AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.87 /5 (sur 378 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Birmingham, Alabama , le 11 juillet 1952
Biographie :

Robert Rick McCammon est un écrivain américain. Il est né le 11 juillet 1952 à Birmingham dans l'Alabama du musicien Jack McCammon et de Barbara Bundy. Après la séparation de ses parents, McCammon est élevé par ses grands-parents à Birmingham. En 1974, Il obtient un diplôme de journaliste à l'université d'Alabama. McCammon réside toujours à Birmingham. Il est l'époux de Sally Sanders et le père de Skye McCammon. Il a pris sa retraite d'écrivain au milieu des années 1990. Il est cependant revenu sur sa décision pour publier une ultime série : Le Chant de l'oiseau de nuit.

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo de Robert McCammon
Citations et extraits (137) Voir plus Ajouter une citation
Ambages   30 août 2017
L'heure du loup de Robert McCammon
La vérité est comme le feu, Mikhaïl, dit-il d'une voix songeuse. Elle peut guérir ou détruire, mais ce qu'elle touche n'est plus jamais pareil ensuite...
Commenter  J’apprécie          270
Masa   28 décembre 2013
L'heure du loup de Robert McCammon
Mais pleurer un seul être dans une tourmente où on assassinait des centaines de milliers d'innocents désarmés équivalait à éteindre une bougie dans un immeuble en flammes.
Commenter  J’apprécie          172
Siabelle   14 avril 2016
Le mystère du lac de Robert McCammon
C'était un petit singe, tout en bras et en jambes, qui crachotait de colère pendant que le Révérend, dont la voix couvrait même celles des ''Californicateurs.'' Danse ! Danse sur ta musique !

Lucier, qui était resté enfermé Dieu sait combien de temps dans sa boîte, n'avait pas l'air d'apprécier. Il sifflait et ses dents se refermaient dans le vide. Sa queue battait l'air comme un fouet de fourrure grise.

Allez, Lucifer, Danse ! criait le Révérend, en secouant l'animal dans tous ses sens, au bout de sa longe.

Debout dans l'allée, un groupe de gens applaudissaient en se contorsionnant. Une grosse dame à la bedaine plus rebondie que les coussins de notre canapé s'était dressée sur les deux petits troncs qui lui servaient de jambes et titubait de-ci, de-là, en sanglotant. ''Jésus... Jésus...'' geignait-elle. On aurait cru qu'elle appelait un petit chien qu'elle avait perdu.

''Danse, danse !'' criait le Révérend.
Commenter  J’apprécie          150
Siabelle   10 avril 2016
Le mystère du lac de Robert McCammon
Comme tout un chacun, je connaissais bien le sens du rituel. La Dame avait servi au vieux Moïse son banquet annuel. Par contre, j'ignorais de quand datait la cérémonie — elle devait être bien antérieure à ma naissance.

On peut penser, comme le Révérend Blessett de la Fredom Baptist Church, que le maire et le conseil municipal auraient dû interdire cette coutume païenne, inspirée par Satan. Mais une proportion suffisante de la communauté blanche croyait au Vieux Moïse pour désamorcer les protestations du prêcheur.

Ça revenait à se promener avec une patte de lapin, ou à jeter du sel par-dessus son épaule — toutes ces croyances qui s'enra-cinent dans le grain même de la vie. Mieux vaut s'acquitter, au cas où les voies de Dieu seraient encore plus impénétrables que ne peuvent le supposer nos esprits chrétiens...
Commenter  J’apprécie          140
Siabelle   29 septembre 2015
Le Chant de l'oiseau de nuit, Tome 1 : Le procès de la sorcière de Robert McCammon
- Qu'est-ce que c'est ? l'interrogea Matthew. Du poison ?

- C'et du sucre en poudre, l'informa Linch. Avec une pointe d'opium. Ça les engourdit, y courent moins vite comme ça. (Il renferma le couvercle du récipient en bois et le rangea dans le sac en cuir.) Pourquoi ? Vous voulez piquer mon boulot ?

- Non. Sans façon.

Linch sourit. Il écoutait les couinements des rats qui avaient apparemment flairé le festin qu'on leur destinait. Linch enfila ses gants en daim, puis avec une aisance née de l'habitude, il retira le bout de bois qui protégeait la larme au bout de son bâton. De son sac, il sortit un instrument effrayant qui présentait cinq lames courbes, comme des petits faux, et le vissa à l'extrémité du bâton. Deux fermoirs de métal furent enfoncés dans des cannelures afin de fixer l'horrible dispositif. Ensuite, Linch l'observa avec une fierté évidente.

- Z'avez jamais rien vu de pareil, pas vrai ? je peux en embrocher deux ou trois à la fois avec ça. C'est moi qui l'ai inventé.

- C'est vraiment astucieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Siabelle   24 septembre 2015
Le Chant de l'oiseau de nuit, Tome 1 : Le procès de la sorcière de Robert McCammon
Aucune maudite sorcière, aucun sorcier, aucun âme aux sabots fourchus ne détruira Fount Royal tant qu'il me restera une goutte de sang dans le corps. Je vous en fais le serment !

- Permettez-moi de faire écho à votre voeu, monsieur, ajouta Paine. Aucune femme ne me fera fuir, même si elle lèche les fesses du diable.

- Je crois qu'elle suçait sa bite, pour être exact, précisa le médecin. (Il avait un peu de mal à articuler, indiquant que le vin et le rhum avaient commencé à produire leur effet.) N'est-ce pas Élias ?

L'attention du juge et de son clerc se porta sur Garrick, dont le visage tanné avait adopté une nuance brique.

- Oui, monsieur, c'est ça, reconnut le fermier. J'ai vu la sorcière à genoux, s'occuper de son maître de cette façon.
Commenter  J’apprécie          130
Siabelle   12 avril 2016
Le mystère du lac de Robert McCammon
Il se produisit une chose étrange. Elle s'était mise à parler et, au fil de ses mots, il me sembla que l'air se chargeait d'une iridescente nacrée. Ses yeux avaient piégé les miens. Je ne pouvais plus leur échapper.

- Moi, on m'a accusée d'être un monstre. Pire qu'un monstre. Ma mère a été tuée sous mes yeux, quand je n'étais pas plus vieille que toi, par une femme jalouse de ses dons. J'ai juré que je retrouverais cette femme. Elle portait une robe rouge et elle avait sur l'épaule un petit singe qui lui disait des choses. Elle s'appelait LaRouge. Il m'a fallu une vie entière pour la retrouver.

Je suis allée à Leppersville, et j'ai sillonné les rues inondées dans une barque que je faisais avancer à la rame. À travers le brouillard chatoyant, ses rides semblaient s'estomper. Elle paraissait plus jeune. J'ai vu les morts marcher. Ma meilleure amie s'est couverte d'écailles et s'est mise à ramper sur le ventre... Son visage avait encore remonté le temps. Sa beauté m'irradiait , maintenant, me brûlait la figure.

J'ai vu celui qui fabrique les masques. J'ai craché l'oeil de Satan et j'ai dansé dans les salles de bal de la Société des Ténèbres. C'était une jeune femme à la longue chevelure sombre, aux pommettes hautes et orgueilleuses, au menton aigu, aux yeux hantés de souvenirs terribles.

- J'ai vécu, prononça sa voix ferme et limpide, j'ai vécu cent vies et je ne suis pas toujours morte. Tu me vois jeune homme ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          125
Siabelle   10 avril 2016
Le mystère du lac de Robert McCammon
Pendant qu'ils parlaient, je descendis du camion et je m'approchai de l'endroit où il m'avait semblé voir l'ombre. Je ne vis que des herbes folles, des pierres et de la boue, là où il s'était tenu — si du moins c'était un homme, me dis-je. Et si ç'avait été une femme ? Je n'avais pas vu de longs cheveux mais, à vrai dire, je n'avais pas vu grand-chose. Juste un manteau qui battait au vent.

Je passai et repassai le long de la lisière des arbres. Au-delà, les bois s'épaississaient et commençait le règne des marécages. Je ne trouvai rien.

- On ferait mieux de revenir au poste et je mettrai tout ça par écrit, dit le Shérif. Si tu veux te changer, pas de problème.

Papa acquiesça.

- Je dois aussi terminer ma tourner et emmener Cory à l'école.

- Ok. De toute façon, je ne vois pas ce qu'on pourrait faire pour le pauvre type qui est là-dessous. Les mains dans les poches, il marmonnait... Un meurtre... Le dernier qu'on a eu, c'était en 61... Tu te rappelles, quand Bo Kallagan a assommé sa femme avec son trophée de bowling ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Siabelle   08 avril 2016
Le mystère du lac de Robert McCammon
Mon père parcourut sa liste de livraisons avec Mr Bowers, le contremaître, un gros bonhomme avec les cheveux en brosse. Puis nous attaquâmes le chargement du camion, les bouteilles de lait, les boîtes d’œufs, les seaux de fromage blanc et la salade haricots-pommes de terre, spécialité de l'établissement. Tout sortait de la glacière. Les bouteilles de lait scintillaient de givre sous les lumières de l'aire de chargement. Leurs capsules arboraient le visage d'un laitier jovial, avec le slogan : ''Buvez du lait, c'est la santé !''

Pendant que nous chargions, Mr Browers vient vers nous, son écritoire à pince au côté et le stylo derrière l'oreilles. ''Tu crois que ça te plairait d'être laitier Cory ? fit-il et je lui répondis que oui, pourquoi pas. ''Le monde aura toujours besoin de laitiers, enchaîna-t-il. Pas vrai, Tom ?

— Tout juste, Auguste, répondit mon père - c'était sa formule fourre-tout, qu'il plaçait quand il n'écoutait qu'à moitié.
Commenter  J’apprécie          120
Siabelle   31 juillet 2015
L'heure du loup de Robert McCammon
Pas complètement humain, pas complètement animal, se dit Michael. Qui suis-je, aux yeux de Dieu ?

Ah ! Mais c'était là un autre détour de son esprit car Michael imaginait souvent Dieu sous la forme d'un grand loup blanc courant dans une plaine couverte de neige, illuminée par des myriades d'étoiles qui piquetaient un ciel sans nuage. Et Dieu avait des yeux d'ambre clair, et ses crocs redoutables étaient d'une blancheur éclatante. Dieu pouvait sentir le mensonge et la trahison, et il dévorait encore sanglants les coeurs déloyaux. Nul n'échappait au terrible jugement de Dieu, le Roi des Loups.

Mais comment le Dieu des hommes considérait-il les lycanthropes ? Pour lui, était-ce une malédiction ou un miracle ? Michael ne pouvait qu'imaginer des réponses toujours insatisfaisantes mais il savait une chose : il lui arrivait bien souvent de souhaiter être un loup pour toujours et courir s ans fin dans les immenses steppes de Dieu. Sur deux jambes, il se sentait enchaîné. À quatre pattes, il était libre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, le cauchemar de vos nuits !

A quelle série télévisée américaine, ai-je emprunté le titre de ce quiz ?

Moriarty, le cauchemar de vos nuits
Freddy, le cauchemar de vos nuits
Dorothy, le cauchemar de vos nuits
Albany, le cauchemar de vos nuits

10 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , horreur , films , cauchemarsCréer un quiz sur cet auteur
.. ..