AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4 /5 (sur 5 notes)

Biographie :

Dernier écrivain colporteur de France, a pour ceux qu’il rencontre le regard effilé, le biseau d’une plume. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont La Grande Nuit, éd. L’Encre et la Plume.

Lorsqu’il délaisse les chemins et les sentes en compagnie de son âne Platon, il rentre au chaud à Bacqueville-en-Caux.

http://www.ecrivaincolporteur.info

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
les_penchants_du_roseau   16 janvier 2011
Bankster de Robert Bruce
Les chevillards, maraîchers, fleuristes, poissonniers négocient âprement en langue verte avec les grossistes, les bouchers s’interpellent en louchebem, puis concluent leurs accords avec les détaillants en se tapant dans la main. Les transactions se traitent en cash, sont discrètes, rapides, formelles et consensuelles. Ici, pas de chèque, pas de trace. Une poignée de main vaut contrat.
Commenter  J’apprécie          40
becdanlo   26 mars 2011
Bankster de Robert Bruce
Un certain jour, par un concours de circonstances, Marinette la serveuse du Merle Moqueur qui plaçait les gens à la venvole, un plat dans chaque main et l'addition de la quatorze ou de la quinze... entre les lèvres - ce qui n'était pas plus mal, car avec elle, seul l'écho avait le dernier mot -, proposa entre deux services d'un simple coup de menton de m'installer par défaut à la table de ce curieux personnage, celle des habitués. J'acquiesçai aussitôt. L'occasion était trop belle.
Commenter  J’apprécie          30
nelly76   15 juillet 2016
Un café et l'addition de Robert Bruce
Cantiques à l 'amour. Robert Bruce

Elle était mon amante

Passionnée, soeur aimante

La mère de mes caprices

Elle était toutes les vertus, tous les sévices



Elle était lac paisible

dévergondee, force invincible

Océan, de révolte et de rage

Elle était pluie douce, et violent orage



Elle n 'avait pas froid aux yeux

Connaissait les mers et tous les cieux

Insolente, parfois timide

Elle folle, souvent lucide



Elle était noyée dans la foule

Se plaisait sur la houle

Insolente, et pourtant volontaire

Elle était gaie, et ne savait se taire



Elle était chanteuse des rues

De goualantes maintenant disparues

Putains ou femme du monde

Elle s 'égarait souvent à la ronde



Elle était toujours hantée d 'ailleurs

Pour le pire, et pour tous les meilleurs

Naïve, croyait en l éternité

Elle n est plus , on l à prise, LIBERTÉ.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Enigme [5] (actualité brûlante)

En 1985, les éditions Bernard Barrault publiaient "37,2° le matin" de Philippe Djian. L'auteur y dénonçait avec clairvoyance (et 35 ans d'avance !) les méfaits du réchauffement climatique.

c'est vrai
c'est faux
et vous trouvez ça drôle ?
Depuis, Djian est mon auteur de SF préféré !

1 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , humourCréer un quiz sur cet auteur