AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.99 /5 (sur 294 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Guthrie (Kentucky) , le 24/04/1905
Mort(e) à : Stratton (Vermont) , le 15/09/1989
Biographie :

Robert Penn Warren est un écrivain américain.

Robert Penn Warren est un romancier "sudiste", en ce sens que son oeuvre est profondément marquée par les séquelles de la guerre de Sécession. En effet, son grand-père officier dans l'armée confédérée lui ayant conté nombre d'événements survenus durant ce conflit, Robert Penn Warren a été très imprégné par l'humiliation de la défaite et le ressentiment contre un vainqueur qui se montra impitoyable après sa victoire.
Pour les écrivains du sud, le grand problème est "le problème noir". Ce n'est pas seulement pour eux un problème de justice sociale, mais davantage une question de morale et de métaphysique : l'esclavage "est le péché du sud".

Etudiant dans les grandes universités de Berkeley, Yale et Oxford, il a longtemps professé à l'Université de Louisiane, où il a dirigé pendant quatre ans la Southern Review, l'une des meilleures revues littéraires des Etats-Unis.

Penn Warren fut poète et critique avant d'être romancier. En tant que romancier, il trouva son matériel de prédilection dans les chroniques historiques et politiques ou alors s'inspira de personnages vivants pour créer des intrigues qu'il développa dans un style lyrique d'une richesse exceptionnelle.

Il reçut le Prix Pulitzer du Roman en 1947 pour son plus célèbre roman Les Fous du roi puis le Prix Pulitzer de Poésie en 1957 et 1979. Il est le seul à avoir été récompensé dans ces deux catégories.

En 1957 il est lauréat du prix de Rome américain (Rome Prize) en littérature.
+ Voir plus
Source : Michel Mohrt "Robert Penn Warren, le mythe du hors-la-loi"
Ajouter des informations
Bibliographie de Robert Penn Warren   (13)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bande Annonce "Les Fous du Roi" (2006)


Citations et extraits (143) Voir plus Ajouter une citation
JIEMDE   09 août 2021
Tous les hommes du roi de Robert Penn Warren
(Elle) se mit soudain à rire, d’un rire profond et vibrant. Le rire des femmes heureuses. Elles ne rient jamais de cette façon pour être polies ou quand on leur raconte une blague. Une femme ne rit comme ça qu’une poignée de fois dans une vie.
Commenter  J’apprécie          160
Alice_   27 novembre 2016
Les rendez-vous de la clairière de Robert Penn Warren
Avec d'infinies précautions, elle sortit ses mains de dessous les couvertures, l'une après l'autre, et effleura ses joues : c'était comme la caresse d'une plume. Sa chair eut des fourmillements, qui se prolongèrent après qu'elle eut cessé. Elle pensa à l'air qui toucha son visage de partout, le modelait, lui donnait forme et vie. Auparavant elle n'y avait jamais pensé: vous étiez une forme et l'air était sans forme, mais son enveloppe, son toucher créait le fourmillement qui était le signe de votre existence, vous faisait savoir que vous étiez vivante, que vous étiez vous-même...
Commenter  J’apprécie          130
Carosand   26 mai 2016
L'Esclave libre de Robert Penn Warren
Je ne sais si le mérite, l'agrément, les exploits, la vertu, la beauté ont un rapport quelconque avec l'amour. L'objet de notre amour peut nous charmer par tant de différentes, de paradoxales qualité, par sa force ou par sa faiblesse, par sa beauté ou sa laideur, par sa gaieté ou sa tristesse, par sa gentillesse ou son agressivité, par sa bonté ou sa méchanceté, par ce besoin qu'il a de nous ou par son impétueuse indépendance... Et puis, lorsque nous nous interrogeons pour savoir de quelles sources secrètes, en nous-même a jailli cet amour, voilà que notre pauvre cerveau s'étourdit en conjectures, et que nous nous demandons ce que tout cela signifie, ce que tout cela vaut... Est-ce le besoin de compagnie qui nous pousse à aller vers quelqu'un et à souhaiter combler son propre besoin, ou est-ce, au contraire, notre force ? Si nous possédions cette force, de quel côté inclinerait-elle notre cœur ? Donnons-nous de l'amour pour en recevoir et, dans l'extase de la caresse, nous livrons-nous à des calculs que nous ne nous avouons pas, à ces calculs secrets que pratique l'usurier aux lèvres serrées ? Ne suscitons-nous la passion, avec arrogance, que pour nous définir nous-même ? Est-ce simplement que nous avons besoin d'une main, de n'importe quelle main, d'un objet humain à étreindre dans le noir, sur la couverture, quand la peur est tapie derrière toutes choses ? Souhaitons-nous le bonheur, ou est-ce la souffrance (la souffrance, signe de notre réalité) que nous désirons du fond de notre cœur ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Alice_   14 mars 2017
Un endroit où aller de Robert Penn Warren
Je me retrouvai dehors, dans le hall, puis de l'autre côté des grandes portes, sur le trottoir, au milieu du campus, sans savoir comment. Le soleil d'automne jouait de ses rayons dorés sur toutes les magnificences qui m'entouraient. Ici et là, autour de moi et plus loin, s'agitaient des silhouettes humaines. Chacun avait un endroit où aller.

Je m'immobilisai. Je n'avais aucun endroit où aller. Aucun endroit au monde.
Commenter  J’apprécie          120
JAsensio   05 juillet 2010
Les fous du roi de Robert Penn Warren
La vérité est une chose terrible. On commence par y poser le bout du pied, sans rien éprouver. Quelques pas de plus, et on s’aperçoit qu’elle vous entraîne comme le ressac, vous aspire comme un remous. D’abord, la vérité vous attire à elle d’un mouvement si lent, si régulier, si mesuré, qu’on s’en rend à peine compte ; et puis le mouvement s’accélère, et puis c’est le tourbillon vertigineux, le plongeon dans la nuit. Car la vérité a ses ténèbres. On assure qu’il est terrible d’être saisi par la grâce divine.
Commenter  J’apprécie          110
fredho   06 avril 2020
Les rendez-vous de la clairière de Robert Penn Warren
Si vous avez aimé, alors vous savez ce que c'est. Comment on s'arrache le cœur, simplement pour le donner. et c'est une joie sans pareille; même si ça fait mal et si l'on n'en veut pas; même si on le regarde, en riant, qu'on le laisse tomber, comme si ce n'était rien et qu'on passe son chemin...
Commenter  J’apprécie          110
Mimeko   23 mai 2018
La grande forêt de Robert Penn Warren
"J'aurai pu apprendre à me battre. Y paient les nègres la moitié de ce qu'y paient un Blanc, mais je me serais battu même avec une demi-solde...Mais y z-ont pas voulu que je continue à m'entraîner."
Commenter  J’apprécie          112
JIEMDE   10 août 2021
Tous les hommes du roi de Robert Penn Warren
Ton Ami de Jeunesse est le seul ami que tu auras vraiment, car il ne te voit pas tel que tu es.
Commenter  J’apprécie          112
MissSherlock   16 février 2018
Les rendez-vous de la clairière de Robert Penn Warren
Il s'était éloigné. Il riait dans l'ombre.

Pour peu de temps car, tel le son assourdi d'une cloche, une pensée se forma dans son esprit : le rêve est un mensonge, mais l'acte de rêver est une réalité.
Commenter  J’apprécie          100
MissSherlock   15 février 2018
Les rendez-vous de la clairière de Robert Penn Warren
- Et elle pourrait bien avoir du même coup une secrète inclinaison pour les métèques ! Ces femmes-jurés, cela ne vaut rien. Ce Macaroni a un de ces regards capable de mettre sens dessus dessous l'une de ces folles entre deux âges. Un regard comme celui de ces vieux métèques de l'écran : ça et la ménopause ne plaident pas en faveur de l'impartialité, vous pouvez m'en croire !
Commenter  J’apprécie          93

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Le quiz de la Sainte Catherine !

Sainte Catherine se fête le 27 novembre. Compléter ce dicton bien connu des jardiniers ? A la sainte Catherine ...

Trempe ton pied dans la bassine !
Tout bois prend racine !
Cours chez la fourmi, ta voisine !

13 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : dictons , roman , cinema , histoire de france , chanson , Arbres fruitiersCréer un quiz sur cet auteur

.. ..