AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.6 /5 (sur 5 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) le : 21/05/1926
Mort(e) le : 30/03/2005
Biographie :

Robert Creeley, né le 21 mai 1926 et mort le 30 mars 2005, est un poète américain.

Auteur de plus d'une soixantaine de livres, il est considéré comme l'une des voix majeures de la poésie américaine des années 1950, notamment à travers le courant poétique de Black Moutain dont il est l'un des représentants. Il fut l'ami de nombreux poètes américains majeurs, tels que Charles Olson, Robert Duncan, Allen Ginsberg, John Wieners et Ed Dorn. Il a enseigné durant de nombreuses années à l'université de Buffalo. Il a vécu à Waldoboro, à Buffalo, et à Providence, à Rhode Island, où il a enseigné à la Brown University.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Robert Creeley
coco4649   13 janvier 2020
Robert Creeley
Comme d’un bâton…





Comme d’un bâton,

pierre, ce



qui s’est ainsi

dressé a



une tête, marche,

parle, mène



une vie.
Commenter  J’apprécie          110
Robert Creeley
coco4649   04 janvier 2015
Robert Creeley
ÉLEMENTS







Le ciel crie

la lumière regarde.



L'air se sent partout,

des heurts soudains, un vide flou.



Le feu brûle. La terre n'est plus

qu'un déchet, inhumain.



Commenter  J’apprécie          100
coco4649   20 février 2018
Words : poems de Robert Creeley
MOTS





Vous êtes toujours

avec moi,

jamais

à part



ailleurs. Or si

dans le lieu

altéré je

ne peux parler,



celle de l’indulgence

ou de la peur seulement,

mais juste une langue

corrompue par



ce qu’elle a goûté – Perdure

un souvenir

d’eau, de

nourriture, quand on a faim.



Un jour

ne sera pas

celui-ci, où

dire



des mots aussi

clairs, habiles

que la cendre séparera,

comme la poussière,



tombée de nulle part.





//Traduction inédite de Sabine Huynh
Commenter  J’apprécie          20
coco4649   08 septembre 2017
La fin de Robert Creeley
LE CHARME





UN POÈME



Si l'eau forme

des formations d'herbes sauvages, là —



une longue vie n'est pas, de ce fait,

forcément heureuse.



Mon ami. Nous

supposons un équilibre



simple,

à l'exemple d'une pierre



souterraine.



p.33

Commenter  J’apprécie          20
coco4649   08 septembre 2017
La fin de Robert Creeley
PAR AMOUR





LA PLUIE



Toute la nuit le bruit avait

retenti à nouveau,

et à nouveau tombe

cette pluie douce et persistante.



Qu'est-ce que je suis à moi-même

qui doive être retenu,

insisterait

si souvent ? Est-ce



que jamais la douceur

ni même la violence

de la pluie

aurait pour moi



quelque chose d'autre que cela,

quelque chose de moins appuyé —

dois-je être enfermé

dans ce malaise sans issue.



Amour, si tu m'aimes,

étends-toi près de moi.

Sois pour moi, comme la pluie,

l'échappée hors



de la fatigue, la bêtise, la demi-

torpeur de l'indifférence intentionnelle.

Sois trempée

d'un bonheur pudique.



p.69

Commenter  J’apprécie          10
coco4649   08 septembre 2017
La fin de Robert Creeley
AU LOIN





CHAQUE JOUR



Chaque jour

en douceur

choses sont accomplies.



Chaque matin là est

un jour. Chaque jour

là est un jour.



Je me réveille dans un lit,

une fenêtre pleine de lumière,

une maison dans l'esprit,



pour pisser, manger,

réfléchir à quelque chose,

oublier les choses,



se souvenir de tout,

exactement, chaque

détail précis, réel,



ignorant tout

sans rien y comprendre,

je ne suis pas une partie d'un seul,



très bien pour toi,

très bien, mon vieux —

échos, choses, visages.



p.213
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   20 février 2018
Dire cela de Robert Creeley
Le Charme (1968)





RETOUR



Paisible comme l’est la nature de ces lieux ;

Rue, plus douce, à demi-neige, à demi-pluie,

Sans fin, mais enfin très près des portes sombres.

Dedans, ceux qui toujours seront là,

Paisible comme l’est la nature de ces gens —

Assez d’être ici et maintenant, et

De savoir que ma porte est l’une d’entre elles.
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   20 février 2018
Dire cela de Robert Creeley
Mots (1967)





INTERVALLES



Qui

suis-je ─

identité

qui chante.



Pose

un lac

sur un fond, l’eau

trouve une forme.



Fumée

dans l’air

va plus haut

se perdre.



Soleil brille,

arbres vert foncé,

un léger mouvement

dans les feuilles.



Un oiseau chante

mesure distance,

intervalles c’est-à-dire

écho silence.

Commenter  J’apprécie          00
Robert Creeley
coco4649   26 janvier 2020
Robert Creeley
UNE CHOSE/ faite





UNE CHOSE

faite, le

reste suit

Commenter  J’apprécie          10
Robert Creeley
coco4649   26 janvier 2020
Robert Creeley
Pas





Pas plus loin dehors

qu’à l’intérieur –

pas plus près d’ici

que là.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature et poésie japonaise du XIXe et XXe siècle

Atsushi Nakajima a écrit

La bête au clair de lune
Histoire du poète qui fut changé en tigre
Le livre de la jungle

7 questions
1 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature japonaise , poésie japonaise , xixème-xxème sièclesCréer un quiz sur cet auteur