AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.11 /5 (sur 188 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulzicourt, Ardennes , le 16/03/1908
Mort(e) à : Paris , le 21/05/1944
Biographie :

Poète, critique, essayiste, indianiste, écrivain et dramaturge.

Son père, Léon Daumal, est instituteur puis fonctionnaire au ministère des Finances. Très tôt engagé dans des expériences littéraires novatrices, il crée avec trois amis, à Reims, le groupe des « Phrères simplistes », notamment inspiré de Alfred Jarry, Arthur Rimbaud et des surréalistes. Il s’agit de Roger Vailland, Roger Gilbert-Lecomte et Robert Meyrat. Bons élèves au lycée, ils cherchent comme Rimbaud « le dérèglement de tous les sens ».

Pensionnaire au lycée Henri-IV à Paris de dix-sept à dix-neuf ans, il y est l'élève d’Alain et y rencontre la future philosophe Simone Weil, avec laquelle il aura des échanges au sujet du sanskrit. En effet, « Re-Né » s’est précocement intéressé aux textes sacrés de l’Inde, et a décidé d’apprendre le sanskrit, quitte à composer lui-même sa propre grammaire sanskrite (celle-ci a été reproduite en fac-similé sous le titre La langue sanskrite – Grammaire, Poésie, Théâtre).

À Paris, avec Roger-Gilbert Lecomte, Roger Vailland et le peintre Josef Sima, il fonde la revue "Le Grand Jeu", qui connaîtra trois numéros de 1928 à 1930, le quatrième numéro restera dans les cartons.

En 1930, René Daumal fait la connaissance d’Alexandre de Salzmann, disciple de Gurdjieff, qui lui permet de vérifier un certain nombre de ses intuitions. Cette période est relatée dans « La Grande beuverie », premier grand travail littéraire de Daumal. Sur le ton de l'humour, « La Grande beuverie » présente une critique des rouages de la société pour un homme qui a brûlé son ego, et la question est posée de ce que la vie réelle pourrait être.

Revenu à Paris en 1933, René Daumal vit dans des conditions matérielles très difficiles. Il obtient le prix Doucet pour « Le Contre-ciel », écrit quelques traductions de l’anglais (Ernest Hemingway, Daisetz Teitaro Suzuki) et du sanskrit, des articles pour la NRF, et une abondante correspondance. Il rédige le texte « Poésie noire, poésie blanche », où il explicite les fondements d'une expérience poétique véritable.

Ayant pris connaissance de sa maladie, une tuberculose déjà avancée, René Daumal séjourne le plus possible en montagne. C’est la guerre. Il s’est marié avec Véra, israélite. Il vit dans des conditions matérielles extrêmement difficiles. Il compose ses plus belles lettres, se remet à la poésie, écrit La Guerre sainte et commence son œuvre majeure, le célèbre et inachevé Mont Analogue.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
[RARE] René DAUMAL – Une Vie, une Œuvre : La traversée des apparences (France Culture, 1992) Émission "Une Vie, une Œuvre" par Jacqueline de Roux, sous-titrée "la traversée des apparences", diffusée le 10 décembre 1992 sur France Culture. Invités : Pascal Sigoda, André Coyne, Nadine Nimier, Jean-Marie Turpin, Geneviève Lieff et Jean Bies. Lecteurs : Catherine Laborde, Serge Renko, Sandrine Romel et Patrick Liegebel.

Citations et extraits (273) Voir plus Ajouter une citation
René Daumal
nadejda   30 mars 2014
René Daumal
Je suis mort parce que je n'ai pas le désir

Je n'ai pas le désir parce que je crois posséder

Je crois posséder parce que je n'essaie pas de donner

Essayant de donner on voit qu'on n'a rien

Voyant qu'on a rien on essaie de se donner

Essayant de se donner on voit qu'on n'est rien

Voyant qu'on n'est rien on désire devenir

Désirant devenir on vit

(Cité par Jacques Lacarrière dans Marie d'Egypte)
Commenter  J’apprécie          600
Aunryz   23 septembre 2015
L'Evidence absurde 1926-1934 - Essais et notes 1 de René Daumal
Ses mains ont été tranchées pour qu'il ne puisse y cacher son visage.

Après s'être jeté la tête contre les murs, puis avoir éclaté du rire inévitable de la folie, il parvient à ce suprême renoncement : ne pas se tuer.



http://wp.me/p5DYAB-1oB
Commenter  J’apprécie          360
René Daumal
doudou94   01 mars 2014
René Daumal
Quand les pieds ne veulent plus vous porter, on monte avec sa tête. Et c'est vrai. Ce n'est peut-être pas dans l'ordre naturel des choses, mais ne vaut-il pas mieux marcher avec la tête que de penser avec les pieds comme il arrive souvent.
Commenter  J’apprécie          341
René Daumal
blanchenoir   26 octobre 2014
René Daumal
Cet oiseau ne reviendra plus

qui se détache de ta face,

né de ta peau, déplié dans l'espace.

il bat des feuillets d'air comme un enfant éperdu

claque des mains devant le corps de son père étendu

le crane brisé contre un mur.
Commenter  J’apprécie          340
Aunryz   08 avril 2015
La grande beuverie de René Daumal
Il y a des paroles qui n'arrivent pas à destination et qui se forment en boules errantes , gonflées de danger, comme la foudre parfois quand elle n'a pas trouvé sa cible.
Commenter  J’apprécie          342
Aunryz   04 septembre 2015
Les Pouvoirs de la parole - Essais et notes 2 de René Daumal
A la pointe active de la science vole un oiseau de feu dont le nom est Doute. C'est le héros qui renie ses œuvres, s'en déleste pour monter plus haut.

Dans les bas-fonds où ses déchets s'accumulent, vit le Basilic dont le regard change tout en pierres mortes.

Sous son oeil, les nombres meurent et deviennent algèbre ; la raison meurt et devient syllogismes ; l'homme touché par son regard devient un cadavre rigide tout semblable à l’Écorché des écoles de médecine.



http://wp.me/p5DYAB-1i1
Commenter  J’apprécie          270
lecassin   03 mars 2013
La grande beuverie de René Daumal
Il y a un sommet où la douleur vole de ses propres ailes, ainsi il y a une certaine intensité de la pensée où les mots n’ont plus part. Les mots conviennent à une certaine précision de la pensée, comme les larmes à un certain degré de la douleur.
Commenter  J’apprécie          270
Aunryz   28 mai 2015
René Daumal ou le Retour à soi : Textes inédits de René Daumal, études sur son oeuvre de René Daumal
Le langage poétique est fait pour communiquer des états ; les mots y sont des vases ou des clefs.
Commenter  J’apprécie          260
Snark   14 juin 2011
Tu t'es toujours trompé de René Daumal
"Tel homme s’éveille, le matin, dans son lit. A peine levé, il est déjà de nouveau endormi ; en se livrant à tous les automatismes qui font que son corps peut s'habiller, sortir, marcher, aller à son travail, s'agiter selon la règle quotidienne, manger, bavarder, lire un journal – car c’est en général le corps seul qui se charge de tout cela –, ce faisant il dort. Pour s’éveiller il faudrait qu’il pensât : toute cette agitation est hors de moi. Il lui faudrait un acte de réflexion. Mais si cet acte déclenche en lui de nouveaux automatismes, ceux de la mémoire, du raisonnement , sa voix pourra continuer à prétendre qu’il réfléchit toujours; mais il s’est encore endormi. Il peut ainsi passer des journées entières sans s’éveiller un seul instant. Songe seulement à cela au milieu d'une foule, et tu te verras environné d'un peuple de somnambules."
Commenter  J’apprécie          230
René Daumal
Pavlik   04 novembre 2014
René Daumal
Je vais faire un poème sur la guerre. Ce ne sera peut-être pas un vrai poème, mais ce sera une vrai guerre.
Commenter  J’apprécie          250

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de René Daumal (204)Voir plus


Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..