AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques de Roberto Baldazzini (17)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
Des dieux et des hommes, tome 3 : Une petit..
  28 janvier 2017
Des dieux et des hommes, tome 3 : Une petite ville en Amérique de Roberto Baldazzini
Nous sommes en 1943. Soleil Levant est un dieux né en Amérique, un premier, sur la route 66. Il est Japonais. Son père est interné dans un camp comme la majorité des Japonais vivant aux USA après l’attaque de Pearl Harbor. Les Américains lui demande de se rendre en Allemagne car il semblerait qu’un autre dieu veuille s’allier avec les Nazis. Soleil Levant demande voir son père avant d’accepter la mission. Normalement, les dieux ont décidé de ne pas se mêler des conflits humain…



Pour ce troisième opus, nous reculons encore dans le temps. Nous sommes plongés dans la seconde guerre mondiale. Les dieux, nés en Amérique, pourraient s’ils le voulaient, donner un avantage certain aux USA s’ils acceptaient de prendre part au conflit. Les illustrations de Danijel Zezelj sont merveilleusement rétros et collent à l’époque de la seconde guerre mondiale. Enfin, le scénario nous raconte une histoire mais encore une fois, elle est très passive. Elle nous démontre que les dieux, bien que nés de parents humains, sont arrogants et égoïstes et se moquent du devenir de l’espèce humaine, ces simples mortels qui passent leur temps à s’entretuer. Je ne sais pas si ce conte moderne veut nous démontrer la stupidité humaine ou simplement que le simple manque d’empathie entre nous ou des êtres supérieurs augmente la faiblesse de notre espèce, la seule qui, dans le règne animal, est capable de s’autodétruire et d’oeuvrer sa propre disparition. Depuis le début de cette série que je trouve expérimentale, je crois que c’est le tome le plus cohérent. J’ai surtout aimé la concordance entre le récit et les illustrations.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Des dieux et des hommes, tome 2 : Entre chi..
  28 janvier 2017
Des dieux et des hommes, tome 2 : Entre chiens et loups de Roberto Baldazzini
Nous sommes en 1970, dans une Amérique modifiée par l’histoire, à cause de la naissance des 66 dieux de la route 66 (voir le 1er épisode). Une femme se fait passer pour un des dieux et est devenue le gourou d’une secte. Elle est vêtue à la mode hippies. C’est adeptes lui vouent un culte irraisonné quand une vraie déesse (enfin, vraie dans l’histoire), la reine de la nuit, vient pour provoquer Lilith et expliquer aux adeptes qu’elle n’est qu’une humaine. Lilith, portée par la croyance des membres de sa secte, arrive à s’élever dans les airs…



Pour ce deuxième opus, le scénariste s’est associé avec Baldazzini, grand maître de la bande dessinée érotique italienne pour les illustrations. Nous ne retrouvons pas les personnages du premier tome. Ici, les illustrations sont la hauteur du talent de Baldazzini qui, pour une fois, ce montre bien sage avec son héroïne. Les dessins sont magnifiques mais je me demande s’ils sont adaptés au style comics. Le scénario est ici aussi assez passif. Peu ou pas d’action. Ce qui est sans doute le plus intéressant, c’est cette création d’un faux passé. Il est dommage que l’action se déroule dans le désert, les paysages, bien que somptueux, sont intemporels et plombent le décalage avec la réalité. Bref, je reste mitigé face à ce deuxième épisode qui vaut le détour pour les illustrations.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Casa Howhard, Tome 5
  28 décembre 2012
Casa Howhard, Tome 5 de Roberto Baldazzini
Que dire de cette BD portant en écusson cette indication « Sexplosif – Réservé aux adultes » ? Qu'une fois de plus, il y a tromperie sur la marchandise et qu'elle ne navigue pas élégamment aux limites de l'érotique et du pornographique. En effet, si l'on considère que l'érotique se limite à la suggestion de la sexualité en ne montrant pas ouvertement les images d'organes sexuels en action alors que la pornographie s'y complait, alors le lecteur peut considérer que cette « Casa » est profondément immergée dans le porno le plus « hard », le X le plus vulgaire et le plus répétitif qui soit...

L'histoire, qui pourrait tenir au dos d'un timbre poste, est celle de la jeune Angela, une mignonne hermaphrodite dotée d'une paire de seins comme des obus et d'un pénis de belle taille qui prend le train pour aller rejoindre sa tante Liz à la Casa Howhard, lieu dans lequel elle pourra assouvir tous ses fantasmes et épanouir une sexualité déjà exigeante. En chemin, elle rencontre d'autres hermaphrodites qui se baladent sexe et poitrine au vent et sont toutes prêtes à mignardises masturbation, éjaculation et copulation. Pas une vraie femme ni un vrai homme dans cette BD répétitive jusqu'à l'obsession. L'auteur suit son fantasme de la femme au sexe d'homme, sorte de travelo qui n'est pas allé au bout de sa démarche et qui ne pense qu'à gicler de plaisir et à enculer sa semblable. Les saynètes, par leur monotone répétition jusqu'à la nausée ennuient très vite. L'ensemble est relativement bien dessiné, mais sans plus. On est loin de la qualité du coup de crayon d'un Aslan, d'un Manara ou d'un Tacito. Même les couleurs, dans les roses, mauves et jaunâtres ne sauvent pas cette piètre pochade.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Casa Howhard, Tome 5
  05 janvier 2013
Casa Howhard, Tome 5 de Roberto Baldazzini
Merci à Babelio et aux masses critiques pour cet ouvrage.



Attention, vous entrez dans un monde où l'homme et la femme n'existent plus.



Je ne suis pas un adepte de la BD réservée aux adultes, et malgré une histoire sans réel intérêt, j'ai trouvé le concept plutôt bon.

Les femmes possèdent des sexes à faire pâlir les hommes (à moins que ce ne soient des hommes qui soient dotés de seins à faire pâlir les femmes ?) et s'en servent de façon répétitives, voir excessives.



Baldazzini livre un fantasme sexuel à travers le personnage d'Angela, jeune fille à l'éducation rude qui prend le train pour retrouver sa tante Liz.

On va vivre avec elle certains flash back de punitions qu'elle a pu avoir à l'école. Tout le monde a le sexe à l'air mais les seins cachés. Est-ce une pudeur féminine contre une exhibition masculine ?

Lors de son voyage en train, elle se retrouve dans un compartiment avec une prof de maths à l'aspect plutôt stricte qui va très rapidement se retrouver excitée. Mais ça ne s'arrête pas là, deux autres personnages entrent en scène pour créer ce qu'on appelle une partouze constituée d'enculeries et de sucions.



Au delà de la nausée ou de l'excitation que peut provoquer cet ouvrage, je ressens réellement une marque d'engagement sur les travers de l'humanité.

Dans cette période un peu difficile pour l'homosexualité, je trouve de plutôt bon goût cet ouvrage qui castre l'appartenance à un sexe pour uniformiser l'acte.

Rien de "didactocrate" là dedans, simplement l'idée un peu saugrenue où la reproduction semble impossible et où l'hermaphrodite domine le monde.



Le dessin laisse à désirer, les couleurs sont pâlichonnes et froides. A moins que ce ne soit un choix pour garder une distance avec l'histoire ?



Et si c'était ça, la fin de l'humanité ? Du sexe pour du sexe, du plaisir pour du plaisir, et aucune reproduction possible. Abolition des peurs liées aux maladies et de tout risque. Un idylle où l'enfer ? Pourquoi choisir ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Béba, les 110 pipes
  01 avril 2018
Béba, les 110 pipes de Roberto Baldazzini
On se lance parfois des défis. Celui de Beba, venir à bout de 110 pipes en 24 heures. Le mien, venir à bout de ce chef-d'oeuvre de viduité. Curieux de nature et bavard avec ça, très vite, je me suis étonné à ne plus piper mot. Je me suis retrouvé à sec. Que voulez-vous, on se frotte au monde, ça fait partie des productions humaines, on veut voir de quoi est capable l'humain. Ma démarche émane de la pure sociologie, le scientifique en moi s'éveille dès qu'il voit le mot "pipe" sur une couverture de magazine, passionné de toute sorte de calumets depuis l'enfance, le cœur oscillant toujours entre cowboys et indiens.



Alors, pour ceux qui se posent la question, non, ici, il ne s'agit en rien de brûle-gueule ni de l'art de s'envoyer sa dose de nicotine, bien que l'héroïne fasse une pause cigarette toutes les 20 pipes. Il s'agit d'autre chose. De moins nocif pour les poumons. Sur ce point, allez-y sans crainte. Pour le reste, je serai moins incitatif.



Le scénario est simple. Simple. Oulàlà, c'que c'est simple ! On s'y tient. Pipe après pipe. C'est usant. Si Roberto Baldazzini était désireux de pondre une critique de la prostitution, alors, c'est réussi ! Malheureusement, ça ne semble pas le propos ni l'engagement de l'ouvrage.



Le trait du dessin est beau, c'est vrai. En revanche, contrairement à la description de l'ouvrage par l'éditeur, je cherche encore l'élégance dans ces pages. C'est très dur. Les hommes (souvent mal cadrés d'ailleurs) sont tous à visage de cochons, porcs, sangliers, très laids, façon Bebop et Rocksteady dans les Tortues Ninja. Ça fait froid dans le dos (la encore, on s'imagine une critique de la société de consommation, qui tombe à plat ensuite). Si l'ouvrage a vocation à échauffer quelques esprits, je ne vois pas comment ces personnages peut aider à l'émoustillement des sens, à part, peut-être, si vous êtes une tortue et que vous pratiquez par ailleurs les arts martiaux avec passion et docilité envers votre maître, à condition que celui-ci soit un rat d’égout, mais l'on s'éloigne peut-être un peu du sujet...



Toujours en quête de raffinement et de bon goût annoncé, l'on se penche alors sur la prose avec entrain ! Vite, vite ! Filez-moi ma dose d'élégance, chuis en manque, j'ai besoin d'un shoot. C'est alors que des phrases telles que : "(...) J'avais les lèvres en papier de verre et le trou du cul poncé ! (...)" (p. 35) ou "(...) Et glup ! Et gloub ! Et slop ! (p. 20) (...)" font écho en vous. Ou pas. Peut-être, y'a-t-il là une dimension poétique qui m'échappe quelque peu, je n'ai pas relu Rimbaud depuis un bon bout de temps, préférant Norge et Henri Michaux ces temps-ci. Mais soit. Cela parlera peut-être à d'autres.



Voilà. C'est porno, SM, scato. Ça ne défend rien, ça se contente de montrer. Pour ma part, j'ai ri, un moment, du décalage avec mon monde. Puis, j'ai ri par moquerie. Puis je me suis ennuyé. Fermement. J'ai fini dépité devant tant de talent, au service de cette gratuité sans ambition perceptible. Et si on parlait scénario, pour voir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
Chiara Rosenberg. La double vie d'une domin..
  26 novembre 2015
Chiara Rosenberg. La double vie d'une dominatrice de Roberto Baldazzini
Une BD que l'on peut qualifier de "spéciale", pour adultes, sur la vie agitée d'un couple et sur leurs jeux sexuels quelque peu déviants...

C'est "particulier " mais c'est plutôt réussi, avec un découpage de l'histoire original, quelques rebondissements et un final plutôt heureux....

Les courbes de l'héroïne ne peuvent laisser la gente masculine insensible....

À consommer avec modération !
Commenter  J’apprécie          20
Des dieux et des hommes, tome 3 : Une petit..
  12 avril 2012
Des dieux et des hommes, tome 3 : Une petite ville en Amérique de Roberto Baldazzini
Ce croisement prévu entre les univers de Jack Kirby et Éric Rohmer, s’il semble curieux mais excitant, peine encore à convaincre.
Lien : http://www.bdencre.com/2012/..
Commenter  J’apprécie          10
Des dieux et des hommes, tome 3 : Une petit..
  20 février 2012
Des dieux et des hommes, tome 3 : Une petite ville en Amérique de Roberto Baldazzini
C'est simple, chaque planche s'admirent avec délice ! Une beauté sombre, légèrement triste et profonde !
Lien : http://www.sceneario.com/bd_..
Commenter  J’apprécie          10
Bizarreries
  06 février 2017
Bizarreries de Roberto Baldazzini
Même si les héroïnes Baldazziniennes sont absolument sublimes, toutes en courbes, vamps magnifiques, légèrement retro, il n'en demeure pas moins que l'univers de l'artiste devient de plus en plus extrême.
Lien : http://www.sceneario.com/bd_..
Commenter  J’apprécie          00
Bizarreries
  18 janvier 2017
Bizarreries de Roberto Baldazzini
Ce recueil fourmille de documents rares, dont de nombreux récits inédits en français, dus à ce remarquable dessinateur érotique qui a su transcender quelques thèmes brûlants.
Lien : http://bdzoom.com/109687/pat..
Commenter  J’apprécie          00
Beba, tome 3 : Lady Brown
  23 janvier 2015
Beba, tome 3 : Lady Brown de Roberto Baldazzini
Cet album s'adresse clairement à un public bien spécifique, amateur de supplices, de SM, qui ne s’intéresse clairement pas à ce que ça peut raconter mais bien plus à ce que cela montre. Toutefois, dans cette succession de plans il n'y a pas d'évolution, c'est très redondant et ce depuis le premier volume.
Lien : http://www.sceneario.com/bd_..
Commenter  J’apprécie          00
Aura l'orpheline
  07 mai 2013
Aura l'orpheline de Roberto Baldazzini
L’auteur italien met joliment en image quelques fantasmes plus ou moins classiques qui pourront satisfaire les lecteurs, mais on le sait capable de mieux faire. Petit bonus, les pages du cahier graphique offrent quelques images en noir et blanc superbes.
Lien : http://www.bdencre.com/2013/..
Commenter  J’apprécie          00
Aura l'orpheline
  15 avril 2013
Aura l'orpheline de Roberto Baldazzini
Une jeune femme en fugue recueillie par une petite bande sympathique de gays et de transsexuels. Plus qu’un banal récit de plongée dans le stupre, Baldazzini mélange les genres : rencontre improbable entre étude psychologique et obsessions plutôt extrêmes...
Lien : http://www.actuabd.com/Aura-..
Commenter  J’apprécie          00
Aura l'orpheline
  04 avril 2013
Aura l'orpheline de Roberto Baldazzini
Baldazzini a quand même du mal à vraiment animer un scénario qui aille plus loin que ses thèmes de prédilection, quand bien même l'idée restant intéressante et la trame du récit ponctuée d'éléments qui peuvent amener des pistes sympas.
Lien : http://www.sceneario.com/bd_..
Commenter  J’apprécie          00
Casa Howhard, Tome 5
  22 janvier 2013
Casa Howhard, Tome 5 de Roberto Baldazzini
Tout d'abord parlons de la couverture du livre :



L'illustration de couverture donne tout de suite le ton : cette bande-dessinée est destinée à un public adulte. N'espérez pas feuilleter cet ouvrage discrètement dans les transports en commun. Et par pitié, veillez à ne pas laisser traîner ce livre sous les yeux innocents de vos bambins si vous en avez. Votre réputation auprès des maîtresses de vos enfants risquerait d'en prendre un sacré coup et vous risqueriez de choquer votre précieuse progéniture. ^^

Hum... Pardonnez-moi cet égarement mais je pense qu'il était tout à fait indispensable de vous avertir. ;-)



Et plutôt deux fois qu'une !



Je vais vous avouer que j'ai moi-même été drôlement surprise en découvrant la couverture de près. Bien sûr, je m'attendais à une bande-dessinée érotique, mais je peux vous assurer que j'ai poussé un "Oh, my God !" (A ne pas confondre avec "Oh, my gode." ^^) lorsque j'ai ouvert le paquet. Pourquoi ? Hum... En fait je n'avais pas vu un petit détail : jetez donc un oeil à la photo de couverture, juste au niveau des culottes des demoiselles... Alors ? Vous avez vu ? ^^ Vous ne trouvez pas que ces créatures à demi-nues en ont un peu trop dans la culotte ? ^^





Passons à mon avis sur le livre.



Revenons un peu sur les particularités des personnages de cette bande-dessinée. Le choc de la découverte passé, je me suis dit qu'après tout c'était un concept original : des femmes ayant à la fois des attributs féminins (et quels attributs ! Mon Dieu ! ^^) et des attributs masculins (Ben oui, comme je vous le disais, elles en ont dans la culotte ces filles ! ^^).

Vous ne trouverez pas la moindre trace d'hommes et de femmes tels que nous les connaissons. Tous les personnages sont des sortes d'hybrides homme/femme.

Bref, l'idée me semblait intéressante.



Mon homme a été le premier à lire cette bande-dessinée (il adore les bds et c'est un peu lui qui m'a incitée à cocher cet ouvrage dans la liste de propositions de Babelio : il avait envie de voir ce que pouvait donner une bande-dessinée érotique.). Lorsque, alors qu'il était en pleine lecture, j'ai vu les yeux qu'il faisait, que j'ai entendu ses petits ricanements étouffés, je me suis dit "Aïe ! Je pense que je vais avoir du mal à chroniquer ce livre.".



Mais j'ai pris mon courage à deux mains et je l'ai lu jusqu'à la dernière page.



Les graphismes sont assez sympas mais je trouve qu'ils manquent de couleurs.

Concernant l'histoire par elle-même j'ai un peu été déconcertée : le récit n'a ni queue ni tête (enfin, si, des queues on en trouve à foison ! ^^). Mais en y réfléchissant bien, cette bande-dessinée n'est pas une histoire véritable mais plutôt l'expression d'un rêve débridé, d'un fantasme délirant de l'auteur.



Personnellement, les premières pages m'ont fait sourire mais au fil de ma lecture je me suis un peu lassée de toutes ces érections. Le sperme coule à flot ! Limite aurait-on envie de prendre un mouchoir en papier pour éponger les pages par peur que le liquide séminal ne finisse par dégouliner sur son pantalon. ^^

Les demoiselles mises en scène se promènent la bite à l'air (tralalère ! ^^). La mode vestimentaire étant aux shorts, robes et pantalons laissant respirer l'entre-jambe en permanence.



La moindre discussion tourne forcément en orgie. Peut-être cela peut-il se révéler excitant pour la gent masculine (encore que... mon homme a trouvé refroidissant et légèrement choquant le mélange androgyne. Mais certains apprécieront peut-être. Tous les goûts sont dans la nature après tout. ;-) ) ?

Attention ! Les scènes basculent très vite dans le porno, dépassant allègrement les limites de l'érotique. ;-)





En conclusion :



Sans être véritablement déçue, je n'ai pas été emballée à 100%. Pourtant l'idée me semblait prometteuse. Mais quand je lis un ouvrage j'attache beaucoup d'importance à l'histoire et aux personnages. Pour les personnages, ça aurait pu le faire (même si le comportement obsessionnel de chacun d'eux a fini par m'agacer un peu) mais le scénario est quant à lui quasiment inexistant.



Si comme moi vous accordez surtout de l'importance à l'histoire, passez votre chemin. Si en revanche vous êtes amateur de porno, hentai et autres joyeusetés dans le même genre, vous serez sûrement en mesure d'apprécier pleinement cet ouvrage. Dans ce cas, n'hésitez pas à tenter l'expérience. ;-)





Je tiens à remercier Babelio ainsi que les éditions La Musardine (Dynamite) pour m'avoir permis de découvrir cette bande-dessinée.
Lien : http://les-chroniques-de-lan..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Des dieux et des hommes, tome 3 : Une petit..
  02 avril 2012
Des dieux et des hommes, tome 3 : Une petite ville en Amérique de Roberto Baldazzini
Ici, c’est le contexte qui l’emporte, omniprésent, oppressant. Zezelj s’y adapte à merveille, avec un dessin extrêmement travaillé qui fait la part belle aux ombres et aux noirs.
Lien : http://bulles-et-onomatopees..
Commenter  J’apprécie          00
Des dieux et des hommes, tome 2 : Entre chi..
  16 juin 2011
Des dieux et des hommes, tome 2 : Entre chiens et loups de Roberto Baldazzini
La réinterprétation de la libération des mœurs dans l’Amérique des années 70 fait écho à notre réalité, l’enrichit. Une grande poésie se dégage de l’ensemble, un sentiment contemplatif. Une grande fresque est en train de s’écrire.
Lien : http://bulles-et-onomatopees..
Commenter  J’apprécie          00


Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Ma fille, mon enfant de David Ratte

Commment s'appelle le copain de Chloé ?

Abdel
Abdelaziz
Abdou

5 questions
1 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , racisme , familleCréer un quiz sur cet auteur