepteurs chinois : je fus frappé par le peu de cas qu'ils en firent. Quand Tuan K'ang, la plus influente des trois épouses douairières survivantes [il s'agit des concubines de l'empereur Kuang Hsü, prédécesseur de P'u Yi, assassiné sur ordre de la Grande Impératrice Douairière Tzü Hsi] apprit que le précepteur anglais demandait l'autorisation d'envoyer chercher un oculiste étranger, elle s'écria qu'une telle requête ne pouvait être approuvée, car aucun médecin étranger ne saurait se voir confier une chose aussi précieuse que les yeux de l'empereur. Lorsque je revins à la charge, sous une forme plus pressante, elle déclara qu'un médecin étranger pourrait avoir la présomption de prescrire des lunettes et que "le port de lunettes par un empereur était un fait sans précédent." A quoi je répondis : "Je n'ai pas d'informations sur les habitudes des empereurs d'autrefois, mais celui-ci portera des lunettes." Tuan K'ang campa sur ses positions, mais le prince Ch'un [le père de l'empereur] et le département de la Maison acceptèrent enfin, de très mauvaise grâce, après que j'eus annoncé que si, à la fin de l'année (1921), je n'avais toujours pas l'autorisation d'envoyer chercher le meilleur ophtalmologiste de Pékin, je démissionnais. A cette époque, le département de la Maison, qui me regardait déjà comme un fléau, aurait été heureux de me voir partir. Par malheur pour lui, l'empereur en personne mit fin à la dispute en déclarant que le problème de ses yeux devait m'être confié et que ma démission était hors de question. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Woland   04 septembre 2009
Au coeur de la cité interdite - LXIX de Reginald Fleming Johnston
[...] ... Pendant les treize premières années de la nouvelle république de Chine, du printemps 1912 à l'hiver 1924, cohabitèrent au coeur de la capitale un Président et un empereur. Si l'empereur pouvait ainsi garder son titre impérial intact, c'était parce que, dans la terminologie chinoise, ce titre n'était pas et n'avait jamais été celui d'"empereur de Chine." C'était un titre dynastique et non territorial. Chaque dynastie adoptait un titre particulier qui ne se transmettait pas à la dynastie suivante. En 1911, la dynastie Ta Ch'ing, venue de Mandchourie, régnait sur la Chine depuis 1644. Chacun des dix empereurs de cette dynastie fut Ta Ch'ing Ta Huang Ti (= empereur de la grande dynastie des Ch'ing), et c'est ce titre, et non celui d'"empereur de Chine" que le dernier de la lignée fut autorisé à porter par un accord formel de la république chinoise. ... [...]
Commenter  J’apprécie          00
Actinia   02 juillet 2020
Au coeur de la Cité interdite de Reginald Fleming Johnston
Ma nomination comme précepteur anglais de l'empereur était sans précédent et causa un véritable choc à la cour. Les membres conservateurs de la famille impériale et du département de la Maison affichèrent leur énergique réprobation. Ils craignaient, bien sûr, que le jeune empereur Hsüan T'ung n'en vint peu à peu à adopter une conception trop "moderne" de l'existence et ne tombât sous l'influence occidentale au point de ne plus se satisfaire des réalités du palais. Il faut admettre que leurs craintes sur ce second point se sont trouvées fondées.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Reginald Fleming Johnston (7)Voir plus


Quiz Voir plus

Littérature et Musique

A quel instrument associe-t-on traditionnellement le poète depuis l'Antiquité ?

le luth
la guitare
l'hélicon
la lyre

16 questions
232 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur