AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.64 /5 (sur 142 notes)

Nationalité : Haïti
Né(e) à : Jacmel , le 29/08/1926
Biographie :

René Depestre est un poète, romancier et essayiste.

Il publie en 1945 ses premiers vers dans le recueil "Étincelles". Engagé dans la vie politique de son pays, il est incarcéré puis doit quitter son île natale pour partir en exil en France.

Il s'installe à Paris où il suit des études de lettres et de sciences politiques à la Sorbonne entre 1946 et 1950. Très proche des mouvements de la décolonisation, il est expulsé du territoire français.

Il rejoint la Hongrie avec sa femme, Edith Gombos Sorel, d'origine hongroise qu'il a épousé en 1949. Il s'installe à Prague qu'il doit quitter en 1952. Il rejoint Cuba mais le régime de Fulgencio Batista le fait expulser. Il voyage dans le monde et revient finalement à Cuba en 1959.

Il y exerce pendant près de vingt ans d'importantes fonctions aux côtés de Fidel Castro et Che Guevarra. Il continue à écrire des poésies et publie notamment "Minerai noir" en 1956 dans lequel il évoque les souffrances et les humiliations de l'esclavage.

Il part pour Paris en 1978 où il travaille de nombreuses années pour l'UNESCO grâce à la recommandation d'Amadou-Mahtar M’Bow. René Depestre poursuit son œuvre d'écrivain-poète à Lézignan-Corbières où il s'est installé dans les années 1980.

Son roman "Hadriana dans tous mes rêves" (1988) reçoit le Prix Renaudot, le Prix du roman de la Société des gens de lettres et le Prix du roman de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. En avril 2007, il fut le lauréat du Prix Robert Ganzo de poésie pour son livre "La rage de vivre" édité aux éditions Seghers.

René Depestre est l'oncle de Michaëlle Jean, journaliste et Gouverneure générale du Canada.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
René DEPESTRE – Radioscopie (France Inter, 1980) L’émission « Radioscopie », par Jacques Chancel, diffusée le 11 décembre 1980 sur France Culture.
Podcasts (3) Voir tous

Citations et extraits (76) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   26 mars 2015
Rage de vivre : Oeuvres poétiques complètes de René Depestre
LA RIVIÈRE

Voilà, c'est fait, je suis devenu une rivière.

Ce sera une grande aventure jusqu'à la mer.

Quel nom me donnera-t-on sur les cartes ?

D'où vient ce cours d'eau inconnu ?

Quel ciel reflète-t-il dans ses flots ?

Quelle paix, quelle faim, quelle douleur ?



Pardonnez-moi messieurs les géographes

Je ne l'ai pas fait exprès

J'aimais voir couler l'eau

Sur toutes les soifs

Il y a tant d'assoiffés dans le monde

Pour eux me voici changé en rivière !



Je n'aimais pas voir couler les larmes

Étant rivière je pourrai qui sait

Couler à leur place.

Je n'aimais pas voir verser le sang

Étant rivière je pourrai

Être versé partout à sa place.

Mon destin est peut-être d'emporter

À la mer toutes les peines !
Commenter  J’apprécie          471
Piatka   20 mars 2015
Rage de vivre : Oeuvres poétiques complètes de René Depestre
La poésie, c'est

le pouvoir de vivre

et de voler jusqu'à la Grande Ourse

dans l'éclat d'un brin d'herbe.



3. Corps simples de la poésie - En état de poésie, 1980

Commenter  J’apprécie          380
René Depestre
mcd30   26 avril 2018
René Depestre
Pour le Mahatma Gandhi



Hier ta résistance passive

laissait ma raison de poète

plus froide que le nez d'un chien

au soleil mon ombre avait l'air

d'un petit avion de chasse à l'homme

aucun de mes poèmes ne pouvait être

en état de charité avec son prochain

Aujourd'hui ta non-violence est l'escalier de rêve qui mène à la fraîcheur de tous les jardins

Plus que jamais le monde a besoin

que ta grande santé de père de la tendresse

lui lave ses yeux et son coeur en lambeaux.
Commenter  J’apprécie          340
René Depestre
Piatka   07 mai 2017
René Depestre
On est poète quand on a des pieds à donner sans repos aux bonnes nouvelles de la tendresse.
Commenter  J’apprécie          342
René Depestre
chrysalide   13 novembre 2014
René Depestre
Une fois, il y a très longtemps



J'ai voulu aimer une femme sans couleur.







Une femme sans jour et sans nuit



Une femme sans azur dans ses gestes



Ni tournesols dans ses passions



Une femme sans neige ni lumière



Sans oranges ni cerises



Une femme sans la belle couleur noire



De la noblesse humaine.







On me parla d'une petite fée



Qui vit dans une étoile lointaine.



Une nuit elle me donna à aimer



Sa jeune peau sans couleur.







J'aimai ses seins, son enfance,



Ses cuisses, ses secrets, ses cris,



Ses nuages, son ventre, ses vagues



Et les papillons sans couleur



Qui volaient dans son silence.







Au moment de nous séparer



Là-haut dans son étoile



En guise d'adieu son corps de fée



Dessina au beau milieu du lit



Un arc-en-ciel.



Quelques traces de craie dans le ciel, Anthologie poétique francophone du XXe siècle
Commenter  J’apprécie          281
lavinia02   22 novembre 2012
Rage de vivre : Oeuvres poétiques complètes de René Depestre
Cri de l'été brûlant



Tu es la vie, la lumière,

Tu es l'eau, le vent, la tempête,

Tu es le feu dévorant, fer rouge

Dans la blessure, chant d'oiseau,

Tu es feuillage, fruit, serpent,

Pluie sauvage sur la soif de l'homme

Tu es le cri de l'été brûlant

Et doux silence de la neige,

Tu sais brûler, tu sais guérir,

Donner un ciel à l'exilé,

Le changer en pierre, en braise,

En plaie, en ortie, en musique,

En sanglot, en épée glorieuse

Sous ton grand soleil corporel.

Plus que le printemps tu es femme

Plus que la beauté tu es femme

Plus que l'amour, la vie la mort.
Commenter  J’apprécie          280
Piatka   22 mars 2015
Rage de vivre : Oeuvres poétiques complètes de René Depestre
On est poète

quand on a des pieds

à donner sans repos

aux bonnes nouvelles

de la tendresse.





4. Corps simples de la poésie - En état de poésie, 1980
Commenter  J’apprécie          271
René Depestre
sabine59   06 février 2017
René Depestre
Un après -midi de Kyoto

dans l'espace d'un cerisier

me voici hissé tout en haut

de l'ivresse d'exister.



De bouche à oreille

le qui-vive du cerisier

fait la courte échelle

à ma rage de vivre .



Aux jours du vieil âge d'homme noir

le petit matin du cerisier

alimente mon dernier galop de sève.



La poésie, c'est quand

ma table de travail

remonte soudain à la candeur

d'un cerisier de ma septième année.



La poésie, c'est quand

un cerisier fait don

d'un été indien de la vie

à la solitude de mes vieux jours.



("Le printemps des poètes 2011")
Commenter  J’apprécie          234
Piatka   25 mars 2015
Rage de vivre : Oeuvres poétiques complètes de René Depestre
NON-ASSISTANCE À POÈTES EN DANGER



La tendresse des poètes voyage

en baleine bleue autour du monde :

aidez-nous à sauver cette espèce

en voie de disparition.
Commenter  J’apprécie          220
coco4649   06 mars 2016
Rage de vivre : Oeuvres poétiques complètes de René Depestre
LETTRE AU POÈTE LÉON DAMAS





3

Je cours le cœur fou après tes mots

de tous les jours, tes mots simples

que la vie du siècle a brûlés ; j'écris

à ton jazz toujours au futur, je chante

l'aigle du grand poète qui plane

en homo spiritual au matin de sa foi,

j'écris à l'homme qui a vaincu

les tisons de fer rouge, le fouet,

le piment, le crachat, l'insulte totale

du temps de la plantation !



4

Je t'écris debout au grand soleil de ta mort,

bel été ouvert dans l'ironie des nègres,

main brûlante de l'Afrique bien serrée

sur la peau des mots du français-français.

Les routes du bout de ma vie en riant

font le tour de ton orchestre noir :

me voici réveillé à ton lyrisme brutal,

réveillé dans les pieds nus que tu mettais

toujours dans le plat qu'il fallait !



p.438-439
Commenter  J’apprécie          200
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Poèmes mieux connus du siècle passé 2

En ce temps-là j'étais en mon adolescence / J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus / de mon enfance / J'étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance / J'étais à Moscou dans la ville des mille et trois clochers / et des sept gares / Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours / Car mon adolescence était si ardente et si folle / Que mon cœur tour à tour brûlait comme le temple / d’Éphèse ou comme la Place Rouge de Moscou / Quand le soleil se couche. / .................................... - Dis, Blaise, sommes-nous bien loin de Montmartre ?

Paul Valéry
Paul Fort
Blaise Cendrars
Charles Péguy
Pierre Mac Orlan
Jean Tardieu
Matéi Visniec

7 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie française , poésie en prose , poésie contemporaine , poésie française contemporaine , poésie roumaineCréer un quiz sur cet auteur
.. ..