AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.89/5 (sur 1297 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 08/01/1935
Biographie :

Robert Littell est un écrivain américain.

Issu d'une famille de juifs de Vilnius émigrés aux États-Unis vers 1885, il est diplômé de Alfred University en 1956.

En 1964, après avoir servi dans la U.S. Navy pendant quatre ans, il devient grand journaliste au magazine "Newsweek" et se spécialise sur les questions du Moyen et du Proche-Orient.

Trois ans plus tard, il couvre la Guerre des six jours, et ses articles sont reconnus par la presse américaine pour leur grande qualité. Il est correspondant à l'étranger du "Newsweek" de 1965 à 1970.

En 1973, Robert Littell commence sa carrière d'écrivain en faisant publier son premier roman d'espionnage sous forme de feuilleton dans L'Express.

Son roman, "La défection de A. J. Lewinter" ("The Defection of A. J. Lewinter"), a été récompensé, en 1973, par le Gold Dagger Award, décerné par la Crime Writers' Association.

Il a écrit, depuis lors, une douzaine de romans d'espionnage, dont le plus connu, "La Compagnie, le grand roman de la CIA" ("The Company: A Novel of the CIA", 2003) retrace l'histoire de la Guerre froide (de 1950 à 1995) à travers les destins croisés de personnages du KGB et de la CIA.

Le roman a été adapté pour la télévision, en 2007, dans une série américaine en 6 épisodes de 52 minutes, titrée "The Company".

"Légendes" ("Legends", 2005) a été récompensé, en 2005, par le Los Angeles Book Prize, dans la catégorie Mystery/Thriller. Il a été adapté pour la télévision, dans une série américaine en vingt épisodes (2014-2015), avec Sean Bean dans le rôle principal.

Robert Littell est le père de l'écrivain Jonathan Littell (1967).

Il partage sa vie entre la banlieue new-yorkaise et le Lot, en France.
+ Voir plus
Source : wikipedia.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Robert Littell   (25)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La peste sur vos deux familles de Robert Littell - La chronique de Clara Dupont-Monod

Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (268) Voir plus Ajouter une citation
La première préoccupation de ceux qui prennent le pouvoir est de le garder. Alors ils ont recours à ce qu’utilisent toujours les hommes qui tiennent le pouvoir – des mensonges, des exagérations, la répression, la propagande, les guerres. Les révolutions ne changent pas les choses, elles les réarrangent seulement.
Commenter  J’apprécie          660
Un homme meurt de peur, un autre en est réveillé.
Commenter  J’apprécie          570
Par rangs de deux les prisonniers, mains liées dans le dos, avançaient en traînant les pieds vers les deux monte-charge au bout du long couloir. Chaque monte-charge contenait un exécuteur de la Tcheka avec plusieurs pistolets et une boîte en carton contenant des balles. Les deux bourreaux étaient drogués à la cocaïne. Ils avaient les paupières mi-closes, les yeux rouges et des mouvements languides, comme si tout se passait sous l’eau. On disait que le plus grand des deux était humain, dans la mesure où il expédiait ses victimes d’une seule balle dans la nuque. La rumeur courait que l’autre exécuteur était un sadique qui vengeait un frère torturé à mort par les Blancs. On racontait qu’il tirait parfois à côté d’une oreille avant d’abattre le condamné ; les gardes suggéraient même qu’il lui arrivait de tirer dans les organes génitaux des prisonnières, mais c’était considéré comme des bruits destinés à faire peur.
Les exécutions se déroulaient à l’allure d’escargot imposée par les deux ascenseurs qui fonctionnaient en alternance. Un exécuteur tirait un prisonnier sur le monte-charge ouvert. Arrivé au sous-sol, il le poussait contre un tas de sacs de sable tachés de sang et tirait. Puis il remontait dans l’ascenseur vide pendant que l’autre descendait avec le deuxième bourreau et un nouveau prisonnier. Pendant que les monte-charge fonctionnaient, des équipes de tchékistes chargeaient le corps de la dernière victime sur une brouette et le charriaient jusqu’à un camion garé près d’une porte de chargement.
Commenter  J’apprécie          350
Je n’aime pas les gens et les gens ne m’aiment pas, confie Koba. Mais ça me convient très bien – vouloir être aimé, avoir besoin d’être aimé est un handicap fatal pour quiconque veut aider à diriger le pays.
Commenter  J’apprécie          320
L'écrivain américain Mencken a défini un jour un idéaliste comme quelqu'un qui, remarquant que la rose sent meilleur que le chou, en conclut qu'elle devrait faire de meilleures soupes.
Commenter  J’apprécie          302
L'écrivain américain Mencken a défini un jour un idéaliste comme quelqu'un qui, remarquant que la rose sent meilleur que le chou, en conclut qu'elle devrait faire de meilleures soupes.
Commenter  J’apprécie          280
"Le grand avantage de l'innocence, c'est qu'on a un certain plaisir à la perdre"
Commenter  J’apprécie          260
Ce qu'il y avait de plus remarquable avec l'Union Soviétique, c'est que personne -personne- ne croyait au communisme. Ce qui signifiait qu'une fois que vous aviez recruté un Russe, il faisait un espion extraordinaire, pour la simple raison qu'il avait grandi dans une société où tout le monde, des membres du Politburo aux guides d'Intourist, vivait dans la dissimulation dans le seul but de survivre. Quand un Russe acceptait d'espionner pour vous, il avait déjà été formé et ce n'est pas une image, à vivre deux vies.
Commenter  J’apprécie          243
...les victoires militaires sont de nature éphémère. Elles peuvent contribuer à la gloire d'une nation, mais pas à son bien-être. Il n'existe qu'une vraie victoire, et c'est la paix.
Commenter  J’apprécie          251
- C'est quoi, tous ces journaux par terre? s'étonna t-elle.
En l'entendant parler, Martin se rappela combien une voix humaine normale peut être musicale à l'oreille.
- C'est un truc que j'ai piqué dans Le Faucon maltais: un type qui s'appelait Thursby mettait toujours des journaux autour de son lit pour que personne ne puisse s'approcher de lui pendant son sommeil. J'ai appris tout ce que je sais de mon métier de privé avec Humphrey Bogart, reprit-il, commençant à être à bout de patience.
Commenter  J’apprécie          192

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Robert Littell (1480)Voir plus

Quiz Voir plus

La Pyramide des besoins humains

Comment s'appelle le héros de l'histoire ?

Christopher
Alexandre
Julien
Lucas

8 questions
56 lecteurs ont répondu
Thème : La pyramide des besoins humains de Caroline SoléCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..