AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.5/5 (sur 54 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1906
Mort(e) : 1982
Biographie :

Occitan d’ascendance florentine, philosophe, poète, historien, essayiste, il a consacré la majeure partie de son œuvre à l’étude et au rayonnement de la culture occitane. Il se disait « hanté » par la question du mal, du double, du destin, et ce n’était pas une vaine image chez cet homme passionné d’ésotérisme, toujours en recherche spirituelle. Le dualisme cathare lui est apparu comme une des constructions métaphysiques les plus originales de l’Occident. Ses ouvrages historiques et philosophiques sur les grandes idéologies nées au XIIe et XIIIe siècles en Occitanie font autorité, mais Nelli fut aussi un archéologue et un ethnologue. Nommé en 1947 conservateur du Musée des Beaux Arts de Carcassonne, il se voit confier à la faculté des Lettres de Toulouse un cours d’ethnographie qui deviendra rapidement un haut-lieu de l’ethnographie méridionale, une fascinante ouverture aux multiples aspects de la civilisation traditionnelle. Traducteur de la poésie des troubadours, il a fondé avec Jean Cassou et Tristan Tzara l’Institut d’Etudes Occitanes. Il a consacré des ouvrages à l’érotique des troubadours, a publié Les Écrivains anti-conformistes du Moyen Âge Occitan , pourfendant non sans malice les idées reçues de l’Histoire officielle, lui qui sortit toujours des sentiers battus de la pensée. Il participa à l’aventure des Cahiers du Sud , du surréalisme et fut très marqué par son amitié avec Joë Bousquet.
+ Voir plus
Source : http://www.garae.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de René Nelli   (39)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

MagOc18 Magazine spécial René Nelli.


Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
E sai ma dompna tant bonrar,
Et je sais si bien honorer ma dame,

Que si mos seigner ditz que plou
Que si monseigneur dit qu'il, pleut,

Eu dic q'aital temps deu faire,
Je dis que tel est effectivement le temps qu'il doit faire,

C'a mi dons auria faillit
Car je croirais avoir failli envers ma dame

Si-n ren desdizia-l marit
Si je contredisais en rien son mari
Commenter  J’apprécie          222
Il y a eu des cathares en France, en Catalogne, en Italie, en Allemagne, et même, semble-t-il, en Angleterre.
Mais c'est surtout dans le Midi de la France, de la fin du XII° siècle à l'année 1209, où fut déclenchée la croisade, que le catharisme put s'organiser en église et, par l'intermédiaire des grands seigneurs gagnés à sa cause, exercer une influence sociale et politique sur l'ensemble du pays.
Dans le même temps, grâce aux prédications de ses ministres, il parvenait à modifier quelque peu l'esprit général des Languedociens et, partant, leur vie quotidienne....
(extrait de l'avant-propos inséré en début de l'édition de poche parue en 1969)
Commenter  J’apprécie          100
Car c'est le propre des idéologies "pures" de devancer toujours leur époque : elles se projettent dans l'absolu et rien ne gêne leurs visées théoriques. C'est parce qu'elles se savent condamnées dans le présent qu'elles incarnent librement une certaine forme de vérité future. Tandis que les grandes religions se fossilisent, s'incrustent dans l'ordre social et politique du moment et s'obstinent à le maintenir alors même qu'il est dépassé, les hérésies minoritaires et persécutées sauvegardent mieux les idées généreuses, c'est-à-dire celles qui correspondent à l'avenir en marche.
Commenter  J’apprécie          40
La montagne fait résonner
comme une cloche souterraine
ses paradis enfoncés dans l’opaque
mais le buisson brûle toujours
à la surface de l’Ouvert
la jeunesse et l’immensité

Là-bas sous les nuages
des pays s’illuminent
On a sacrifié le Soleil au soleil

Des femmes aux grands yeux de chouettes
criaient au sortir des forêts :
« la ressemblance même a été mise en croix ! »

C’est la fin de l’été Peut-être la fin du monde.
Commenter  J’apprécie          40
En entier, c'est mieux ! (coupure orageuse !!!)
Tout ce qu'on peut dire, c'est que si l'Histoire ne recommence jamais, les fanatiques, eux, se recommencent toujours, et même avec une constance qui surprend : ce sont les mêmes actes, ce sont les mêmes paroles. Aux mots que prononce Raimon d'Alfar après le massacre de l'Inquisiteur Guillaume Arnaud :"Esta be, esta be (cela va bien, cela va bien "! font écho ceux du duc de Guise, trois cents ans plus tard, après l'assassinat de Coligny : "Bien commencé, bien commencé" ! Au "geste de Pierre-Rogier de Mirepoix, réclamant le crâne de Guillaume Arnaud pour y boire son vin, répond celui de Catherine d Médicis, envoyant au Pape la tête embaumée de Coligny (le pape ordonna aussitôt une procession pour fêter cet heureux événement). Les vrais spirituels, non plus n'ont jamais beaucoup varié dans leur comportement : ils aiment mieux se laisser tuer que tuer.
Commenter  J’apprécie          30
Joie d’amour
J’ai le cœur si plein de joie
Qu’il transmue Nature ;
L’hiver me paraît fleur blanche
Et jaune et vermeille ;
Avec le vent et la pluie
Mon bonheur s’accroît
Mon chant s’en exalte et monte
Et mon prix s’épure.
J’ai tant d’amour au cœur de joie et de douceur que le gel me semble fleur,
La neige verdure.

Bernard de Ventadour
Commenter  J’apprécie          30
... de Guillaume Arnaud pour y boire son vin, répond celui de Catherine d Médicis, envoyant au Pape la tête embaumée de Coligny (le pape ordonna aussitôt une procession pour fêter cet heureux événement). Les vrais spirituels, non plus n'ont jamais beaucoup varié dans leur comportement : ils aiment mieux se laisser tuer que tuer.
Commenter  J’apprécie          20
Estat ai bobanser s,
J'ai été fanfaron,

Contesdens e fous parler s
Contesteur, et fol, et bavard,

E descordables e sobrer s
Querelleur et arrogant...

Merce, que pesa me, Senber, Deus vertaders
Pitié, car cela me pèse, Seigneur, vrai Dieu

Commenter  J’apprécie          21
Donc le Mal n'est rien, parce qu'il est sans le Verbe, sans lequel le néant est fait.
Commenter  J’apprécie          30
Tout ce qu'on peut dire, c'est que si l'Histoire ne recommence jamais, les fanatiques, eux, se recommencent toujours, et même avec une constance qui surprend : ce sont les mêmes actes, ce sont les mêmes paroles. Aux mots que prononce Raimon d'Alfar après le massacre de l'Inquisiteur Guillaume Arnaud :"Esta be, esta be (cela va bien, cela va bien "! font écho ceux du duc de Guise, trois cents ans plus tard, après l'assassinat de Coligny : "Bien commencé, bien commencé" ! Au "geste de Pierre-Rogier de Mirepoix, réclamant le crâne de Guillaume A
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de René Nelli (123)Voir plus

Quiz Voir plus

Hermann Hesse ou Yasmina Khadra

Les sirènes de Bagdad ?

Hermann Hesse
Yasmina Khadra

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}