AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.31 /5 (sur 21 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lescure, Ariège , le 27/05/1954
Biographie :

Robert Redeker (né le 27 mai 1954 à Lescure dans l'Ariège) est un professeur agrégé de philosophie.

Il a enseigné au lycée Henri-Matisse de Cugnaux et au lycée Pierre-Paul-Riquet de Saint-Orens-de-Gameville (banlieue de Toulouse) et à l'École nationale de l'aviation civile (ENAC).

Il est écrivain et membre du comité de rédaction de la revue Les Temps modernes, du comité scientifique du CALS (Université Toulouse-Le Mirail) et du comité de rédaction de la revue Des Lois et des Hommes. Il est aussi membre du conseil d'administration de Reporters sans frontières.

Ajouter des informations
Bibliographie de Robert Redeker   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Pour annoncer un été sportif, Livres&Vous vous propose une émission consacrée au corps sportif mais également à un corps social tendu vers la victoire. Finale de la Coupe du Monde, départ du Tour de France, grand prix de Formule 1 et un mois avant les Gaygames qui se tiendront à Paris début août, c'est avec deux experts en la matière que nous en discuterons : l'historien Georges Vigarello spécialiste du corps et plus particulièrement du corps sportif et le philosophe Robert Redeker qui fait paraitre Peut-on encore aimer le football ? Avec : Robert REDEKER : Philosophe, Georges VIGARELLO : Historien. Retrouvez toute l'actualité politique et parlementaire sur http://www.publicsenat.fr Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/publicsenat Twitter : https://twitter.com/publicsenat Instagram : https://instagram.com/publicsenat

+ Lire la suite

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Robert Redeker
Henri-l-oiseleur   06 février 2020
Robert Redeker
Sur son nouveau livre, "Les sentinelles d'humanité", entretien accordé à "L'incorrect", n°28, février 2020.



Le mépris du passé affiché par le "nouveau monde" digital et ubérisé qui s'avance est là pour atténuer au maximum le sentiment de solidarité avec le passé, avec les ancêtres, avec l'histoire nationale. C'est ce que ne manque pas de faire la repentance. Chez les héros et les saints, vous constatez l'inverse : ces personnes sont des exceptions, c'est-à-dire des individus radicaux, et en même temps ils agissent en solidarité avec les totalités (la nation, l'humanité, la chrétienté) dont ils réactivent la vitalité par leur seule présence. Par ailleurs, cette forme économique d'individualisme [ultra-libéral libertaire] coupe l'être humain du passé. Cette solidarité vivante est le contraire du patrimoine, le passé réduit à l'état de cadavre embaumé. Le faux individualisme contemporain ne fait plus communauté avec les hommes du passé de son pays. De fait, cet individualisme consumériste est un individualisme d'oubli, qui mute les hommes en atomes séparés et sans histoire, tandis que héros et saints sont des singuliers dont les actes témoignent d'un individualisme de mémoire, qui raccroche leurs vies à une chaîne multiséculaire et qui ramène le passé dans le présent.



Extrait, p. 65 du magazine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AuroraFlint   05 juin 2021
Les Sentinelles d'humanité: Philosophie de l'héroïsme et de la sainteté de Robert Redeker
En réalité, il n'y a pas de héros en soi – un homme ou une femme deviennent héros en accomplissant des actes héroïques. Héros n'est pas une identité ontologique attachée à certaines personnes. C'est l'action héroïque ou une succession d'actions héroïques qui instituent le héros. Et nul ne peut se proclamer héros en dehors de ces actions mêmes. Il n'y a de héros que dans l'instant. "Le héros est un héros parce qu'il meurt ; il n'y a pas, en ce sens, de héros vivant", observe Jankélévitch. Même s'il survit en tant qu'homme, l'auteur d'une action héroïque meurt en tant que héros dans l'instant même de cette action. Souvent, l'action héroïque est le débouché d'un long chemin souterrain qu'elle justifie autant qu'elle achève. Elle est dans ce cas le couronnement – le diadème du héros brille comme un diamant spirituel de la lumière noire de la mort. À jamais pour longtemps.

La sainteté, plutôt qu'une action ou une suite d'actions, est une façon d'être qui se déploie et se développe dans la durée. D'ailleurs, sainte Thérèse d'Avila y insiste : parvenir aux dernières demeures de l'âme, à l'union de l'âme avec son Époux, trace un itinéraire exigeant une grande "persévérance", un dur labeur dans la durée. Il faut, pour toucher au but, surmonter d'innombrables épreuves, vaincre une infatigable adversité. Écoutons encore la Madre : "Tout ce qui doit aspirer celui qui commence à pratiquer l'oraison, c'est à travailler et à décider avec tous les moyens dont il dispose de rendre sa volonté conforme à celle de Dieu." L'oraison est cette endurance, cette patience, cette longueur du temps. Deux régimes de la temporalité percent dans cette approche : si l'illumination mystique est l'affaire d'un instant, l'instant décisif du coup de foudre, le travail mystique (consistant à rapprocher sa volonté de la volonté divine), est l'affaire de toute la vie. Quand l'héroïsme est instantané, la sainteté est durable. Les actions saintes, comme celles de saint Vincent de Paul, pour ne prendre qu'un seul exemple, ne sont que la visibilité mondaine de la sainteté, sa manifestation extérieure, son épiphanie.



[Chapitre 1, "Comparaison du saint et du héros", pp. 15 & 16.]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
deuxquatredeux   25 juin 2018
Peut-on encore aimer le football ? de Robert Redeker
De plus en plus de football. De plus en plus, jusqu'à la nausée. De plus en plus, comme à l'infini : notre temps disponible, notre temps hors travail, hors obligation sociale, saturé, occupé par le spectacle du football. Est-il une évasion, cependant, ce spectacle ? Une escapade, comme l'est le théâtre classique ou l'opéra, hors du monde de la quotidienneté plus ou moins aliénée, plus ou moins inauthentique ? L'invasion permet-elle l'évasion ?



Le football est-il la fable du monde ?, p. 9
Commenter  J’apprécie          70
Gribouille_idf   15 octobre 2016
L'école fantôme de Robert Redeker
La transformation de l'institution scolaire en institution sociale de garderie avec distribution de diplômes, l'émergence de l'École gélatineuse, de l'École à consistance de méduse, de la simili École, cette nouvelle division sociale, qui affecte tous les pays européens, renvoie à une crise beaucoup plus profonde, une déshumanisation que l'on peut appeler crise de la vie humaine.
Commenter  J’apprécie          60
deuxquatredeux   16 juillet 2018
Peut-on encore aimer le football ? de Robert Redeker
L'improvisation et l'invention sont, en football, la liberté.



L'improvisation en football, p. 228
Commenter  J’apprécie          60
deuxquatredeux   15 juillet 2018
Peut-on encore aimer le football ? de Robert Redeker
Tout grand joueur est un recommencement du football.



Héros, saint, génie, footballeur, p. 205
Commenter  J’apprécie          60
deuxquatredeux   14 juillet 2018
Peut-on encore aimer le football ? de Robert Redeker
Pourquoi aimer le football ? Pour le jeu, pour cette enfance ? Par gratitude pour ce fidèle revenant. Pourquoi le détester ? Pour tout le reste.



Au-delà du foot, l'éloge du sport, p. 195
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   23 mars 2016
Le sport est-il inhumain ? de Robert Redeker
Plutôt que « l’opium du peuple » dont parlent certains, le sport est avant tout « l’opium des États ». L’opium d’États s’imaginant exister à la façon d’États puissants et indépendants sur la scène de l’histoire grâce au sport. Ou bien l’opium que certains États injectent à d’autres afin de leur faire croire à leur puissance et à leur indépendance (cas de l’ex-RDA). Dans la diplomatie, certains États de puissance secondaire cherchent à exister à travers le sport, qui leur procurerait une surpuissance, une surinfluence, supérieures à leur puissance et influence effectives, sur la scène internationale. N’est-ce pas pure illusion, pur sommeil (d’où notre référence à l’opium) de la lucidité ? Toutes les politiques sportives, de tous les États, petits ou grands, relèvent désormais de cet opium-là. Le sport n’est pas, à l’inverse des lectures marxistes qui l’en accusent, un opium idéologique, qui endormirait les citoyens, mais un opium politique, plongeant les États dans l’onirisme. L’opium idéologique n’est qu’à usage interne. L’opium politique est à usage externe ; il est une politique étrangère imaginaire, un ersatz de politique étrangère. Opium politique : le sport fait rêver les petits États à ce qu’ils ne sont pas dans la réalité, de même qu’il procure aux grands États l’ivresse de leur puissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sepo   22 avril 2014
Egobody : La fabrique de l'homme nouveau de Robert Redeker
La théorie du péché originel pourrait se résumer ainsi: acceptation de la défectuosité de l'homme ontologique de l'homme sous la figure de la culpabilité générale. Le grand penseur réactionnaire Donoso Cortés prend note de "cette sentence de condamnation portée dans la personne d'Adam contres toutes les générations passées, présentes et futures, jusqu'à la consommation des temps". Derrière son pessimisme anthropologique et l'inscription de l'humain dans l'ordre de la culpabilité, la théorie du péché originel l'acceptation définitive, pour les siècles des siècles, de la finitude l'humain ; elle préservait de toute rébellion contre cette finitude et toute tentation de changer l'homme. Châtiment de type métaphysique - la désobéissance à Dieu - , la théorie du péché originel mettait un terme à toute révolte contre la nature et la condition humaines. La révolte avait eu lieu, une fois pour toutes, à l'instant précédant la chute ; toutes les générations humaines étant appelées à subir les terribles conséquences de cette révolte, l'ignorance dans l'âme et la mort du corps.



Il faut repérer dans le culte de l'infini, de l'ouverture, du non-clôturé, du sans-limites, réunis en une passion de l'illimité, le propre de l'ère moderne."

p.178
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
deuxquatredeux   14 juillet 2018
Peut-on encore aimer le football ? de Robert Redeker
Les Lumières s'éteignent quand s'allument les projecteurs sur les stades.



Le footballeur, dernier avatar de l'homme nouveau, p. 166
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Des saisons dans les titres

Quel est le titre du film de Jean Becker (1983) avec Isabelle Adjani, film extrait du livre éponyme de Sébastien Japrisot ?

L'automne sanglant
Le printemps bougnasseur
L'hiver qui déchire
L'été meurtrier

20 questions
28 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur