AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.54 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : Slovénie
Né(e) à : Slovenj Gradec , 1962
Biographie :

Renata Salecl est une philosophe et sociologue slovène. Elle effectue ses études à l'université Ljubljana où elle soutient une thèse sur la théorie du pouvoir de Foucault. Quelques années plus tard elle présente une autre thèse en sociologie insistant sur les relations entre le capitalisme et l'anxiété des individus. Impliquée dans la vie politique, elle se présente sur les listes de l'Alliance de la Jeunesse Socialiste lors des premières élections libres en Slovénie en 1990. Elle quitte la vie politique mais reste très attentive aux évolutions politiques et sociales. Elle est désormais chercheur à l'institut de criminologie de Ljubljana, professeur invitée au Birkbeck College et King's College de Londres. Elle écrit dans de nombreux journaux. Elle est marié au philosophe Slavoj Žižek.
Renata Salecl a publié 6 livres dont la Tyrannie du Choix qui est traduit en français.
+ Voir plus
Source : wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleil   02 novembre 2015
La tyrannie du choix de Renata Salecl
L'angoisse devant l'inconnu peut être plus difficile à supporter que les contingences du connu.
Commenter  J’apprécie          140
petitsoleil   01 novembre 2015
La tyrannie du choix de Renata Salecl
Nous voyons dans l'argent une sorte de cordon sanitaire entre la déchéance et nous - comme s'il nous protégeait contre la maladie, l'infirmité, la solitude.

Mais en même temps c'est pour nous un plaisir sans égal que de le dépenser librement, en défiant la mort.

(...) Comme si le jeter soulageait l'angoisse qu'il fait naître.

Pourtant un sentiment de culpabilité nous attaque tout aussi vite, au point de réenclencher une thésaurisation obsessionnelle.
Commenter  J’apprécie          100
Chouchane   28 septembre 2012
La tyrannie du choix de Renata Salecl
Quand les individus sont induits à sentir qu'ils sont maîtres de leur propre destin et que la pensée positive est offerte comme la panacée aux maux dont ils souffrent du fait d'une société injuste, la critique sociale est progressivement remplacée par l'autocritique.
Commenter  J’apprécie          90
petitsoleil   01 novembre 2015
La tyrannie du choix de Renata Salecl
Dans la société actuelle, qui porte au pinacle le choix et l'idée que choisir est toujours dans l'intérêt des personnes, le problème n'est pas tant celui de la palette d'options disponible que celui de leur représentation.

Les choix existentiels sont décrits dans les mêmes termes que les choix de consommation : nous cherchons à trouver le "bon" mode de vie comme le bon papier peint ou l'après-shampoing parfait.

La culture du conseil qui prédomine actuellement présente la quête d'un conjoint dans les mêmes termes que la recherche d'une voiture :

il faut d'abord bien peser tous les avantages et inconvénients, puis rédiger scrupuleusement les clauses d'un contrat de mariage, réparer les choses quand cela tourne mal et, en dernier ressort, rendre le vieux modèle pour en acquérir un nouveau, avant de finir par se lasser de tous les tracas inhérents à l'engagement et décider d'opter pour un contrat de location temporaire.
Commenter  J’apprécie          70
petitsoleil   01 novembre 2015
La tyrannie du choix de Renata Salecl
A mesure que s'accroît notre sentiment d'être coupables de ce que nous sommes et habités constamment par l'obsession de nous "améliorer", nous arrivons de moins en moins à relativiser et prendre la distance nécessaire pour lancer le moindre changement social.



Les efforts que nous consacrons à notre amélioration individuelle nous font perdre l'énergie et la capacité à prendre une part active à ce changement sous quelque forme que ce soit, et nous vivons dans la hantise perpétuelle de l'échec. Nous ne pourrons apaiser cette angoisse que si nous comprenons d'abord comment elle a commencé et comment elle s'entretient.
Commenter  J’apprécie          70
petitsoleil   02 novembre 2015
La tyrannie du choix de Renata Salecl
Cela dit, quelle que soit la manière de l'aborder, la question d'avoir ou non des enfants confronte à la perte.

On se retrouve face à la peur de perdre son autonomie, de grever une relation de couple, de perdre le contrôle, de perdre sa personnalité ou son propre enfant intérieur.

D'un autre côté, la décision de ne pas concevoir signe la perte d'un avenir imaginaire, d'un lien désiré avec autrui, de l'idée de perpétuer la famille ou de faire un cadeau à ses parents ou son partenaire. Il peut même résulter la perte d'une image narcissique : l'image de son propre moi plus jeune sur le visage de son enfant.
Commenter  J’apprécie          60
petitsoleil   01 novembre 2015
La tyrannie du choix de Renata Salecl
Une crise, s'il faut en donner une définition, est justement le moment où on perd le contrôle - le moment où le monde que l'on connaît est détruit et où l'on est face à l'inconnu.



Quelles qu'en soient les conséquences pour une société, ce peut être l'occasion ou jamais pour l'individu de réaffirmer ce qui compte vraiment.



Une crise économique oblige à épargner, mais également à réfléchir à ses désirs. Epargner, c'est sacrifier le désir - ou du moins le remettre à plus tard.
Commenter  J’apprécie          60
petitsoleil   01 novembre 2015
La tyrannie du choix de Renata Salecl
Quand une femme finit par décider d'avoir un enfant mais s'avère ensuite incapable de concevoir, elle subit un nouveau trauma.

Elle perd le sentiment que tout est possible.

Dans l'idéologie actuelle qui promeut que l'on peut "tout avoir", cette perte conduit directement à un sentiment d'impuissance.



De fait, en matière de reproduction la notion de choix est un outil puissant.

Bien que celui que nous faisons d'avoir ou non des enfants soit souvent totalement inconscient, nous ne pouvons abandonner le sentiment de puissance qui résulte du seul fait de savoir que nous avons ce choix.

Il arrive parfois que les femmes qui découvrent qu'elles sont incapables biologiquement d'enfanter trouvent à se consoler en pensant que c'est leur propre décision. Et il n'est pas rare qu'un couple infertile continue à recourir à des méthodes contraceptives même après avoir appris qu'ils ne pouvaient pas concevoir. C'est là un indice de ce qu'ils considèrent toujours la reproduction comme une affaire de choix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
petitsoleil   01 novembre 2015
La tyrannie du choix de Renata Salecl
Ce n'est pas un hasard si le capitalisme postindustriel proclame son adhésion à l'idéologie du choix, car elle lui permet avant tout de perpétuer sa domination.



(...) paradoxalement, pour qu'une idéologie particulière se maintienne, il n'est pas nécessaire que les gens la soutiennent activement ou croient en elle.

L'essentiel, c'est qu'ils n'expriment pas leurs doutes. (...)



Cette logique s'applique à l'idée de choix.

Admettons que nous ne pensions pas que nos choix soient illimités ou que nous soyons totalement capables de déterminer l'orientation de notre vie et nous modeler selon notre goût et à notre convenance ; il n'en reste pas moins que nous croyons que quelqu'un d'autre croit en ces idées, et donc nous n'exprimons pas notre désaccord.

Pour que l'idéologie du choix prenne un tel empire dans la société postindustrielle, il faut seulement que les gens gardent leurs doutes pour eux.
Commenter  J’apprécie          50
Tom_Otium   08 juillet 2015
La tyrannie du choix de Renata Salecl
Rien d'étonnant à ce que cette quête d'une puissance supérieure qui nous prendrait en charge commence au moment même où nous revendiquons avec tant d'insistance notre liberté de choisir. Quand nous sommes angoissés – et tout choix implique un élément d'angoisse, nous cherchons souvent quelqu'un ou quelque chose qui prenne la direction des opérations. Nous pouvons ainsi décider de consulter un responsable religieux, un gourou de la santé ou même un astrologue, dans l'espoir d'apaiser notre angoisse.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Renata Salecl(1)Voir plus
Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quiz Harry Potter (difficile:1-7)

De quoi la famille Dursley a-t'elle le plus peur?

des voisins curieux
des hiboux
de Harry
de tout ce qui peut les faire paraître étranges

20 questions
3067 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur