AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

2.93/5 (sur 68 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Matsuyama, Ehime (île de Shikoku) , le 07/08/1958
Biographie :

Rieko Matsuura est une auteure japonaise.

Rieko Matsuura a été remarquée à vingt ans pour un recueil de nouvelles.

Elle a reçu le prix Bungakukai en 1978 pour son premier livre, Le Jour des funérailles (en japonais Sogi-no hi).

En 1981, elle écrit Natural Woman (Nachuraru uman), qui narre les aventures homoérotiques d'une jeune dessinatrice de mangas.

Son roman Pénis d'orteil, publié en 1993, est un succès commercial ; il suit l'histoire d'une jeune femme qui se réveille avec un pénis à la place du gros orteil.

En 2007, elle écrit Kenshin (qu'on peut traduire par « corps de chien »), un roman dont l'héroïne se fait transformer en chien pour pouvoir rester auprès de la femme qu'elle aime.

Source : Éditions Picquier
Ajouter des informations
Bibliographie de Rieko Matsuura   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vous ne connaissez pas encore la littérature asiatique ? Pas de soucis... Notre libraire Gérard Collard vous propose une sélection de livres pour tous les goûts... • La papeterie Tsubaki de Ito Ogawa et Myriam Dartois-Ako aux éditions Picqier Poche https://www.lagriffenoire.com/1084067-poche-la-papeterie-tsubaki.html • le restaurant de l'amour retrouvé de Ito Ogawa et Myriam Dartois-Ako aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/17143-litterature-asiatique-le-restaurant-de-l-amour-retrouve.html • L'Ecole des Chats : Tome 1, le Secret de la Grotte de Cristal ; Tome 2, le Cadeau magique ; Tome 3, La prophétie se réalise de Jin-kyeong Kim aux éditions Picquier Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/1085303-romans-l-ecole-des-chats----volumes-1--2-et-3.html • Les Délices de Tokyo - Prix des Lecteurs 2017 de Durian Sukegawa aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/79237-litterature-asiatique-les-delices-de-tokyo---prix-des-lecteurs-2017.html • le crépuscule de Shigezo de Sawako Ariyoshi et Jean-Christian Bouvier aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1056579-litterature-asiatique-le-crepuscule-de-shigezo.html • le miroir des courtisanes de Sawako Ariyoshi aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/1071028-litterature-asiatique-le-miroir-des-courtisanes.html • Un moment à Pékin, Tome 1 : Enfances chinoises de Yutang Lin et François Fosca aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/1078926-litterature-asiatique-un-moment-a-pekin---enfances-chinoises.html • Un moment à Pékin (T02) : le triomphe de la vie de Yutang Lin, François Fosca aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/1078925-litterature-asiatique-un-moment-a-pekin-2---le-triomphe-de-la-vie.html • le Rêve du Village des Ding de Lianke Yan et Claude Payen aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=20581&id_rubrique=21 • La Concession française de Xiao Bai et Emmanuelle Pechenart aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=143608&id_rubrique=25 • Pénis d'orteil de Rieko Matsuura et Jean-Armand Campignon aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/1070870-litterature-asiatique-penis-d-orteil.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #editionspicquierpoche #editionspicquierjeunesse #editionslivredepoche #editionsfolio

+ Lire la suite

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Consciente de mon trouble, Hanayo le regarda sans ciller et ajouta :
- Moi tu vois, je ne veux plus jamais faire l'amour de ma vie. C'est fini.
- Pourquoi ?
- Le sexe n'est pas mon fort. Je n'y comprends pas grand-chose.
- Ne parle pas ainsi. Mes lèvres tremblèrent. Si tu me dis une chose pareille...
- Alors, je ne te le dis pas. Les yeux brillants de Hanayo, sous le soleil qui dardait ses rayons, étaient pleins de lumière. Très beaux. A l'idée que jamais je ne retrouverais ailleurs une telle beauté, j'eus envie de les regarder éternellement.
Commenter  J’apprécie          60
Unies tendrement seins contre seins, nous avons fondu dans un bien-être pareil à un engourdissement. A peine sortie du sommeil, j'avais de nouveau l'esprit embrumé. Puis la suite de nos gestes, du premier baiser la veille au soir jusqu'au moment de sombrer dans le sommeil, me revint d'un seul coup en mémoire. Je pressai contre la joue froide d'Hanayo ma joue maintenant brûlante. Elle serra plus étroitement contre moi ses bras qui m'enlaçaient. J'en eus presque les larmes aux yeux.
Pour la première fois de ma vie, la nuit dernière, j'avais connu ce qu'était la fusion de deux peau moites et douces. Quand nous avions enlevés nos vêtements jusqu'au dernier et que nous nous étions allongées l'une sur l'autre, j'avais été comme foudroyée par une intense émotion qui dépassait de loin tous mes rêves, et l'idée que je pourrais mourir en un pareil moment avait soudain jaillit dans mon cœur. J'avais compris pourquoi tout le monde faisait l'amour. Je ne parvenais absolument pas à l'exprimer par des mots tels que "je suis heureuse" ou "je suis contente". Mais mon émotion était toujours là ce matin, inaltérable.
Commenter  J’apprécie          30
Je sentais comme une fièvre intérieure après nos ébats de la veille, sans savoir s'il s'agissait de nervosité ou d'exaltation, mais je pensais vaguement que c'était peut-être cela la sensation du bonheur.
Commenter  J’apprécie          40
Les gens se partagent en deux groupes bien distincts : ceux qui restent gravés dans notre esprit qu’on le veuille ou non, et ceux qui ne nous frappent pas profondément alors que l’on croyait ne jamais pouvoir les oublier de la vie.
Commenter  J’apprécie          30
Puis, après une aspiration, Hanayo changea de ton.
- Autrefois, je t'ai dit qu'en te rencontrant je m'étais sentie pleinement femme, a natural woman.
- Oui
- Et toi, comment te sens-tu? Tu penses devenir un jour a natural woman? Ou bien tu te sens pleinement femme comme tu es ?
Il me sembla qu'à peine entrée dans mon oreille, cette question allait déchirer la membrane de mon cœur et se répandre dans tout mon corps avec le sang de mes veines.
- Je n'y ai jamais pensé, parvins-je à répondre, mais les larmes me montèrent aux yeux. Je ne sais pas qui je suis, et si je suis ce qu'on appelle une femme.

[...]

Comme je commençais à monter précipitamment vers la terrasse en tournant le dos à Hanayo qui avait descendu une marche, j'entendis sa voix me poursuivre d'en bas.
- C'est bien nous jusqu'à la fin. Toi, tu montes et moi, je descends ...
Je fis une grimace en guise de réponse et trébuchai. Je tombai de quelques marches, m'assis sur le palier en pressant mon genou douloureux. J'entendis quelqu'un monter. Par réflexe, je tournai la tête mais j'arrêtai mon mouvement à mi-chemin. Le bruit des pas de Hanayo dans l'escalier cessa. Je courbai le dos et laissai tomber très bas ma tête comme un insecte dissimulant son ventre mou. Après un moment de silence, j'entendis le frottement des chaussures sur le sol en béton. Elle redescendait lentement. Je restai assise en boule jusqu'à ce que je n'entende plus le bruit des pas qui s'amenuisaient en me martelant le cœur.
Commenter  J’apprécie          10
- Un jour, je ne souffrirais plus?
- Ça, c'est sûrement impossible, déclara tout net Keiko. Tu ferais mieux de vivre avec ta douleur.
- Tu as raison.
Je portai de nouveau les yeux vers le parc. Les gens bougeaient gaiement, les arbres étaient d'un vert troublant.
Dans un mois, ce sera l'été. Passé cette saison, je fêterais l'arrivée de l'automne, puis viendra le jour de mon anniversaire. Je n'aurais alors que vingt-deux ans.
Commenter  J’apprécie          20
Tu as le chic pour séduire, tu attires les gens parce que tu es mignonne, tu parais pure et innocente, et on a envie de jouer un peu au despote avec toi. Mais c’est un piège : au bout de quelque temps, on frémit en s’apercevant que tu tires les ficelles. Tu es Sa Majesté l’empereur capricieux jouant au vassal fidèle, on aura beau te faire n’importe quoi, tu t’en moques puisque tu sais très bien que tout part de ton caprice.
Commenter  J’apprécie          20
Je n'y ai jamais pensé, parvins-je à répondre, mais les larmes me montèrent aux yeux. Je ne sais pas ce que je suis, et si je suis ce qu'on appelle une femme. Jusqu'à ce jour-là, j'étais restée totalement indifférente à ces questions. Et je ne crois pas que j'y repenserai dans l'avenir. Mais c'était pour cela que la question posée par Hanayo retentissait en moi avec violence. C'était comme si l'on venait de m'apprendre que je me trouvais toute seule au bord d'un précipice.
Commenter  J’apprécie          10
Soyons franche, je n'étais pas amoureuse de Yukiko. Même si j'avais un faible pour elle, je n'éprouvais pas d'amour, de cela j'avais toujours eu conscience. Si je n'avais pas connu Hanayo auparavant, je croirais probablement être amoureuse de Yukiko. Mais ma rencontre avec Hanayo m'avait révélé ce qui se passait quand l'ardeur de mes sens atteignait son point culminant. Il m'était donc impossible de prendre pour de l'amour ce qui ne l'était pas.Le souvenir de ma relation avec Hanayo n'entravait en aucune façon le développement d'un nouvel amour. Et je me laissais faire quand une autre amie envahissait peu à peu mon coeur. Mais seule ma relation avec Hanayo restait gravée dans mon esprit sans s'effacer. C'est étrange. Les gens se partagent en deux groupes bien distincts : ceux qui restent gravés dans notre esprit qu'on le veuille ou non, et ceux qui ne nous frappent pas profondément alors que l'on croyait ne jamais pouvoir les oublier de la vie.
Commenter  J’apprécie          00
- Keiko dit que moi je suis une femme, quels que soient le point de vue et la manière dont on me regarde, mais que toi, Yôko, il te manque ce qu'on appelle la féminité; bien sûr, tu n'as pas l'air d'un garçon. Ce qu'elle dit, c'est que tu n'appartiens pas à un sexe précis. Et si on veut savoir à quoi tu ressembles, eh bien, tu ressemblerais à un enfant qui n'a pas pu rentrer chez lui au crépuscule. Il paraît qu'on se sent de la confusion en toi parce que tu ne peux pas trouver un sexe auquel appartenir.
- Oui mais pourquoi l'apprentie ?
- Parce que les seuls qui sont assez malins pour réussir à survivre même s'ils n'ont pas pu rentrer chez eux, ce sont évidemment les apprentis. Un enfant ordinaire mourrait de faim ou de froid.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Rieko Matsuura (134)Voir plus

Quiz Voir plus

Les sauces françaises

Sauce à base de beurre clarifié, de jaune d'œuf, d'échalote, d'estragon et de cerfeuil.

Sauce tartare
Sauce béarnaise
Sauce choron
Sauce mousseline

20 questions
40 lecteurs ont répondu
Thèmes : gastronomie française , SaucesCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..