AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 597 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Yonkers, New York , le 03/02/1926
Mort(e) à : Birmingham, Alabama , le 07/11/1992
Biographie :

Richard Yates est un romancier, nouvelliste et scénariste américain.

Sa carrière de romancier a commencé en 1961 avec la publication de la Revolutionary Road (La fenêtre panoramique).Le roman a été finaliste pour le National Book Award en 1962 avec Catch-22 et le Moviegoer.

Il a ensuite enseigné l'écriture à l'Université de Columbia, New School for Social Research , l'Université de Boston etc.

En 1992, il est décédé d'emphysème et de complications de la chirurgie , à Birmingham.

En 2005, le roman Revolutionary Road a été choisi par Time comme l'un des 100 meilleurs romans de langue anglaise de 1923 à nos jours. En 2008 Revolutionary Road a été adapté au cinéma par le scénariste Justin Haythe et réalisé par Sam Mendes avec Kate Winslet et Leonardo di Caprio .
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Chronique de Laurence Goullieux : Richard Yates Laurence Goullieux, directrice de la Bibliothèque Municipale de Liévin, évoque la vie et l'oeuvre de Richard Yates dans l'émission La Vie des Livres. le site internet de la Bibliothèque...
Podcasts (1)

Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
Ode   30 août 2013
La fenêtre panoramique de Richard Yates
Et dire que je ne désirais même pas un bébé ! pensait-il tout en creusant le sol. N'est-ce pas le plus extraordinaire de toute l'affaire ? Pas plus qu'elle je ne désirais un bébé... Mais n'était-il pas vrai que dans sa vie, depuis ce moment-là, tout s'était déroulé sous la forme d'une suite de choses qu'il ne désirait nullement faire ? Il avait pris un emploi désespérément ennuyeux pour prouver qu'il pouvait assumer des responsabilités autant que n'importe quel chargé de famille ; il s'était installé dans un appartement coquet mais cher pour prouver qu'il croyait enfin dans les principes fondamentaux de l'ordre et de l'hygiène ; il avait eu un deuxième enfant pour prouver que le premier n'avait pas été une erreur ; il avait acheté une maison à la campagne parce que c'était l'étape suivante normale et qu'il avait voulu prouver qu'il était capable de l'entreprendre. Prouver, prouver...
Commenter  J’apprécie          250
Ode   31 août 2013
La fenêtre panoramique de Richard Yates
Les psychiatres ne s'embêteraient peut-être pas avec lui ; mais Dieu seul savait quelles délectations April leur procurerait !

À travers les rares anecdotes qu'elle lui avait rapportées sur ses propres parents, ceux-ci lui avaient paru aussi étrangers à sa compréhension et à sa sympathie que n'importe quel personnage des romans d'Evelyn Waugh. Se pouvait-il que des êtres pareils eussent réellement existé ? Il se les représentait comme des caricatures scintillantes des années 20, l'oisif à belle prestance et la pucelle à petite tête, mystérieusement riches, désœuvrés et cruels, mariés par le capitaine d'un paquebot en plein milieu de l'Atlantique et divorcés moins d'un an après la naissance de leur unique enfant.
Commenter  J’apprécie          160
Ode   02 septembre 2013
La fenêtre panoramique de Richard Yates
Les années passant, il avait découvert de légères distinctions entre ce quinzième étage et tous les autres du building ; non qu'il fût plus, ou moins, agréable, mais il était différent puisque c'était « son » étage, c'est-à-dire son épreuve quotidienne dans la sécheresse et les lumières, sa mesure personnelle de l'ennui. Il y avait appris de nouvelles manières pour chiffrer les heures de la journée : c'était presque l'heure du café ; presque l'heure de sortir pour déjeuner ; presque l'heure de rentrer à la maison. Et il en était arrivé à s'accommoder de ces sinistres gaspillages de temps entre ces plaisirs, tout comme un infirme parvient à s'accommoder de la certitude que ses souffrances vont revenir. Son quinzième étage était une part de lui-même.
Commenter  J’apprécie          150
NathalieYoko   20 janvier 2009
La fenêtre panoramique de Richard Yates
Les Machin et les Chose, tous les idiots qui sont chaque jour mes compagnons de train. Il y en a des millions. C’est une maladie. Personne ne pense plus, ne sent plus, ne s’occupe plus de rien. Personne ne s’intéresse et ne croit à rien, en dehors de sa propre petite médiocrité confortable.
Commenter  J’apprécie          140
MissG   14 février 2013
La fenêtre panoramique de Richard Yates
Il avait triomphé, mais il ne se sentait pas l'âme d'un vainqueur. Il avait dirigé avec succès le cours de sa vie, mais plus que jamais il se sentait victime de l'indifférence du monde. Cela ne lui semblait pas juste.
Commenter  J’apprécie          120
Sand94   09 février 2011
La fenêtre panoramique de Richard Yates
La pluie avait cessé ; mais c’était néanmoins une journée grise, humide, où on se sentait bien chez soi. La radio jouait doucement du Mozart, et une ambiance de calme gentil, parfumé de sherry, s’installa dans la cuisine. Voilà comment il aurait aimé que son mariage fût toujours : pas de nervosité, une bonne camaraderie, de la tendresse mutuelle, un soupçon d’idylle…



La Fenêtre panoramique de Richard Yates, Ed. pavillons Poche, p. 284.
Commenter  J’apprécie          100
spleen   12 août 2015
Un destin d'exception de Richard Yates
Prentice mangea accroupi par terre, l'assiette en équilibre instable sur sa cuisse, trop loin des dos, des coudes et des têtes remuant au dessus de lui pour être associé à la conversation , trop embarrassé pour apprécier son repas. La scène illustrait trop bien , et de manière trop caricaturale, sa place au sein de la section : il était l'homme voué à arriver trop tard, le laissé-pour-compte et, surtout, le soldat cantonné à une position trop subalterne pour qu'on le remarque .
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienne   23 juillet 2015
Un été à Cold Spring de Richard Yates
Depuis toujours - ou au moins depuis l'âge de huit ou neuf ans -, Gloria usait d'une petite astuce efficace, devenue une sorte de réflexe, pour s’accommoder des déceptions mineures de l'existence. Quand vous déchirez l'emballage scintillant d'un cadeau médiocre et mal choisi, si vous parvenez à vous persuader que c'est exactement le présent que vous attendiez, vous ne risquez jamais d'avoir une réaction inopportune, et il arrive même que vous finissiez par croire à votre mensonge.
Commenter  J’apprécie          80
aleatoire   11 janvier 2013
Onze Histoires de Solitude de Richard Yates
Imaginez que quelqu'un vous écrive une lettre et vous dise : "Bob, je n'ai pas eu le temps de vous écrire une lettre courte aujourd'hui, alors j'ai été obligé de vous en écrire une longue à la place."
Commenter  J’apprécie          71
ladesiderienne   22 juillet 2015
Un été à Cold Spring de Richard Yates
Et cela valait très certainement le coup d’œil. Vue depuis cette falaise, l'improbable ligne d'horizon de New York, retranchée derrière l'Hudson, avait de quoi vous couper le souffle. On comprenait tout de suite que ces tours éclaboussées de jaune, d'orange et de rouge, avec leurs innombrables fenêtres embrasées, avaient une meilleure raison d'être que le commerce ; elles étaient là pour vous, comme pour répondre à un vœu, elles avaient pour objectif suprême d'élever vos aspirations, d'être à la hauteur de vos rêves.
Commenter  J’apprécie          60
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mon oncle d'Amérique

C'est paradoxal, mon oncle est un chasseur solitaire ...

Francis Scott Fitzgerald
Carson Mc Cullers

13 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , roman , culture littéraire , écrivain , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur
.. ..